AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 So have you returned to your faith Ft. Aislinn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 26

depuis le : 30/01/2018
age : 27
métier : Ancien membre de la Légion & Pirate
statut & orientation : Bisexuel


MessageSujet: So have you returned to your faith Ft. Aislinn   Lun 12 Fév - 6:53


La nuit noire entourait la demeure Lightindale. Cela faisait bien trop longtemps que Kaif y était entré, disparaissant par la fenêtre du rez-de-chaussée. L’inquiétude commençait à monter doucement en Gauvain, qui regrettait déjà avoir poussé son amant à se venger de celle qui l’avait fait tant souffrir dans son enfance. Quelle n’avait pas été sa surprise de découvrir que cette même femme avait été promise à son père. Mais il était bien trop attaché à Kaif pour l’empêcher d’avoir sa revanche. Il savait que c’était la seule façon pour lui de tourner la page et de ne plus se sentir comme une victime. Et d’après les nombreuses histoires qu’il lui avait confiées, Gauvain n’avait pas de problème à le laisser tuer la future femme de son père. Il pourrait toujours en trouver une autre. Moins cruelle. C’était même sa façon à lui de sauver son père d’un deuxième mariage à une femme vile et perfide. Et ça lui plaisait bien de jouer les héros de l’ombre avec Kaif. Même si le Roi son père le pensait mort et qu’il aurait été dégouté à l’idée que son fils aide des pirates, ça n’allait pas empêcher Gauvain de le protéger. Quelque soit la distance, quelque soit le rôle qu’il avait du jouer pour les pirates, rien ne changeait le lien qui l’unissait avec son géniteur. Gauvain n’avait pas été heurté par l’idée que son père, le Roi, se décide à reprendre épouse. Il ne comprenait que trop bien l’importance d’un héritier légitime, et l’envie de retrouver l’amour. Il méritait bien une seconde chance. Et il méritait mieux qu’Aislinn Nightindale. Mais quelque chose n’allait pas. Kaif aurait du trouver rapidement le chemin jusqu’à la chambre, la tuer, et ressortir. Mais rien ne semblait avoir bougé depuis que Gauvain s’était posté non loin de la porte pour monter la garde. Cela le démangeait d’entrer pour aller voir ce qu’il se passait. Il s’inquiétait trop pour Kaif. Il savait qu’il était encore jeune et lui avait juré d’être toujours là pour lui. Et puis, surtout, il l’aimait. Ca lui était tombé dessus. A force de traîner ensembles, leur relation était bien au delà d’une amitié intense. Ils avaient une connexion bien plus forte que toutes les relations que Gauvain avait eu avant. Peut-être parce qu’il avait essentiellement connu des femmes. Et que jamais il n’aurait cru tomber amoureux d’un homme. L’amour pour lui, ça avait toujours été trop compliqué. Trop d’emmerdes pour pas grand chose. Mais avec Kaif, c’était différent. C’était tellement… simple. Agréable. Les deux n’avaient jamais de conflits et pouvaient se confier sans crainte du jugement. Pas comme les autres pirates qui auraient vu ça comme une faiblesse. C’était uniquement cet amour qui donnait envie à Gauvain de ne jamais retrouver sa vie d’avant. Sans l’existence de Kaif, tout aurait été bien différent, et il aurait tout fait pour s’échapper de son engagement forcé. Mais aider les gens qui avaient besoin d’être guidés, c’était son appel profond. Et cela vaudrait toujours plus que d’être auprès de sa famille. Gauvain se sentait plus utile là, maintenant, que toutes ses années passées dans la Légion Impériale. Enfin, Kaif fit son apparition nocturne, passant cette fois ci par la porte. Un grand sourire s’affichait sur son visage en voyant Gauvain, et il n’hésita pas à courir vers lui. Aucune trace de sang ne tâchait ses vêtements. Etrange. Alors qu’il allait lui demander une explication, il put lire dans son regard que ce n’était pas nécessaire. Les deux s’éloignèrent discrètement de la maison en trottinant, n’ayant aucune envie d’être repérés dans les parages. Une fois à l’abri, Kaif, le regard plus pétillant que jamais, raconta toute sa rencontre avec la fausse Aislinn. Oui, la fausse Comtesse. Quelqu’un avait visiblement eu la même idée qu’eux, et bien avant eux. Et une servante avait prit sa place, imitant une noble, et espérant… épouser le Roi. Huh. Gauvain, perplexe, ne savait pas quoi penser de la situation. Mais Kaif semblait tellement excité par tout ça, lui donnant chaque détail, chaque idée qui lui venait en tête, et lui disant que c’était une bonne chose. Il allait trop vite, lui parlant d’une maison, d’opportunités, et en résumé : d’un complot. Sa première pensée fut que si son père allait épouser quelqu’un qui mentait sur son identité, il devait absolument trouver un moyen de lui dire. De faire passer un message. Il ne pouvait pas épouser une simple servante, lui qui voulait tant un héritier digne d’un Roi. Cela lui aurait brisé le cœur. Mais comment pouvait il contacter son père en étant officiellement… mort ? Disparu ? Impossible de savoir ce que son père savait des circonstances de sa capture. Il savait bien que les pirates n’avaient parlé de ça à personne, ayant renoncé à demander une rançon. Kaif, lisant son inquiétude, et le connaissant bien, n’hésita pas à essayer de le ramener de son côté, lui disant qu’il l’avait connue avant bien avant de la revoir ce soir.

Kaif : Attends, a la base ton père devait épouser une femme atroce qui ne méritait pas de devenir Reine. Maintenant, il va en épouser une qui veut tout faire pour lui plaire. Une qui est plus jolie, plus gentille, et qui a été servante. Elle connaît le peuple et le respecte, ce n’est pas ce que ton père a toujours voulu ?

Gauvain avait longuement parlé de son père avec Kaif, et il n’avait pas tort. Son père avait aimé sa mère car elle était proche du peuple, contrairement à l’ancienne Reine. Et si cet imposteur au féminin voulait vraiment être une bonne femme et une bonne Reine, après tout… pourquoi pas ? Mais il allait lui falloir bien plus que ça pour lui faire confiance. Il allait falloir qu’il la rencontre. Gauvain était un bon juge de caractère, et n’aurait véritablement confiance qu’après avoir enquêté par lui même, pour s’assurer que Kaif ne s’était pas laissé avoir par l’appel de l’or et des belles phrases. Les femmes savaient bien mentir, et un deuxième avis ne serait pas de trop.

Kaif : Ce n’est pas comme si elle voulait lui faire du mal. Et je sais que tu t’en fiches qu’elle soit noble ou pas. Tu veux que ton père soit heureux. Et si tu lui dis quoi faire… elle le fera. Tu peux l’aider à créer la femme et la Reine idéale.

Gauvain restait silencieux, préférant regarder dans le vide pour mieux réfléchir. Ce que disait Kaif avait beaucoup de sens. Un peu trop. Et c’était trop tard pour revenir en arrière sans en subir les conséquences. Maintenant, ils étaient tous impliqués dans l’histoire. Et dénoncer Aislinn, c’était aussi dénoncer Kaif. Et Gauvain se refusait à faire une telle chose. C’était aller contre son honneur de ne pas tenir ses promesses. Contacter son père, ce serait risquer la vie de trop de monde. Et Gauvain avait fini par s’attacher aux pirates avec qui il combattait.

Kaif : Allez, t’es un pirate maintenant. Tu n’as plus besoin de suivre les règles de la société.

Leur longue discussion s’arrêta quelque part par là. Gauvain était presque convaincu. Ainslinn, ou plutôt, sa remplaçante, n’étais pas un si mauvais choix. Lui qui avait connu l’ancienne Reine, celle qui avait ordonné l’exécution de sa mère… Il n ‘était pas si difficile à convaincre. Tout le monde serait mieux que cette horrible bonne femme. Les deux petits pirates restèrent patients quelques jours, le temps qu’Aislinn fasse connaissance avec le Roi, avant d’oser faire quoi que ce soit. Puis, Kaif se mit à enquêter auprès de Gauvain pour savoir comment faire passer des messages discrètement à la Cour. Heureusement, Gauvain avait été un bourreau des cœurs, et avait encore quelques anciennes conquêtes susceptibles de l’aider. Alors, les deux camarades se mirent en route vers une petite maison, repère intime d’une des servantes du Château. Gauvain avait prévenu Kaif qu’elle risquait de demander quelque chose en échange, et qu’elle se fichait bien de l’argent. Elle était plus ou moins amoureuse de Gauvain depuis bien longtemps. Alors, il savait qu’il pouvait la manipuler à sa guise. Kaif n’allait pas être jaloux d’une femme, et c’est aussi ça que Gauvain appréciait. Il n’avait jamais eu à cacher qui il était vraiment, même en étant retenu captif par une bande de pirates. Et dire que ces gens là le comprenait mieux que sa propre famille… jamais Gauvain n’aurait imaginé que sa vie finirait de cette façon. Jamais il n’aurait pensé que l’autre côté du miroir serait si attractif, si apaisant, si… logique. Enfin, toutes les compétences qu’il avait acquises, et toutes ses qualités de soldat… Tout semblait former un ensemble parfait. Alors, après ses retrouvailles avec la servante, avec Kaif à ses côtés, personne ne fut vraiment surprit lorsqu’elle enleva ses vêtements, jetant un regard en guise d’invitation pour la suivre. Gauvain ne put s’empêcher de rire. Kaif lui avait apprit comment être un pirate. C’était maintenant à lui de montrer comment être un homme. Il sentait bien que Kaif n’allait pas être dérangé par le fait de devoir coucher avec une servante pour avoir ce qu’il voulait. Il savait qu’il n’avait jamais été avec une femme, mais que c’était sûrement aussi lié à la vie qu’il avait eue. Alors pourquoi pas ? Autant essayer. Et même si Gauvain ne pouvait cacher une excitation certaine à retrouver son ancienne amante, il aimait d’autant plus la partager avec l’amant du présent. Quoi de mieux pour connaître quelqu’un que de le voir sans apparats, dans l’intimité, et avec une autre personne que soi ? C’était tellement beau que tout le long, Gauvain n’arrêtait pas de regarder Kaif, tombant de plus en plus amoureux de lui. Voyant comme il osait se laisser faire malgré son passé, voyant comme il était prêt à s’oublier pour satisfaire cette petite servante.





Et dire qu’ils n’étaient là que pour qu’elle fasse ce qu’ils exigeraient d’elle… Ce n’était un sacrifice que pour Kaif, mais il n’avait pas l’air de trop détester ça. Une fois leur nuit d’alcool et de galipettes terminée, Kaif, Gauvain et la servante eurent une petite réunion pour lui expliquer ce qu’ils avaient en tête. Après tout, Gauvain était officiellement mort, et il ne pouvait risquer que son écriture soit trouvée quelque part. Mais il avait tout de même écrit une liste de tout ce que la fausse Aislinn devait savoir sur son père. Il comptait lui donner après s’être assuré qu’elle n’avait aucune mauvaise intention. Histoire qu’elle puisse lire vite. Mais ce papier serait rapidement brûlé et oublié. Et avant toute chose, Gauvain voulait rencontrer cette menteuse qui voulait épouser son père… pour ne pas donner des informations précieuses à n’importe qui. Les pirates l’avaient fait pencher du côté obscur, et il en avait conscience. Alors il voulait rester prudent, car le bonheur de son père restait malgré tout important pour lui. Mais le bonheur de Kaif avait, depuis bien des mois, tendance  à prendre le dessus. C’est ce que Gauvain avait en tête lorsqu’il se retrouvait dehors, à côté de Kaif, à attendre la venue de ‘Aislinn’. La servante était partie depuis quelques heures, et il suffisait de s’armer de patience. A moins que Kaif ne ce soit laissé avoir, l’imposteur allait montrer le bout de son nez assez rapidement. L’habitation de la servante de situait juste à côté du Château, ce qui était bien trop idéal pour que ce soit un hasard. Tiraillé entre deux mondes, Gauvain se préparait à devoir se contenir pour ne pas faire la morale à la femme qu’ils attendaient. Et en attendant, Kaif semblait troublé de la nuit qu’ils venaient de passer. Alors, à la fois pour rire et pour passer le temps, Gauvain osa une réplique, comprenant pourquoi Kaif tirait une tête pareille :

Gauvain : Oh allez, c’était pas si horrible.
Kaif : Je me sens sale.

Grand sourire. Il voyait comme Kaif avait dit ça par second degré et qu’il n’était pas vraiment traumatisé par le fait d’avoir partagé une femme avec lui. Il ne pouvait pas s’empêcher de trouver ça adorable. Ils étaient comme des grands enfants qui n'avaient pas à se soucier des conséquences. Même s'ils étaient sur le point d'avoir un rendez-vous secret qui relevait de la plus haute trahison, Gauvain et Kaif restaient accrochés à leur nuit d'avant, songeurs et faussement honteux d'avoir utilisé le sexe pour avoir accès au Château.  Quelques minutes plus tard, après un certain silence amusant, une silhouette féminine fit son apparition. Etais-ce elle ? La future femme de son père ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 81

depuis le : 02/01/2018
age : 30 ans
métier : arnaqueuse
statut & orientation : hétéro et fiancée


MessageSujet: Re: So have you returned to your faith Ft. Aislinn   Lun 12 Fév - 14:24

J’étais hésitante. Hésitante à aller au lieu de rendez-vous. Je n’avais pas pour habitude de me fier à quelqu’un. Si j’avais réussi à me trouver ici, c’était parce que je ne faisais confiance qu’à moi-même. Dans ce monde il était bien trop dangereux de faire confiance à quelqu’un. Néanmoins… c’était plus un pacte qu’une réelle confiance qu’il y avait entre Kaif et moi. Et de ce que j’avais déjà pu apercevoir du roi… plus d’informations pourrait m’être utile. Surtout qu’il y avait ses filles qui souhaitaient me rencontrer et dont j’espérais avoir des informations pour pouvoir les lier à ma cause. Alors je n’eus pas réellement le choix. J’attendais que la lune pointe son nez avant d’enfiler mon manteau et de me glisser hors de mes appartements. Je pris la porte des cuisines pour quitter le château et de me rendre à la maison. J’eus un mouvement de recul lorsque je voyais deux silhouettes et non une. Je m’étais attendu à voir que Kaif. Pourquoi était-il accompagné ? A force que je m’approchais je me questionnais de plus en plus. « Kaif… » Du coup je ne savais pas non plus si je pouvais parler ou si je devais attendre que le jeune homme à ses côtés parte. C’était peut-être lui qui habitait la maison et qui avait permis à Kaif d’être ici. Quoi qu’il en soit, moi je commençais à avoir les mains gelés. Nous étions en hiver et il faisait nuit. Et mon corps s’était bien vite habitué aux chaleurs des feux ouverts du château. « On peut rentrer ? » Et puis je ne souhaitais pas que quelqu’un puisse voir la future reine parler à un pirate en plein milieu de la nuit. Même sur ce coup-là je pense ne pas pouvoir sortir un mensonge raisonnable.

Une fois rentrée à l’intérieur, j’enlevais mon manteau et allait près du feu avant de me tourner vers Kaif. Il m’avait fait venir jusqu’ici, alors il devait surement avoir des informations qui pouvaient m’aider. « Alors… qu’as-tu pour moi ? » J’avais eu la chance de rencontrer le roi, et il n’était pas insensible à mon charme. Là-dessus Kaif n’avait pas eu tort. Je me demandais même pas si en fin de compte il n’appréciait pas beaucoup les femmes… Mais c’était une chose à voir. Il se pouvait très bien qu’il s’était fait à l’idée d’avoir une épouse et qu’il était simplement content de voir que physiquement je lui plaisais. J’enlevais les boucles d’oreilles qui pesaient une tonne et qui à la fin de la journée étaient une vraie torture à porter. « Et si tu pouvais me donner plus d’informations sur les deux filles du roi, Herminie et Sienna… Ca sera la bienvenue. Car elles ont demandées à me voir demain matin. » Et autant dire que ce n’était pas prévu du tout dans mon plan. Je ne voulais pas prendre le rôle de la méchante belle-mère, et encore moins jouer la mère de substitution. A ce qu’on m’avait dit Sienna n’avait que quelques années de différence, et Herminie était en pleine adolescence…. Je craignais déjà cette rencontre.

_________________
nothing is what it seems
Pour leurrer le monde, ressemble au monde ; ressemble à l'innocente fleur, mais sois le serpent qu'elle cache
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 47

depuis le : 09/01/2018
age : 23
métier : Pirate
statut & orientation : Homosexuel & Coeur prit


MessageSujet: Re: So have you returned to your faith Ft. Aislinn   Ven 16 Fév - 8:20


Ah comme c’était libérateur de pouvoir partager ce secret avec d’autres personnes. Et Kaif n’aurait jamais été assez sûr de lui pour s’engager là dedans s’il n’avait pas rencontré Gauvain. Maintenant, il ne lui restait qu’à présenter ses alliés, et tout serait en place avant le mariage. Tous les trois avaient laissés leur passé derrière eux. Et tous les trois avaient la même vision du monde, celle du peuple. Qui sait, peut-être qu’ils arriveraient à faire un peu changer les choses, à leur façon. La surprise put se lire sans effort sur le visage de la future Reine lorsqu’elle réalisa que Kaif n’était pas seul. Mais il lui lança un petit sourire le temps qu’elle s’approche, signe qu’il n’y avait pas à s’inquiéter. Ce n’était pas un piège. Même s’il restait encore à lui annoncer que Gauvain n’était pas simplement un ami, mais le bâtard du Roi. Oh il savait bien qu’Aislinn n’avait pas eu le choix en lui faisant confiance, et que la dernière chose qu’elle voulait, c’était que tout le monde soit au courant de sa petite manipulation. Mais Kaif n’avait pas agit sans réfléchir, et elle ne tarderait pas à comprendre pourquoi il s’était permit de partager son secret. Aislinn demanda immédiatement s’ils pouvaient entrer, et Kaif aquiesça. Aucun d’entre eux n’avait intérêt à être vu ici. Et personne n’allait se faire prier pour se réfugier bien au chaud, loin des vents d’hiver.

Kaif : Oui bien sûr ! Après toi.

Gauvain et Kaif la laissèrent passer devant en parfaits gentlemen, et refermèrent la porte derrière eux. Un bon petit feu les attendait, crépitant paisiblement dans l’attente de nouvelles bûches à sacrifier. Laissant un peu Gauvain en arrière le temps qu’il observe la future femme de son père, Kaif alla à côté du feu avec Aislinn. Inutile de la faire paniquer et qu’elle ait l’impression d’avoir des comptes à rendre. Il fallait y aller doucement. Mais il ne pouvait pas commencer à blablater sur le Roi trop vite, pas avec Gauvain à côté qui avait maintenant, aussi son mot à dire. Et surtout, il avait bien plus d’informations utiles que Kaif. C’était lui qui avait vécu au Château, lui qui connaissait les princesses et chaque petit détail sur tout le monde. Il fallait juste lui laisser un peu de temps. Le temps de voir par lui-même qu’Aislinn n’était pas dangereuse, et qu’elle avait juste saisi l’opportunité d’une vie meilleure, comme eux. Lui qui disait toujours que les gens du peuple avaient eu aussi droit au bonheur, et qu’ils devaient être la priorité, c’était le moment de prouver que ses valeurs n’étaient pas que des paroles vides de sens.

Kaif : Et bien, j’ai pas mal d’informations sur le Roi, même si tu en as sûrement apprit beaucoup en le rencontrant…

Est-ce que le Roi l’avait bien aimée ? C’était sûr. Personne n’aurait pu rester insensible aux charmes d’Aislinn, et même Gauvain semblait étonné qu’elle soit si jolie et si jeune. Mais lorsqu’elle prononça les noms des deux Princesses, Kaif savait qu’il n’allait pas pouvoir retenir les questionnements de Gauvain très longtemps. Car ses sœurs, surtout Sienna, comptaient bien trop pour lui. Et encore une fois, ce n’était plus à Kaif de fournir des informations qui venaient, après tout, de quelqu’un d’autre.

Kaif : Avant tout ça, je dois te présenter mon ami... Il a toutes les informations dont tu as besoin, mais il veut juste être sûr que tu ne t’en serviras pas pour faire du mal au Roi et à sa famille.

Les grands dialogues, ça n’était pas un talent dont il disposait. Kaif s’était tourné vers Gauvain, indiquant d’un regard que c’était à lui d’expliquer. Parce qu’il le fait bien mieux que lui. Et c’était difficile de trouver les bons mots ou de parler pour quelqu’un d’autre. Surtout avec un sujet aussi délicat que sa famille et ses sœurs. Il en parlait souvent, bien plus souvent qu’il ne parlait de son père. Alors, Gauvain s’avança, calmement, dignement, continuant à détailler Aislinn qui regard avec des yeux bleus perçants qui le définissaient si bien. Nombreuses sont les personnes qui l’auraient reconnu au premier coup d’œil, mais Aislinn n’en faisait pas partie. Et sans un certain tact, c’était difficile de lui annoncer ça. Entre Gauvain qui était censé être mort, Aislinn qui n’était pas Aislinn, c’était un beau bordel. Kaif en profita pour placer ses mains vers le feu pour se réchauffer, signe qu’il n’y avait toujours aucun danger. Il regardait tout de même son ami qui allait sûrement devoir lutter contre sa nature d’ancien soldat pour ne pas transformer cette rencontre en interrogatoire. Gauvain voulait toujours suivre la voie honorable et protéger sa famille. Mais croiser le regard de Kaif lui rappelait sa nouvelle vie, et ses nouvelles promesses. Sans confiance, ils n’étaient rien. Et si Kaif pouvait sans problème remettre sa vie dans les mains de Gauvain, lui devait en faire autant. Luttant donc contre ses doutes, Gauvain adopta une attitude princière encrée en lui sans même s’en rendre compte. Peu de pirates se tenaient ainsi. Il regarda Aislinn en penchant un peu la tête, avant de faire un sourire malicieux à Kaif :

Gauvain : Etant donné que nous gardons ton secret, je pense qu’il est temps que tu connaisses le nôtre. Vois-tu, bien que je sois censé être mort, mon nom lui, te diras peut-être quelque chose : Gauvain.

S’éloignant un peu du feu, il continua à s’expliquer en faisant de petits allers retours calmes dans la pièce. Il pesait visiblement chacun de ses mots, c’était tellement différent des pirates du Golden Scream qui n’alignaient jamais plus d’une phrase, et souvent en hurlant. Entre sa voix et le bruit du feu, c’était une soirée hivernale des plus agréables. Et personne n’allait venir troubler leur petit havre de paix. Kaif ne put s’empêcher de sourire. Il savait comme Gauvain aimait pouvoir parler librement comme dans son passé. Et annoncer qui il était à quelqu’un d’extérieur, c’était libérateur. Le pauvre fils du Roi que les pirates cachaient n’avait pas eu l’occasion de parler à des nouvelles personnes depuis plus d’un an.

Kaif : C’est le bâtard du Roi.

Kaif n’allait pas non plus le laisser faire traîner ça toute la nuit. Aislinn n’allait pas pouvoir disparaître trop longtemps du Château, même si la servante qui était allée la chercher couvrait sûrement ses traces. Il ne fallait pas éveiller les soupçons. Kaif avait voulu aller un peu plus vite, et Gauvain ne semblait pas y voir d’inconvénients, continuant à parler après un petit sourire vers son compagnon :

Gauvain : Kaif m’as dit que tu étais jadis servante, et que vous vous connaissiez. Ces deux faits font de toi une personne unique que je suis prêt à aider. Mais j’aimerai entendre tes intentions. Pourquoi prendre le risque de mourir pour un titre ?

Le pauvre Gauvain n’avait connu que des malheurs liés à la Royauté et à ce que cela amenait. Sa famille semblait être maudite, n’amenant que la mort et les complots. Tel était le lot de bien des Souverains. Alors Kaif ne fut pas surprit que la première question posée fut celle ci. Gauvain était bien placé pour savoir que c’était un lourd fardeau à porter, et que la Richesse n’amenait ni l’amour, ni le bonheur. Seulement plus de choses à perdre…

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 81

depuis le : 02/01/2018
age : 30 ans
métier : arnaqueuse
statut & orientation : hétéro et fiancée


MessageSujet: Re: So have you returned to your faith Ft. Aislinn   Ven 16 Fév - 21:05

Je n’étais pas à mon aise. J’ignorais toujours qui était l’inconnu. Mais je tournais mon regard sur Kaif, qui me parlait du roi. « Oui, j’ai fait sa connaissance, et il n’a pas tardé à m’embrasser…  donc je présume que c’est plutôt bon signe. » Mais malgré tout je ne savais toujours pas quoi penser de cette situation. Il y avait certaines choses qui ne se passaient pas comme j’avais prévu et cela avait tendance à me déstabilliser. Je m’étais dit que j’aurais le temps de préparer le mariage pendant au moins un an. Et que je pouvais jouer jusque là la femme timide. Et tout cela aurait pu se faire, si ce n’était pas le roi que j’allais épouser. Là tout devait se passer vite, et les étapes se sautaient que je ne savais même plus si je devais cèder ou justement ne pas cèder ? Mais peut-être que Kaif savait quoi faire… ou visiblement son ami qui semblait détenir les informations. Mon regard se tournait vers lui. Non il ne me disait rien. Il devait ? J’arque un sourcil. Par contre lorsque Kaif me dit qu’il s’agissait du batard ? J’ouvre la bouche puis la referme… Pour finalement l’ouvrir quand même. « Votre père vous pense mort…. « Mmm mais ca il devait déjà le savoir. Question était… pourquoi il était là, pourquoi il voulait m’aider, et pourquoi Kaif l’avait amené jusqu’ici ? Cela faisait vraiment très étrange comme situation… le batard mort qui aide la servante à devenir la nouvelle femme de son père ? IL n’y avait que moi qui trouvait cela très bizarre ?


« Un titre ne m’intéresse pas. » Mais je pouvais parfaitement concevoir qu’on me prenait pour une croqueuse de diamants et je ne vais surement pas nier cela. Mais c’était un peu plus difficile que ça. Mon regard se retournait un bref instant sur les flammes. « D’ailleurs si j’avais su qu’il s’agissait du roi, je n’aurais pas mis mon plan en route. » Non je n’étais pas suicidaire. Et j’avais visé que sur un duc ou un conte. En aucun cas sur un roi ou un prince. Mais l’arnaque avait été installé et faire marche-arrière aurait également pu me couter ma tête, alors mise à part espérer que j’étais aussi excellente actrice que je pensais l’être, je ne pouvais rien faire d’autre que de continuer sur le même chemin. « Ne nous voilons surement pas la face. Tout le monde souhaite quelque chose. Pour certains c’est le pouvoir, pour d’autres des titres et des terres. Et puis pour certains il s’agit d’aventure ou de devenir un notoriété. Et puis il y a encore ceux qui souhaitent vivre leur vie que pour le vrai amour… Je ne suis nulle d’entre elles. » J’avais bien des défauts, mais j’ai toujours su qui j’étais et ce que je voulais. « Je souhaite me réveiller dans des draps de satin et non dans une grange ou le fermier risque de me chasser si il me trouve… je souhaite pouvoir manger à ma faim sans devoir mendier pour cela. Je souhaite pouvoir me réchauffer près du feu sans devoir aller couper moi-même les morceaux de bois… » Des banalités pour un batard du roi, mais pas pour moi qui n’avait connu que la pauvreté toute ma vie. Pouvait-on m’en vouloir de souhaiter le luxe et de le chérir ? Nous avons chacun nos rêves et désirs. Le mien était simplement de vivre plus haut que le standard de vie dans lequel j’étais née. « Reine, comtesse, duchesse ou bourgeoise… Au fond je me fiche bien de la grandeur de la maison, tant qu’il y a de la nourriture, de la chaleur et que je ne suis pas obligé de travailler jusqu’à tomber raide morte… « Maintenant je n’allais pas prétendre que le fait de devenir reine ne m’enchantait pas. C’était probablement le rêve de biens de femmes alors non je n’allais pas me plaindre. Surtout que le roi me plaisait bien, et que j’aurais pu tomber bien pire. « Et soyons réaliste… des femmes ont encore moins de chances à trouver un tel destin si elles sont de basses naissances. Jamais un homme avec un titre se mariera avec une femme telle que moi… Même si ce dernier est amoureux jusqu’au cou, sa famille ne l’acceptera pas et ca serait le dés héritage. Dans tous les cas, je finirais par mourir dans la pauvreté… et ca je m’y refuse, alors j’ai trouvé une solution qui pourrait m’éviter ce genre de destin. » non je ne chassais pas derrière le pouvoir ni même après un conte de fée. Dans mon monde, cela n’existe tout bonnement pas.

« Maintenant à vous… pourquoi être parti ? ou plutôt… pourquoi ne pas vouloir revenir ? » Mmm oui, je me le demandais. Y avait-il donc quelque chose dans le château qui pouvait déplaire à certains, au point de ne plus jamais vouloir y mettre pied ? Je n’étais pas le genre de personne à juger. Mais j’étais curieuse et je voulais bien savoir pourquoi il se tenait en face de moi, alors qu’il était censé être mort.

_________________
nothing is what it seems
Pour leurrer le monde, ressemble au monde ; ressemble à l'innocente fleur, mais sois le serpent qu'elle cache
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 26

depuis le : 30/01/2018
age : 27
métier : Ancien membre de la Légion & Pirate
statut & orientation : Bisexuel


MessageSujet: Re: So have you returned to your faith Ft. Aislinn   Dim 18 Fév - 11:46


Depuis maintenant un an, Gauvain s’était résigné à vivre une vie différente. Loin des idées reçues que tout le monde semblait avoir à son égard. Loin des règles absurdes qu’il avait du suivre à cause de son père. Il avait apprit que personne n’était protégé de la mort, pas même la famille Royale. Alors, il n’avait aucune envie de retourner s’enfermer dans ce foutu Château. Mais il comprenait l’attrait que cette vie pouvait avoir pour les personnes comme Kaif ou Aislinn, qui ne savaient pas ce que c’était d’avoir toujours quelqu’un pour critiquer ou conseiller chaque mouvement et chaque réflexion. C’était une prison luxueuse, certes. Et il était facile d’oublier les défauts des gens de la Cour et de se voiler la face à force d’être isolé et martelé par des idées qui ne privilégiaient que les Riches. Mais tous ces gens étaient des vautours, prêts à sauter sur n’importe quelle occasion pour accéder à plus de pouvoirs, ou plus de richesses. C’était du moins la vision de Gauvain. Vision qui venait du recul qu’il avait maintenant. Et grâce à Aislinn, il avait enfin la confirmation que son père le pensait mort. Oh il s’en doutait bien : tous les hommes de la Légion qui l’accompagnaient à l’époque étaient morts, il n’y avait aucun témoin pour raconter sa capture. Mais c’était exactement ce que les pirates avaient cherché à faire. Un petit pincement au cœur lui rappelait pourtant que cela faisait mal de se dire que personne ne le cherchait. Peut-être même étaient ils soulagés de savoir que le bâtard n’existait plus. Celui qu’on avait facilement accusé d’avoir aidé au meurtre du Prince héritier. Celui qu’on respecte quand ça arrange, et qu’on oublie quand ça dérange. En entendant que son père le pensait mort, il ne put s’empêcher de regarder Kaif. Le seul qui le connaissait assez bien pour savoir ce qu’il ressentait. Depuis tout ce temps, cela avait rongé Gauvain de ne pas savoir. Même si ce n’est pas la réponse qu’il avait tant espéré entendre, il pouvait enfin arrêter de se demander si son père espérait le revoir un jour.

Gauvain : C’est bien ce qu’il me semblait…
Kaif : Au moins, tu as ta réponse.

Son pauvre père. Difficile de l’imaginer pleurer un deuxième fils. Après tout ce qu’il avait déjà du surmonter… et ce coup ci Gauvain ne pourrait pas être à ses côtés pour l’aider. Du moins pas officiellement. Mais avec Aislinn… c’était une petite fenêtre de possibilité qui s’ouvrait. Sans surprises, Aislinn ne faisait pas ça pour trouver l’amour. Mais il fut étonné d’apprendre qu’elle n’avait pas visé le Roi en particulier et qu’elle s’était retrouvée là un peu par hasard. Cela changeait beaucoup ce qu’il avait pu penser d’elle. Elle n’était donc pas intéressée par le fait d’être Reine, ce qui était une bonne chose. Les jeux de pouvoirs n’amenaient jamais rien de bon, et de savoir qu’elle n’était pas là pour ça le réjouissait. Son père apprécierait aussi, lui qui avait du supporter l’ancienne Reine et sa tyrannie, puis les conseils douteux de sa conseillère… Il y avait déjà bien trop de femmes qui influençaient son père au quotidien. Alors si tout ce qu’Aislinn voulait c’était des draps de satin et le confort, loin des soucis de la pauvreté, il ne se mettrait pas au travers de son chemin. Elle aurait tout ce dont elle rêvait en épousant son père, et ne chercherait visiblement pas à en avoir plus. Dans le meilleur des mondes, Gauvain aurait souhaité que son père retrouve le véritable amour. Mais ce n’était pas le meilleur des mondes. Et la jeune femme qui se trouvait devant lui était clairement un meilleur choix que la vraie Aislinn, d’après ce que Kaif lui avait raconté. Alors, pourquoi pas ? N’importe quel autre choix aurait été tout aussi peu satisfaisant. L’amour idéal ne se trouvait pas dans les mariages arrangés, il en avait eu la preuve maintes et maintes fois.

Gauvain : Je ne peux que te croire lorsque tu dis qu’un titre ne t’intéresse pas, et j’admire ton honnêteté. Mais je dois t’avertir, que tu le veuilles ou non, ce titre deviendra ton identité. Tu n’auras plus la liberté de dire ce que tu penses, d’aller et venir à ta guise… pour la majorité des gens, tu seras juste ‘La Reine’ et rares sont ceux qui s’intéresseront vraiment à ta personnalité.

Gauvain ne voulait pas effrayer la jeune demoiselle, mais il était obligé de la mettre en garde et d’être tout aussi honnête. Elle allait devoir supporter de longs évènements ennuyeux, rencontrer chaque personne importante et leur parler de choses triviales pour leur faire plaisir. Il y avait toujours une multitude de personnes qui pullulaient à côté du Roi et de son épouse. Entre les serviteurs et la Cour, elle n’allait pas simplement pouvoir se réveiller à sa guise, draps de satins ou non. Mais le mensonge était une voie solitaire, alors peut-être avait elle déjà l’habitude, voir le souhait, que personne ne s’intéresse à elle de trop près. Gauvain lui, n’était pas comme ça. Il était certes moins orgueilleux que dans sa jeunesse, mais il gardait en lui le besoin d’être accepté et surtout, d’être comprit. Et peu de monde avait réellement prit le temps de s’intéresser à l’époque. Son propre père l’avait regardé différemment après la mort de son frère. Il n’y avait que Sienna et Lyanna, ses sœurs, qui n’avaient jamais cessé de le voir pour qui il était. Et peut-être Herminie, bien qu’elle avait été plus affectée que les autres par l’assassinat du Prince. Difficile d’expliquer le ressenti de la Cour à l’époque. Tout le monde avait prit des distances et les suspicions avaient empoisonnés les esprits les plus sains, sans parler des autres…

Gauvain : Vu que tu mens déjà sur ton identité, cela ne te poseras peut-être pas de problèmes, mais ne t’attend pas à trouver beaucoup de réel soutiens à la Cour. Mais je t’ai entendue dire que tu allais rencontrer mes sœurs. C’est une bonne chose. Ce sont sûrement les seules personnes qui ont encore une place importante dans mon cœur, et dans mon estime.

Son père aussi bien sûr, mais Gauvain était encore un peu sous l’effet de choc, réalisant que ça y’est, il était vraiment officiellement mort. Effacé. Il n’était personne. L’opposé du soldat qu’il avait été, avide de faire ses preuves et de monter en grade. Il n’était plus qu’une ombre. Une ombre en train de prendre part à un énième complot. Alors pourquoi ne se sentait-il pas coupable ? Peut-être qu’il voulait inconsciemment se venger d’avoir été traité injustement par le passé. Mais pour Gauvain, c’était un moindre mal que d’aider Aislinn à avoir une vie meilleure. Après tout, c’était également pour ça qu’il restait avec les pirates : pour aider Kaif. C’était un trait que Gauvain avait hérité de sa mère et de son père. Vouloir aider le peuple. Et Aislinn avait raison, un noble n’aurait jamais épousé une pauvre, même par amour. Si ça avait été le cas… Gauvain aurait été Prince, et non un simple bâtard. Alors, malgré tout ce qu’on pensait de lui, il s’identifiait à ceux de l’autre côté du mur bien plus qu’il ne s’identifiait à la Royauté. Seul son tempérament et sa posture trahissaient le fait qu’il avait eu une éducation digne d’un Roi. Peu importe. Les apparences sont souvent bien trompeuses. La preuve. Qui aurait pu s’attendre à ce que Kaif, Aislinn et Gauvain se retrouvent là, ce soir, dans cette petite maison… D’ailleurs, c’était pour ce genre de moments que Gauvain aimait sa nouvelle vie. Il pouvait entendre la vraie voix du peuple, les luttes et les aspirations de tous. Chaque histoire était unique, fascinante, et bien plus honnête que les personnalités de la Cour. Alors répondre à la question d’Aislinn ne serait pas difficile. Le luxe ne lui manquait pas. Il avait eu l’habitude d’une routine militaire, et rêvait d’aventures, de liberté, de passer des semaines à dormir à la belle étoile. De ne jamais savoir ce qui va arriver. De ne plus avoir à se soucier de ce qu’on attendait de lui. Qu’on ne lui dise plus comment agir ni comment penser. Non. Enfin, pour être comprit, il n’avait qu’à vivre. Rester lui même. Ne plus avoir à se remettre en question.

Gauvain : Je ne suis pas partit, j’ai été capturé, et un choix m’a été donné. Mourir, ou me battre pour mes capteurs et rejoindre leurs rangs. Alors vois-tu, je ne peux pas revenir. J’ai été mêlé à trop d’histoires qui ne seraient pas tolérées par mon père. Ni par les lois du Royaume. Même s’il ne sera, je l’espère, jamais au courant… ce serait hypocrite de ma part de revenir à la Cour et dans la Légion Impériale alors que mon cœur n’y est plus. Je ne veux pas me retrouver à devoir arrêter des pirates, car j’ai apprit à vivre avec, et à les respecter.

Petit sourire. Inutile de lui expliquer la suite, sa présence montrait bien qu’il était bel et bien vivant. Il avait pourtant immédiatement pensé choisir la mort. Mais Kaif était venu à la rescousse et l’avait convaincu du contraire. Et il n’avait pas regretté une seule minute d’avoir changé d’avis. C’était un autre homme. Plus mature, moins persuadé de tout savoir sur le monde. Et c’était le plus beau cadeau que les pirates lui avaient fait. Il était devenu plus humble en se libérant de sa famille et de tout ce qu’elle représentait.

Gauvain : Il y avait déjà tant de soupçons à mon égard lorsque j’étais innocent. Alors pourquoi revenir dans un monde ou l’on ne me fait pas confiance et ou personne ne part à ma recherche. Un monde qui a laissé mourir la Maitresse du Roi, ma mère, injustement… et qui m’as toujours rappelé que je ne serais rien d’autre que ‘Le bâtard’ quoique je fasse…

Les relations familiales dans son monde n’étaient pas toujours des relations d’amour. C’était une dynastie, tout tournait autour du pouvoir. Pas nécessairement à cause de son père, d’ailleurs. Mais à cause des vautours qui volaient constamment autour de lui. Gauvain avait envie de demander à Aislinn comment son père allait, mais la fierté l’empêchait de la faire. Un homme ne devait pas poser ce genre de questions. Il devait être fort en toute circonstance. Et son père avait sûrement la même pensée, ne pouvant se permettre que la tristesse ou l’inquiétude ne se lise sur son Royal visage. Alors, ne voulant pas tomber dans la nostalgie, Gauvain préféra demander des nouvelles de son paternel d’une manière plus discrète. Inutile de parler trop longtemps de la mort de sa mère et d’inquiéter Aislinn pour rien. Après tout, elle ne craignait rien, toutes les personnes responsables étaient mortes, ou loin de pouvoir l’atteindre. Gauvain sortit un parchemin qui contenait les informations sur son père qui pourraient s’avérer utile pour une future Reine, et le tendit doucement à Aislinn :

Gauvain : J’ai écrit tout ce que j’ai pu sur mon père. J’espère que tu as une bonne mémoire, car ce parchemin ne doit pas quitter cette pièce. N’importe qui au Château serait capable de reconnaître mon écriture. Comme tu l’as sûrement déjà remarqué, il aime les produits de luxe, les tissus doux, les fruits les plus chers, les viandes et autres denrées rares à dénicher, les parfums…

Kaif eut un petit rire en entendant ça. Lui qui avait patiemment tout écouté tel un élève studieux, voilà qu’il se réveillait, trouvant sûrement ça ridicule d’entendre les goûts d’un Roi. Mais c’était ça, la vie de Château. On passait plus de temps à parler de vêtements et de nourriture qu’autre chose.

Gauvain : Ca t’amuse hein ?
Kaif : Un peu.

Gauvain réfléchissait à ce qu’il pourrait bien dire sur ses sœurs. Mais il ne voulait pas qu’Aislinn les manipule, car il sentait qu’elles pourraient devenir amies sans son aide. En attendant, il la laissait ouvrir le parchemin et alla sortir des verres et une bouteille de vin. Un petit remontant n’allait pas le tuer maintenant qu’il se savait officiellement mort…

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 81

depuis le : 02/01/2018
age : 30 ans
métier : arnaqueuse
statut & orientation : hétéro et fiancée


MessageSujet: Re: So have you returned to your faith Ft. Aislinn   Dim 18 Fév - 19:58

Je me fiche bien qu’on ne s’intéresse pas à ma personnalité. D’ailleurs c’était tant mieux. La dernière chose que je souhaitais c’était d’avoir des petits curieux qui veulent tout savoir sur Aislinn. « Je préfère être Reine Aislinn le restant de mes jours que Tamira la servante… » J’avais pensé mon plan depuis bien des années, je connaissais les pours et les contres. Et je savais parfaitement bien qu’il n’y avait pas de chemin retour. Mais ce n’était pas grave, j’avais choisi cette voie, et cette nouvelle vie. Du soutien ? Mmm je m’attendais même pas à avoir des amis, alors franchement, ces avertissements ne servaient à rien. « J’ai été seule la majorité de ma vie, et j’ai appris à faire confiance qu’à moi-même alors que je puisse trouver du soutien quelque part… je ne m’y attend pas et je ne le souhaite pas. » Qui dit soutien, dit confidences… et quand il s’agit de secrets c’est mieux de ne pas les partager, sauf si on n’a pas d’autre choix. Ainsi donc il aimait bien ses sœurs, mais ne parlait pas de son père ? « Et vous ne tenez pas plus que ça à votre père ? » Pourtant il était là à vouloir savoir qui allait être la future femme de son père. Mais cette situation restait étrange. Pourquoi voulait-il donc m’aider ? Je me tus et écoutait son récit. Oui, cela avait un certain sens et je pouvais comprendre cela mais… « Et vous ne penses pas qu’un jour les pirates utiliseront votre identité… » Depuis quand les pirates jouent dans la cour des gentils ? Non, si ils avaient donnés la vie au batard du roi pour qu’il devienne un des leurs, c’est avec un arrière-plan en tête. Sinon ça aurait vraiment été stupide de laisser un tel choix à un presque prince.

Oh oui, je pouvais comprendre qu’il ne voulait plus revenir et qu’il préférait sa nouvelle vie. Comme j’avais dit, chacun a ses rêves et parfois il fallait pouvoir refermer les portes derrière soi. « difficile de partir à la recherche d’un mort… » Oui… je sais parfois il faudrait que j’avale ma langue, mais j’étais toujours quelqu’un de trop perspicace et sceptique. Alors que les gens essayent de se voiler la face… ce n’était pas une chose que je laissais facilement faire dans ma compagnie. Alors c’est bien si il a choisi cette vie, mais qu’il n’essaie pas de se trouver des excuses. On fait tous des choix et on doit les assumer et non se cacher derrière les actions d’autrui. Je pris la feuille dans ma main et commençait à la lire. Une fois que j’avais tout lu je lui redonne le papier. « Et vos sœurs ? Car la dernière chose que je souhaite c’est de devoir assumer le rôle de la méchante belle-mère… » Oui, je voulais savoir comment elles allaient réagir. Je présume que les deux ainées allaient se tenir à leur rang, mais l’adolescente… Mmm difficile à prévoir. D’autant plus que j’ignorais comment était leur relation avec leur père.

_________________
nothing is what it seems
Pour leurrer le monde, ressemble au monde ; ressemble à l'innocente fleur, mais sois le serpent qu'elle cache
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 26

depuis le : 30/01/2018
age : 27
métier : Ancien membre de la Légion & Pirate
statut & orientation : Bisexuel


MessageSujet: Re: So have you returned to your faith Ft. Aislinn   Mar 20 Fév - 22:04

Gauvain ne pouvait s’empêcher d’être curieux de connaître les histoires de chacun, comparant avec ses propres expériences dans l’espoir d’évoluer, d’apprendre, et de s’améliorer. Il avait bien conscience que les difficultés qu’il avait eu étaient personnelles et liées au fait d’être un bâtard. Mais cela ne l’avait pas empêché de vouloir mettre Aislinn en garde contre cette vie, bien que la solitude n’avait pas l’air de lui faire peur. Très bien. C’était une bonne nouvelle si elle se fichait bien qu’on s’intéresse à elle, car la future Reine ne risquerait pas d’être déçue par la fausseté de la Cour. Et malgré toutes les déceptions qu'il avait connu là bas, il ne détestait évidemment pas son père. Il savait juste à quel point c'était difficile d'avoir une conversation avec lui sans qu'il ne se comporte comme le Souverain tout puissant qui avait réponse à tout. Sans prétentions bien sûr. Il ne faisait pas cela pour écraser, mais pour conseiller et instruire. Mais lorsqu'on est fils de Roi, on aimerait parfois avoir un père à qui on ne doit pas jurer allégeance. Un père qui pardonne les erreurs et les défauts. Un père qui ne vous pousse pas constamment à faire mieux et à être digne de toute une lignée de Nobles. Mais non, qu'on ne sous entende pas qu'il ne tenait pas à son père. Gauvain n'était pas comme ça.

Gauvain : Bien sûr que je tiens tout autant à mon père, mais il est bien trop limité par sa position de Roi pour être objectif... Lorsque j’avais besoin de m’ouvrir, ce n’est pas vers lui que je pouvais aller. C’est pour cela que je pensais plutôt à mes sœurs.

Ah le nombre de fois ou Gauvain était allé se réfugier dans les quartiers de sa mère pour y retrouver ses sœurs. Les seules qui comprenaient ce que cela faisait de subir constamment les regards de tous qui rappelaient qu’ils étaient nés hors mariage. Qu’ils n’étaient que tolérés au Château parce que le Roi l’avait décidé. Il y avait tant à prouver à tout le monde que ce n’était pas étonnant que Gauvain avait peur de revenir et d’affronter encore une fois tous les jugements. De revenir à zéro. Pire, que l’on découvre qu’il était resté plus ou moins volontairement avec des pirates. Car même s’il n’avait pas l’autorisation de s’enfuir, il n’avait jamais essayé. Ca ne lui était plus venu en tête depuis bien des mois. Certes, les pirates et lui avaient un plan B au cas ou il se faisait attraper. Il suffisait de dire qu’il avait été capturé par un autre équipage pour ne de pas impliquer le Golden Scream. Ronan de Brise-Air avait beau être son père, il n’avait jamais mis de côté le fait d’être Roi. Il avait toujours parlé et conseillé Gauvain en gardant les deux rôles. Le Souverain. Le Paternel. Alors aucune paroles et aucune excuse ne pourrait lui faire comprendre les choix de son fils. C’était plus simple d’accepter d’avoir disparu, histoire de ne pas avoir à un jour devoir assumer qu’il n’était finalement pas le fils idéal. Mais Gauvain était un homme, contrairement à Aislinn. On n’attendait pas les mêmes choses de lui, et il serait injuste de supposer qu’elle se sentirait aussi piégée que lui. Le rôle d’une troisième épouse n’était sans doute pas aussi complexe. Son père se contenterait d’une belle femme qui pourrait produire un héritier. Et Aislinn se conterait de ne pas mourir pauvre et meurtrie par le travail. Comme elle l’avait si bien dit, chacun désirait quelque chose de différent. C’est ce qui rendait d’ailleurs la vie si intéressante. Les variétés des rêves. Et lorsqu’Aislinn suggère avec justesse que les pirates ne l’avaient pas épargné pour rien, un petit temps de pause s’installe dans la pièce. Kaif et Gauvain se regardèrent. Deux esquisses de sourire se dessinèrent sur leurs visages. Bien sur que les pirates voulaient utiliser l’identité de Gauvain et d’ailleurs, c’était déjà fait. Mais contrairement aux autres, ils avaient au moins eu la décence de lui dire en face. Ils avaient choisit il y a bien longtemps de ne pas le tuer et de ne pas demander de rançon. Mais ils ne lui avaient pas caché qu’ils comptaient bien trouver un moyen d’y gagner quelque chose. Et Gauvain avait payé sa dette en les aidant de son propre gré. Un plan c’était mis en marche, et tout allait se dérouler au Mariage de son père avec Aislinn. Raison de plus pour ne rien faire pour saboter cette union. Mais les deux amants s’étaient dit que ce n’était pas une bonne idée d’en parler à la jeune femme. C’était trop risqué. Si l’information tournait, tout tomberait à l’eau. Et pire, on risquait de remonter jusqu’à eux. Alors non, les deux allaient tenir leur langue, même si c’était difficile dans des moments pareils. Au moins, l’effet de surprise serait réel, et elle ne serait pas impliquée dans les histoires de l’équipage. Puis bon, qu’est ce qu’ils pouvaient bien dire ? Eh au fait, on va attaquer le Bal et ruiner le plus beau jour de ta vie ? Non. D’ailleurs, Kaif et Gauvain n’allaient sûrement pas se retrouver dans la salle du Bal pendant l’attaque. Le Capitaine n’était pas assez fou pour laisser le bâtard à portée de vue de toutes les personnes capables de l’identifier.

Gauvain : Hah ! Ils peuvent l’utiliser, ce n’est plus mon identité.

Maintenant qu’il avait comprit qu’il était bien plus que ça, et que son titre l’avait empêché de vivre pleinement et d’explorer ses instincts… Il n’arrivait pas à se sentir coupable. Tant que sa famille n’était pas en danger de mort, Gauvain resterait dans cet autre monde, à aider ceux qui en avaient le plus besoin. Ce n’était pas dur de voir qu’il s’en tiendrait à cette réponse. Et oui, c’était difficile de partir à la recherche d’un mort, c’est sur. Mais se servir de ses connaissances, c’était ingénieux. Et Gauvain respectait les bonnes stratégies. Et puis, il avait ce petit égo qui aimait bien se sentir important. Pour les pirates, il était un informateur précieux. Pour tous les autres, il n’était rien. Et il regrettait juste de ne pas s’en être rendu compte plus tôt. Alors, écoutant la petite remarque d’Aislinn, il ne put que rire :

Gauvain : C’est vrai.

Récupérant le parchemin qu’Aislinn lui tendait, Gauvain le fit passer à Kaif qui le lança dans le feu comme prévu. Repensant à ses sœurs alors qu’elle le relança dessus, il se demandait si elle allait effectivement être vue comme la méchante belle mère. Hm. C’était possible que Herminie n’aime pas l’idée que Ronan de Brise-Air retrouve une épouse. Elle qui adulait sa mère, l’ancienne Reine, comment prévoir la réaction qu’elle allait avoir ? Elle saurait se montrer polie bien sûr, mais pour le reste…

Gauvain : Je ne sais pas ce que l’on t’as dit d’elles ni ce qu’elles pensent de ce mariage hélas. Sienna a la même mère que moi, elle t’aimera sûrement plus rapidement que Herminie car elle ne te verra pas comme une remplaçante. Les deux sont très créatives. Herminie par la musique, Sienna par la couture… la première a tout d’une véritable princesse, la deuxième est une rêveuse…

Et s’il y avait bien une personne à qui il aurait aimé dire qu’il était encore en vie, c’était bien Sienna. Elle était comme lui, à avoir rêvé de l’amour, à se permettre quelques libertés grâce au fait de ne pas être un enfant légitime. Alors, même si elle ne saurait pas qu’Aislinn avait été servante et s’appelait en réalité Tamira, peut-être qu’elles allaient tout de même bien pouvoir s’entendre. Elles auraient sûrement plus en commun en tout cas. Mais qui sait, les femmes, c’était compliqué. Surtout entre elles ! Comme il avait envie de demander à Aislinn de dire à Sienna qu’il était en vie. Mais il avait peur qu’elle ne puisse garder un tel secret sans en parler à d’autres. Alors, luttant pour se taire, il décida de s’occuper la bouche avec une chope de Rhum, laissant Aislinn digérer toutes les informations qu’elle venait de lire, et d’entendre. Kaif fit de même, lui qui ne ratait jamais une occasion de boire et d’imiter Gauvain.

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 81

depuis le : 02/01/2018
age : 30 ans
métier : arnaqueuse
statut & orientation : hétéro et fiancée


MessageSujet: Re: So have you returned to your faith Ft. Aislinn   Jeu 22 Fév - 20:56

Je ne connaissais pas assez bien le roi pour pouvoir porter un quelconque jugement. J’ignorais si c’était le genre d’homme à rester le roi 24heures sur 24 ou si cela lui arrive de temps en temps de mettre son masque de côté. Quelque part j’espérais quand même découvrir l’homme derrière le roi. Mais dans le cas où c’était impossible, je finirais bien par m’y faire. Après tout mon but n’était pas qu’il descend son masque. D’ailleurs je n’étais pas là pour comprendre les raisons qui pouvaient pousser le batard à vouloir disparaitre. Chacun ses raisons, chacun sa vie. Néanmoins il y avait quand même quelque chose qui me posait soucis dans toute cette histoire. « Kaif souhaite une maison… Et vous… Que souhaitez-vous ? » J’étais de nature très méfiante, alors on ne pouvait pas m’en vouloir de poser des questions afin de découvrir tout ce qui pouvait bien être cachés. Car même si souhaitait le bonheur de son père, qu’il souhaitait rester dans l’ombre… il ne devait pas faire cela gratuitement. Peut-être ne voulait-il simplement pouvoir me manipuler et former celle qui devient la femme de son père ? Peu importe si c’était ça ou autre chose. Je voulais savoir ce qu’il voulait. Et surtout pourquoi il faisait ça.

Car oui, j’étais une menteuse, une arnaqueuse et une voleuse d’identité. J’avais également été honnête lorsque je disais que mon but n’avait pas été de devenir reine. Mais pouvait-il réellement laisser mon genre de femme devenir celle de son père ? Car sans aucun doute, Kaif lui avait bien dit que je m’étais débarrassé de la vraie comtesse. Alors je présume qu’on pouvait mettre empoisonneuse à mon CV. « Alors vous pensez sincèrement qu’une femme comme moi peut rendre votre père heureux ? » Le sort pouvait quand même être très ironique… Mettre une servante sur le trône, une qui n’a pas hésité à mettre du poison dans la soupe de sa maitresse pour devenir riche. Ah si le monde connaissait la vérité… Mais une chance pour moi, pour l’instant mon plan fonctionnait parfaitement et il n’y avait pas un nuage noir à l’horizon. Je l’écoutais parler de ses deux sœurs. « Rien. Je ne sais que très peu de vos sœurs. » Oui, c’est pour cela que j’aurais bien voulu savoir à quoi m’attendre. Artistique et rêveuse… Bien cela pouvait être quelqu’un facile à vivre. Et l’autre une vraie princesse… Bon en tout cas, cela voulait dire qu’elle allait être polie et se tenir aux règles de la cour. Mon regard se tournait vers Kaif, qui n’avait plus parlé depuis un bon moment. « T’es bien silencieux… »

Je n’avais aucun doute sur ce mariage. C’était ce que je voulais, et aucun cheveu sur ma tête qui pensait à faire machine arrière. Gauvain pouvait me prévenir autant qu’il le voulait, j’avais vécu dans les marais et sur le marché des esclaves, alors ce n’était pas les chauves-souris de la cour du roi qui m’effrayaient. Par contre… Je tendis ma main vers Gauvain. « Il y a une chose que je n’ai pas su entrainer assez pour être à la hauteur d’un roi…. La danse d’ouverture. » il venait de ce monde, il n’allait pas prétendre ne pas savoir mener une danse. J’avais observé les autres femmes nobles danser, et j’avais tenté l’expérience toute seule face à un miroir. Mais toujours seule… Et l’ouverture du bal m’inquiétais car j’aurais tous les regards fixés sur moi, et si le roi remarque que j’étais hésitante sur les pas… hors qu’une comtesse est censé connaître les moindres pas quasi depuis sa naissance…mmm mauvais début. « Vu qu’on va faire partie de la même famille, vous pourriez au moins m’accorder une première danse… »

_________________
nothing is what it seems
Pour leurrer le monde, ressemble au monde ; ressemble à l'innocente fleur, mais sois le serpent qu'elle cache
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 26

depuis le : 30/01/2018
age : 27
métier : Ancien membre de la Légion & Pirate
statut & orientation : Bisexuel


MessageSujet: Re: So have you returned to your faith Ft. Aislinn   Mar 6 Mar - 4:16

Ce qu’il voulait. Ah comme il aurait été simple de répondre à cette question avant d’être kidnappé par une bande de pirates. A l’époque, il avait déjà tout ce qu’il pouvait désirer, et n’avait jamais été satisfait. Lui aussi avait aimé le confort, tout comme son père, mais il avait étonnamment trouvé sa place loin de tout ça. Et lui-même n’arrivait pas à s’expliquer pourquoi. Gauvain hésita fortement à faire la réponse mielleuse et amoureuse qui lui venait en tête : ce qu’il voulait, c’était voir Kaif heureux. Ridicule n’est ce pas. Etais-ce vraiment le genre de pensées qu’il voulait avoir à voix haute ? Aislinn se fichait sûrement de ses états âmes, et cette question était certainement pour savoir ce qu’il attendait d’elle. Mais c’était Kaif qui avait tout à y gagner, pas lui. La richesse ou un toit au dessus de sa tête, ce n’était pas son rêve. On veut toujours ce qu’on n’a pas connu, sans doute. Mais pour Gauvain, personne ne pouvait lui apporter le bonheur qu’il recherchait. Cela ne tenait qu’à lui, pas à la future Reine. C’était sans doute dur à comprendre pour des gens comme Kaif et l’ancienne servante, mais tout le monde n’était pas là pour les utiliser. Gauvain était sincère dans ses paroles, il pouvait vraiment se contenter du bonheur des autres : il l’avait toujours fait. Il s’était contenté d’être un bâtard, un frère, un fils, un soldat. Il avait servit sa famille et son gouvernement. Et c’était sa façon à lui de montrer son amour pour le peuple, en tant que Prince qu’il ne seras jamais.

Gauvain : Je ne désire rien de toi ni de ta future position de Reine, si c’est ce que tu veux savoir. Je suis là pour aider Kaif, et pour m’assurer que tu ne représente pas un danger pour ma famille.  

Mais elle n’allait peut-être pas se satisfaire de cette réponse. Alors comment lui expliquer qui il était et ce qui le faisait vibrer, sans entrer dans un long monologue qui n’aurait sûrement, que peu de sens pour la future Reine ? Après tout, il n’était là que par hasard. Qui aurais pu prévoir qu’il serait un jour du côté des pirates ? Et qui aurais pu savoir que le seul pirate qu’il aimait plus que tout allait croiser le chemin de la fausse Aislinn ? Les destins s’entrelaçaient parfois d’eux même, sans aide extérieure.

Gauvain : Idéalement, j’aurai voulu pouvoir vivre ma vie actuelle sans devoir me cacher. Mais c’est impossible alors, je me contente de ce que j’ai. Et… je tiens beaucoup à Kaif. Si il est heureux, je suis heureux.

Gauvain ne put s’empêcher de regarder Kaif qui venait de faire un grand sourire. Lui n’avait pas l’habitude de parler de ses sentiments à quelqu’un d’autre, et même s’il n’avait pas parlé d’amour, c’était sous entendu. Peut-être qu’Aislinn lui ferait plus confiance s’il s’ouvrait un peu, et peut-être qu’elle comprendrait mieux pourquoi il était là, et pourquoi il était prêt à les aider sans se sentir trop coupable. Tant de raisons le poussaient à parler, et ce n’était pas que la déception du passé ou d’un sentiment négatif envers son père. Le hasard les avait amenés là tous les trois. Il y avait bien une raison. Aislinn pouvait lui amener ce qui lui manquait tant : des nouvelles du Château et de sa famille. Elle serait le juste milieu entre l’ancienne Reine et la maîtresse. Et son père pourrait enfin trouver la paix intérieure, et un sentiment d’amour. Gauvain n’avait jamais aimé l’ancienne Reine alors, à ses yeux, son père ne pourrait jamais faire pire que ça. Au moins, Aislinn semblait gentille, et cela ne semblait pas faire partie de son rôle. D’ailleurs, quand on pensait à qui était la vraie comtesse, comment ne pas se dire que n’importe qui aurait mieux valu que la Aislinn d’origine. Elle lui avait expliqué ne pas avoir su qui son futur époux était censé être. Et la encore, ça sonnait vrai. Alors oui, une femme comme elle, c’était tout a fait envisageable. Elle voulait, comme beaucoup, échapper au froid et à la misère. Et c’était tout à fait respectable. Bien plus que toutes les Comtesses pourries gâtées qui nageaient dans le luxe depuis toujours.

Gauvain : Ma mère était une femme comme toi. Sans les mensonges, mais c’est pour cela qu’elle n’était qu’une Maîtresse et non la Reine. Alors oui, je pense sincèrement que tu es parfaite pour mon père.

Après avoir un peu trop raconté sa vie et parlé de ses sœurs, Gauvain aussi remarqua que Kaif restait là à le regarder en se foutant de sa gueule. Ca avait l’air de beaucoup l’amuser de le voir parler de sa vie d’avant et de jouer les enquêteurs. Il le connaissait assez bien pour savoir qu’il se taisait non pas par politesse, mais pour observer et essayer de percevoir le Gauvain qu’il avait été. Le soldat, le demi-prince, l’autre coté du miroir. Alors il voulu lui rendre la pareille, répétant la phrase d’Aislinn pour le taquiner un peu.

Gauvain : Oui Kaif, tu es bien silencieux !

Kaif pouffa de rire d’un air presque gêné, visiblement surpris de s’être fait prendre à écouter trop attentivement, et trop silencieusement. Il répondit donc sur le même ton de la plaisanterie :

Kaif : Hey, j’étais un esclave moi, laissez moi tranquille. J’y connais rien à vos histoires de riches.

Puis, comme pour lui répondre, Aislinn tendit sa main vers Gauvain pour l’inviter à… danser. Danser ? Vraiment ? Cela faisait si longtemps qu’il n’avait pas eu à faire ça. Cela lui rappelait les nombreux bals ennuyants, les courtisanes, les rumeurs et les débauches secrètes. Comme tous les enfants du Roi, il avait du apprendre chaque danse, répétant chaque pas à l’infini jusqu’à avoir l’air digne de représenter la couronne. La carole, le Sartello, la tarentelle et tant d’autres. Tant de nuits à danser avec plus ou moins les mêmes personnes. Mais c’était une façon comme une autre de s’amuser. Gauvain lui, comme beaucoup d’hommes, avait toujours préféré apprendre à se battre. La danse  n’était qu’un talent secondaire pour faire plaisir à son père. Qui aurait cru qu’un jour, ça allait vraiment lui servir pour autre chose que de séduire les dames de la Cour? Après un petit ‘phew’ a peine audible, Gauvain prit donc la main d’Aislinn. Il allait falloir creuser un peu dans sa mémoire, ou simplement laisser faire le corps. Paraît que c’est comme ça qu’on créer des bons danseurs. Regardant Kaif qui était déjà en train de jubiler, prêt à se foutre de lui comme jamais, Gauvain regarda ensuite le sol et leurs pieds pour se concentrer.

Gauvain : Une danse d’ouverture alors ? Bien. Hm…

Se mettant naturellement en position, il s’étonna lui même. Aislinn sembla faire de même, et heureusement, car il n’avait pas le temps de lui faire tout un cours. Se tenant droit, il ne put s’empêcher de regarder encore une fois vers Kaif, et de le mettre en garde, sachant que ça n’allait absolument rien changer :

Gauvain : Et toi, ne me juges pas.
Kaif : Moi ? Jamais…

Sous l’œil attentif de Kaif qui n’en perdait pas une miette, Gauvain et Aislinn se mirent à danser pendant qu’il disait à la future femme de son père quand tourner, comment se placer, et ainsi de suite. Et comme si ce n’était pas assez étrange comme situation, le fait qu’il n’y ait aucune musique n’aidait pas. Mais les pas lui revenaient vite, et il fut malgré lui concentré sur cette tâche qui avait jadis été si importante. Savoir bien se tenir, et savoir mener la danse… littéralement. Ce n’était pas très difficile de voir qu’Aislinn n’avait pas fait ça toute sa vie. Mais son père n’allait pas se montrer méfiant pour si peu, il se dirait sûrement qu’elle avait juste l’émotion qui prenait le dessus. Et elle était loin d’être mauvaise. Gauvain ne voulait pas dire quelque chose pour qu’elle se sente nulle, mais il n’hésita pas à lui faire refaire un ou deux pas plusieurs fois si il le fallait. Et il entendait Kaif qui venait de pouffer de rire en essayant de boire.

Gauvain : Qu’est ce qu’il y a tu veux essayer ?
Kaif : Non non pitié.

Petits sourires des deux côtés. Ce n’était pas évident de se concentrer dans de telles conditions. Mais c’était un moment bien plus drôle et relâché que tous les bals que Gauvain avait connu. C’était plutôt ça, la vraie vie. S’amuser sans se poser trop de questions, danser sérieusement tout en ayant conscience d’avoir l’air ridicule. Faire tournoyer la future Reine, sans musique, et au milieu d’une maison appartenant à une servante. C’était toujours du côté du peuple que se trouvaient les vrais moments sincères. C’est ce qu’il se serait dit s’il avait pu être spectateur de cette scène au lieu d’en faire partie. Et en parlant de spectateurs, il allait falloir qu’Aislinn travaille un peu son attitude en dansant. Elle ne s’en rendait sûrement pas compte, mais elle essayait de prendre le dessus. Or, une dame de la Cour doit toujours laisser son cavalier la guider. Il osa donc une petite remarque en souriant :

Gauvain : Je me doute que tu aimes décider dans ta vie mais en danse, c’est à l’homme de mener...

C’était ce genre de petits détails que son père aurait plutôt eu tendance à remarquer. Mais qui sait, peut-être qu’il aurait trouvé cela charmant et différent. Mais mieux valait ne pas éveiller ses soupçons. Aucune femme de la cour n’aurait osé faire ça, et tout le monde l’aurait remarqué. Car tous les yeux allaient être rivés sur le couple royal, sans aucun doute…

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 81

depuis le : 02/01/2018
age : 30 ans
métier : arnaqueuse
statut & orientation : hétéro et fiancée


MessageSujet: Re: So have you returned to your faith Ft. Aislinn   Mer 14 Mar - 22:35

je trouvais cela assez marrant. Un danger pour sa famille ? Et il avait fini par se dire que je ne l’étais pas ? J’argue un sourcil. Est-ce que Kaif n’avait donc pas dit que j’avais tué la comtesse afin de prendre sa place ? Ne s’inquiétait-il donc pas le moindre du monde de mettre une meurtrière dans le lit de son père ? Quoi que… Je ne me considère pas vraiment comme une meurtrière. Mais simplement comme une opportuniste. Néanmoins je commençais à comprendre un peu mieux ce qui poussait le fils du roi à rester dans l’ombre… l’amour… mmm voilà un sentiment qui m’est inconnu. Jamais je suis réellement tombée amoureuse, et perso ce n’est pas un de mes rêves. Dépendre de quelqu’un, l’aimer à en mourir… Ah non ce n’était pas ce dont j’aspirais. Et ainsi donc j’étais parfaite pour son père… Je ris doucement. « j’étais loin de me douter qu’un jour j’aurais l’approbation du fils du roi. » Et bien que je ne recherchais pas l’amour, les voir se jeter des petits sourires et des remarques taquins… Ah oui, j’avoue c’était mignon de voir un couple s’entendre si bien.

Par contre lorsque finalement on se met à danser, je dois dire que je n’étais pas super au point. J’allais décidément encore devoir m’entrainer avant le jour J ! Mais néanmoins Gauvain me fit une remarque qui me fit grimacer. « Je sais… j’ai remarqué que votre père aime décider de tout. » Oui, cela m’était devenue claire dès notre première conversation. C’était lui qui voulait poser les questions, c’était son royaume et sa politique… Et cela risquait de ne pas être aussi facile pour moi car j’avais un peu trop l’envie de tenir tête aux gens. Mauvaise habitude. « Et c’est surement un des points auxquels je vais devoir faire le plus attention… » La danse terminée, je le remercie. Néanmoins il avait quand même une question qui me trottait en tête. « Est-ce qu’il arrive à votre père d’oublier pour quelques secondes qu’il est le roi et d’être simplement l’homme ? Ou est-ce que son statut de roi ne s’efface jamais ? » J’avais beau essayé d’apprendre à connaitre l’homme derrière le roi, jusqu’ici je n’y étais pas arrivé… Alors je me demande si avec sa maitresse il avait été l’homme… ou si je devais simplement me dire que le roi était encré dans l’homme qu’il était.

_________________
nothing is what it seems
Pour leurrer le monde, ressemble au monde ; ressemble à l'innocente fleur, mais sois le serpent qu'elle cache
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 26

depuis le : 30/01/2018
age : 27
métier : Ancien membre de la Légion & Pirate
statut & orientation : Bisexuel


MessageSujet: Re: So have you returned to your faith Ft. Aislinn   Dim 8 Avr - 16:35

Gauvain lui, n’aurait pas pu se douter qu’un jour on lui demanderait d’approuver le mariage de son père. Même si Aislinn n’avait pas besoin qu’il soit d’accord, et qu’il comprenait bien qu’elle disait ça par courtoisie et pour se dire qu’elle avait tout de même quelques personnes de son côté. Et elle en aurait bien besoin, si sa manière de danser reflétait le reste, elle allait devoir travailler dur pour qu’on la prenne au sérieux et être digne d’une femme de haut rang. Gauvain avait toujours cru pouvoir trouver sa place parmi des personnalités qu’il n’appréciait pas forcément. Mais avec le recul, tout cela n’était qu’une illusion. Les bruits de couloirs et les rumeurs ne s’arrêteraient jamais quoiqu’il fasse, et s’isoler était une option qu’il n’avait jamais eue lorsqu’il était encore au Château. Il y avait toujours des serviteurs, des nobles qui passaient quelques temps dans les étages réservés aux invités, sans parler des gardes… une vraie fourmilière. Et dire qu’Aislinn allait devoir s’adapter à tout ce monde si elle voulait survivre à la Cour : il ne l’enviait pas. Gauvain la connaissait à peine, mais elle semblait bien trop aimer avoir le dessus et prendre ses propres décisions. Et si elle pensait que le Roi serait le seul homme de la Cour à attendre qu’une femme suive, elle allait être déçue. Ce n’était pas un monde plus avancé que le reste de Brise-Air, et même si elle aurait certes, bien des libertés, les valeurs et les codes ne changeraient pas : c’était les hommes qui menaient la danse. Tout comme il valait mieux se laisser servir, même lorsqu’on était tout à fait capable de le faire par soi même. C’était certes ridicule à bien des niveaux, et sûrement plus du côté des femmes, mais à quoi bon lutter contre des codes ancestraux, inventés pour garder tout le monde à sa place… C’est bien pour cette raison que la dernière question posée par Aislinn le fit sourire, car seul quelqu’un qui n’était pas de sang Noble aurait ce genre de façon de penser. Parce que les deux étaient indissociables, et ce depuis bien avant la naissance de son père, lorsqu’il n’était pas encore un Roi, ni même un nourrisson, mais un petit fœtus qu’on considérait déjà comme un futur héritier. Chaque souffle, chaque pas, chaque minute de la vie de son père avait été encadrée et organisée pour faire de lui un souverain idéal. Alors comment s’imaginer qu’il pourrait oublier ne serais-ce que quelques minutes, sa raison de vivre ? Etre Roi, c’était avant tout être au service du peuple. Alors même son père avait voulu essayer de se comporter comme quelqu’un d’ordinaire, il n’aurait pas réellement pu oublier les valeurs et devoirs étroitement liés à son existence. Impossible d’échapper à la politique. Son père avait d’autant plus une tâche difficile : contenter à la fois les Nobles et le peuple. Et oser se montrer sensible, c’était montrer ses faiblesses aux nombreuses personnes qui rêvaient de renverser le pouvoir. Comment expliquer ça à quelqu’un qui n’avait pas vécu dans la famille royale ? Hochant doucement la tête, Gauvain sentait qu’Aislinn n’allait pas apprécier sa réponse :

Gauvain : Le roi resterait toujours Roi, et l’homme est indissociable du titre.

Les rares fois que Gauvain avait vu son père baisser un peu sa garde et se laisser aller, c’était avec sa mère. Alors, bon courage. Il fallait une femme assez extraordinaire pour faire oublier au Roi la réalité du monde extérieur. Et c’est bien parce que Gauvain s’était trop sentit aliéné qu’il avait finit par se rebeller. Mais qui sait ? Peut-être que son père serait différent avec Aislinn, si elle lui laissait le temps de la connaître. Gauvain avait juste beaucoup de mal à imaginer que son père en était capable. Car après tout, ce n’était pas qu’un rôle à jouer pour le peuple, c’était une part de sa personnalité à part entière, et à temps plein.

Gauvain : C’est une part de lui qu’on le veuille ou non. Il seras toujours à la fois l’homme, le roi, le père, l’amant… je ne pense pas que tu arriveras à avoir un jour, l’un sans l’autre.

Mais il le lui souhaitait du fond du cœur. Il parait que l’amour fait toujours des miracles après tout. Et c’était bien ça qu’il aurait fallu : un miracle.

Gauvain : Mais si ça arrive, fais signe, je serais le premier à vouloir voir ça de mes propres yeux…

Gauvain ne plaisantait qu’a moitié, car il savait qu’il n’aurait pas été dans cette situation si son père pouvait mettre ses responsabilités de côté par amour. Il n’aurait sûrement pas hésité à essayer de reprendre contact avec le Château s’il avait été sûr d’être pardonné. Mais Gauvain était persuadé que son père n’aurait jamais compris, ni accepté les actes de son fils. La vie n’était hélas pas si clémente.

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 47

depuis le : 09/01/2018
age : 23
métier : Pirate
statut & orientation : Homosexuel & Coeur prit


MessageSujet: Re: So have you returned to your faith Ft. Aislinn   Dim 8 Avr - 16:40

Kaif observait paisiblement ses deux compagnons discuter et danser, non pas sans trouver ça très drôle. Il se demandait comment il avait pu tomber amoureux de quelqu’un qui était au fond, si différent de lui. Cette petite scène lui montrait un petit bout de la vie que Gauvain avait connue avant de le rencontrer, et Kaif se disait qu’au fond, le luxe amenait beaucoup trop de règles à suivre, et que ça avait du être bien ennuyant. Il comprenait mieux à quel point ça avait été presque facile pour Gauvain de saisir l’occasion de fuir cette oppression sociale. Kaif, comme beaucoup de personnes pauvres, s’était toujours imaginé que les autres avaient une vie meilleure et dénuée de problèmes. Lui aussi avait supposé bêtement qu’être protégé par des grands murs de pierre pouvait effacer les difficultés d’une vie humaine. Mais si Gauvain disait qu’il aurait aimé retrouver cette forteresse, Kaif savait que c’était parce que sa famille lui manquait. Oh il n’était pas fan à l’idée de se dire qu’une part de Gauvain aurait voulu retourner à la vie de Château. Parce que pour Kaif, ça voudrait dire qu’il deviendrait quasiment impossible pour eux de se voir. Et c’était hors de question qu’on les force à devenir ennemis. Kaif n’était pas assez stupide pour s’imaginer que leur relation, déjà inhabituelle, aurait pu être assumée devant tout le Royaume. Elle n’existait que parce qu’ils pouvaient vivre en dehors de Brise-Air, et lorsque personne ne traitait Gauvain comme quelqu’un qui valait plus que les autres. Alors oui, Kaif avait un peu peur de se retrouver tout seul maintenant qu’il avait goûté au plaisir d’avoir quelqu’un à ses côtés qui était à la fois un frère d’armes, un ami, et un amant. Et comme s’il pouvait lire dans ses pensées, Gauvain s’approcha de lui, regardant droit dans ses yeux avant de dire :

Gauvain : Hé… ne t’inquiète pas, je ne te laisserai jamais.

Kaif n’avait pourtant rien dit. Mais Gauvain le connaissait si bien qu’il savait déceler les petits changements sur son visage, et ce qui lui passait par la tête. Quant on avait baissé sa garde une fois, c’était trop tard. Mais jusqu’à présent, Kaif n’avait jamais regretté d’avoir fait confiance au bâtard, ni d’en être tombé amoureux. Même s’il avait été trahi avant, il savait reconnaître la différence entre une vraie relation, et une fausse. Il était certes encore jeune, mais il avait tellement été abusé dans sa vie qu’il savait reconnaître les rares actes qui venaient du cœur. Pourtant, c’était plus fort que lui : la peur de l’abandon. Cette peur qu’il essayait de cacher par ses sourires et sa petite tête de mec toujours content. Kaif resta à le regarder sans rien dire, faisant comme si il n’était pas concerné par les beaux yeux bleus qui le regardaient. Mais il n’arrivait pas à garder son sérieux longtemps, surtout avec Gauvain qui lui faisait son petit regard pétillant. Alors, sentant qu’il devait bien répondre quelque chose, il se contenta d’un petit :

Kaif : Je sais…

Ce n’était pas un ton ironique, mais ce n’était pas non plus tout à fait sincère. C’était plutôt comme un petit garçon qui voulait qu’on le laisse tranquille. Mais d’accord, il voulait bien y croire. Il n’avait pas le choix de toute façon. Et comme Gauvain l’avait dit, le Roi n’allait sûrement pas changer de si tôt. Mais il continuait de regarder Kaif comme pour s’assurer qu’il n’était pas vexé. Alors, Kaif poussa joyeusement Gauvain pour chahuter un peu en rétorquant :

Kaif : Mais, laisse moi tranquille !

Les deux étaient toujours les premiers à se comporter comme des grands enfants. Kaif n’avait pas envie d’avoir cette discussion devant Aislinn, et puis mince, il n’avait rien demandé ! Il avait le droit d’avoir un peu peur de perdre la seule personne qui le rendait heureux sans devoir se justifier. Kaif se dirigea vers Aislinn comme pour se cacher et se protéger et resta à côté d’elle, laissant Gauvain de son côté qui le regardait mort de rire.

Kaif : Je suis protégé par la Reine maintenant, m’approche pas avec ce genre de regard.

Kaif et Gauvain ne se quittaient pas des yeux. Mais Kaif n’était pas aussi démonstratif que le bâtard, sans doute par habitude de rester discret pour éviter les commentaires de leurs camarades pirates. Alors même s’il faisait ça en plaisantant, c’était aussi pour s’éloigner un peu avant d’avoir envie de l’embrasser. Et pas de raison qu’Aislinn se sente gênée ou délaissée dans un coin. Quand Gauvain était face à lui, Kaif avait trop tendance à se laisser guider, bercé par sa voix et son joli sourire. Le monde disparaissait bien trop vite.

Kaif : Non mais mine de rien, c’est un vicieux, faut se méfier !

Retrouvant doucement son sérieux, il se tourna vers Aislinn, réalisant que non seulement c’était la dernière fois qu’ils se voyaient avant qu’elle ne devienne Reine, et qu’en plus de ça, il ne savait pas quand Gauvain et lui auraient l’occasion de la recontacter.

Kaif : Plus sérieusement, je ne sais pas quand on auras l’occasion de se revoir une fois que tu seras mariée, alors ne t’inquiète pas si tu n’as pas de nouvelles pendant une ou deux semaines.

Officiellement, il serait en mer avec l’équipage du Golden Scream. Mais la vérité était tout autre, car personne ne savait qui allait sortir vivant de l’attaque du Château. Il ne savait pas non plus si ils allaient devoir se cacher encore plus que d’habitude, ni pour combien de temps. Alors il ne voulait pas qu’Aislinn se sente trop abandonnée ! Surtout qu'elle allait commencer son mariage en beauté, avec un bal qui allait être à la fois choquant et éprouvant pour la Cour... Et c'est bien pour ça qu'il ne fallait rien lui dire. Pourquoi risquer de la faire stresser? Après tout, cela n'allait pas empêcher l'inévitable de se produire....

_________________
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: So have you returned to your faith Ft. Aislinn   

Revenir en haut Aller en bas
 
So have you returned to your faith Ft. Aislinn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Faith ♢ What's the matter baby don't you think i look prettier like this ?
» La musique sur grand écran
» Ma famille de BJD: Sooah - Faith Mirror's Edge pg 6
» Don Faith reposera à Arlington
» Faith Owens aka Cymo [terminée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Don't Cry Mercy :: ✿ don't cry mercy :: Brise-Air :: Habitations-
Sauter vers: