AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Au délà du temps (X)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 128

depuis le : 27/10/2017
age : 32 ans
métier : Assassin
statut & orientation : bisexuelle - celibataire mais coeur prit


MessageSujet: Au délà du temps (X)   Ven 8 Déc - 8:30

Il y a bien des années, je m’en souviens comme si c’était hier. C’était avant mon départ pour Brise-Air. J’étais une jeune femme, encore jeune et innocente à l’époque. Je n’avais pas encore de sang sur mes mains et je voyais la vie en rose. J’étais excitée à l’idée d’aller à la cour, de rencontrer mon prince. Car oui, si beaucoup entre nous (les femmes) ne veulent pas d’un mariage arrangé, moi je n’étais pas vraiment contre. Il faut dire que j’ai été éduqué dans ce sens-là. J’ai toujours su qu’un jour mes parents allaient me choisir un époux et que j’allais devoir m’y consacrer. Alors petite fille, j’ai commencé à rêver de mon prince charmant. J’étais persuadé que mes parents allaient faire le bon choix. Que mon futur époux allait être beau, charmant, intelligent et riche… Quand j’ai fait ce souhait, j’aurais dû y ajouter gentille…. Mais je ne vais pas vous parler de mon mari ni de mon mariage. Aujourd’hui c’est une autre histoire que je souhaite vous raconter. Celle du jour ou Catalina m’a rendue un peu moins innocente, et surtout moins naïve.

Malgré l’excitation à l’idée de rencontrer mon futur époux, d’aller vivre dans un autre royaume, je me sentais également angoissée. Je me posais plein de questions dont je ne connaissais pas les réponses. Et je n’avais pas réellement quelqu’un à qui je pouvais me confier. Oh bien sûr il y avait ma cousine, Eve, mais elle était encore plus jeune que moi et j’étais sure qu’elle non plus avait des réponses à mes angoisses. Ma mère ? Oh mon dieu non. Jamais j’oserais aborder telle sujet avec elle. Alors qui ? Car il me fallait à tout prix des réponses. La chose fut plus évidente lorsque Catalina, mon esclave, fit éruption dans ma chambre pour allumer le feu ouvert. Tellement préoccupée par mes pensées, je ne m’étais même pas rendue compte de la température de la chambre. Et je fus bien reconnaissante qu’elle y avait pensé avant que je gèle et tombe malade. Mon regard observait cette femme, qui depuis quelques temps était au service de ma famille, mais plus précisément au mien. Elle était svelte, jolie et j’avais remarqué il y a peu de temps qu’elle était doué pour soigner les gens. C’était un petit secret entre elle et moi. J’ignorais pourquoi elle souhaitait être si cachotière avec ses dons, peut-être parce qu’elle était une magicienne ? Peu importe, moi cela me convenait parfaitement car je ne souhaitais pas qu’on sache que j’avais frôlé de si peu la mort et qu’en réalité je lui devais bien plus que de la reconnaissance.   « Catalina ? » J’aurais dû penser plus tôt à elle. C’est quasi sure qu’elle pourrait m’aider. Du moins je l’espérais.

Bien que les questions me brulaient les lèvres, je ne semblais pas avoir assez de courage pour les poser. Je ne savais pas comment m’y prendre. Et même si ce n’était que Catalina, je me sentis quand même fort gêné à l’idée de devoir lui demander cela. Je raclais ma gorge, comme pour prendre mon courage à deux mains. « T’as connu beaucoup d’hommes ? » Bon ce n’était pas vraiment la question que je voulais lui poser, mais c’était déjà un début. J’allais m’asseoir sur mon lit, attendant sa réponse. Au fond je me rendais compte que je ne la connaissais pas aussi bien que j’aurais pensé. IL y avait bien des choses que j’ignorais sur elle. Comme par hasard, est-ce qu’elle avait aimé un homme ? Est-ce qu’elle avait eu beaucoup de maitres ou maitresses avant de terminer chez les Black ? Plein de questions qui tout à coup commençaient à jaillir dans mon esprit.


_________________

   
I'm here without you. But you're still on my lonely mind.
   

   
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 14

depuis le : 01/12/2017
age : la trentaine passée
métier : Esclave, ancienne médecin sur terre
statut & orientation : Esclave et bisexuelle


MessageSujet: Re: Au délà du temps (X)   Sam 9 Déc - 20:52

Le temps c’est un peu rafraîchi et pas acquis de conscience je m’approche des appartements de ma maîtresse, la fille Black, Visenya. Cela fait quelques temps maintenant que je suis à son service, au sein de la famille Black. La jeune femme est plutôt bienveillante, surtout depuis que j’ai du intervenir dans sa vie comme je fais attention à ne pas trop le faire. Une fièvre anodine, si tant est qu’une fièvre puisse l’être, qui dissimulait le début d’une vilaine pneumonie qui l’aurait sans doute emportée si je n’avais pas concocté des antibiotiques avec les plantes locales. Je l’ai gardé au lit le temps nécessaire à ce que l’ombre de la mort ne s’éloigne définitivement. Sans mes connaissances médicales modernes, la jeune femme serait morte très certainement. Cet endroit ne connais pas la médecine. C’est un endroit arriéré sorte de 17ème siècle préservé pour la meilleur mais aussi pour le pire.

Je rentre dans la pièce et y vois ma maîtresse plongée dans ses pensées. La pièce est glaciale, comme je m’en doutais. C’est dans la plus grande discrétion que je m’approche du foyer pour y placer le nécessaire et allumer un feu. Dieu que je regrette les briquets et autres allumettes. J’ai, dans les premiers temps, eu un mal de chien à allumer des feux, contrairement à la plupart des gens ici, sauf peut-être les nobles ou la bourgeoisie. Je m’affaire lorsque j’entends Vysenia m’interpeller. Sans tourner la tête de ma tâche, je lui signale que je l’ai entendu.

- Oui Maîtresse ?

Je l’entends se déplacer et aller vers son lit. Le feu commence à crépiter, je rajoute les buches qu’il faut, laissant sa question quelques instants en suspens jusqu’à ce que je puisse laisser le feu à son propre sort sans craindre qu’il s’éteigne. Je me relève alors, et m’avance vers le lit. La lumière émanente du foyer dessine en contrejour mes formes. Le crépitement se fait entendre et laisser présager un rapide réchauffement de la pièce.

- Tout dépend de ce que vous entendez pas beaucoup Maîtresse. Mais j’en ai connu un certain nombre. Pourquoi cela ?

Il ne fallait pas être sorcière pour voir la gêne de la jeune femme et deviner où elle voulait en venir, surtout avec le mariage qui se profilait. Elle devait se poser des questions que personne dans son entourage ne souhaitait entendre. Cela me fit sourire et j’attendais alors la suite, voir comment elle allait amener le sujet. Ma maîtresse était très jolie, et j’avoue que j’ai déjà fantasmé plusieurs fois sur elle. Comme sur d’autres. Mais ma position d’esclave rend les relations très difficiles.
Je m’approche de lit pour venir récupérer la bassinoire et la rapproche de la cheminée pour plus tard, lorsqu’elle voudra se coucher.

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 128

depuis le : 27/10/2017
age : 32 ans
métier : Assassin
statut & orientation : bisexuelle - celibataire mais coeur prit


MessageSujet: Re: Au délà du temps (X)   Dim 10 Déc - 13:23

Je m’étais assise sur mon lit, j’observais ma chambre ainsi que la vue que j’avais d’ici. J’adorais observer les arbres qui dansaient avec le vent, le froid qui s’installait de plus en plus alors que je sentis doucement la chaleur du feu, que Cat’ venait d’allumer, s’approcher de moi. Ce n’étaient que des choses très banales, mais que j’appréciais.

Au fond cela me surprenait que très peu. Vu le physique, le regard et même le sourire de Catalina cela me semblait logique que les hommes s’étaient pliés en quatre pour l’avoir dans leur lit. Par contre, vu mon statut et surtout ma famille j’avais été éduqué très strictement et honte à moi si je laissais un homme m’embrasser. De toute manière j’étais toujours entouré de gardes, de membres de ma famille ou encore d’esclaves qu’il m’était tout à fait impossible de faire quelque chose de la sorte sans qu’on le sache. Pourquoi ma question ? Ah, bonne question. Et j’avoue ne pas savoir si je devais lui poser toutes mes questions qui se trottaient dans ma tête. Mais puis d’un autre côté, Catalina était mon esclave, elle n’allait pas aller le raconter à mon père. Elle savait garder le silence. Quand elle m’a soigné, on s’est toutes les deux tus. Alors je présume que je pouvais lui faire confiance. Mais au plus profond de moi, c’était surtout la honte qui m’empêchait d’en parler. Je sais bien, qu’être toujours vierge est vue comme une belle vertu… et pourtant à côté de Catalina j’ai l’impression de me sentir si bleu… « Mmm, tu sais que je vais bientôt partir pour Brise-Air afin de rencontrer mon futur époux. » Je détachais mon chignon afin de donner libre court à ma chevelure. Avoir les cheveux détachés me donnaient un sentiment de sécurité, comme si je pouvais les utiliser comme des rideaux pour cacher les traits de mon visage, traits qui devaient surement dévoiler tout ce qui se passait dans mon esprit. « Ne penses pas que j’ai peur de le rencontrer ou de passer la nuit de noces à ses côtés. »

Non, j’avais beau être nerveuse. Sentiment que j’estime tout à fait légitime dans des telles circonstances. Mais je ne me posais pas des questions telles que : est-ce que ça fait mal ? ca ressemble à quoi. J’avais déjà entendu pas mal d’histoires sur la première nuit, car depuis toujours j’ai les oreilles qui pendent de tous les côtés. Non si j’avais peur, c’était bien de ne pas être à la hauteur. Quand j’y repense, cela doit surement venir de mon éducation. J’ai toujours voulu être à la hauteur de tout le monde, l’exemple. « Et si il ne m’aimait pas ? « Je tournais mon regard vers Catalina. « Si je ne faisais pas ça bien ? Je ne sais pas comment je dois faire ;.. pour enfin… tu vois. » C’était déjà un grand effort de lui en parler. Mais ne me demandez pas d’appeler un chat un chat. « J’ai peur de ne pas être à la hauteur. » Contrairement à moi, mon futur époux avait surement connu déjà beaucoup d’ébats charnels. Que c’était pour s’entrainer pour la nuit de noces ou par pure plaisir, je n’en doutais pas une seule seconde que j’allais être complétement paumé ce soir-là. Et vu qu’il n’y avait aucune étiquette à laquelle je pouvais me raccrocher. Je savais comment il fallait que je m’adresse à mon époux, les mots exacts à utiliser, combien de centimètres je devais faire ma référence, oui, tout cela n’avait plus aucun mystère pour moi… Par contre satisfaire mon époux sur le plan sexuelle… ca m’effrayait même plus que de devoir un jour accoucher d’un enfant.


_________________

   
I'm here without you. But you're still on my lonely mind.
   

   
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 14

depuis le : 01/12/2017
age : la trentaine passée
métier : Esclave, ancienne médecin sur terre
statut & orientation : Esclave et bisexuelle


MessageSujet: Re: Au délà du temps (X)   Lun 11 Déc - 8:31

J’essaie de la regarder impassible, mais comment faire lorsqu’elle joue avec ses cheveux de la sorte ? Elle est belle et sensuelle. Si en plus elle commence à vouloir parler de sexe…

- Oui maîtresse je le sais…

Oui je ne le sais que trop bien, et l’incertitude qui vas avec. Vais-je aller avec elle ? Certainement, mais sous quelles conditions ? Comment vais-je être traitée ? Oh oui je ne le sais que trop bien que notre vie vas changer.

- J’en suis sure Maîtresse. Je sais bien qu’il n’y a pas grand-chose qui vous fasse peur.

Je l’écoute et sourit comme je sais si bien le faire en l’écoutant s’ouvrir petit à petit à sa préoccupation toute naturelle. Mon visage s’éclaire de bienveillance et je viens m’asseoir sur le lit devant elle, les jambes touchant le sol. Je lui prends délicatement la main pour la rassurer.

- Autant de questions bien naturelles Maîtresse. Il y en a certaines pour lesquelles je ne peux rien. Savoir s’il vous aimera ou si vous l’aimerez...Personne ne peut le savoir avant que vous vous rencontriez je le crains. Pour le reste… sans doute qu’il y a certaines choses que je vous devriez savoir.

Je lui lâche la main tout aussi délicatement que lorsque je lui ai prise et après avoir détaché mon regard du sien, je me relève pour me diriger vers la table où je viens garnir la corbeille de fruit tous les jours.

- Pour commencer, sachez qu’il est assez aisé de contenter un homme. Au plutôt qu’un homme se contente avec nous, devrais-je plutôt dire.

Je suis devant la table lui tournant le dos, choisissant discrètement les fruits pour illustrer mon propos.

- Avant tout le reste, savez-vous au moins de quoi nous parlons Maîtresse ? Avez-vous déjà vu un homme adulte nu ?

Je me retourne et revient vers le lit, tenant dans mes mains une banane et deux kiwis placés à la base pour rendre l’aperçu, pour qui l’aurait déjà vu, d’une queue d’homme et de ses couilles. Je me rapproche et me remet sur le lit en la regardant avec bienveillance.

- C’est peu ou prou ce à quoi vous devez vous attendre. De cela...à...disons celà.

Je lui présente la banane, dissimulant une partie pour n’en faire apparaître que quelques centimètres, puis en la découvrant totalement pour une bonne vingtaine de centimètre.

- Plus court ou plus long, c’est plus rare, mais pas impossible.

Je souris de bon cœur en lui disant cela.

- Ce que tu dois savoir ensuite, c’est que ta première fois avec un homme a de bonne chance d’être décevante. Parce que tu seras anxieuse, et qu’il pourra te faire mal, sans le vouloir. Tu as en toi une membrane qui fait de toi la vierge que tu es. Et lorsqu’il te pénétrera, cette membrane pourrait se déchirer, saigner, c’est normal, mais pas forcément agréable. Elle pourrait aussi bien se détendre, et tu ne sentirais rien de plus. Cela non plus je ne peux pas te le dire à l’avance.

Je la regarde avec tendresse, lui parlant comme une mère pourrait parler à sa fille à mon époque. Et je me rend compte que je viens de la tutoyer.

- Je...je suis désolée Maîtresse. Je me suis laissée distraire par le sujet...je…

Je me redresse, penaude, laissant la banane et les kiwis sur le lit, attendant sa réaction.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 128

depuis le : 27/10/2017
age : 32 ans
métier : Assassin
statut & orientation : bisexuelle - celibataire mais coeur prit


MessageSujet: Re: Au délà du temps (X)   Mar 12 Déc - 14:52

Elle m’intriguait suite à ses paroles. Il était donc réellement facile qu’on homme soit satisfait ? Quelque part, cela me rassurait. Ce n’était donc pas une tâche difficile à apprendre, et surement moins difficile que jouer d’un instrument de musique. En tout cas, c’était l’impression que Catalina me donnait. Par contre lorsqu’elle me montrait les fruits, j’arquais naturellement les sourcils. Des kiwis et une banane ? Honnêtement ? je ne savais pas trop quoi penser, j’essayais de m’imaginer ce qu’elle me montrait, mais les images qui me venaient en tête étaient inconcevables. J’hochais la tête. D’accord longueur c’était noté. Par contre y avait un truc qui me chiffonnait l’esprit. « C’est aussi gros qu’une banane ? Ca ne peut comment jamais rentrer….. si ?  » Du coup je commençais à comprendre pourquoi ça pouvait saigner ou faire mal. Donc si je comprenais bien les dires de mon esclave, je devais m’attendre à de la souffrance. Car je ne serais probablement pas détendu avec un homme que je connaissais à peine. Mmm bon au moins j’étais prévenue. C’était mieux que d’être dans l’obscurité totale.   « Niveau douleur c’est fort ou supportable ? « Disons que le mot : déchirer ne me rassurait pas spécialement.

Par contre si elle savait tout ça, c’était qu’elle avait dû passer par là. « Et pour toi ? Ça t’as fait mal ? T’avais quel âge ? » Au fond je me rendais compte que je ne connaissais pas grand-chose du passé de Catalina. Et j’avais été bien trop préoccupé par la banane et la grosseur que d’être choqué par sa familiarité avec moi. Peut-être que dans d’autres circonstances, j’aurais été moins douce. Mais là, j’étais encore trop perturbé avec les informations qu’elle venait de me donner. Je secouais la tête suite aux excuses de Cat’. « Mmm c’est bon, évite de le faire quand il y a quelqu’un avec nous. » A ce moment, je me fichais bien si elle me disais tu ou vous. Je voulais simplement qu’elle m’en dise encore plus. Ma main se posait sur la sienne. « Dis-moi en plus Cat’. C’est comment … la sensation que quelqu’un t’embrasse, te touche, te vois nu… » Je m’attendais peut-être à une histoire à l’eau de rose. Et peut-être que je devrais descendre de mon nuage. Quoi qu’il en soit, je voulais connaître la vérité. Vraiment savoir ce que cela faisait d’embrasser quelqu’un. Y-avait-il là aussi des choses à ne pas faire ? J’arquais un sourcil tout à coup. « Et si j’embrassais mal ? Après tout… je n’ai jamais embrassé quelqu’un. Je ne sais pas si j’embrasse bien ou mal… » Et d’un coup, j’avais bien plus facile à parler. Comme si j’avais fini par briser le mur que j’avais construit et que d’un coup toutes mes craintes sortaient telle une cascade hors de ma bouche.


_________________

   
I'm here without you. But you're still on my lonely mind.
   

   
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 14

depuis le : 01/12/2017
age : la trentaine passée
métier : Esclave, ancienne médecin sur terre
statut & orientation : Esclave et bisexuelle


MessageSujet: Re: Au délà du temps (X)   Mer 13 Déc - 12:53

- Ca peut. Mais vous avez raison c’est en général moins épais, mais pas de beaucoup. Cela rentre sans problème, je vous montrerai si vous le voulez.

En disant cela je voulais la rassurer, mais aussi voir comment elle accueillait cette proposition. Je vois aussi à sa tête qu’elle est un peu perplexe à propos de ma métaphore fruitière, aussi je me relève avec la banane et je viens la positionner devant mon entrejambe, à la façon d’un sexe en érection.

- Non rassurez-vous, cela ne fait pas aussi mal, c’est supportable. C’est juste que cela peut, sans que l’homme n’y prête attention ou même ne le sache, vous gâcher le plaisir de cette première fois. C’est comme manger un délicieux plat en étant barbouillée. Cela gâche l’appréciation. Et pour la banane, c’est à cela qu’elle était censée faire allusion.

Je l’agite un peu en lui souriant, avant de revenir m’asseoir à côté d’elle.

- Le sexe de l’homme, lorsqu’il n’est pas excité est plutôt court et mou. Mais lorsqu’il a très envie, il se gonfle et devient plus dur, à l’instar de cette banane.

Peut-être un peu scolaire, mais il faut que je m’ôte de la tête la génération porno, les sites internet, les pubs sexualisées à outrance et la nudité omniprésente de ma terre. Ici les jeunes gens n’ont de connaissance que ce à quoi il assiste où qu’on leur raconte. Et dans ce genre de famille, je crois bien que les parents ne sont pas du genre à avoir une discussion sur le sexe avec leur fille.

- Je n’ai pas eu trop mal, et j’étais jeune, bien plus jeune que toi.

Autre monde, autre époque. Comment lui dire que sur terre on ne restait pas vierge jusqu’au mariage.
Je vois bien qu’elle se pose beaucoup de question et c’est bien naturel.

- C’est..assez indescriptible. C’est comme ne plus se sentir seule. Etre connectée à quelqu’un l’espace d’un instant, ne plus percevoir le monde mais juste ce petit bout de peau, de lèvre. Sentir son cœur s’emballer, sa respiration s’accélérer. C’est grisant. Vous n’avez jamais exploré votre corps ?

La question était franche, sans doute perturbante ou gênante pour elle, mais je devais le savoir pour l’aider comme je le pouvais. Je me demandais si elle s’était même déjà masturbée. Pour la rassurer je lui caressais cette main qu’elle avait posée sur la mienne.

- Mais je pourrais vous dire tout et rien, chacun a sa propre sensation de la chose et ne le sais pas avant d’avoir essayé.

Je la regarde intensément, les yeux grands ouvertes, je lui parle doucement et je fini par rapprocher mon visage du sien jusqu’à ce que nos lèvres soient si proches qu’il ne faudrait qu’une simple brise pour nous rapprocher, mais je ne fais pas le dernier mouvement, lui laissant le choix de le faire ou non. Et je murmure dans un souffle

- Et il y a des choses que l’on peut faire à deux...sans homme.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 128

depuis le : 27/10/2017
age : 32 ans
métier : Assassin
statut & orientation : bisexuelle - celibataire mais coeur prit


MessageSujet: Re: Au délà du temps (X)   Jeu 14 Déc - 16:15

Moi qui avait eu une grande éducation, qui avait toujours apprit mes leçons par cœur… Je me trouvait bien nulle tout à coup. Comment est-ce possible de l’entendre parler, de comprendre ses paroles. Et pourtant de ne pas comprendre le sens de ces phrases ? Me montrer ? Mais Cat’, tu sais quand même très bien que je ne peux pas avoir un autre homme avant le mariage. » Oui, si elle faisait allusion à appeler un esclave male pour me montrer tout cela, c’était hors de question. Mes parents allaient me tuer, et je risquais de ne plus me marier du tout. Hors, ce mariage m’effrayait certainement, mais je voulais vivre mon propre petit conte de fée. Surtout que les paroles de la blonde, me réconfortait. Cela ne faisait donc pas aussi mal que ça, c’était supportable. Bon à savoir. Et puis la manière dont elle fit la description de l’acte en lui-même… J’étais comme un enfant qui écoutait son conte de fée préféré. Ne plus se sentir seule, oublier le monde… Oui, c’était tout ce dont je rêvais, et ce dont j’espérais. Ce n’était donc pas des contes de fées, ou d’illusions de gamines. Oh qu’est-ce que j’espérais vivre cela. Par contre sa question me sortit de mes rêves, et j’avoue que pour la deuxième fois je ne comprenais pas tout. « Explorer mon corps ? Tu veux dire quoi exactement ? » Soyons quand même précis que question éducation sexuelle je n’avais rien eu du tout. Je n’avais pas de grande sœur qui aurait pu m’expliquer certaines choses. Quand à ma mère ou mon père… Laissons tomber. Le sexe c’était tabou. Dans tous les sens du terme. Même les baisers l’étaient.

Quand elle commençait à se rapprocher de moi, les lèvres si près des miennes. Je ne la quittais pas des yeux. Ce ne furent qu’à ses paroles que je commençais enfin à comprendre le sens de ses paroles. Et bien qu’elle était jolie, sensuelle, que je pouvais apprendre bien des choses d’elle. J’étais hésitante. « Catalina… j’ai pas envie de t’abuser de cette manière. » Les hommes maltraitaient déjà assez les femmes esclaves de cette manière. Je ne voulais pas l’obliger à m’embrasser, à m’apprendre comment faire contre son envie. Catalina avait toujours été quelqu’un que j’appréciais. Et même si c’était quelque part son idée, je n’avais pas envie d’avoir par la suite l’idée en tête d’avoir obligé mon esclave à faire tout ça. Ma main allait caresser doucement sa chevelure dorée. J’ai toujours été jalouse de sa chevelure. Bien que la mienne fut aussi épaisse que la sienne, la mienne était noire charbon alors que les siennes étaient telles que le soleil. Me rendant compte que je me perdais dans mes pensées, je retirais ma main. « T’es pas obligé d’aller si loin pour me montrer, ou encore m’apprendre. » A moins qu’elle le veuille ? J’avoue que cette idée ne m’était pas venu à l’esprit. Théoriquement je savais que les hommes étaient fait pour être avec des femmes. Mais je savais aussi qu’en pratique parfois les femmes préféraient les femmes… Comme les amazones par exemple. Mais l’idée ne m’était jamais venu à l’esprit que Catalina pouvait aimer les femmes… peut-être les deux ? Et moi qu’en est-il ? Et voilà que je suis réellement ridicule. Je ne sais même pas ce que j’aime. « A moins que cela ne te déranges pas ? » C’était peut-être la meilleure manière de savoir si j’aimais les hommes ou les femmes, ou même les deux ? Et puis… j’avais pas envie de débarquer à Brise-Air, ne sachant pas ce que c’est un baiser sur les lèvres.

_________________

   
I'm here without you. But you're still on my lonely mind.
   

   
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 14

depuis le : 01/12/2017
age : la trentaine passée
métier : Esclave, ancienne médecin sur terre
statut & orientation : Esclave et bisexuelle


MessageSujet: Re: Au délà du temps (X)   Lun 8 Jan - 13:22

Je l’écoute douter, et m’en faire part, sans la quitter du regard. Elle est craintive et semble me laisser une opportunité de faire machine arrière, mais je suis convaincue que c’est à elle qu’elle veut offrir une chance. Je crois deviner son coeur qui bat plus rapidement. Je vais durer un peu, avant de combler le faible écart nous séparant, séparant nos lèvres. Je pose les miennes délicatement sur les siennes, lui laissant le temps de s’habituer à ce contact étranger avant de redéposer un petit baiser sur sa lèvre supérieure, puis l’inférieure, puis de mes lèvres je me fais plus inquisitrice, tendant délicatement de lui faire entrouvrir les siennes afin de venir encore plus doucement glisser le bout de ma langue sur sa peau, sur ses lèvres, puis dans sa bouche, à son rythme, avant de l’embrasser plus langoureusement en un baiser étourdissant de longueur.

- Non maîtresse, cela ne me pose aucun problème. C’est moi qui vous le propose.

Je recule mon visage pour lui dire cela, rompant son premier baiser et lui laissant le temps de s’en remettre. Puis dès que je le peux, mes yeux fixent les siens, dans un regard tendre et complice.
Je me relève tout en la regardant avant de faire glisser ma robe sur mon corps, la laissant filer sur le sol me laissant nue devant ma maîtresse. Je lui laisse encore le temps de me regarder, de comprendre et je viens me rasseoir à côté d’elle pour l’embrasser à nouveau. J’accompagne cette fois ci l’étreinte de mes mains, venant lui caresser la joue et le cou d’une et venant glisser mon autre main sans son dos pour la maintenir.

C’est évident pour moi qu’elle ne me force pas. Elle est belle, intelligente, raffinée, un vrai délice pour le regard et l’esprit. J’ai un peu étouffé cette part de moi depuis que je suis ici. Une femme qui aime une femme, ce n’est pas forcément le mieux pour cette civilisation. Une esclave qui aime sa maîtresse encore moins. Mais tans pis. Elle est demandeuse et pour le moment il n’est pas question de sentiment. Je n’irai pas jusqu’à dire que je l’aime, mais il ne m’en faudrait pas beaucoup pour succomber à son charme innocent.

Un second baiser langoureux, long, profond et je me sépare à nouveau d’elle, pour lui laisser plus de temps cette fois-ci. Lui laisser le temps de passer outre la surprise et de m’envoyer les signaux ou les mots qui me permettront de savoir si j’ai franchis la ligne de trop ou si au contraire elle en veut plus.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 128

depuis le : 27/10/2017
age : 32 ans
métier : Assassin
statut & orientation : bisexuelle - celibataire mais coeur prit


MessageSujet: Re: Au délà du temps (X)   Mar 9 Jan - 10:44

C’est sure que je m’étais pas attendu du tout à ça. Cat’ s’était déjà rapproché de moi, et je sentais la nervosité prendre possession de mon être. Ce n’était surement pas une bonne chose d’être aussi nerveuse, ou encore paniqué à l’idée d’être mauvais là-dedans. Est-ce que ce n’était pas avec toutes les choses de la vie, on devient meilleur en les pratiquant ? Mais dès que je sentis la chaleur des lèvres de l’esclave mon cerveau s’était mise en arrêt de travail. C’était agréable, sensuel, chaud et doux. Je me mordillais doucement la lèvre alors que Catalina s’éloignait et se disait que c’était elle qui en avait fait la proposition. Certes, c’est qu’elle dit est vrai, mais j’avais encore du mal à m’imaginer que Catalina était vraiment attiré par moi. Néanmoins quand je voyais sa robe tomber à terre, dévoilant ainsi toute sa nudité… et bien disons que mes pensées s’envolaient une fois de plus. Mon regard craintif allait néanmoins vers la porte, ouf elle était fermée. Car si il y avait bien une chose que je ne souhaitais pas c’était que mes parents tombent sur une telle scène. Car je doute fort que mes explications « j’ai envie d’apprendre » soit une bonne excuse à leurs yeux.

Dès que mon regard s’était détaché de la porte, mes yeux s’étaient rivés sur Catalina. Elle était belle et tout cela lui semblait tellement facile, tellement naturel. Mon regard ne la quittait dès lors plus. Qu’il soit fixés dans son regard, ou encore qu’ils parcouraient son corps, je ne pouvais plus me détacher d’elle. Je me sentis néanmoins maladroite car je ne savais pas quoi faire de mes mains. Devais-je suivre son exemple ? Devais-je les laisser croiser sur mes genoux ? Plein de questions, mais aucune qui osait franchir mes lèvres, de peur de tout gâcher. Je sentis ses lèvres à nouveau prendre possession des miennes, et ainsi de tous mes sens et de tout mon être. C’était une sensation réellement nouvelle pour moi. Et lorsqu’elle finit par se détacher, je me sentis même déçu. Déçu que cela prit déjà fin. Devrais-je m’inquiéter ? Est-ce que c’était normal de ressentir tout ça ? Je n’en sais rien. Mais pour l’instant la réflexion n’était pas au rendez-vous. Mon sang parcourait tout mon être, et mon cœur tambourinait dans mon corps bien trop fort pour que je puisse réfléchir à tout ce qui se passait réellement.

Tout cela était nouveau pour moi. Cette excitation qui me parcourait le corps, l’envie de plus, la chaleur qui envahissait tout mon être. Doucement, j’osais bouger mes doigts pour se poser sur son épaule, jouant doucement avec une mèche de ses cheveux blonds. Je n’étais pas sure de mes gestes, ni si c’était vraiment bien ce que je faisais. Mais j’étais ici pour apprendre non ? Alors cela fut à mon tour de m’approcher de son visage et de tenter un baiser. Je n’étais pas sure si c’était agréable ou pas. Mais en tout cas, j’essayais de faire comme elle me l’avait montré il y a quelques secondes. Ma main allait doucement caresser la douceur de sa peau.

_________________

   
I'm here without you. But you're still on my lonely mind.
   

   
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 14

depuis le : 01/12/2017
age : la trentaine passée
métier : Esclave, ancienne médecin sur terre
statut & orientation : Esclave et bisexuelle


MessageSujet: Re: Au délà du temps (X)   Jeu 25 Jan - 9:08

Je remarque sans peine son inquiétude lorsqu’elle scrute la porte. Je sais aussi que personne ne s’aventurerait à entrer sans au minimum frapper à la porte avant d’entrer, largement de quoi interrompre un baiser honteux si cela devait advenir. Mais rien et c’est tant mieux. Ma maîtresse apprécie le moment visiblement et se lance même à son tour dans un baiser plus timide et avec un contact plus hésitant, mais très plaisant.
Mes lèvres savourent les siennes et je profite du doux lien entre ses doigts et ma peau nue. Cela dure un bref instant et je me recule légèrement pour lui sourire tendrement. Je plisse un peu les yeux, coquine, et me relève pour me diriger sensuellement vers la porte.

- Vous devriez vous dévêtir si vous voulez en savoir plus…

J’arrive à la porte, je la regarde un instant, puis ferme délicatement le loquet pour être totalement sure que personne ne rentre à l’improviste pour surprendre ce que nous pourrions faire dans les instants qui suivent. Je compte bien lui montrer bien plus qu’un simple baiser.

Je reviens vers elle, bien plus lentement, bien plus lascivement. Mes yeux ne clignent plus, je suis toute concentrée sur elle, sur ses yeux, sur sa bouche, son nez. Elle est magnifique et très désirable. Cela fait depuis mon arrivée dans ce monde que je n’ai plus goutter à ce genre de plaisir. J’ai l’instinct de survie profondément ancré en moi et je n’ai pas eu l’envie de risquer un peu de plaisir saphique contre une exécution plus ou moins barbare.
Je m’approche et reviens finalement sur le lit où je viens l’aider à finir de se déshabiller, ou bien à la déshabiller si elle n’avait pas encore commencé.
Chaque bout de peau qui se libère de son tissu vient se voir récompenser par un baiser de mes lèvres douces. Le cou, les épaules, les bras, puis des choses doucement plus intimes : la naissance d’un sein, les flancs, le ventre, les cuisses, les mollets, puis je remonte sur les cuisses tout en l’encourageant et l’aidant, la couvant de mon regard bienveillant.

J’imagine sans peine ses questionnements, son hésitation et c’est pour cela que je la guide, parfois de manière un peu autoritaire me fendant d’un baiser sur ses lèvres lorsqu’elle hésite pour continuer à faire naître le désir et l’excitation dans son corps vierge et son esprit curieux.

Ma bouche laisse place également à mes mains qui en plus de l’aider à se défaire de sa robe caresse sa peau blanche et douce. Elle je ne sais pas, mais moi j’ai carrément envie d’elle.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 128

depuis le : 27/10/2017
age : 32 ans
métier : Assassin
statut & orientation : bisexuelle - celibataire mais coeur prit


MessageSujet: Re: Au délà du temps (X)   Jeu 25 Jan - 17:56

Lorsque la porte se referma, je me sentis tout à coup plus à mon aise. La peur s’était envolée. Quant à la demande de Catalina d’enlever mes vêtements j’avais déjà commencé à enlever la plupart de mes couches. Car oui, parfois j’ai l’impressions d’être un oignon tellement qu’il y avait du tissus avec ce genre de robe. Je glissais doucement le corset à terre alors que j’observais Catalina s’approcher de moi. Si j’étais une débutante dans le domaine sexuel, je n’étais pas prude. En tout cas je n’avais pas honte de mon corps, et puis Catalina était ma dame de chambre, combien de fois m’avait-elle pas aidé à serrer le corset autour de ma taille ? Bien que j’avoue que me retrouver entièrement nue, en tenue d’Eve, devant elle, serait une première. Mais cela ne me dérangeait pas. Même si elle avait un corps tellement mieux fait que le mien. Néanmoins elle avait réussi à me mettre à mon aise. Et la peur et le doute que j’avais ressenti au début n’existaient plus. Pendant un moment je me demandais si cela voulait dire que j’aimais les femmes ? Si c’était le cas, est-ce que cela n’allait pas compliquer mon mariage ? Et si je n’aimais pas le faire avec des hommes ? Ah je m’obligeais à effacer ces pensées de ma tête. Ce n’était surtout pas le moment de penser à des telles choses. Je me questionnerais par après. Et puis, Catalina s’était glissé sur moi, me laissant peu de choix que de ne penser qu’à elle.

C’était étrange comme sentiment, car je ne me souviens pas avoir ressenti une telle excitation, une telle envie envers une autre femme. Et jusqu’à maintenant je ne m’étais même jamais senti attiré envers elle. Certes je l’avais toujours trouvé très belle, mais je n’avais jamais eu des arrières pensées. A présent, j’ai bien peur que je ne pourrais plus jamais la regarder de la même façon. Et malgré le peu de chaleur qu’il y avait dans la pièce, je ne sentais aucun froid. Bien au contraire, j’avais l’impression de bouillir intérieurement. Hésitante de temps en temps, Catalina ne tardait pas à me mettre sur le bon chemin. Et petit à petit, sous ses caresses, sous ses baisers, je sentis que tout le stress que j’avais pu ressentir glissait loin de moi. Il n’y avait que le pur sentiment de bonheur, de chaleur, d’excitation… mais également l’impatience. Oui je sentais qu’avec chaque baiser, chaque contact de peau, je devenais de plus en plus impatience. C’était l’excitation qui montait en flèche et mon organisme avait du mal à le contenir. Si c’était ca les plaisirs charnels, je regrettais de ne pas avoir succombé plus tot. Mes doigts, mes ongles glissaient doucement hésitant sur le dos de Catalina, avant que mes lèvres allaient chercher les siennes. Et comme une bouffée de courage, mes mains glissaient doucement sur ses seins, les caressant les faisant pointés. C'était en aucun cas une aventure que je risquais d'oublier de si vite, mais également une que j'allais garder pour moi et ne pas raconter de si vite.


_________________

   
I'm here without you. But you're still on my lonely mind.
   

   
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Au délà du temps (X)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au délà du temps (X)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Echelle du temps
» C'est le temps des Fêtes...On décore!
» Le temps qui passe
» Je change tout le temps d'avis...
» Temps de travail

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Don't Cry Mercy :: ✿ don't cry mercy :: Les Terres Interdites-
Sauter vers: