AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sweet Dreams are made of ... [Catalina - X]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 19

depuis le : 27/11/2017
age : 39 ans
métier : Marchand d'esclaves
statut & orientation : j'aime les femmes et les hommes, et je m'attache à personne


MessageSujet: Sweet Dreams are made of ... [Catalina - X]   Mar 12 Déc - 15:47

BAAAAF. Un vase que se casse en mille morceaux, au-dessus de la tête d’une des esclaves. Qui bien sûr sursaute et regarde son maitre avec un regard plus qu’effrayé. Ca l’agace encore plus. Morton lui dit de disparaitre si elle ne veut pas être le prochain projectile qu’il jette contre un mur. Ca il ne fallait pas dire deux fois. L’esclave avait déjà quitté les lieux avant même qu’il ait terminé sa phrase. Morton était en colère, une de ces affaires qui aurait dû lui rapporter gros, ne voulait pas aboutir. Et si il y avait bien une chose qu’il détestait, c’est qu’on lui tienne tête. Il fit les cents pas dans son hall d’entrée, murmurant des insultes jusqu’à ce qu’il se fige. Des bruits étranges sur le sol attirait son attention. On dirait comme un crayon qu’on tapait sur le sol. Il tournait sa tête vers l’endroit d’où provenait le bruit.

Et puis il la voit arriver. Sa perle égarée. Catalina. Comment un homme peut-il accepter de loger, nourrir et blanchir une femme - belle de surcroît - sans avoir l'ombre d'une pensée intéressée ? De façon charnelle ou même - risquons-nous à le dire – sentimentalement ? Dans les yeux clairs de la demoiselle, le marchand d’esclave arrive à en oublier les mauvais songes qui lui agressent l'esprit, ses regards le réconforte. Quant à ses lèvres… disons qu’ils étaient telle un poisson dont il aimait devenir accro. Des belles oiseaux telle que Catalina, il en avait pourtant un certain nombre. Mais osons-nous le dire à haute voix ? Aucune d’entre elle arrivait à lui faire ressentir ce qu’elle lui fait. C’était d’ailleurs dans ses bras à elle, qu’il la laissait de temps en temps – peu souvent – prendre le dessus sur lui. Elle était la seule à en avoir le droit, et la seule qui était à la hauteur. Il se voyait vraiment mal demander à la petite Shae de devenir une dominatrice. Elle n’avait pas ça en elle. Catalina par contre… c’était ancré en elle. Ils se ressemblaient bien plus qu’elle pouvait s’imaginer. Mais si il la laissait jouer à la dominatrice de temps en temps, aujourd’hui cela ne serait pas le cas. Il était bien trop en colère pour se laisser dominer. Non aujourd’hui il avait besoin de contrôler, de sentir la puissance de ses paroles, demandes et gestes. Si d’habitude son regard était attiré par la silhouette de la jeune femme, cette fois-ci son regard se posait sur les pieds de la belle. Mais qu’est-ce qu’elle avait donc à ses pieds ?

« C’est quoi ca ? »

Il lui pointait des doigts la paire de chaussures à talons hauts qu’elle portait. Jamais il avait vu quelqu’un marcher sur des aiguilles pareil. D’où est-ce qu’elle les sortait ? Morton savait depuis bien longtemps que sa petite Cat’ était bien différente des toutes les autres femelles qu’il détenait ici ou qu’il avait rencontré dans sa vie. Y avait rien à dire, elle était une perle rare. Elle avait ce côté mystique qu’il ne comprenait pas. Et toutes ces connaissances de magie que parfois lui fit même froid dans le dos. Mais c’était justement grâce à cela, qu’il tenait en elle, un atout principale. Elle pouvait lui être bien plus utile que comme simple esclave domestique. C’était probablement une des raisons pourquoi les tâches ménagers ne faisait rarement parti de son attribution. Morton, malgré la vue de sa perle rare, restait de mauvaise humeur.

« J’ignore comment t’arrives à marcher là-dessus… Et puis je m’en fiche. Viens. »

Il l’indiquait de venir dans sa chambre. Il avait marre de se retrouver dans ce grand hall de sa maison. D’habitude il adore admirer le plafond, peint à la main par un peintre du coin. Mais là il n’arrivait pas à trouver satisfaction ni dans la richesse de sa demeure, ni dans ses propres pensées. Peut-être que l’esclave allait lui rendre cette satisfaction et calmer ses nerfs. En tout cas, si elle n’y arrivait pas, c’était elle qui allait en subir les conséquences. Il s’allongeait sur le lit.

« Enlève moi tout ca. »

D’un geste fatigue il lui montrait ses vêtements. Elle était bien plus belle en tenue d’Eve. D’ailleurs il devrait lui interdire de porter des vêtements… Ah non, il ne souhaitait pas que ses clients ou fournisseurs peuvent se rincer les yeux. Elle est à lui, rien qu’à lui.

« Par contre, laisse ce machin à tes pieds… J’aime bien te voir si grande. »
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 14

depuis le : 01/12/2017
age : la trentaine passée
métier : Esclave, ancienne médecin sur terre
statut & orientation : Esclave et bisexuelle


MessageSujet: Re: Sweet Dreams are made of ... [Catalina - X]   Mer 13 Déc - 8:35

La situation devenait compliquée. Cela faisait un certain temps maintenant qu’il s’énervait depuis son retour de son rendez-vous d’affaire. J’imagine que cela ne c’est pas passé comme il le souhaitait et à présent il est contrarié. J’imaginais pouvoir lui montrer le cadeau qu’il m’avait fait sans le savoir dans d’autres circonstances, mais après tout, j’espère que cela pourra le surprendre et le calmer afin que je puisse l’apaiser. Certaines autres filles pensent que je fais cela par altruisme, pour les protéger de sa fureur. Mais en réalité c’est d’abord et aussi moi que je protège lorsque j’agis de la sorte. Inévitablement son attention se tournera sur moi et s’il est toujours dans une rage folle, ce n’est pas notre relation « privilégiée » qui me protégera, au contraire même, peut-être qu’il me fera des choses plus graves. J’aime lorsqu’il me malmène sexuellement, en revanche je n’aime pas plus que n’importe qui lorsqu’il me violente gratuitement. Mais cela arrive de mois en moins souvent car j’ai appris à le calmer de différentes façons. Lorsque les choses sont prévisibles, je le drogue discrètement avec des herbes calmantes ou apaisantes. Mais là, rien ne laissait supposer ce revirement pour une affaire qui devait être une formalité à l’entendre hier. Du coup je risque d’avoir aussi du mal, à cause de cette colère focalisée, à l’hypnotiser pour le calmer ou l’endormir. Il ne me reste que l’option de l’amadouer par le sexe pour canaliser sa fureur.

J’opte donc pour la surprise, et me hâte un peu de passer à l’action lorsque j’entends les bruits de vaisselle cassée et les hurlements sur une autre esclave. j’achève de fermer la bouche de mes sandales à talons aiguilles que j’ai faite faire par un artisan chevronné de la ville. Bien évidement du sur mesure, les talons n’ont pas encore leur place dans ce monde. C’est un pur import intellectuel de la terre, mais je sais aussi que leur effet sur les mâles doit être universel. Je les examine en me remettant debout et suis très satisfaite de l’effet qu’elles donnent sur mes pieds, mes chevilles, le galbe que cela donne à mes jambes et la cambrure que cela me force à adopter renforçant ainsi mon côté sexy.

C’est donc d’un pas lent mais régulier, technique hypnotique, que je m’approche du hall d’entrée, pour qu’il s’interroge et que son esprit se préparer déjà à penser à autre chose. Oui je le manipule, mais il en a besoin. C’est un homme tourmenté, torturé. Il est très intelligent et il en souffre. Il n’a pas eu une vie facile et je crois qu’il a du faire des choses terribles qui le travaille souvent. Sans moi je ne sais pas s’il n’exploserait pas en plein vol, rattrapé par ses démons.

- Ce n’est pas grand-chose Maître. Le cadeau que vous m’avez autorisée à me faire auprès de l’artisan cordonnier.

Petit cadeau qu’il me fait lorsque je l’ai particulièrement satisfait. Souvent je lui annonce que j’ai une idée qui devrait lui plaire et il me dit d’accord, m’accordant le budget pour faire réaliser.

En tout cas pari réussi, il semble focaliser dessus et je dirai que cela lui plait. Je le suis sans moufter jusque dans la chambre et sans plus questionner, d’un main je défais chaque fibule sur mes épaules qui tiennent la simple mais belle robe que je porte. La tissu glisse sur ma peau, entraîné par le poids des fibules et vient suivre mes bras, mes hanches, mes jambes pour finalement entourer mes pieds et mes talons, me laissant toute nue devant lui. Je n’ai aucun mouvement de timidité, bien au contraire. Je sais que mes nouveaux jouets me donne un nouveau point de vue, une nouvelle posture cambrée qu’il admire d’ailleurs avec lubricité.

Je le regarde, prête à obéir au moindre ordre qu’il me donnera car je sais que nous sommes là pour cela. Je sais qu’il a besoin de s’affirmer pour se calmer, de contrôler, d’être obéi, avec ce qu’il faut peut-être, le moment venu, de désobéissance, pour justifier de petites punitions qui lui feront extérioriser sa colère.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 19

depuis le : 27/11/2017
age : 39 ans
métier : Marchand d'esclaves
statut & orientation : j'aime les femmes et les hommes, et je m'attache à personne


MessageSujet: Re: Sweet Dreams are made of ... [Catalina - X]   Mar 2 Jan - 22:05

Catalina avait ce petit quelque chose de mystère qui l’enveloppa. Malgré les années qu’elle était chez lui, elle arrivait encore à le surprendre. Et c’était une bonne chose car sinon elle aurait appartenu à un autre il y a bien longtemps. Généralement Morton ne gardait pas les mêmes esclaves trop souvent, il s’en laissait vite. Mais cette mystérieuse femme, qui venait d’un pays qu’on nommait « la terre »… oui elle arrivait à chaque fois à le captiver. Même en colère elle arrivait à toucher ce petit fil d’intérêt et de fascination. Encore aujourd’hui elle venait de le faire, avec ce qu’elle portait à ses pieds. Mais malgré sa curiosité, la colère continuait à se répandre en Morton et la patience n’était pas son plus grand fort. Il l’ordonna d’immédiatement enlever ses habits. Il n’avait pas la patience nécessaire ni l’envie pour faire des quelconques préliminaires. Par contre, il prit un certain temps à observer tous les formes de son esclave. Elle était plus grande et cela mit en valeur ses jambes ainsi que ses cuisses. Il aimait plutôt cet aspect-là. C’était nouveau pour lui, et son esprit tordu commençait déjà à s’imaginer a quoi d’autre pouvait servir ces drôles de chaussures. Car pour lui cela lui ressemblait plus à un objet de torture qu’à des réelles chaussures. D’un signe de la main, il lui fit signe de s’approcher alors que lui-même restait assis sur le lit.

« Dis-moi… dans ton pays… tout le monde portait ces choses-là ? »

Son doigt glissait le long de sa cuisse alors que son regard restait fixé sur ses pieds. Même les pieds de Catalina étaient jolies. Y avait rien à dire, cette femme était l’incarnation de le perfection, et elle était à lui. Cette idée lui donnait l’envie soudaine de la posséder encore et encore. Mais il se poussait à attendre encore quelques minutes. Sa main montait le long de ses cuisses, et restait coincé sur ses fesses, alors que les lèvres de Morton rencontraient le nombril de la jolie blonde.

« Et elles servent à rien autre que marcher ? »

Il la tirait sur lui, l’obligeant à se mettre à califourchon sur ses genoux. Morton savait fort bien qu’elle était une des rares esclaves à oser prendre le dessus, si elle pensait que cela pouvait lui plaire. Bien sur, si elle faisait un truc qui ne lui plaisait pas ou qu’il avait tout simplement pas envie d’être dominé par une femme. Il ne tardait pas à le lui faire savoir et la punissait même pour cet acte. Et au fond, Morton ne pensait pas que cela déplaisait à la belle. En tout cas elle semblait même apprécier leurs moments… ou alors elle était une des rares à pouvoir le berner. Peu importe qu’elle apprécie ou qu’elle soit bonne comédienne, au fond cela ne changeait en rien… Quoi que.. parfois Morton arrivait à aimer l’idée que Catalina puisse réellement aimer leurs débats. Mais quelques secondes plus tard il s’enlève cette drôle d’idée de l’esprit. Elle est après tout qu’une esclave.

« Aide moi à me débarrasser de mes habits. »

Il aimait sentir la peau douce de la blonde sur la sienne. Elle était une des rares esclaves à ne pas devoir se salir ses mains dans des tâches domestiques. Ça serait dommage d’abimer des mains si délicats et si experts dans d’autre domaine. C’est sous son toucher que Morton se calme doucement. Du moins ses muscles se détendent. Son esprit par contre était vif et pensait déjà a tout ce dont il avait envie de faire avec elle.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 14

depuis le : 01/12/2017
age : la trentaine passée
métier : Esclave, ancienne médecin sur terre
statut & orientation : Esclave et bisexuelle


MessageSujet: Re: Sweet Dreams are made of ... [Catalina - X]   Mar 9 Jan - 14:12

Je le regarde de haut, lui assis sur le lit et moi debout devant lui. Il m’attire à lui, puis joue avec ma peau, de son doigt sur ma cuisse m’arrachant un frisson et ensuite de sa bouche sur mon ventre.
J’ai appris à découvrir cet homme, bad boy des temps anciens, mignon et viril à la fois. Je ne pouvais que craquer. Je suis sa chose, je suis son esclave, mais un peu plus que cela car j’aime ce que nous faisons, ce qu’il me fait. J’aime lorsqu’il est viril et qu’il me possède, sans concession mais aussi sans égard. J’aime cette relation attentionnée qui laisse place parfois à de la débauche pendant laquelle je suis l’objet de tous ses vices et de toutes ses envies les plus lubriques. J’aime aussi cette relation où il a besoin parfois de lâcher prise et de se laisser dominer. Je le comprends. Il réfléchit trop et à parfois besoin de mettre son esprit au repos en laissant les rennes à quelqu’un, en ne faisant que suivre et je suis là pour cela. C’est quelque-chose que je fais assez naturellement, surtout dans ce monde où j’ai parfois l’impression d’être une déesse parmis les hommes.

Je me laisse attirer sur lui, posant mes genoux de part et d’autre de ses cuisses.

- Oui c’est assez répandu. Et j’imagine qu’on doit pouvoir en faire d’autres choses, mais ce sont des chaussures à la base, donc pour marche….et pour séduire aussi un peu bien évidement.

J’ai le sourire et je lui passe un doigt délicat sur la bouche, le regardant au fond des yeux. Je me méprends sur ses envies. J’ai cru un instant qu’il voulait que je prenne les commandes, aussi ma main descend ensuite sur son épaule et je le pousse sèchement sur le lit pour qu’il s’allonge. Je suis assise sur ses cuisses et mes mains viennent rapidement attraper sa ceinture que je déboucle, faisant de même pour son pantalon, libérant ce faisant son sexe que j’adore.. Je le regarde à nouveau de haut, assise sur lui. Puis mes mains glissent sur son pubis, avant de flatter ses hanches et glisser sous sa chemise le long de son ventre et de ses flancs en la remontant doucement, petit à petit. Mes doigts laissent place à mes ongles, sans trop appuyer qui viennent titiller son torse jusqu’à ses tétons que je fais rouler doucement entre mes doigts avant de lui remonter totalement la chemise pour la passer au-dessus de sa tête.
Je lui immobilise les bras avec le tissu, me penchant vers lui, mon visage face au sien, mes lèvres à quelques centimètres des siennes, écrasant ainsi ma poitrine nue sur son torse et mon ventre sur le sien. Je sens la douce chaleur de son corps et je m’y frotte légèrement, déjà toute excitée. Je viens lui mordiller le menton puis la lèvre et je crois que c’est à ce moment-là que je comprends qu’il n’avait pas envie que je mène la danse à cet instant précis.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Sweet Dreams are made of ... [Catalina - X]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sweet Dreams are made of ... [Catalina - X]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bonne Vendredi
» Bonne Mercredi
» made in la p'tite prairie
» la boutique de cality sweet (J-DOLL PULLIP ...)et vétement
» [Shop] Sweet Rococo (USA)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Don't Cry Mercy :: ✿ don't cry mercy :: Brise-Air :: Habitations-
Sauter vers: