AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Arsenic et belles dentelles (Aslinn et Sienna)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 37

depuis le : 12/01/2018
age : 15 ans
métier : Princesse

MessageSujet: Arsenic et belles dentelles (Aslinn et Sienna)    Mar 6 Fév - 23:22

Il y avait un principe clair quand on faisait partie de la famille royale: quand on faisait les choses,  on les faisait bien. Et ce,  afin que toutes remarques désobligeante meurent avant d'être nées sur les lèvres des médisants. Aussi Herminie avait fait les choses en grand. Elle avait convoqué les meilleures couturières de la ville, fait venir les plus beaux brocards, les plus délicates soieries,  les dentelles les plus extravagantes du monde connu. Il s'agissait de vêtir une future reine pour des noces qui s'annonçaient inoubliables. Tout le monde devait être ébloui,  son père le premier. Herminie comptait bien être la plus agréable,  la plus serviable des belles-filles au point que la comtesse de Lightindale serait bien obligé de chanter ses louanges. On n'attrapait pas une mouche avec du vinaigre.
Herminie avait été jusqu'à proposer à sa demi-soeur,  Sienna de venir avec elle. Et là,  elle faisait vraiment un gros effort. Sienna était tout ce qu'elle ne pourrait jamais être et rien que pour ça,  elle la détestait cordialement. Évidemment,  Herminie se devait de camoufler son aversion: son père ne l'aurait pas toléré.

Elle avait donc envahi le boudoir de la comtesse. Sur chaque fauteuil,  chaque recoin de meuble,  il y avait des échantillons de tissus de toute couleur. Un coup à avoir une ophtalmite aiguë dès qu'on passait la porte.
Une table cependant était restée libre ainsi que quatre chaises. Libre de fanfreluches,  certes,  mais point vide pour autant: un immense plateau la recouvrait. Du thé dans de la porcelaine fine,  des tasses et sous tasses assorties,  des petites cuillères en vermeil,  et des mignardises diverses et appétissantes. Tout ce qu'il fallait pour que des dames de qualité puissent bavarder à leur aise l'après-midi entière si c'était nécessaire.
Herminie était assise sur une des chaises,  les mains jointes sur ses genoux,  l'image même de l'innocence épanouie. Il ne restait plus qu'à attendre Sienna et Aslinn qui allait certainement faire une drôle de tête à voir son boudoir envahi de si prompte et péremptoire façon.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 84

depuis le : 02/01/2018
age : 30 ans
métier : arnaqueuse
statut & orientation : hétéro et fiancée


MessageSujet: Re: Arsenic et belles dentelles (Aslinn et Sienna)    Mar 6 Fév - 23:37

Je n’étais pas vraiment ravi de devoir passer un moment avec la fille de mon futur époux. C’était une adolescente dont le père se marie… Cela ne doit jamais être très amusant. Et bien qu’elle soit une princesse, je doute fort qu’elles ne ressentent pas les mêmes sentiments que tout le monde. Et perso, je ne m’étais pas préparé du tout à ça. J’observais mon regard dans le miroir. Je souris ; On a beau dire que les yeux sont le reflet de l’âme, je doute fort que quelqu’un pouvait réellement lire mes intentions dans mon regard. Je restais néanmoins fort nerveuse par rapport à ce mariage. Certes le roi me plaisait. Mais cela restait une arnaque, une mascarade. Et la dernière chose que je voulais c’était qu’on se réalise que je n’étais pas celle que je prétendais être. Mais peut-être que la princesse pouvait m’aider… Mmm on verra bien. J’allais vers mes appartements, ou je ne tardais pas à trouver la princesse.  Par tous mes seins, je sentais déjà que je n’allais pas aimer du tous ces moments de thé et de confiseries. C’était quoi tout ce bordel ? A la vue de l’adolescente je m’incline. J’avais beau être la future reine, elle restait la princesse. Et pour l’instant je n’étais qu’une simple comtesse. « Princesse Herminie. » Je me redressait et dans un premier regard, j’essayais de voir ce qu’elle pouvait bien avoir de son père. Mais pour le moment je ne voyais rien. Peut-être les yeux ? Mmm. Finalement mon regard se tourne sur tout le bordel qu'elle avait pu créer dans cette pièce... Bon dieu divine... bonjour pour remettre tout en ordre par la suite...

Je m’installe sur un des canapés (enfin là ou je trouve de la place) et observe le thé et les pâtisseries…. Non c’était vraiment pas ma tasse de thé. Sans parler de tous les tissus que je voyais par tout. Je devais faire quoi avec ca ? Et pourquoi j’avais l’affreuse sentiment que tout à coup cette journée n’allait jamais se terminer. « Du thé noir s’il vous plait. » Je m’adressais à une des servantes. Oui, j’étais poli. Je savais que trop bien ce que cela faisait d’être la servante de quelqu’un. « Je suis ravie de faire enfin votre connaissance, princesse. » Mmmouais.. Pas vraiment mais il fallait bien que je passe par là. Nous allons vivre dans le même château. Et je ne savais pas quoi dire à cette gamine. D’ailleurs que voulait-elle savoir ? Me tirer les verres du nez pour savoir si j’étais amoureuse de son père ? Bah elle devait bien connaitre la réponse. C’était un mariage arrangé. « Vous avez une très jolie robe. » Quand on ne sait que dire, complimenter… Mouais bah disons que mon cerveau essayait de trouver un autre sujet de conversation mais n’en trouvait guère. « Vous allez peut-être pouvoir m’aider… je n’ai aucune idée comment porter mes cheveux pendant le mariage… » Je tire un visage d’hésitation. « Ce mariage ne vous dérange pas, j’espère ? » Et on allait bien vite voir si elle allait être honnête ou pas. De toute manière les mensonges je m’y connaissais que trop bien. J’étais quasi un détecteur de mensonges sur pattes. Donc dans tous les cas j’aurais ma réponse. Et au fond la dernière chose que je voulais c’était de devoir endosser le rôle de la méchante belle-mère. Mon dieu j’étais bien trop jeune pour ça ! Ce n’était pas un rôle qui me convenait du tout ! Mais le pire était encore à venir. Le roi avait encore deux autres filles… Des bâtardes… Et qui était quasi de la même génération que moi. Ah non, cela n’allait pas être facile du tout ! Et parfois j’aurais bien besoin des conseils de Kaif… mais j’étais seule dans ce château. Je ne pouvais que me fier à moi-même et je n’avais pas le choix. Je m’étais lancé dans cette histoire, maintenant il fallait garder la tête hors de l’eau. « Je ne souhaite pas qu’on soit des ennemies, princesse. Je peux concevoir que vous souhaitez peut-être pas de mon amitié. Mais ne devenons pas des ennemies. Cela nous rapportera rien. Ni à vous, ni à moi. Et votre père n’appréciera pas cette situation. » Je n’allais pas l’obliger à m’aimer. « Alors, si vous avez des questions à me poser… n’hésitez pas. » Je fus signe aux servantes de quitter la pièce. Nous n’avions plus besoin d’elles. On avait le thé et toutes les choses qui font grossir. Et puis au moins il n’y avait pas d’oreilles ni de témoins. Elle pouvait donc plus facilement cracher son venin si elle le souhaites. De toute manière nous n’étions pas élevés dans les mêmes standards de la vie, alors elle pouvait y aller franchement. Peu de choses pouvaient réellement m’atteindre.

_________________
nothing is what it seems
Pour leurrer le monde, ressemble au monde ; ressemble à l'innocente fleur, mais sois le serpent qu'elle cache
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 14

depuis le : 06/02/2018
age : 25 ans
métier : artiste
statut & orientation : hétéro & amoureuse


MessageSujet: Re: Arsenic et belles dentelles (Aslinn et Sienna)    Jeu 22 Fév - 20:24

Je quittais l’écurie pour retourner au château à pied. J’adorais les balades à cheval tôt dans la matinée, c’était le moment que je préférais. Le froid hivernal s’installait dans ma chevelure, et je sentis la caresse du vent sur ma peau. Bien des gens détestaient ce sentiment-là, par contre moi je l’adorais. C’était à des tels moments qu’on se sent réellement en vie. Mais alors que mon pas était, habituellement rapide, aujourd’hui il était lent. Lent car je ne souhaitais pas regagner de si vite le château. Je savais que ma demi-sœur m’y attendait ainsi que ma future belle-mère. Et ce n’était pas quelque chose que je trouvais réjouissante. Notre père ne s’était pas intéressé une seule seconde à savoir ce qu’on pensait d’une telle nouveauté dans notre vie. Oh, je pouvais parfaitement comprendre que c’était vitale pour lui. Mais il aurait quand même pu nous la présenter et avoir la courtoisie de d’abord l’apprendre à la connaitre plutôt que de la faire débarquer comme une jument à Brise-Air pour quasi directement la monter en se mariant avec. Ah non je n’aimais pas les mariages arrangés. Le romantisme n’existait pas dans ce genre d’histoire. Et moi je vivais de tous ces rêves merveilleux, des soupirs d’amour, des poèmes qui parle de la passion, et des fin heureuses. J’avais observé bien trop de mariages arrangés pour me réaliser qu’il n’y avait jamais eu une vraie passion, un réel amour dans un quelconque mariage arrangé pour unir des nations ou des familles. Alors contrairement à mon père, je n’étais pas persuadé que ce mariage allait lui apporter le bonheur qu’il cherchait tant. Mais peut-être qu’elle pourrait lui donner un nouveau fils qu’il pourrait lui-même éduquer telle un prince et l’aimer. Peut-être que cela lui suffisait pour éclairer son monde de bonheur ? Je l’éspèrais en tout cas.

Je ne comprenais pas pourquoi Herminie avait tant voulu que je sois présente… mais je n’allais pas refuser. Ca serait une trop grande offense à l’adresse de la princesse. Et je ne voulais pas qu’elle pense du mauvais de moi alors j’avais accepté et voilà que je me rendais donc en direction du rendez-vous… Je restais dans l’entrée de la chambre, observant ma sœur, mon regard se posait enfin sur la future mariée. Je savais parfaitement bien qu’elle avait que quelques années de plus que moi, mais je fus néanmoins choqué de la voir. Elle était belle et jeune… Comment pouvait-elle réellement vouloir d’un tel mariage ? Oh j’aimais mon père, mais il avait tellement d’années de plus qu’elle…. J’écoutais un tout petit peu la conversation entre ma demi sœur et ma belle-mère (future !) avant de faire claquer mes talons sur le sol, pour annoncer ma présence. « Princesse Herminie, je vous remercie de m’avoir invité. » Mon regard se tourne bien vite vers la nouvelle fiancée de mon père. Elle ne ressemble pas à ma mère. C’est une bonne chose. Je ne voulais pas qu’il projette l’amour de ma mère dans sa nouvelle femme. Si il devait l’aimer, alors qu’il l’aime pour ce qu’elle est. Et non à cause d’un reflet d’un ancien amour. « Madame la comtesse… Je suis ravie de vous rencontrer. » Plus des mots de politesse que des paroles sincères, je vous l’accorde.

_________________

   
Tout a été pensé, équilibré dans mon Royaume enchanté. De ce beau royaume, j’ai jeté la clef et seuls mes semblables y sont admis  
(c) Miss Pie
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 37

depuis le : 12/01/2018
age : 15 ans
métier : Princesse

MessageSujet: Re: Arsenic et belles dentelles (Aslinn et Sienna)    Mer 14 Mar - 10:25

Herminie vit sa future belle mère entrer, ainsi que l'air effaré que cette dernière ne ut s'empêcher d'arborer quelques secondes. Avait-elle mal fait ? Heminie voulait juste rendre service et elle se dit que c'était peut être une erreur de ne pas avoir prévenu la comtesse. Elle ne devait pas aimer les surprises... C'était à retenir.
Herminie fit un signe de la tête lorsque la comtesse la salua. En effet, pour l'heure, du strict point de vue du protocole, c'était encore elle qui avait le plus haut rang dans cette pièce.

"Bonjour Comtesse Lightindale. Je sais que j'ai légèrement envahi votre boudoir, mais je pense qu'une dame de votre qualité doit avoir le choix quant au tissu de sa robe de mariée.  Peut être ais-je été un peu trop...enthousiaste ?" dit-elle avec un sourire d'excuse.

L'entrevue commença de façon tout à fait protocolaire, compliments et sourires convenus. Herminie était en terrain de connaissance. Son éducation lui avait appris à maintenir une conversation insipide jusqu'à ce que l'enfer gèle. Le temps qu'il faisait, les domestiques, les belles robes et les bijoux, rien de ces sujets inintéressants ne lui étaient étrangers.

"Je suis contente aussi de vous connaître, Comtesse. Et merci pour le compliment. C'est  juste une nouvelle robe d'intérieur."

La comtesse choisit de s'asseoir ailleurs que devant la table, non loin d'elle et Herminie se demanda si elle n'avait pas froissé sans le faire exprès la jeune femme. En tout cas, la comtesse donnait bien le change. Pas un de ses cils n'avaient frémis. Et puis elle enchaîna sur une demande de conseil, le plus naturellement du monde.

"Et bien, je ne suis pas la plus douée en la matière. Ma demi-sœur Sienna sera certainement plus à même de vous conseiller. Je me suis permise de l'inviter. Elle a un goût sûr concernant la mode."

D'ici à dire que Sienna était totalement frivole, il n'y avait qu'un pas qu'Herminie n'allait pas franchir, en public, du moins. Il était vrai qu'Herminie n'avait pas la passion des fanfreluches. Elle se devait d'être habillée selon son rang, certes, mais ce n'est pas pour autant qu'elle poussait des petits cris hystériques devant chaque bout de brocard.
La suite la dérouta complètement. Aslinn se montra d'une franchise hallucinante, totalement incongrue pour une première entrevue. Herminie fut plus qu'un peu déstabilisée. Ce n'était pas ainsi qu'on se comportait, enfin ! Elle papillonna des yeux, cherchant à reprendre contenance, laissant bien malgré elle le silence s'installer. Que devait-elle faire ? Être aussi directe ? Louvoyer ? Botter en touche ? Son père lui en voudrait à mort si Aslinn lui rapportait qu'elle n'avait guère fait d'efforts pour être appréciée ! Herminie comprenait un peu mieux maintenant l'attrait que ressentait Ronan de Brise Air pour la belle comtesse Lightindale ! Sa sincérité apparente avait de quoi séduire un homme échaudé par la trahison.
Herminie baissa les yeux.

"Je ne sais que vous dire... Mon père veut ce mariage. Il est mon père et le Roi. Deux excellentes raisons pour ne pas discuter ses ordres. Ce mariage se fera car tel est son désir. Je ne souhaite que le bonheur de mon père. Il le mérite... Quant à mon amitié...J'espère que ce que je vais vous dire ne vous vexera pas, mais... La vie a fait que je l'accorde difficilement. Les êtres que j'ai un jour chéris, ont tendance à disparaître, jusqu'à il y a encore récemment mon demi-frère...Seul le temps pourra nous dire si nos cœurs trouveront à s'accorder. Pour l'heure, vous pouvez compter sur mon respect et mon obéissance, ainsi que le veut mon père."

Voilà, sobre, simple et sans ambages. Bon, sur certains points, ce n'était pas tout à fait vrai. Si jamais Aslinn Lightindale s'avisait de rendre malheureux son père ou de l'abreuver de conseils ineptes, Herminie allait l'écraser comme un vulgaire insecte inopportun. Ce ne serait pas bien difficile car si la comtesse  continuait à avoir un tel franc-parler, elle allait se faire de nombreux ennemis à la cour, et il serait aisé de réduire sa réputation à néant. En politique, la fin justifiait les moyens. Herminie ne ressemblait pas que physiquement à sa mère : elle avait également la mémoire longue et la rancune tenace !
Sienna vint la sauver d'une discussion embarrassante. Pour un peu, Herminie en aurait été presque reconnaissante.

" Bonjour, ma sœur. Merci d'être venue. Nous allons avoir besoin de vos lumières."

Elle se tourna vers Aslinn et lui fit un joli sourire.

"Que préférez vous ? Une robe à la coupe sobre  ou une coupe plus extravagante qui fera pâlir de jalousie les autres dames de la cour ?"

Il y avait une pointe d'humour dans ses grands yeux bleus d'adolescente.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 84

depuis le : 02/01/2018
age : 30 ans
métier : arnaqueuse
statut & orientation : hétéro et fiancée


MessageSujet: Re: Arsenic et belles dentelles (Aslinn et Sienna)    Mer 14 Mar - 21:47

Trop enthousiaste? Oui sans aucun doute. Mais c’était surtout parce que je n’avais pas l’habitude à tout ca, et que parfois jouer un rôle n’était pas aussi facile qu’on puisse se l’imaginer. Oh non ne vous en faites pas… C’est simplement que je suis très surprise, je ne m’étais pas attendu à tant d’attentions. « Oui, c’est vrai que j’étais honnête. Ou du moins… sur certaines choses. Ah à vrai dire je ne mentais jamais sur ce que je ressentais ni sur mes intentions… il n’y avait que sur mon identité que j’avais tendance à mentir. Mmm je voyais bien que ma sincérité et mon franc-parler la surprenait. Oui, je présume qu’ils ont tous l’habitude à se cacher derrière leur sourire… Pas sure qu’un jour je puisse y arriver. J’avais ce côté d’être bien trop franche pour mon propre bien. Et je savais pourtant que j’allais devoir faire attention. Le roi ne risquait pas toujours d’apprécier ce genre de trait de caractère. « Je m’excuse si je vous ai surprit avec ma franchise… mais il y a bien trop de faux sourires à cette cour pour en ajouter encore quelques un de plus… » Etre sournoise ce n’était pas fait pour moi. Je préférais qu’on me dise directement en face ce qu’on me reproche plutôt que de le dire dans mon dos. Même si Gauvain m’avait prévenu que c’était la manière d’agir à la cour du roi. Ce n’était pas pour autant que je devais jouer de la même manière que tout le reste.

Je l’écoutais parler et ne pouvais qu’hocher positivement la tête. Malheureusement c’était une leçons que j’avais également apprise lorsque ma mère est morte. « Je connais le sentiment… Sur toute ma vie je pense que je n’ai eu que mes parents en qui j’avais confiance mais ils sont morts, et depuis il ne me reste plus qu’un seul ami, qui malheureusement se trouve très loin. » Non je n’étais pas le genre à donner ma confiance, pour survivre il faut uniquement se fier à soi-même. Cela évite aussi les déceptions. Pourtant Kaif avait réussi à gagner une petite onde d’amitié que je pouvais encore garder pour moi. « Le respect me suffit. L’obéissance c’est pour les servantes, et non pour des princesses. » Non je ne voulais pas qu’elle m’obéit à ce que je dis. Elle n’était pas ma fille et même si j’allais avoir le titre de belle-mère, mon dieu je ne voulais en aucun cas jouer un tel rôle. Alors qu’elle garde l’obéissance pour son père, je ne voyais aucune raison pourquoi elle devrait m’obéir et faire ce que je lui demande de faire. Le respect me suffisait largement.

Mon regard se tournait sur l’autre fille du roi. La sœur de Gauvain. « Je suis également ravie de faire votre rencontre. » Avait-elle un titre ? Devais-je l’appeler par un titre ? Rah je n’en savais rien ! Bon espérons que cela ne se remarque pas. Mise à part leur chevelure les deux sœurs ne se ressemblaient pas du tout. Mais logique, elles n’étaient que demi-sœurs après tout. « Oh… et bien je présume qu’on peut bien faire quelques jalouses… » des ennemies en plus ou en moins, je m’en fichais bien. Ce que je souhaitais surtout c’était de plaire à Ronan.

_________________
nothing is what it seems
Pour leurrer le monde, ressemble au monde ; ressemble à l'innocente fleur, mais sois le serpent qu'elle cache
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 14

depuis le : 06/02/2018
age : 25 ans
métier : artiste
statut & orientation : hétéro & amoureuse


MessageSujet: Re: Arsenic et belles dentelles (Aslinn et Sienna)    Mer 14 Mar - 22:48

tout comme ma soeur je ne souhaitais pas trop que cette relation avec la future femme de mon père soit néfaste. Je ne voulais pas avoir un autre sujet de dispute avec le roi, mon père. Alors j’espérais qu’on pouvait plus au moins trouver une entente. Politesse et chacun son chemin si cela pouvait convenir à ma belle-mère. Je ne voulais pas avoir un autre membre de cette famille partir à la recherche d’un futur époux pour moi. Et alors que je m’avançais dans la pièce mon regard se posait déjà sur les différents tissus. Il y en avait un paquet, mais j’avais l’habitude d’être entouré par tout cela. Après tout c’était une de mes passions. Et surement la raison pourquoi ma sœur m’avait demandé à venir. Extravagante… Oui, je ne pense pas qu’une robe sobre lui aurait allé. Cela ne me semblait pas être son style et puis elle était jeune mariée, elle pouvait se permettre un peu d’exentrie. Je prenais deux, trois tissus en main pour les lui présenter. « vous préférez plutôt un de ceux là, ou plus pour la dentelle ? » J’observais sa taille ainsi que les formes de son corps. Mmm, je pouvais comprendre l’envie de mon père… même si quelque part je ne souhaitais pas trop m’imaginer ses envies. « Votre corps vous le permets d’opter pour la dentelle, ou du moins une partie en dentelle. Je verrais bien un bustier en dentelle. » Je tourne ma tête vers ma sœur. « Vous en pensez quoi, très chère sœur ? »

Alors que mes mains parcouraient les tissus pour trouver plus d’idées, je ne pouvais néanmoins pas m’en empecher. « On dit que c’est vous-même qui avez accepté ce mariage ? Vous n’avez plus aucun parent pour vous obliger à vous marier…. Pourquoi vous engager dans un mariage arrangé ? » Bah oui, moi cela me surpasse. Epouser quelqu’un sans le connaître, sans l’aimer… Ah non c’était hors de ma notion. Je ne pouvais pas comprendre qu’on souhaite réellement cela. Pourtant la comtesse ne semblait pas avoir peur, ou être nerveuse, et encore moins malheureuse…. Et elle n’allait quand même pas me faire croire qu’elle était tombée amoureuse de mon père au premier regard…. Je crois en bien des choses, mais je ne suis pas stupide à ce point.

_________________

   
Tout a été pensé, équilibré dans mon Royaume enchanté. De ce beau royaume, j’ai jeté la clef et seuls mes semblables y sont admis  
(c) Miss Pie
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 37

depuis le : 12/01/2018
age : 15 ans
métier : Princesse

MessageSujet: Re: Arsenic et belles dentelles (Aslinn et Sienna)    Mer 21 Mar - 10:01

Herminie ne put contenir un petit sourire amusé.

" Il faudra vous faire aux attentions. Vous risquez d'en avoir plus que votre saoul dans peu de temps."

Cette phrase pouvait s'entendre de plusieurs manières possibles : Aslinn allait effectivement avoir des tas d'égards à son endroit, mais pas seulement. Elle allait aussi avoir les yeux de toute la cour, rivés sur elle, sur ses tenues, ses moindres mots et faits et gestes. Et il faudrait qu'elle fasse également attention aux faux semblants, aux coups de poignard dans le dos, et aux mesquineries. Pour Herminie, tout cela était son biotope, et elle y circulait en une danse complexe sans moindre faux pas. Mais c'était épuisant, il fallait bien le dire.
La princesse fut encore étonnée de la réponse de la comtesse. Voulait-elle vraiment partir sur ces bases entre elles : honnêteté et franchise ? C'était affreusement tentant. Herminie réalisa qu'Aslinn dégageait quelque chose qui lui donnait envie de l'aider. Quel sortilège était-ce là ? Pouvait-elle vraiment avoir ce genre de relation qu'elle n'avait qu'avec sa tante Eve et avec Visenya dans une moindre mesure ?

" Tombons d'accord sur le fait, qu'en privé, nous serons franches l'une envers l'autre, voulez vous ?"

Après tout, c'était à tenter. Herminie n'avait rien à perdre. Ainsi, elle montrait sa bonne volonté de faire ami-ami avec sa future belle mère. N'était-ce pas tout ce que voulait son père ? Que l'harmonie règne dans son nouveau foyer ? Si bien sûr...
La suite la fit pouffer doucement, la faisant enfin ressembler à l'adolescente qu'elle était vraiment, loin de ce masque d'assurance inébranlable qu'elle affichait constamment. L'obéissance...Vaste sujet, mais incontournable pour une princesse !

" Vous serez la reine. Bien sûr que je devrais vous obéir. Ainsi va le monde. Mais si vous me laissez récriminer un peu avant que je doive baisser les armes, vous êtes déjà généreuse."

Non, Aslinn, ne rêvait pas, c'était bien de la gentille taquinerie, pure et simple. L'ambiance se dégelait dans le boudoir à vitesse grand V. Peut être que si Herminie n'avait pas tant manqué d'égards et d'affection depuis la mort de son frère, il en aurait été autrement. Elle avait vécu dans une solitude douloureuse, apaisée uniquement grâce à la présence de son oncle et sa tante. Au fond, elle avait un besoin désespéré de se faire aimer, comme beaucoup de jeunes filles de son age, sauf qu'il lui était évidement interdit de jeter son dévolu sur le premier godelureau qui lui comptait fleurette. C'était aussi pour cela qu'elle s'était amouraché d'un homme qui avait deux fois son age, honorable jusqu'à la mort. Ainsi, elle ne risquait ni sa vertu, ni sa réputation. Personne ne pouvait imaginer que Korben Martelli ne la touche du bout du doigt, pas même le commandant lui-même. Ce qui réglait la question.

Herminie se prit à sourire à la réponse de la comtesse. Elle était d'accord qu'il fallait mieux en mettre plein la vue d'entrée de jeu. Cela clouerait les becs pour un temps.

" Je pense que la comtesse peut se permettre un décolleté extravagant si il est quelque peu masqué par de la dentelle, pour les convenances. Quelle couleur préférez vous ? Avec votre chevelure sombre et votre peau claire, vous pouvez vous permettre un rouge sombre ou un vert foncé, qui feront ressortir votre carnation. A moins que vous ne préféreriez le bleu ?"

Et puis, Sienna mit les pieds dans le plat, sautant même à pieds joints dedans et Herminie, la regarda, horrifiée. C'était une question affreusement intime ! Mais si typique des obsessions de Sienna pour l'amour voire la romance. Herminie aurait voulu dire que peu d'entre elles, femmes de la noblesse avait le luxe du choix, mais ça aurait été jeter un pavé dans la mare, et faire de cette question un prélude à une dispute, malséante vu la situation. Leur père était bien trop coulant avec Lyana et Sienna, du point de vue d'Herminie. Cruel rappel qu'il avait adoré leur mère, et non la sienne, et que du fait que ses demi-soeurs étaient nées du mauvais coté du lit, leur épargnant les désagréments que subissaient la princesse légitime. De fait, le visage d'Herminie se ferma, retrouvant son masque, bien qu'elle ne dit rien.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 84

depuis le : 02/01/2018
age : 30 ans
métier : arnaqueuse
statut & orientation : hétéro et fiancée


MessageSujet: Re: Arsenic et belles dentelles (Aslinn et Sienna)    Mar 27 Mar - 10:31

J’hoche positivement la tête face à la proposition de la princesse. Oui, être franche c’était mon point fort… Enfin tant qu’on ne me demandait pas qui j’étais réellement… c’était la seule question à laquelle je risquais de mentir. Mais pour le reste j’étais fidèle à moi-même. Reine… Oui, j’avais tendance à oublier cela. Comment l’oublier ? Ah peut-être parce qu’au fond je n’aurais jamais cru un jour devenir reine ? Mais j’oubliais aussi que les gens devaient obéissance et fidélité à une reine. Est-ce que je finirais un jour par m’y habituer ? Je souris simplement en guise de réponse. Etrangement je ne m’étais pas attendu à ça. Gauvain m’avait dit qu’Herminie était la vraie princesse et qu’elle agissait ainsi, et que Sienna était la romantique et l’artiste. Je ne m’étais attendu sauf à de la réelle acceptance de la part des deux enfants du roi. A moins qu’elles ne se faisaient que de se jouer de moi ? Mais d’habitude je ne suis pas naïve et je comprends bien vite des manigances des autres. Pouvait-il donc réellement que ni Herminie ni Sienna me tenait rigueur de ce mariage ? J’écoute les paroles et les conseils des deux princesses. Je devais ressembler à un petit chien qui dit oui à tout. Mais à vrai dire, tout me semblait tellement sublime que j’ignorais comment faire un choix, alors je ne faisais que suivre leur avis. Oui, pour le décolleté, oui pour la dentelle et oui, pour le rouge sombre. Par contre à la question de Sierra je voyais que le visage d’Herminie devenait de marbre. Probablement n’est-ce pas une question qu’on osait poser à une première rencontre, et peut-être même est-ce que c’était une de ces questions qu’on ne pose tout simplement pas à une comtesse. Je n’avais néanmoins pas oublié qu’elle était la romantique dans l’histoire. Néanmoins un petit sourire s’esquive sur mes lèvres. Je n’étais pas outré. A vrai dire, je ne comprenais pas toujours bien pourquoi ces hommes et femmes peuvent se sentir froiser par un peu de curiosité. De plus qu’il s’agissait de son père, donc quelque part… je trouve qu’elle avait le droit de se poser des questions.. « C’est exacte. Mon père est mort à mes 16 ans et ma mère est morte quelques années plus tard. De chagrin d’amour. » Je pris une des tissus dans mes mains avant de continuer. « J’ai longtemps attendu pour me marier. De peur et parce que je ne voulais pas vraiment être lié à quelqu’un… Mais les années passent vite et mon père se retournerait dans sa tombe si mon comté tombe entre les mains d’un cousin lointain. »

Je n’allais pas prétendre être amoureuse de leur père. Elles n’étaient pas stupides. On ne tombe pas amoureux dans un claquement de doigts. Et personnellement je ne souhaitais même pas rencontrer l’amour. Ca ne fait que causer des soucis dans la vie de quelqu’un. On s’en sort rarement réellement heureux. Alors cette expérience-là, je préférais la zapper. « J’ai beau avoir pu choisir moi-même de mon destin, nous restons tous des femmes, et on a tous des devoirs à faire. Je pense que j’ai bien fait de me lier à votre père… Il parait qu’il est un bon roi et que ses sujets le respecte. » Ah au fond tout ce que je voulais c’est d’avoir une vie sans soucis d’argent, de famine et de froid. Le reste ce n’était que des pauvres petits détails pour moi. « A mon tour de poser une question délicate… et vous deux… il n’y a personne qui vous plait à la cour ? » Pas sure qu’elles allaient me répondre honnêtement. Mais je saurais probablement lire le mensonge dans leur regard.

_________________
nothing is what it seems
Pour leurrer le monde, ressemble au monde ; ressemble à l'innocente fleur, mais sois le serpent qu'elle cache
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 14

depuis le : 06/02/2018
age : 25 ans
métier : artiste
statut & orientation : hétéro & amoureuse


MessageSujet: Re: Arsenic et belles dentelles (Aslinn et Sienna)    Lun 2 Avr - 20:51

Mmmm je suis sure que ma soeur devait être ravie d’entendre des telles paroles et un tel exemple de patriotisme envers son comté. Moi par contre, je trouvais cela fort décevant à vouloir toujours cout que cout faire ce qu’on nous éduque. Pourquoi pas rechercher un mariage d’amour ? Non au lieu de cela elle choisit un homme qu’elle ne connait point, parce qu’il a bonne réputation. Mmm mais qu’est-ce que je m’étais imaginé en arrivant ici ? Je savais que tout cela n’était pas un mariage d’amour, alors pourquoi est-ce que j’avais posé cette question ? « Certes, c’est un bon roi. » Mon regard se posait brièvement sur ma demi sœur. Nous étions tous les deux nées d’une relation entre le roi et notre mère. Seule différence c’est qu’on n’a pas la même mère. La sienne était la reine, la mienne n’était que maitresse et favorite en titre. Personnellement je ne savais pas si son choix avait été judicieux ou pas. Mon père n’avait jamais aimé sa femme, ou alors c’était bien avant ma naissance. Par contre, ma mère, oui elle il l’a aimé. Je n’avais pas de boule de cristal et je ne savais pas comment leur relation allait se passer. C’est vrai qu’elle était belle, et à première observation elle me semblait gentille. Mais à la cour il ne fallait pas être trop gentille, et encore moins en tant que reine… alors je gardais mes réserves.

Si il y avait quelqu’un qui me plaisait à la cour ? Ha ! Comme si j’allais le lui dire si telle était le cas. Et encore moins en compagnie de ma demi sœur, qui n’a jamais réellement su m’apprécie. D’ailleurs je n’ai jamais compris pourquoi. Je ne lui ai jamais rien fait pour qu’elle me déteste. Et pourtant il ne fallait pas être fort intelligent pour voir que ma petite sœur ne m’aimait pas. Pourtant notre grand frère… lui, elle l’avait toujours adoré. Alors cela ne pouvait pas être lié au fait que ma mère était la maitresse du roi. Sinon elle aurait détesté Gauvain tout autant que moi. Mais Herminie avait grandi comme une princesse et nous n’avions à vrai dire que très peu de choses en commun. Je pense qu’elle ressemble bien plus à mon autre sœur. Toutes les deux veulent à tout prix plaire à notre père. Moi, pas spécialement. J’aimais mon père et je voulais son bonheur. Mais je n’allais pas me plier en quatre pour le satisfaire. Surtout pas quand il s’agissait de mariage. « Non je ne connais aucun gentil homme à la cour qui a captivé mon regard. » Ce n’était pas faux, mais ce n’était pas non plus totalement vrai. Il y avait bien quelqu’un. Mais il n’était pas à la cour. Du moins je ne pensais pas… Ah c’était compliqué à vrai dire je ne connaissais pas son identité, c’était qu’une correspondance avec un inconnu qui réussissait à me faire chavirer le cœur. Et dont je gardais le tout bien secret.

_________________

   
Tout a été pensé, équilibré dans mon Royaume enchanté. De ce beau royaume, j’ai jeté la clef et seuls mes semblables y sont admis  
(c) Miss Pie
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 37

depuis le : 12/01/2018
age : 15 ans
métier : Princesse

MessageSujet: Re: Arsenic et belles dentelles (Aslinn et Sienna)    Mer 4 Avr - 14:14

Herminie restait assise sur le bord de sa chaise, le dos droit, crispée, depuis que Sienna avait posé la question fatidique. Et puis la réponse vint et Herminie soupira de soulagement. C'était une raison simple et tout à fait convaincante. Une raison que la princesse comprenait parfaitement. La comtesse remplissait son devoir vis à vis de ses terres. Tout bonnement ! Une lueur de respect brilla dans ses yeux soudainement. Etant seule, Aslinn avait cherché certes un époux afin de lui donner une descendance mais elle avait eu la finesse de choisir un homme assez puissant pour qu'aucun baronnet dévoré d'ambition ne vienne envahir son domaine.
Herminie hocha la tête.

"Mon père est un excellent roi qui sait protéger ses sujets. Nul doute que votre comté sera à l'abri des pillards et des arrivistes. Vous avez pris une sage décision."

Sienna lui jeta un drôle de regard, où Herminie crut lire des interrogations. Herminie savait parfaitement différencier la politique de la vie familiale. Et si, de son point de vue, son père n'avait pas pris que des décisions justes dans sa vie sentimentale, la princesse ne pouvait qu'applaudir des deux mains les décisions politiques de son roi. Les lectures clandestines d'Herminie lui permettaient de voir toute la perspicacité du gouvernement de son père. Le hic est qu'Herminie ne pourrait jamais lui montrer toute l'étendue de son savoir, ou lui démontrer qu'elle était tout à fait apte à diriger. Car comme l'avait dit Aslinn, ce n'était pas là devoirs de femme.
La question que posa Aslinn faillit lui faire avaler sa langue. Heureusement que Sienna répondit d'abord, lui permettant de reprendre son air et de camoufler le léger tremblements de ses mains. Le Commandant... Mais autant soupirer après la lune ! Son cœur eut un petit pincement de regret. A moins d'un miracle, Herminie ne connaîtra jamais l'amour.
La réponse ambiguë de sa sœur amena un petit haussement de sourcils interrogatif. Était-ce à dire que ce n'était pas un gentilhomme qui avait capté son regard ? Non, quand même ! Sienna n'aurait pas osé se compromettre avec un roturier ! Le ressentiment qu'Herminie avait vis à vis de sa sœur l'égarait, aussi chassa-t-elle cette idée saugrenue d'un revers de main mental. Herminie inspira avant de répondre à son tour :

" Quand bien même, il existerait à la cour un homme aussi avenant que droit, aussi honorable que fier, je ne pourrais m'autoriser la moindre inclinaison. Mon hymen sera pour mon époux, qui sera choisi par mon père. Aussi, je préfère m'abstenir de créer un lien dont il faudrait fatalement me défaire, non sans souffrance, certainement. La liberté est un luxe que je n'ai pas. Je dois penser au bonheur du peuple de Brise Air avant le mien. C'est ainsi."

Et Herminie regarda Sienna bien en face en disant ces mots. Que cette sotte comprenne enfin quel était le fardeau des bien nées ! Fardeau qui lui échappait, à priori. Tout ça parce que Sienna était d'un autre lit... Oui, qu'elle sache, enfin, cette chère Sienna ce qu'il en coûtait d'être la princesse ! Quels renoncements douloureux Herminie avait dû faire, à peine son cœur éclos ! Aslinn la comprendrait mieux, hélas. Mieux que sa propre sœur ! C'était tragique en un sens, et Herminie eut le regret fugitif de ne pouvoir pleurer tout son saoul dans le giron compréhensif d'une sœur qui aurait su l'épauler... Gauvain n'était plus. Herminie était seule. Voilà quelle était la triste réalité.
Elle se ressaisit et afficha un sourire de circonstance. Inutile de s’appesantir sur ce qui ne serait jamais.

"Le rouge foncé, avez vous dit ? Et bien, je trouve que cette pièce de soie ferait merveille. Elle est chatoyante et fera briller le moindre de vos mouvements. Ma grand mère avait un pendentif en rubis de belle facture avec les boucles d'oreilles assorties...A moins que vous ne vouliez porter des bijoux de votre famille ?"

Herminie était décidé à être serviable jusqu'au bout. Nul doute que si elle avait eu connaissance de la véritable identité de la comtesse, elle n'aurait certes pas proposé d'utiliser des bijoux du trésor royal !
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Arsenic et belles dentelles (Aslinn et Sienna)    

Revenir en haut Aller en bas
 
Arsenic et belles dentelles (Aslinn et Sienna)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» site de Pepette "Aux Belles Serviettes"
» L'occasion de montrer à quoi servent nos belles écharpes et nos porte-bébés
» Belles photos
» Les belles créations d'Anna
» Les plus belles photos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Don't Cry Mercy :: ✿ don't cry mercy :: Brise-Air :: Le Chateau-
Sauter vers: