AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Family is a strange thing [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 225

depuis le : 25/10/2017
age : 77 ans ( encore jeune pour une sirène)
métier : vendeuse de bijoux
statut & orientation : hetero & celibataire


MessageSujet: Family is a strange thing [PV]   Lun 11 Déc - 12:50

L’hiver commençait réellement à se sentir, autant dans l’océan que sur le chemin vers Brise-Air. J’avais soigneusement choisit d’aller jusqu’à la côté, pour ensuite faire le reste du chemin à pied. Aller jusqu’au port, était bien trop dangereux. Certes c’était plus rapide, mais les risques de me faire connaître était trop haut. Personne ne devait savoir que j’étais une sirène. Ma peur pour être à tout jamais capturer était bien trop grande. Alors c’était à pied que je me rendais à Brise-Air, tôt le matin. Le soleil se levait à peine, et à une telle heure il n’y avait personne sur les routes, mise à part quelques marchands qui tout comme moi allait en direction du marché. Je m’étais d’ailleurs joint à eux pour faire la route ensemble. Disons qu’une jeune femme toute seule sur les routes… c’est risqué. Alors j’avais sauté sur l’occasion dès qu’un des marchands avaient dit qu’il allait à Brise-Air. Le trajet fut agréable. Généralement je m’entendais avec tout le monde, j’avais toujours eu cette facilité. Même si parfois cela pouvait me jouer des tours. Lorsqu’on fut arrivée à Brise-Air, chacun prenait son chemin. Moi je prenais le chemin le plus court, c’est-à-dire en passant devant l’auberge. Eux devaient encore chercher une partie de leur marchandise chez un autre marchand. Je les remerciais pour leur compagnie et continuait mon chemin seule. Brise-Air commençait à se réveiller et je n’avais plus trop peur de me promener seule.

Mais j’aurais pas dû me sentir si sure de moi. Car en arrivant devant l’auberge, je voyais un petit groupe d’hommes qui me scrutaient. Je n’aimais pas le regard qu’ils me lançaient. Cela me faisait froid au dos. Je continuais mon chemin, passant devant eux, ne les regardant pas. En espérant qu’ils allaient continuer leur bavardage sans prêter trop d’attention à moi. Mais non… à peine que je passais devant eux, qu’il y en avait déjà un qui devait m’interpeler. Je fis comme si j’étais sourde et continuais mon pas, cette fois-ci un peu plus rapidement qu’avant. Mais déjà qu’on me coupait ma route, et qu’un d’eux s’interposait devant moi. Il me fit un grand sourire, et je sentis l’odeur affreux de l’alcool sortir de sa bouche. Super. Ils étaient saouls… ils avaient surement du fêter jusqu’à la fermeture de l’auberge et n’avaient toujours pas su se défaire de l’alcool, ni dans leur haleine et encore moins dans leur regard. « Excusez-moi, Monsieur, vous êtes dans mon chemin. » J’avais pris mon courage à deux mains, lui offrant mon plus beau sourire d’innocence, tout en essayant de le contourner. Mais l’homme ne faisait que faire de même, comme si il jouait à être mon miroir. Son sourire pervers ne quittait pas ses lèvres, et je sentis déjà ces deux camarades s’approcher de moi dans mon dos. Je me retrouvais bien vite encerclé.

Je sentis mon cœur s’acceler. J’avais beau avoir 77 ans, je ne savais pas me battre. J’étais contre toute violence. Et généralement j’évitais soigneusement ce genre de situations. Tout à coup, ma peur d’être découverte devenait plus petite, et laissait place à une autre peur. J’aurais peut-être du aller par le port… ou peut-être que j’aurais pas dû venir seule. Ou encore j’aurais pas dû prendre le chemin de l’auberge. C’était une ruelle silencieuse le matin. L’auberge n’était pas encore ouvert et peu de gens passaient par là, le matin. J’aurais vraiment du prendre un chemin remplit de monde. Comme quoi, même à mon âge, on arrive encore à prendre des mauvaises décisions. « Ne me touchez pas ! » Je me retournais violement lorsque je sentis la main d’un des hommes se poser sur mon épaule. Visiblement mes paroles le firent rire, car il éclatait aussi tôt dans un fou rire. Bien sûr, de ma petite taille, je ne devais pas lui sembler féroce. Et il n’avait pas vraiment tord…


_________________
Lily
I'm from the deep blue underworld
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 72

depuis le : 26/11/2017
age : 35
métier : Pirate
statut & orientation : Hétéro & En couple


MessageSujet: Re: Family is a strange thing [PV]   Mar 12 Déc - 5:01

Hebergeur d'image


Cela faisait maintenant quelques jours qu’Avran était revenu de sa dernière virée en mer, et qu’il avait retrouvé le confort de sa maison. Une nuit bien froide venait de s’achever, laissant place aux premiers rayons du soleil, et aux premiers bruits de la ferme : celui des animaux. Les esclaves étaient déjà en train de travailler dur, car ils savaient que le maître de maison était revenu et qu’il se levait toujours tôt. Alors que sa petite famille dormait à côté de lui, tranquillement emmitouflés sous des peaux de bêtes qui faisaient office de couvertures, Avran s’éveille doucement. Se levant à moitié du lit, il s’étire avec une petite grimace due à une petite douleur venant d’une blessure en court de guérison. Mais rien de bien grave, ou il se serait fait un plaisir de rester au lit et se faire dorloter par sa femme. Ses responsabilités à Brise-Air étaient moins importantes que celles qu’il avait sur son navire, mais cela lui tenait tout autant à cœur. Avran profitait de chaque instant passé sur la terre ferme, d’une façon ou d’une autre. Et aujourd’hui, il s’était décidé à faire un tour dans le centre de Brise-Air afin de récupérer de l’argent qu’on lui devait, mais aussi parce que c’était important pour un capitaine de s’intéresser aux commerces environnants et d’être vu en ville. Il avait donc fait le petit bout de chemin qui séparait sa ferme du centre-ville, avait réglé ses petites affaires financières, et se retrouvait maintenant à errer entre les marchands qui se trouvaient dehors, comme lui, peu ébranlés par le froid.

La ville s’éveillait et les rues commençaient doucement à se remplir. Et c’est en observant ce petit monde, comme à son habitude, qu’il remarqua un visage familier au loin : Lily. Il ne la connaissait pas beaucoup et ne l’avait pas croisée depuis bien longtemps, mais il savait qu’elle comptait énormément pour sa femme alors… il avait toujours eu une petite place pour elle dans son cœur. Même si Avran n’était pas du genre à le montrer et qu’il faisait toujours exprès de laisser ‘les femmes’ entre elles, ne voulant pas se mêler de leur relation. Il y a pourtant une chose qu’il savait sans aucun doute :si quelque chose de mal lui arrivait, Ada ne s’en remettrait pas. Et qu’il le veuille ou non, cette petite sirène faisait partie de sa famille. Car sans elle, il n’aurait jamais eu l’occasion de rencontrer la femme de sa vie, et la mère de ses enfants. Qu’est ce qu’elle avait en tête à passer devant la Taverne à une heure pareille ? C’était le matin, certes, mais c’était le moment ou les hommes qui sortaient de là étaient dans un état pitoyable. Avran resta un moment au loin, à regarder la scène, curieux. Malgré lui, il trouvait plutôt ça drôle et normal de voir ces types être trop insistants, essayant de draguer dans leur état évident d’ébriété. Parce qu’il avait l’habitude de voir les hommes de son équipage faire exactement la même chose. Il savait qu’a Brise-Air, les femmes étaient souvent considérées comme des proies faciles, parce qu’elles l’étaient. Mais Lily n’était pas une femme ordinaire, c’était une sirène. Et elle était, disons, trop sensible, trop faible, trop peu adaptée à devoir faire face à une bande d’idiots. Malgré tout, il la laissa faire, parce que la scène était plutôt amusante vu de loin. Elle leur souriait, ce qui aurait pu être une bonne technique s’il n’y avait eu qu’un seul homme. Mais ils étaient plusieurs, et Avran savait que l’esprit de groupe allait prendre le dessus. Concours de virilité, vouloir montrer à ses amis qui était le plus fort, les conneries habituelles qu’il avait l’habitude de gérer avec son propre équipage… Mais la situation risquait vite de dégénérer, et il savait que si sa femme avait été là, elle serait déjà au milieu de ces types à leur apprendre le respect. Et lorsqu’un des hommes mis la main sur Lily, il leva les yeux au ciel, et ne put s’empêcher de vouloir en prendre un pour taper sur l’autre. Avran s’avança doucement, mais sûr de lui, comme s’il se promenait, sachant que tout le monde ici savait qui il était et que les regards allaient dans tous les cas se poser vers lui. Il alla se placer calmement devant le petit groupe qui était en train de rire en regardant Lily. Les hommes se tournent vers lui, et changent rapidement d’attitude, calmant leurs rires, comme s’ils avaient compris qu’il n’y avait rien de drôle. Avran avait sa petite réputation, comme beaucoup de pirates. Et l’énerver aurait été comme disons, tenter le diable. Et même si personne ne savait vraiment ce que Lily représentait pour sa famille, personne n’oserait poser trop de questions s’il se passait quelque chose là, tout de suite. Avran ne les quitta pas du regard et leur fit un petit sourire ironique qui ne plaisantait pas. Et les rires des hommes n’étaient déjà plus.

Avran : Messieurs… puis-je savoir pourquoi vous embêtez la… cousine de ma femme ? Hm ?

Après tout, c’était bien plus amusant de les voir changer de regard. Bien plus satisfaisant que de voir une petite sirène perdue face à la bêtise humaine. Les hommes commencent à s’excuser auprès de Avran, balbutiant des mots qu’il se fiche bien d’entendre. Il fait semblant d’être sur le point de les tuer. Il connaît la force de son regard, et sa réputation d’être imprévisible et violent comme son père. Il leur laisse quelques secondes, et lève les yeux au ciel avant de les faire taire :

Avran : Je pense que ce n’est pas à moi que vous devez des excuses…

Son regard se tourne vers Lily qu’il avait à présent plutôt ignorée, car c’était, disons, une affaire d’hommes. Et s’ils voulaient jouer au plus fort, c’était eux, et eux seuls qu’il fallait regarder. Si cela avait été n’importe qui d’autre, il les aurait sûrement laissé faire. Mais il n’allait pas rater une occasion de montrer qui était le plus fort, parce que ça l’amusait. Et il connaissait ces hommes de vue, c’était des lâches, des alcooliques, les déchets de la ville qui n’auraient jamais osé essayer de se battre contre lui. Presque inoffensifs. Les hommes semblent hésiter, ne voulant pas se rabaisser à s’excuser. Mais après un regard de Avran, ils finissent par le faire à contre cœur, les yeux rivés vers le sol. Avran lache un petit ‘tsss’ voyant cette pitoyable performance, mais il sait qu’il n’y a rien à tirer de ces types, alors il se contente de leur dire avec un faux air méchant :

Avran : Maintenant dégagez.

Ils partent, les yeux vers le bas, titubants à moitié et essayant de se convaincre les uns les autres, avec des petits murmures, que tout ça, c’était juste pour ‘embêter la demoiselle’. C’est ça oui. Avran se retrouve donc avec Lily, réalisant qu’il n’a jamais vraiment passé du temps tout seul avec elle. Un pirate et une sirène, ça, ce n’est sûrement pas un truc qui arrive tous les jours. Les quelques passants autour d’eux qui s’étaient arrêtés pour regarder la scène semblent retourner à leur petite routine. Maintenant, il fallait bien qu’il trouve quelque chose à dire à cette petite sirène.

Avran : Et qu’est ce que tu viens faire ici ? A part faire chavirer les cœurs de ses messieurs ?

Il avait dit ça d’un signe de tête pointant vers les idiots qui partaient en titubant, et avec son petit sourire habituel.

Avran: Tu ne sais pas que c'est dangereux par ici pour quelqu'un... comme toi?

En la regardant, il s’imaginait ce que ça devait être d’être une sirène. Devoir se cacher du monde, et avoir la chance de vivre bien plus longtemps que le commun des mortels. Elle avait du voir bien des choses, et en verraient bien d’autres, bien plus que lui, et il en était presque jaloux. Mais en la regardant, il s’imaginait aussi sa femme lorsqu’elle était enfant, la tête et la démarche qu’elle devait avoir à l’époque, à gambader partout naïvement. Après tout, Lily et lui partageaient ce côté protecteur envers Ada. Même si elle n’en avait maintenant plus besoin, il sentait toujours que c’était son devoir de la rendre heureuse et d’éloigner les dangers. Et c’était sûrement le cas de Lily.

_________________


Dernière édition par Avran Leary le Jeu 21 Déc - 1:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 225

depuis le : 25/10/2017
age : 77 ans ( encore jeune pour une sirène)
métier : vendeuse de bijoux
statut & orientation : hetero & celibataire


MessageSujet: Re: Family is a strange thing [PV]   Mar 12 Déc - 13:21

Cousine d’Ada, je ne pense pas qu’un jour je m’y habituerais. Et puis quand on y pense… cela ne sert à rien que je m’y habitue, car dans une trentaine d’années, elle aurait l’âge d’être ma grand-mère… Et on pourrait ranger le mot « cousine » dans le placard. Néanmoins je fus très rassurée de voir arrivé une tête que je connaissais bien. Mon cœur commençait doucement à reprendre un rythme plus normale. Mais cela ne fut que complétement le cas quand je voyais les hommes s’éloigner. Mine de rien, ca pouvait quand même être pratique d’avoir quelqu’un avec une réputation telle que  capitaine Leary dans mes amis. Les hommes s’étaient même excuser. Enfin des excuses… c’était pas vraiment leur fort. Mais ils étaient partis, et c’était tout ce qui comptait pour moi. Je pouvais à nouveau détendre les muscles de mon corps. Lorsque j’étais certaine qu’ils étaient assez loin, mon regard se posait sur mon sauveur.

Avran Leary, celui avec qui Ada partageait sa vie. Je n’ai jamais été une très grande fan de la piraterie, et ne le serait jamais. Et je n’étais également pas une grande fan du choix d’Ada pour ce style de vie, ni d’ailleurs pour son choix en matière d’hommes. Mais je n’ai jamais été quelqu’un qui voulait se mêler de sa vie. Elle faisait ses propres choix et c’était surement un peu de ma faute. Je l’avais éduqué de cette manière, à savoir indépendante et sure d’elle. Le fait de vivre non loin des amazones n’avait surement pas aidé la cause. Mais je n’aurais pas souhaité autre chose pour Ada. Je la voulais indépendante et non soumise aux caprices d’un homme. Quant à Avran, il la rendait heureuse et au fond c’était tout ce qui comptait. Je ne serais jamais une grande fan de la piraterie, mais je l’avais toujours laissé le bénéfice du doute. Et après tout, il savait ce que j’étais et n’avait jamais révélé mon secret à qui ce soit. Et puis j’aimais me dire qu’il y a du bien dans chaque personne. Ne venait-il d’ailleurs pas de me venir en aide ? « Merci » Et je me rendis compte qu’on ne s’était jamais réellement parlés. En tout cas, pas que lui et moi. «  Je viens vendre mes bijoux sur le marché » je pointe du doigt le sac que je portais à mon dos. j’ignore ce qu’il savait exactement sur moi, ce qu’Ada avait pu dire et ne pas dire. Oh bien sûr, je savais très bien qu’elle avait fini par dévoiler son enfance, son éduction et au final ma réelle identité. Elle lui faisait confiance, et je devais en faire de même. De plus que tôt ou tard, le fait que je reste jeune d’apparence aurait fini par créer des questions. La vérité finit toujours par éclater. Parfois il faut mieux tard que trop tôt, mais parfois le plus tôt est le mieux. Dans ce cas-ci, c’était plutôt la dernière règle qui avait été de mise.

J’hausse les épaules suite à sa remarque. « L’océan peut être très dangereux pour quelqu’un comme toi, cela ne t’empêche pas de la braver à chaque fois que tu mets pied sur ton navire. » Tout cela pour dire que personne reste éternellement dans son cocon de protection. Si pour moi le royaume des hommes était dangereux, pour chaque homme l’océan pouvait s’avérer très dangereux. Combien de naufrages y avait-il pas ? On peut y survivre avec chance une ou deux fois. Même trois fois si on est chanceux. Mais ne fermons pas les yeux sur le métier dangereux qu’il exerçait. Et je ne parlais pas encore des attaques possibles sur mer. Il connaissait les risques, et cela ne l’empêchait pas d’être attiré par l’océan. Tout comme moi, qui voulait avoir un certain contact humain. Je ne pouvais pas rester toute mon existence caché dans les vagues. Surtout pas lorsqu’on a la vie éternelle.  Je présume qu’il devait bien comprendre cela. "Mais j'avoue que j'aurais mieux fait de prendre un autre chemin que celui-ci." Oui, nous étions d'accord passer par l'auberge à une telle heure était pas une bonne idée.


_________________
Lily
I'm from the deep blue underworld
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 72

depuis le : 26/11/2017
age : 35
métier : Pirate
statut & orientation : Hétéro & En couple


MessageSujet: Re: Family is a strange thing [PV]   Mer 13 Déc - 0:25

Oui, l’océan était un endroit dangereux, mais la nature était parfois plus prévisible que les hommes lorsqu’on en avait l’habitude et qu’on savait naviguer. Tellement d’hommes étaient morts en mer que c’était devenu banal pour n’importe quel marin. Tout le monde avait perdu des amis, mais tout le monde connaissait les risques avant d’embarquer. Alors, dans l’esprit d’Avran, la mer était bien moins cruelle que les humains. Mais Lily avait raison, ils avaient ça en commun, l’envie naturelle de vouloir parfois sortir de son élément.

Avran : Je vois d’ou ma femme tiens son franc parler… et peut-être as-tu raison. Mais tu oublies quelque chose de crucial… je sais nager mais toi, en revanche, tu ne sais pas te battre.

Petit sourire taquin. Même s’il était sans doute un des hommes les moins machos de Brise-Air, il en restait toutefois assez proche. Car il n’hésitait pas à frapper une femme ou à la vendre en esclavage si elle se trouvait sur le navire adverse. Et au fond, les seules femmes qu’il avait vraiment respectées sans questionnement dans sa vie étaient sa propre mère,  sa femme Ada, et Lily. Il avait des vieilles valeurs et traditions qui lui venaient de sa famille et de l’ancienne piraterie, la seule différence étant qu’il savait que les femmes étaient capables de se battre et d’être de vraies adversaires. Les autres femmes, Avran les considéraient comme faibles car à ses yeux, elles avaient choisies de l’être. Qu’elles soient esclaves ou libres, amazones ou sirènes, ce monde était basé sur la loi du plus fort, qu’on le veuille ou non. Même la propre fille adoptive de Lily l’avait compris, car d’après ce que Ada lui avait raconté, elle avait été élevée de manière pacifiste. Brise-Air n’était pas du tout comme ce qui semblait être l’île d’Hara. Ici, il fallait savoir très précisément qui étaient ses amis, et ses ennemis. Tout tournait autour de l’argent, du sexe, et des jeux de pouvoir. Ce n’était pas l’endroit idéal pour une sirène, qui n’avait sûrement aucun intérêt pour ces choses là.

Avran : Je pense que tu ne devrais même pas venir par ici sans être accompagnée. Peut-être as tu encore des choses à apprendre de ce monde, petite sirène.

Indéniablement, Avran était beaucoup trop sûr de lui. Il avait cette arrogance et cette insolence qui énervait beaucoup de monde. Mais c’était une qualité importante pour un capitaine, car c’était la petite dose de folie nécessaire pour partir en mer pendant des mois, sans savoir s’ils auraient assez de nourriture ou d’eau pour revenir. Tant de choses pouvaient se passer, entre les tempêtes, le manque de vent, et les batailles toujours imprévisibles. C’était la différence entre les immortels et les mortels. Les mortels prenaient des risques pour se sentir vivre, et d’autres, pour survivre. Ils ressentaient la douleur du quotidien et ce sentiment de devoir toujours retarder la mort. Les immortels, eux, semblaient s’être réfugiés dans la sagesse, et ce côté pacifiste qui les rendait, au fond, si vulnérables. C’était l’idée qu’il s’en faisait du moins, car il ne connaissait que Lily, et encore, il ne la connaissait pas vraiment. Avran n’avait jamais voulu lui poser trop de questions directement, car il ne voulait pas se montrer trop vulnérable en montrant son côté curieux et sensible. Il avait gardé ses questionnements pour sa femme, car c’était la seule qui avait le droit de le voir disons, relaxé. Alors, il ne voyait pas le problème avec ses dernières paroles, certes un peu trop froides. Il entendait sa petite voix intérieure, celle de Ada, qui lui aurait dit de s’excuser ou de faire un effort. Mais s’excuser, ce n’était pas quelque chose qu’il était capable de faire, pour personne. Il n’avait pas dit le mot ‘sirène’ trop fort, car il ne comptait pas dévoiler son identité à qui que ce soit, car il savait bien que ce serait l’erreur impardonnable qui lui couterait la femme qu’il aimait. Et après tout, on ne choisit pas sa famille, et quoiqu’il arrive, il faut tout faire pour protéger les rares personnes de confiance en ce monde.

Avran : Ne le prend pas mal, je suis tout de même content de te voir. Puis-je me proposer pour t’accompagner ? Ada me tuerait s’il t’arrivait quelque chose de fâcheux…

Maintenant, il était temps de faire un effort. Mais Avran ne connaissait rien au monde des femmes, les bijoux, les coiffures, les robes, tout ça, c’était un terrain inconnu. Il se contentait d’admirer les courbes et les parures sans y réfléchir. Mais il savait qu’Ada aimait toutes ces choses la. Elle aimait avoir une belle apparence et plaire. Et malgré son côté guerrière, et qu’elle en avait parfois marre de toujours récupérer des bijoux qui avaient été portés avant. Avran lui ramenait toujours tout ce qu’il avait volé, et elle ne manquait de rien. Mais elle savait que cela ne lui coutait rien de faire ça, que c’était limite facile, habituel, et que ça ne venait pas vraiment du cœur : c’était juste un bon côté de la vie de pirate. Il sentait bien qu’elle aurait préféré un cadeau sincère, plutôt qu’une pluie de bijoux et robes qui n’étaient pas faits pour elle.

Avran : D’ailleurs, je n’y connais rien en bijoux mais… j’aimerai lui faire un joli cadeau, quelque chose qui n’as pas été volé à quelqu’un d’autre, quelque chose de plus… personnel. Peut-être pourras tu m’aider ?

Il n’aurait pas pu faire mieux. Parce qu’il venait de passer des mois en mer sans parler à une femme, et qu’en dehors de Ada et de quelques esclaves, il n’avait aucune idée de ce qu’il pouvait bien avoir à leur dire. Mais il reconnaissait plein de traits de sa femme en Lily, et du coup, ça l’intriguait beaucoup.

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 225

depuis le : 25/10/2017
age : 77 ans ( encore jeune pour une sirène)
métier : vendeuse de bijoux
statut & orientation : hetero & celibataire


MessageSujet: Re: Family is a strange thing [PV]   Jeu 14 Déc - 13:57

Pas tort du tout. Ce n’était pourtant pas par manque de connaissances. Il suffisait que je demande à une amazone pour m’apprendre à me défendre, à me battre. Aucun doute que j’allais avoir un très bon entrainement. Mais ce n’était pas dans ma nature. Je ne me voyais pas me défendre autre qu’avec la parole. Car une fois qu’on arrive à se battre, la ligne pour faire du mal à quelqu’un est bien plus facile à enfreindre. Hors je ne voulais pas faire du mal autour de moi. Il y avait déjà bien trop de violence dans ce monde pour y remédier de la même manière. J’hausses les épaules. Oui, il avait raison. « Ça compte pour la majorité des habitants de cette ville non ? » Les simples civils avaient besoin que la légion impérial soit la pour les protéger. Alors une personne de plus ça ne devait pas faire un big changement. « Venir accompagné n’aide que dans des situations telle que celle-ci… situation qui peut arriver à la plus banale des mortels. » Ce n’était pas le viol ou une attaque qui allait dévoiler ce que j’étais. Si on me saigne, je saigne. Dans des telles circonstances, je pouvais être aussi mortelle qu’eux. « Ce qui me fait plus peur, c’est la pluie ou la neige. » Automatiquement mon regard scrutait le ciel. Il faisait certes, glaciale, mais rien ne semblait dire que les nuages allaient s’abattre contre mon sort. Et au pire, j’ai toujours mon atelier ou je peux me réfugier en attendant que cela devient plus sec. Quant à l’apprentissage… je souris. « Mais c’est justement pourquoi je suis ici. Je veux en apprendre plus. » J’ai toujours été une assoiffé du savoir. Et on n’est jamais trop vieux pour apprendre. Avran avait raison, il y avait encore bien des choses que je devais apprendre. Si l’océan ou même l’île d’Hara n’avait plus aucun secret pour moi, l’être humain en lui-même ou encore la terre ferme de leurs comptés étaient encore un mystère pour moi.

Je souris de plus belle. « Volontiers. » J’avais plus trop envie d’être seule alors sa compagnie était bien évidement la bienvenue ! Je commençais donc à reprendre mon chemin avec le pirate a mes côtés. Une sirène et un pirate… Fallait le faire ! « Oh, je pense qu’il y a plusieurs choses qui pourrait lui plaire. » Fort heureusement je connaissais très bien les gouts d’Ada. « Dès qu’on arrive au marché, je te montrerais quelques bijoux qui pourront lui plaire. » J’avais déjà ma petite idée en tête de ce que j’allais lui montrer. « Comment vont tes fils ? » Elever un enfant était surement la chose la plus difficile au monde. Tout le monde le fait, et du coup tout le monde sous-estime ce boulot. On a beau tout faire, tôt ou tard il faut les laisser s’envoler la peur au ventre. Car on ignore si on leur a donné assez de bagage pour survivre dans ce monde, ou si justement on leur en a déjà donné de trop. Au fond on le sait que quand il commence à se construire leur propre petit foyer et qu’ils ont à leur tour des enfants à élever. « Tu repars quand ? » Ca vient et ca s’en va les pirates… Et j’ignore combien de temps il allait rester ou depuis quand il était de retour à Brise-Air. Cela faisait maintenant un petit temps que je n’avais plu vu ma fille.

_________________
Lily
I'm from the deep blue underworld
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 72

depuis le : 26/11/2017
age : 35
métier : Pirate
statut & orientation : Hétéro & En couple


MessageSujet: Re: Family is a strange thing [PV]   Sam 16 Déc - 6:00

Avran aquiesça. C’était effectivement le cas de la majorité des gens de cette ville de ne pas savoir se battre. Et c’était pour ça que c’était aussi facile d’avoir le dessus et de se faire respecter. Beaucoup de monde était trop faible et laissait le destin faire le reste. Beaucoup n’avaient aucune ambition et étaient satisfaits de leur médiocrité. Pour Avran, ce n’était pas des modèles à suivre. D’expérience, il savait que ses propres amis pouvaient, du jour au lendemain, se retourner contre lui, et que tout était une histoire de pouvoir. Parce que c’était un homme, et qu’il n’avait pas eu le choix. Et lorsqu’on avait, comme lui, obtenu un certain statut, c’était impossible de s’en séparer. Car les jaloux auraient rapidement trouvé un moyen de lui faire regretter la moindre marque de faiblesse.

Avran : C’est ce que tu veux ? Etre comme la plus banale des mortelles ?

Et quelle idée d’avoir peur de la pluie et la neige. Ca n’avait jamais tué personne, c’était ridicule à ses yeux. Il lui jette un petit regard étonné et secoue doucement sa tête, signifiant : non mais n’importe quoi. Les femmes sont tout de même des petits êtres étranges. Et voilà qu’une sirène avait peur de l’eau qui tombait du ciel. Certes, la neige amenait toujours des problèmes pour tout le monde, y compris lui, qui avait une petite ferme avec Ada. Mais de là à en avoir peur, non. C’était simplement un élément hostile en plus, un de plus, un de moins… Et si Lily voulait vraiment en apprendre plus, elle risquait d’être déçue. Est ce qu’elle voulait vraiment apprendre de l’incertitude et des trahisons du monde des humains? Ou est ce qu’elle pensait qu’elle n’allait avoir droit qu’aux bons côtés de cette ville ? Ah les femmes, si douces et lumineuses. C’était tellement dur de leur faire prendre conscience de la réalité. Avran et Lily se mettent en route pour le marché, et il est ravi de se dire qu’il va revenir avec un beau cadeau pour sa chère épouse. Rien de mieux pour s’excuser d’avoir été trop longtemps absent. Lily lui demande des nouvelles de ses trois petites têtes blondes, ses fils dont il est si fier. Eux qui valaient tous les trésors du monde.

Avran : Cael commence à bien savoir se battre et avoir son propre petit caractère. Il est têtu…comme sa mère, mais fort… comme son père.

Avran avait dit ça sur le ton de la plaisanterie. Car il était beaucoup de chose, mais il n’était pas prétentieux. Et l’amour qu’il avait pour ses enfants venait aussi du fait qu’il se reconnaissait en eux. Et il avait eu la chance d’avoir eu trois garçons. Trois mini-lui. Et il espérait qu’ils deviennent un jour des grands pirates. Il aimait leur raconter des histoires et voir leurs yeux s’écarquiller d’excitation, entendre leurs rires et les voir jouer à la bagarre avec leurs petites épées en bois.

Avran : Les deux plus petits vont très bien aussi, ils sont curieux de tout et ne tiennent pas en place.

Il réalisait en parlant d’eux que ses fils lui avaient beaucoup manqués. Et il avait récupéré assez de richesses pour faire du commerce et tenir tout l’hiver sans avoir besoin de rependre la mer. Le froid sur un bateau, c’était tout sauf plaisant. Et il préférerait toujours la chaleur de sa petite famille et d’un bon feu. Il ne voulait pas faire partie de ces hommes qui laissent leurs enfants grandir sans s’en occuper. C’était souvent le rôle des femmes et des esclaves. Mais pour lui, c’était important. Son propre père avait été très présent et avait toujours prit le temps de lui apprendre à se battre ou de le conseiller. La force d’une famille, c’était d’être unie.

Avran : Je vais rester ici tout l’hiver, peut-être plus longtemps, pour aider à la ferme et à l’éducation des petits monstres. Tu devrais venir nous voir plus souvent d’ailleurs, c’est sûrement plus ennuyant que le centre ville, mais aussi… plus paisible.

Il avait une question qu’il avait toujours voulu poser. Parce que c’était extrêmement drôle pour lui d’imaginer un homme avec une queue de poisson. Ca devait être la chose la plus ridicule du monde. Et puis… comment ils faisaient pour se reproduire ? Ils faisaient ça dans l’eau ? Ou sous forme humaine ? Avran comprenait bien que Lily avait toujours considéré Ada comme sa fille. Mais avoir un enfant biologique, c’était quelque chose de tellement essentiel pour lui, depuis toujours. Car c'était toujours un moment unique de pouvoir se reconnaître dans les yeux des futures générations. D'ailleurs, à quoi ça ressemblait un bébé sirène? A un petit têtard?

Avran : Et toi, tu n’as jamais pensé à avoir des enfants ? Enfin, je veux dire… il n’y a pas de mâles sirènes, quelque chose comme ça ? Je n’ai jamais compris comment ton espèce se… enfin, tu vois.

Si ça ne tenait qu'a lui, il voulait avoir d'autres enfants. Même si ça empêchait sa femme de venir en mer avec lui depuis si longtemps, au moins, elle restait en sécurité. Mais ça n'allait pas durer pour toujours...

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 225

depuis le : 25/10/2017
age : 77 ans ( encore jeune pour une sirène)
métier : vendeuse de bijoux
statut & orientation : hetero & celibataire


MessageSujet: Re: Family is a strange thing [PV]   Sam 16 Déc - 7:55

A 77 ans, on ne souhaitait pas être quelqu’un d’autre que soi-même. “Même si j’aurais voulu l’être, je ne le serais jamais. Mais c’est bien de ne pas attirer l’attention sur soi et de paraitre banale. » Par contre, j’avais l’impression qu’Avran était moins au courant sur les capacités et points faibles des sirènes, que j’aurais cru au début. En tout cas il ne semblait pas être au courant pour la transformation. « Dis-moi.. Qu’est-ce que tu sais au juste sur mon espèce ? » Qu’il ne vient pas avec l’idée qu’on chante pour faire écraser les navires sur des rochers. D’ailleurs je n’ai jamais compris d’où une telle fable pouvait provenir. Les sirènes sont toutes pacifiques. Je n’en connais aucune qui échappe à cette règle. « On ne choisit pas réellement de se transformer. La moindre goutte d’eau ou dérivée telle que la neige… et on se transforme. Rapide et pratique sur une plage. Mais ça l’est beaucoup moins en plein milieu d’une ville… » Une chance pour moi, je ne me suis jamais retrouvée dans une telle situation. Je n’avais ni peu de l’eau ou de la neige, mais bien des effets qu’elles pouvaient avoir près d’un publique humain.

J’étais heureuse d’avoir des nouvelles de mes petits-fils et de savoir qu’ils grandissaient bien. Mais là-dessus j’avais aucun doute. Ada était une mère formidable et ferait tout pour eux. Et Avran était fort famille, ce qui était une bonne chose. Car je doute fort qu’il y ait beaucoup de pirates qui pensent comme lui. Et pour qui la famille passe en premier. « Oui, je viendrais. Si la météo me le permet. » Ce n’était pas très facile en hiver, et surtout pas à Brise-Air ou il pleuvait beaucoup. Je comprenais pourquoi peu de sirènes aimaient venir ici. C’était un risque malgré toutes les précautions qu’on pouvait prendre. Par contre la question d’Avran me fit sourire. Je n’avais plus l’âge, même si vu mon apparence on pouvait en douter, de rougir en parlant de l’acte sexuelle. Néanmoins avec un sourire taquin je le regarde. « non je ne vois pas du tout de quoi tu parles… » Je souris de plus belle. « Oui, nous avons aussi des hommes dans notre communauté. Mais on n’a pas spécialement besoin d’eux pour avoir des enfants. Un humain peut très bien faire l’affaire aussi. » En tout cas en tant que femme-sirène. Quant à l’acte d’amour, maintenant qu’il savait qu’on pouvait aussi facilement procréer avec des humains… la façon est assez évident non ? « De la même manière que toi et Ada avez créés vos petits monstres. » Et pour la première grande question. Avoir un enfant biologique ? Je n’étais pas contre, mais je n’étais pas pressée. « Je suis encore jeune pour une sirène. J’ai tout mon temps et je ne suis pas pressée. « Quand on a toute l’éternité devant soi, l’alarme biologique ne se met pas spécialement en route. Et puis j’avais déjà éduqué Ada toute seule, je n’avais pas vraiment envie de le faire encore une fois. Même si je ne regrettais rien du tout, elle était devenue une femme formidable. Mais c’est toujours plus amusant d’être deux dans ce genre d’aventure.

On ne tardait pas à arriver sur la place du marché ou je commençais à étaler mes bijoux. « Alors.. » Quelque chose pour Ada. Je lui montrais un à un les idées que j’avais eu sur le chemin. Un collier avec un saffire bleu qui pouvait faire penser au bleu de l’océan. Un bracelet avec des perles venant de la grotte des sirènes et les boucles d’oreilles qui les accompagnaient. Un deuxième collier avec une pierre qui change de couleur lorsqu’il est chaud. Des pierres qu’on ne pouvait trouver que sur l’île. Bref tout pouvait lui rappeler l’endroit où elle avait grandi. « Personnellement j’ai une préférence pour le bracelet »

_________________
Lily
I'm from the deep blue underworld
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 72

depuis le : 26/11/2017
age : 35
métier : Pirate
statut & orientation : Hétéro & En couple


MessageSujet: Re: Family is a strange thing [PV]   Dim 17 Déc - 6:56

Avran comprenait bien que Lily n'était pas dans le même cas que lui et qu'elle devait garder son identité secrète. Dans un sens, c'était un peux deux opposés. Et il comprenait mieux son histoire de pluie et de neige, même si ça ne faisait que renforcer ce qu'il lui avait dit: elle ferait mieux de ne pas venir à Brise-Air. Paraître banal, quelle idée déplaisante. Il ne savait même pas ce que c'était, car avant qu'on connaisse son nom, on connaissait celui de son père. Et même si Avran n'était jamais devenu pirate, on se serait tout même rappelé de lui comme étant le fils de quelqu'un de légendaire. Et  non, Avran n'était pas au courant de la transformation des sirènes. Enfin, Ada avait sûrement du lui dire à un moment ou il n'écoutait pas. Ou son imagination avait pris le dessus, comme bien souvent. A force d'entendre les nombreux contes de sirènes et de pirates, c'était parfois difficile de faire la part des choses. Mais il commençait à mieux la comprendre, car lui aussi avait une vie étroitement liée à la météo. C'est d'ailleurs pour ça qu'il ne comptait pas prendre de risques inutiles, et qu'il comptait rester bien au chaud tout l'hiver. Les navires qu'il préférait attaquer ne partiraient de toute façon pas avant l'été.

Avran : Hm. Je vois...

C’était du coup étonnant que par temps de pluie, personne n’avait jamais vu de sirène en ville. Enfin, il y avait toujours des rumeurs de toutes sortes, mais c’était surtout pour faire rêver les enfants. En tout cas, ça aurait été un sacré spectacle. Tout comme le fait de rencontrer un homme sirène. Avran essayait de ne pas rire en imaginant tout ça, parce qu’il ne voulait pas être impoli. Mais tout de même ! Lily semblait tout aussi disposée à trouver un humain, et elle avait bien raison. Les queues de poisson, ça ne devait pas être très sexy. Ca aurait été génial qu’elle ait des enfants et qu’ils puissent jouer avec ceux d’Avran. Lui qui ne les laissait pas trop s’approcher des autres familles, il aurait fait une exception. Il préférait en général que ses fils soient entourés d’adulte afin de grandir vite et de comprendre le monde malgré leur statut d’enfants.

Avran : Mais si tu attends trop, Ada et moi n’auront pas le plaisir de les connaître…

Une fois arrivés au marché, ils se retrouvent entourés de beaucoup d’habitants de Brise-Air qui s’occupent tous de leurs petits commerces. Avran lançait quelques petits regards vers les différents étalages, sans s’y attarder. Ils arrivent au petit emplacement de Lily et elle commence à sortir ses bijoux. Ne sachant pas combien de temps ça va durer, et ressentant toujours un peu trop de douleur a cause d’une méchante blessure encore trop récente, il en profite pour s’asseoir sur une petite caisse à côté de la ou Lily commence à sortir ses bijoux. Petite grimace de douleur. L’habitude d’avoir mal et d’attendre que ça passe, mais tout repos était toujours bon à prendre, car à chaque pas, il sentait sa peau qui se tirait. Il n’avait plus vingt ans, et son corps mettait de plus en plus de temps à se remettre des nombreux combats qu’Avran lui avait fait subir. Une petite chèvre passe par la, il la récupère et la mets sur ses genoux. Il observe les gestes de Lily et commence à regarder les différentes options dont elle lui parle.

Hebergeur d'image

Phew. Il n’y connaît rien. Lorsqu’il pille des navires, il se contente de tout prendre. Tout ce qui brille, tout ce qui est or ou pierres précieuses, en théorie, c’est toujours précieux. Il aimait bien le premier collier, Lily lui disait qu’elle avait une préférence pour le bracelet. Il avait envie de simplement tout acheter pour aller vite et ne pas se prendre la tête, mais il savait que pour qu’un cadeau compte vraiment, il ne fallait pas qu’il y en ait 15 qui aillent avec. Enfin, en théorie. Ada n’était pas vraiment une femme typique, malgré le fait qu’elle apprécie ces choses là. Alors, il regarde Lily, lui fait un petit sourire et lui dit :

Avran : Je ne sais pas, tout ça semble très bien à mes yeux.

C’était bien plus dur pour lui de choisir un bijou que de tuer quelqu’un. Il savait que tout était une histoire de forme et de couleur, enfin, d’après ce qu’il avait remarqué. Il préférait câliner la petite chèvre en réfléchissant. Bon, dans tous les cas, ce serait un beau cadeau, car cela venait de lui, et de Lily. Alors pourquoi ne pas suivre son instinct et celui de la sirène, et prendre les deux ?

Avran : Je vais suivre ton conseil et prendre le bracelet… et ce collier, avec la pierre bleue.

Petit sourire. Oui, ça lui allait très bien. Et elle Ada allait être contente d’avoir enfin quelque chose qui lui appartenait vraiment. Avran sort une bourse de pièces d’or de sa ceinture, et la jette sur la table de Lily.

Avran : Prend ce qu’il te faut, je pense qu’il y a largement assez. Mais sinon ce n’est pas un problème.

Il n’était pas du genre à dépenser son argent dans tout et n’importe quoi. Il préférait toujours économiser pour sa ferme et ses enfants. Alors il avait toujours de quoi faire des petites folies. Après tout, sa femme méritait des parures dignes des riches. Il se dissipa un peu à regarder autour de lui, se demandant ce qui pouvait bien animer tous ces gens pour se satisfaire de rester la, sur un marché, à attendre qu’on vienne leur acheter quelque chose. C’était une vie qu’il aurait détestée.

Avran : Alors dis moi, comment était Ada lorsqu’elle était enfant ?

Vu qu’il était bien installé sur son siège et que la petite chèvre lui tenait chaud, il comptait rester la encore un peu. Quelques passants lui jetaient des regards étonnés, se demandant ce qu’un pirate faisait là, à côté d’une boutique de bijoux. Mais personne n’osait vraiment le regarder plus de quelques secondes, et il se fichait bien de ce que les gens voulaient imaginer. Il aurait très bien pu être la pour vendre quelque chose. Pour l’instant, la seule chose qui l’intéressait, c’était d’apprendre à connaître Lily et sa relation avec Ada.

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 225

depuis le : 25/10/2017
age : 77 ans ( encore jeune pour une sirène)
métier : vendeuse de bijoux
statut & orientation : hetero & celibataire


MessageSujet: Re: Family is a strange thing [PV]   Dim 17 Déc - 8:54

Ah c’est vrai qu’entre ce qu’on peut bien dire sur les sirènes et ce qui est réellement vrai, il y a toujours une grande différence. J’ignore si on a toujours du masquer notre identité, ou si à une certaine époque on vivait tous ensemble … C’était une question à poser aux anciennes… Mais en tout cas, de nos jours pour beaucoup d’humains nous n’étions qu’une légende. Quelque part, c’était mieux ainsi. Car sinon cela risquait de devenir une chasse aux sirènes et c’était moins cool tout ça. Néanmoins en parlant d’enfants, je pouvais comprendre que pour un humain le besoin est bien plus présent que chez une sirène. Perso j’avais eu déjà la chance de m’occuper de l’éducation d’Ada et pour moi c’était comme ci je l’avais mise au monde. Mais peut-être qu’un jour oui, j’allais encore en avoir un… Et c’est vrai que en réfléchissant bien, les années passent tellement vite. Surtout pour l’être humain. Je ne m’en rendis pas toujours compte, pour moi un ou 5 ans c’était quasi la même chose. Pas pour eux. « Mmm, certes mais il faut d’abord trouver un homme pour ça. » Et niveau amour ce n’était pas toujours ca. Mes pensées s’attardaient quelque minutes sur un autre pirate…. Fiche pirate. Pourquoi je pensais à lui ? J’effaçais bien vite son visage et son sourire de mes pensées. Lily, tu deviens folle. Oui, penser de cette manière-là à un pirate…. Non non non pas bien du tout. Même si Avran et Ada étaient des pirates, c’était différent. Ce n’était pas la même chose. Bien que je dois avouer qu’il semble que tous les enfants que je sauve de la noyage finissent par prendre le chemin de la piraterie… Etrange coïncidence.

Bon oublions ce fichu pirate et pensons plutôt aux bijoux. Je les montrais un par un à Avran et sourit en voyant qu’il avait du mal. Et oui, ce n’est pas toujours facile de devoir choisir. Surtout lorsque c’est pour une personne qu’on aime. Je lui disais pour lesquels j’avais une préférence, mais c’était à lui de faire son choix. C’était son cadeau après tout et c’était justement cela qui allait faire plaisir à Ada. Pas spécialement le bijou même (enfin quand même un peu), mais surtout le fait qu’il s’est cassé la tête pour trouver quelque chose et pour se décider. Chose qu’il finit par faire. Je souris et commence doucement à emballer les bijoux pour ne pas les abîmer. « Excellent choix. » J’ouvris la bourse, prit l’argent et rendit le restant à Avran. « Tu me dirais si cela lui a plu » Je lui donnais les deux bijoux emballés dans du tissu lorsqu’il me demandait comment Ada était gosse. Je souris. « Elle n’a pas vraiment changé tu sais… » Oh non, elle était fidèle à elle-même. « Elle était très aventureuse et n’avait peur de rien. Parfois je ne la voyais même pas de la journée. Lorsque le soir je la retrouvais, elle avait tout bonnement fait une expédition sur l’île. Partir à l’aventure, découvrir des autres lieux. » je souris doucement, et je me demande si j’aurais pas déjà du deviner qu’un jour elle allait se tourner vers la piraterie. Après tous les voyages, les découvertes… Elle avait toujours voulu cela. Et puis le fait de voir les amazones n’avait fait que d’elle une femme plus forte, qui ne se laisse pas faire par un homme. « Bien qu’elle n’est pas rentré en contact avec les amazones, je sais qu’elle avait tendance à les espionner. Et cela a surement du influencer son caractère bien trempée. » Si je l’avais éduqué à Brise-Air, elle serait peut-être différente qu’aujourd’hui ? Ou pas. C’est toujours très difficile à savoir.


_________________
Lily
I'm from the deep blue underworld
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 72

depuis le : 26/11/2017
age : 35
métier : Pirate
statut & orientation : Hétéro & En couple


MessageSujet: Re: Family is a strange thing [PV]   Mar 19 Déc - 10:56

Avran aurait bien dit à Lily que trouver un homme n’était pas si difficile si c’était une simple histoire de procréation. Il avait entendu dire que les Amazones faisaient ce genre de chose, et beaucoup de pirates rêvaient d’être ceux à qui on demanderait ça. Parce que pouvoir coucher avec une jolie femme sans devoir assumer si elle tombait enceinte, c’était le fantasme de beaucoup d’hommes à Brise-Air. Mais il se doutait bien que la petite sirène s’intéressait plutôt à l’amour qu’aux arrangements rapides. Et si elle voulait un humain, cela impliquait plein de choses, comme par exemple, devoir révéler sa vraie nature. Ah comme si ce n’était pas assez compliqué comme ça de trouver l’amour. Il fallait que tout le reste vienne se mettre dans le chemin. C’est pour ça qu’Avran faisait tout pour garder une vie simple et sans secrets. La vie était déjà bien assez compliquée comme ça, et tous les bijoux du monde ne feraient rien pour changer ça. Il espérait pourtant que ça fasse plaisir à Ada et que cela l’aide à sortir de la petite routine, parce qu’il n’y avait pas beaucoup d’autres options dans cette ville. Avran avait l’occasion de voir d’autres horizons lors de ses voyages, et il ne comprenait que trop bien que cela devait être ennuyeux de rester là, à Brise-Air, à voir les jours et les semaines se transformer en mois. Les années étaient passées, les enfants avaient grandits, et Avran n’aurait bientôt plus aucune excuse pour empêcher Ada de venir se battre à ses côtés. Difficile de dire pourquoi il avait autant de mal à se faire à cette idée. Il l’avait pourtant entraînée lui même et avait confiance en ses capacités. Mais il avait aussi peur de la perdre, et cette peur n’allait sûrement jamais disparaître. Et même en sachant se battre, n’importe qui pouvait se prendre une flèche ou un mauvais coup, et ne pas survivre. C’était ce qui était arrivé au père de Avran, et ce qui risquait, tôt ou tard, d’arriver à chaque pirate. Tous ces gens sur le marché n’avaient aucune idée des horreurs de son monde, qui était encore bien plus cruel que ce qu’on avait l’habitude de voir à Brise-Air. Sans aller jusqu’à dire qu’il était hanté par ses souvenirs, il avait du mal à ne pas partir dans ses pensées et à ne pas réfléchir aux dernières semaines qu’il venait de passer. Il était entre sa nature de n’avoir aucun remords sur ses actions, et cette envie qui revenait souvent, l’envie de paix. C’était mentalement fatiguant de devoir incarner l’héritage de son père quoiqu’il arrive. Il avait son choix il y a longtemps, celui de reprendre le flambeau et de ne jamais le laisser tomber. Ne jamais laisser ce grand navire à quelqu’un d’autre. Et il ne pourrait jamais revenir en arrière. Le sang avait coulé pour qu’il en arrive là, et le vent avait tourné pour toujours. Avran portait le poids du commandement sur ses épaules, et la responsabilité de la vie de tous les membres de son équipage. Et il ne voulait pas que sa femme se retrouve comme lui, à faire des choses qu’elle ne pourrait jamais changer.

Mais en entendant la réponse de Lily, il était maintenant sûr qu’Ada avait toujours eu ce côté exploratrice. Ce côté peur de rien. Ce côté qu’il aimait tant, qu’il respectait, mais qui la rendait si difficile à contrôler. Dans un sens, c’était même la seule personne sur qui il n’arrivait pas à avoir le dessus, ou très rarement. Parce qu’elle avait toujours l’argument ultime de lui avoir sauvé la vie. Mais si Ada et lui se retrouvaient à naviguer ensemble comme au bon vieux temps, il allait malgré lui passer son temps à essayer de la protéger. Il allait devoir garder un œil sur elle, devoir supporter le fait que les autres pirates seraient sûrement en train de la reluquer de haut en bas, et que ça allait créer pas mal de conflits. Mais bon, il avait tout l’hiver pour y réfléchir et la convaincre que les enfants étaient encore trop jeunes. Ou peut-être qu'il avait juste besoin d'un avis extérieur.

Avran : Ada veut absolument venir avec moi lorsque je reprendrais la mer. Je préfèrerais qu’elle reste avec les enfants, mais avec son caractère bien trempé comme tu le dis si bien… je ne pourrais plus la convaincre très longtemps. Qu’est ce que tu en penses ?

Il avait vraiment envie de savoir ce qu’une femme en pensait. Ada n’était pas une Amazone, même si il savait qu’elle les admirait depuis toujours. Mais ces femmes avaient sûrement grandis en sachant se battre. Elle avait apprit bien plus tard, et allait se retrouver à devoir tuer, majoritairement, des hommes. Des hommes bien plus grands, bien plus forts. Certes, souvent bien moins intelligents. Mais est-ce que ça en valait vraiment la peine ? Avran ne pouvait pas imaginer sa vie sans elle, et ne se serait jamais pardonné si il lui arrivait quelque chose de grave.

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 225

depuis le : 25/10/2017
age : 77 ans ( encore jeune pour une sirène)
métier : vendeuse de bijoux
statut & orientation : hetero & celibataire


MessageSujet: Re: Family is a strange thing [PV]   Mer 20 Déc - 11:25

J’examinais doucement le visage d’Avran. Oh je savais depuis longtemps qu’elle souhaitait retourner en mer. Je ne comprenais pas cette envie, ou du moins je fermais les yeux dessus. Je n’ai jamais voulu qu’elle choisit cette voie, mais la vie humaine était courte. Trop courte pour ne pas la laisser décider par elle-même. « Tu as peur. » Ce n’était pas une question, plutôt une remarque. « De quoi ? Pourquoi as-tu plus de droit d’avoir peur pour elle, qu’elle pour toi ? » Les risques étaient au fond les mêmes. Hommes ou femmes… Tous mortels. Suffit d’une balle perdue, suffit qu’on glisse et qu’on se cogne la tête… La vie est parfois très imprévisible. « Toi, tout comme elle vous avez choisi cette voie… Et cela m’a toujours surprit qu’elle est restée si longtemps à Brise-Air, à te regarder partir sans elle… » Oui, l’amour nous fait surement faire des choses dont on ne se pense pas capable jusqu’au jour où on les fait. L’amour pour ses enfants l’avaient pousser à rester. Mais cela grandit très vite et tôt ou tard il aurait bien dû se douter qu’elle allait venir avec lui. « Ca pourrait être bien pire… elle aurait pu choisir un autre équipage. Et là tu n’aurais ressenti les mêmes sentiments qu’elle ressent à chaque fois que tu partes… » La peur, ne pas savoir si tout se passe bien, ou il se trouve… Oh oui, il aurait pu ressentir tout cela aussi. Mais au lieu de cela, elle sera près de lui, en tant que membre de son équipage. Ça aurait donc pu être pire.

« De toute manière certaines choses sont inévitables… Et au fond… C’est justement pour cela que tu l’aimes non… Pour ce caractère que tu n’arrives pas à toujours dominer. » Non, je ne voulais pas qu’elle parte. Mais cela faisait bien longtemps que j’avais appris à serrer mon cœur et à croiser les doigts. De toute manière on ne peut pas la retenir, cela n’en valait même pas la peine d’essayer. « Au moins, elle est prêt de toi… Ça aurait pu être pire. » Malheureusement lorsqu’on est mortels, la mort peut se cacher derrière chaque coin de rue. C’était inévitable, la mortalité allait main dans la main avec la mort. « Si la mort doit venir, elle viendra… tu ne sais pas l’empêcher… a moins que je sois dans les parages… Alors c’est peut-être même mieux que vous êtes en mer si cela devait arriver… » Certes je ne pouvais pas les sauver toujours. Mais ils avaient aucun d’eux l’âge requis pour partir dans l’au-delà. Et même si j’utilisais mon souffle de vie que pour des êtres innocents, des enfants. Je sais qu’au fond de moi je ferais toujours une exception pour elle.


_________________
Lily
I'm from the deep blue underworld
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 72

depuis le : 26/11/2017
age : 35
métier : Pirate
statut & orientation : Hétéro & En couple


MessageSujet: Re: Family is a strange thing [PV]   Jeu 21 Déc - 1:08

Ah comme il aurait aimé que le coté pacifiste de Lily joue en sa faveur. Il aurait préféré qu’elle ne veuille pas que sa petite fille adorée aille massacrer des gens pour quelques objets précieux. Foutue solidarité féminine.Mais elle avait raison, Avran n’aurait pas voulu avoir une femme docile qui se laissait faire. Alors il fallait bien accepter l’évidence, c’était ça le plus beau cadeau qu’il pouvait faire à Ada : lui montrer qu’elle était son égale. Il avait été trop influencé par son propre équipage et leur misogynie pour le réaliser. Et oui, il n’aurait pas pu concevoir qu’elle fasse partie d’un autre équipage, et il aurait d’ailleurs tout fait pour lui interdire. Et si elle devait absolument se mettre en danger, autant que ce soit à ses côtés. Après tout, il avait tout l’hiver pour l’entraîner et s’assurer qu’elle était prête physiquement. Et il y gardait toujours un petit d’espoir qu’elle retombe enceinte et que le destin soit encore un peu retardé. Car comme le disait si bien Lily, la vie était parfois imprévisible. Mais Avran n’aimait pas cette idée de ne pas pouvoir choisir sa destinée. Il ne voulait pas lancer les dés et attendre que la vie décide à sa place. Il préférait avoir toujours une longueur d’avance, pour ne pas avoir trop de mauvaises surprises.

Avran : Même si je dois bien avouer que ça ne m’enchante pas… tu as raison.

C’était surtout très juste de lui avoir rappelé qu’Ada s’inquiétait sûrement lorsqu’il était en mer, et qu’il lui faisait vivre cette peur depuis des années sans qu’elle ne s’en plaigne. Et même s’il n’allait jamais prononcer les mots : oui, j’ai peur… il avait effectivement peur que son petit monde change. Il ne voulait pas penser à la mort, et y arrivait très bien lorsqu’il était tout seul. Et ça risquait de tout changer. Avran avait tout aussi peur que quelqu’un décide de se servir d’elle comme moyen de pression, car son amour était facile à voir, et c’était la pire des faiblesses. Si les femmes avaient été refusées de beaucoup d’équipages, ce n’était pas pour rien. C’était une distraction évidente de devoir regarder une jolie femme pendant des semaines. Et lorsqu’un homme doit se battre, c’est toujours mieux qu’il soit concentré à 100%, au lieu de penser à aller voir sous les jupes de ces demoiselles. Mais il fallait bien grandir un jour et comprendre qu’Ada avait fait son choix il y a bien longtemps, tout comme lui avait fait le sien. C’était facile d’oublier qu’ils étaient deux personnes différentes, et qu’il ne pouvait pas la diriger comme les autres. Même si dans un sens, elle allait quand même devoir obéir à ses ordres. Et ça, c’était plutôt plaisant. Avran pousse un long soupir et regarde le ciel. Il ne veut pas penser à la mort. Cela lui rappelle sa mère, son père, et des amis qu’il a du regarder mourir sans pouvoir rien faire. Son regard revient vers Lily, et comprend qu’elle parle du fameux souffle de vie qu’Ada avait déjà mentionné plusieurs fois. C’est vrai que ça, c’était un atout magique qui changeait beaucoup de choses. Encore fallait il qu’elle soit dans les parages si quelque chose arrivait…

Avran : Et bien, je ne manquerais pas de te donner notre itinéraire.

Avran lui fit un petit sourire taquin. C’était souvent un homme de peu de mots, lui qui prenait toujours son temps pour réfléchir en silence. Sûrement sa façon a lui de garder un peu de contrôle sur ce qu’on pouvait penser de lui. Même si il était étrangement à l’aise, assis là, avec sa petite chèvre, et sa petite sirène. Elle l'avait convaincu: il proposerait à Ada de venir avec lui lorsqu'il serait prêt à reprendre la mer. Et Lily venait de lui rappeler qu’elle avait ce pouvoir si convoité. Indéniablement un atout pour un pirate. Lily aurait, à coup sur, sauvée Ada sans hésiter. Et elle aurait sans doute fait la même chose pour ses enfants. C’était un peu comme détenir une carte magique, une deuxième chance, un petit moment d’immortalité. Mais il avait une question qui lui brûlait les lèvres et qu’il ne put s’empêcher de poser :

Avran : Et puisque je sais que tu sauverais ma famille si tu en avais l’occasion, je voulais savoir si…tu me sauverais aussi ?

Parce que c’était une idée qui lui plaisait bien, de pouvoir revenir d’entre les morts. Avran était loin d’être un innocent, et il ne s’en cachait pas. Et comment lutter contre l’arrogance de pouvoir esquiver la mort ? Est-ce que Lily ferait une exception pour lui, comme elle l’aurait fait avec Ada ? Ou allait elle penser qu'aider un pirate n'était pas forcément une très bonne idée...

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 225

depuis le : 25/10/2017
age : 77 ans ( encore jeune pour une sirène)
métier : vendeuse de bijoux
statut & orientation : hetero & celibataire


MessageSujet: Re: Family is a strange thing [PV]   Jeu 21 Déc - 22:42

Oh la sagesse qui vient avec l’âge m’avait quand même apprit à ne pas trop me mêler des choix des humains. Certes, la plupart du temps ils prennent des mauvaises décisions, ils prennent le mauvais chemin, ils tombent amoureux de la mauvaise personne. Mais c’est ainsi qu’ils apprennent. Et vu que leur vie est tellement court… J’avais fait ce qu’il me semblait juste pour Ada. Mais quand l’âge était là, j’ai du la laisser partir. Je n’étais pas toujours pour les choix qu’elle avait fait. Mais au moins, elle était heureuse ; et au final, c’était ça qui comptait. Elle avait trouvé l’amour et avait crée sa propre petite famille… Elle avait réussi sa vie. Que demander de plus ? Qu’elle n’aille pas en mer ? Ah je pouvais toujours rêver, jamais elle n’allait m’écouter. Tout comme elle n’allait jamais obéir à Avran. Je l’avais probablement éduquer trop librement, trop indépendante. Mais si c’était à refaire, je ferais la même chose.

Lui sauver la vie? Excellente question. Honnêtement je n’en savais rien. Je savais très bien qu’il comptait énormément pour Ada et les enfants. Mais quelque part, il restait un pirate, et pas un des plus gentils. Théoriquement ma réponse était non. Mais la pratique et la théorie ne sont pas toujours la même chose. Et j’ignore si dans la situation ou Avran était vraiment souffrant et que j’étais la seule à pouvoir l’aider, avec le savoir que cela allait briser le cœur de ma fille ? Intérieurement je soupire. Non j’ignore comment je pouvais réagir dans une telle situation. « Je ne sais pas. En théorie je ne sauve pas les pirates, ou des personnes qui peuvent prendre des autres vies.» Sur les 77 ans que je vivais le souffle de vie je l’ai utilisé que 2 fois. Pourtant des gens à sauver il y en avait plein. Mais si on sauve la vie d’un meurtrier, on est responsable de tous les autres morts qui en suivent… « Espérons qu’on n’en arrive pas là, et que je n’ai pas ce choix à faire. » Choisir entre briser le cœur de ma fille ou avoir des morts sur ma conscience pour le restant de ma vie… Non ce n’était pas un choix que je souhaitais faire. Car j’ai bien peur que peu importe la décision que je prendrais, j’aurais toujours quelque chose sur la conscience.


_________________
Lily
I'm from the deep blue underworld
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 72

depuis le : 26/11/2017
age : 35
métier : Pirate
statut & orientation : Hétéro & En couple


MessageSujet: Re: Family is a strange thing [PV]   Ven 22 Déc - 6:37

Haha. Evidemment qu’il aurait du s’attendait à cette réponse, et il ne pouvait pas en vouloir à Lily. Avran était responsable de beaucoup de morts et le savait bien. Il n’allait même pas essayer de la convaincre, car il respectait le fait qu’elle veuille garder ses valeurs. Mais ça ne lui avait rien couté de poser la question. Et qui sait, peut-être que si cette situation arrivait un jour, elle changerait d’avis. Et sinon, peu importe, tant qu’Ada et ses fils vivaient une vie longue, heureuse et prospère. Lui sentait qu’il pouvait mourir en laissant une trace derrière lui, un écho fort, et un nom dont on se rappellerait longtemps. Même s’il ne comptait pas mourir avant pas mal d’années. Il voulait voir ses fils grandir et les voir devenir des hommes. Et même s’il était parfois las et fatigué de la vie de pirate, il sentait qu’il avait encore beaucoup d’aventures à vivre. Et aucun regrets à l'horizon. Il ne fallait pas le prendre personnellement, il savait bien que Lily ne lui devait rien. Dans n'importe quelle autre circonstances, ils auraient sûrement été ennemis, ou du moins, il aurait été un danger pour elle. Alors pourquoi l'aurait elle sauvée? Dans ce monde, on récolte ce que l'on sème. Petit clin d’œil suivit d'un sourire pour prouver sa sincérité:

Avran : Ne t’inquiète pas, je comprend très bien...

Après tout, il avait toujours accepté le fait qu’un jour, il ne serait plus la. Il n’était pas vexé. Enfin, un petit peu quand même, à cause de son petit égo. Avran aurait été extrêmement surpris si Lily lui avait dit 'oui' sans avoir aucun doutes. Il aurait eu du mal à croire. Sa réponse était celle d'une sirène après tout, elle avait beaucoup plus de réflexion que si ils avaient été, disons, amis. Mais Avran ne considérait pas avoir beaucoup d’amis sur cette terre, même aucuns, car en y pensant, ceux qui avaient essayés de le tuer il y a longtemps avaient été des gens à qui il avait fait confiance. Les erreurs de jeunesse sans doute. Et il ne ferait plus jamais cette erreur. Car au fond, les gens étaient toujours décevants. Parce que tout le monde avait sa petite vie, ses valeurs, ses conflits… et peu de gens semblaient vouloir aller dans la même direction. Lily voulait la vie pacifiste, découvrir les humains. Avran voulait oublier les humains, et aller au delà d’une vie ordinaire. D’autres voulaient la richesse, le plaisir, ou faire régner l’ordre et la justice. Brise-Air était un magnifique bordel chaotique. C’est pour ça qu’il ne fallait pas penser avec ses émotions ou son cœur. Et c’est pour ça que Lily faisait bien de ne pas faire de compromis juste pour faire plaisir à Ada. Mais elle n’avait pas non plus dit non. Ce n’était pas définitif. Et ça lui suffisait comme réponse, vu qu’il pouvait quand même s’imaginer qu’il y avait un petit espoir que ça arrive. Pour lui, il n’y avait pas de bien ou de mal. Il n’y avait que la réalité des choses. Il était d’ailleurs temps pour lui de retourner à ses occupations. Sa présence n’allait pas attirer beaucoup de clients à Lily, plutôt le contraire, alors il ne voulait pas s’imposer plus longtemps. Laissant partir la petite chèvre, il récupéra sa bourse sur la table, et se leva en disant :

Avran : Eh ben je vais te laisser avant de ne faire fuir tous tes clients potentiels. Merci pour cette petite discussion, et pour ces beaux cadeaux pour Ava. Je lui dirais que tu lui passes le bonjour...

Le froid sans la chaleur de petite chèvre lui donnait envie de rentrer bien au chaud et de se faire une bonne bouteille de rhum. Et Avran avait maintenant hâte d'offrir les bijoux à Ava, et peut-être même de lui annoncer qu'il s'avouait vaincu et qu'elle pourrait venir avec lui lors de son prochain raid. Il y avait beaucoup à faire, comme s'assurer qu'elle passe le plus de temps possible avec une arme dans les mains. Et il avait hâte de commencer.

Avran: A bientôt Lily, essaye de rester loin des problèmes.

C'était sa façon à lui de dire au revoir, à bientôt, see you later. Bref, ce n'était pas comme si elle n'était qu'une petite vendeuse sur le marché qu'il n'allait pas revoir. La famille Leary était, qu'on le veuille ou non, impossible à séparer. Et Lily en faisait bel et bien partit.

*fin pour mwa*

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 225

depuis le : 25/10/2017
age : 77 ans ( encore jeune pour une sirène)
métier : vendeuse de bijoux
statut & orientation : hetero & celibataire


MessageSujet: Re: Family is a strange thing [PV]   Ven 22 Déc - 11:00

L’honnête de mon espèce peut parfois conduire à des situations délicat ; Je n’aimais pas mentir. D’ailleurs j’étais probablement une très mauvaise menteuse car je manquais de pratique. Mais c’était sans réel importance, car le mensonge n’était pas une chose que je tenais à apprendre de la gente humaine. Pourtant on prétend que pas toute vérité était bonne à savoir, mais pour moi il n’y a rien mieux que la vérité. Les mensonges engendrent bien trop vite d’autres mensonges jusqu’à ce que cela devient une situation impossible. Alors non, je n’allais pas mentir à Avran. J’ignorais comment je pouvais réagir dans une telle situation. Mais j’espérais que ce jour ne viendrais jamais. Il comprenait, du moins c’est ce qu’il disait. C’est plus au moins là que notre conversation touchait à sa fin. Il devait retourner à ses préoccupations, et moi je devais quand même essayer de vendre quelques bijoux de plus. « Prend soin de ta petite famille. » Je souris et lui fit un signe de tête lorsqu’il s’éloigne. « Je vais essayer de suivre ton conseil. » Ne pas m’attirer des problèmes n’était pas une chose aussi facile à faire dans ce monde humain. Et puis ce n’est pas comme si je voulais m’attirer des problèmes. Mais plutôt que les problèmes aimaient me trouver. Ou alors c’est simplement parce que ce monde n’était pas fait pour des sirènes…


THE END.


_________________
Lily
I'm from the deep blue underworld
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Family is a strange thing [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Family is a strange thing [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» e n g e l xxx family is the only thing you have to care about
» Exode de 1940 - Les Français sur les routes
» Loofthewood : Lati family : Arya (Lati Yellow Haru tan) circus - pg14
» quel blush avec ral rouge MAC?
» eleowine, capucine, eglantine, camélia et maiwen ma petite famille pukifee au complet+pigglet family

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Don't Cry Mercy :: ✿ don't cry mercy :: Brise-Air :: Auberge-
Sauter vers: