AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 What doesn't kill you (la princesse et la fugitive)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 128

depuis le : 27/10/2017
age : 32 ans
métier : Assassin
statut & orientation : bisexuelle - celibataire mais coeur prit


MessageSujet: What doesn't kill you (la princesse et la fugitive)   Dim 14 Jan - 19:00



J’étais restée trop longtemps avec Eve. Il devenait urgent que je quitte le château. Je ne pouvais vraiment pas me faire prendre. Eve allait s’en vouloir et Korben allait dire que j’avais été stupide de venir ici. Oui, il avait probablement raison. Mais cela faisait trop longtemps que je ne l’avais plus vu. Et je voulais m’assurer qu’elle allait bien. Réellement bien, et pas le sourire qu’on met afin que personne puisse poser des questions. Maintenant que j’étais rassurée, il fallait que je parte. Le meilleure moyen sans trop me faire repérer à telle heure, était les jardins. Alors je me dépêchais pour m’y rendre. Cela me fit bizarre de me retrouver ici… les souvenirs me revenaient, mais je m’obligeais à les effacer et d’avancer mon pas vers les jardins. Maintenant que j’y étais je devais simplement les transférer et me faufiler dans la haie. Une fois dehors cela serait des rochers, mais en bas m’attendrait mon cheval. Comme je m’étais dit, personne ne se promenait dans le jardin à une telle heure. Ils devaient tous être en train de profiter du diner. Je levais mon regard vers la tour du château, là où était les appartements du roi. Pendant un bref instant je fus tenté d’aller lui rendre visite. Non Visenya, ne sois pas stupide ! C’est déjà assez dangereux comme ça… Oui, pas faux, les appartements du roi devaient être plus sécurisés que la présence de ma cousine. C’était du suicide de vouloir m’approcher de lui… Et puis au final qu’est-ce que cela m’avançait ? En rien. J’avais déjà trop pensé au passé. Il était temps d’enterrer ce fichu passé et de continuer mon chemin.

Malheureusement pour moi, à peine arriver près de la haie, voilà que je tombe sur une petite ombre. Dans un réflexe j’avais sorti ma dague et avait attrapé la jeune fille. Le couteau sous la gorge. « Sssst » Oui, qu’elle ne crie surtout pas, sinon je serais dans l’obligation de tuer une personne de plus. Et je ne voulais pas verser du sang innocent pour rien. Dans ma rapidité je n’avais pas prit la peine de voir si je connaissais la jeune femme. Je n’avais pas d’amis dans ce château, alors à quoi bon d’essayer de voir de qui il s’agissait hein ?


_________________

   
I'm here without you. But you're still on my lonely mind.
   

   
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 35

depuis le : 12/01/2018
age : 15 ans
métier : Princesse

MessageSujet: Re: What doesn't kill you (la princesse et la fugitive)   Jeu 25 Jan - 11:55

Herminie tergiversait, elle le savait. L'heure du dîner approchait à grand pas, et elle devrait déjà être dans le couloir à s'avancer fièrement jusqu'à la salle à manger "familiale". Tout ça pour faire connaissance avec sa future belle mère : Aislinn Lightindale. Car elle ne se faisait aucune illusion : des âmes bien intentionnées lui avaient déjà rapporté que le roi avait eu des regards plus qu'appréciateurs sur les courbes de la comtesse et qu'elle avait eu droit à des compliments fleuris. Devant toute la Cour. Autant dire qu'à moins d'un miracle, Herminie allait devoir composer avec une marâtre, jeune, belle et aux hanches larges. Avec sa déveine, elle allait pondre une flopée de fils royaux et Herminie allait se retrouver à réchauffer la couche d'un obscur chef barbare des Terres Interdites.
De rage, Herminie donna de son pied chaussé de cuir rouge, un bon coup dans un caillou qui alla rouler plus loin. Ce n'était pas suffisant...Et pourtant, il lui restait peu de temps avant que le repas commence, et qu'elle soit calme douce et effacée. Impossible de se défouler physiquement alors qu'on portait une stricte robe de velours rouge dont le corset maintenait droite quoiqu'il advienne, et un chignon compliqué fait de boucles savantes et de fleurs.
Il lui restait à respirer...Respirer encore... Que ferait Tante Eve dans une telle situation ? Ce mantra, qui habituellement l'aidait à retrouver la sérénité ne l'aida pas, cette fois-ci. Tante Eve ne serait jamais dans une telle situation. Oncle Elias l'aimait trop pour permettre que sa femme se trouve aux prises avec une rivale. Oui, parce que dans l'esprit d'Herminie, c'était exactement ce qu'était cette comtesse : une rivale de plus. Ce n'était déjà pas assez de supporter la morgue de ses demi-sœurs aînées ? Elles qui avaient déjà tout ? La beauté, la liberté et l'amour de leur père commun ? Comme si c'était facile de faire sa place dans ce panier de crabe, voilà que le destin rajoutait un homard de plus !

Par la Grande Mer ! Comment allait-elle y arriver ? Comment pourrait-elle faire son plus beau sourire, trouver quelques compliments polis, dire qu'elle ferait ce qu'elle pourrait pour faciliter l'installation de la comtesse, comme son père attendait d'elle ? Hélas, il le fallait...Et le désespoir s'abattit sur ses frêles épaules. Herminie était tiraillé par deux envies : tirer la comtesse hors du Château par les cheveux ou supplier son père en pleurant de choisir enfin Gauvain comme héritier. Dix ans de suspicion, c'était bien assez non ?

La cloche sonnait lentement l'heure du repas. Il n'était plus temps pour les états d'âmes. Il était temps qu'Herminie fasse son job de princesse. Herminie se redressa et serra les lèvres. Elle repensa à la mort de sa mère pour se donner du courage : à elle, ça ne lui arriverait pas !
Elle fit quelques pas résolument dans la bonne direction... Jusqu'à ce que le froid d'une lame contre sa gorge l'arrête net, ainsi que la poigne qui tenait son bras vers l'arrière.

Le premier mouvement d'Herminie fut : comment ose-t-on porter la main sur moi, Herminie de Brise Air, princesse légitime ? Donc oui, une sainte irritation qui se traduit pas une tentative de se dégager, vouée à l'échec, évidemment, puis la lame qui perça à peine la peau tendre.
Et puis, vint la peur, la peur de mourir. Que ça finisse, là, ainsi sottement dans les jardins du Château, à quinze ans à peine ! Elle sentit ses jambes mollir, son cœur battre la chamade. Non, cent fois non ! Elle était la petite fille de la Grande Herminie, la fille de Ronan ! Personne de la lignée n'avait du jus de navet dans les veines ! Quitte à y rester, autant que ce soit avec panache ! Elle se raccrocha à cette pensée, tout à fait stupide par ailleurs, mais ce fut le seul rempart qu'elle trouva pour ne pas se mettre à pleurer comme une imbécile, ou à supplier sans aucun honneur.

"Mon père vous tuera pour ça !"

Elle avait essayé d'affermir sa voix, mais c'était peine perdue : on dirait dit le jappement d'un chiot nouveau né. C'était ça quand on manquait sérieusement de pratique dans l’héroïsme suicidaire. Aucune crédibilité possible.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 128

depuis le : 27/10/2017
age : 32 ans
métier : Assassin
statut & orientation : bisexuelle - celibataire mais coeur prit


MessageSujet: Re: What doesn't kill you (la princesse et la fugitive)   Jeu 25 Jan - 16:50

Je me maudissais d’avoir été resté si longtemps avec Eve. J’aurais dû partir bien plus tôt. Si je n’étais pas resté je me serais pas retrouvé dans cette situation délicate. Je ne souhaitais pas verser plus de sang que celui qui est utile. Hors verser celui d’une gamine… ca servait à quoi ?

Aux paroles de la jeune femme, un sourire ne pu s’empêcher d’éclairer mes lèvres. « Oh cela fait bien des années qu’il essaie… princesse. » Oh oui, depuis combien de temps est-ce que le grand Roi n’essayait pas d’avoir ma tête ? Pas de chance pour lui, j’avais eu Korben pour effacer mes traces, et par la suite j’avais eu l’aide de la confrérie. Et depuis je n’étais plus qu’une ombre meurtrière. Qui arrive à donc capturer une ombre ou encore  à la tuer ? J’oblige la princesse à se retourner, gardant néanmoins ma lame soigneusement contre sa gorge. Au moindre cris, je tranche. C’est ainsi je n’avais pas le choix. Jusqu’à présent je tenais toujours à ma tête. « Bonsoir princesse…. » Hermi… cela faisait dix ans que je ne l’avais plus vu, mais il m’a pas fallu longtemps pour réaliser qu’il s’agissait d’elle. Oui, à l’époque elle n’avait été qu’une petite fille. Et sans aucun doute avait-on empoissonné son esprit avec des mensonges sur moi. Peu importe je n’étais pas à mon procès et je ne comptais pas expliquer mes actes. Surtout pas à une jeune adolescente qui ne devrait pas entendre les choses que j’avais subit sous les mains experts de son frère. « Je ne souhaite pas vous tuer… alors m’y obligez pas…. » Non si elle commençait à crier et à appeler la garde… J’allais avoir du mal à quitter le château. Et même si j’arrive à sortir d’ici, il fallait avoir beaucoup de chance d’arriver plus loin que la sortie du village. Néanmoins j’ose tenter le coup et je bouge doucement la dague de sa gorge. Elle a quinze ans, elle devrait savoir que parfois la parole est la meilleure arme. Et que dans une telle situation crier n’allait pas aider sa cause, ni la mienne d’ailleurs. Et à quinze ans on n’est pas encore suicidaire à ce que je sache. « Vous avez grandi… » J’ignorais si elle me reconnaissait ou pas. Car après tout elle avait été jeune à l’époque et les quelques tableaux qui devaient exister de moi, avaient surement été brulés sur le bucher par son très cher père…

J’osais me poser la question si Hermi avait hérité du mauvais gène de la famille. Eve me disait que son mari y avait échappé. Tant mieux. Et il me semblait pas que le roi ait cette graine de cruauté en lui. Et de ce que j’avais vu de la petite princesse, elle n’avait jamais été quelqu’un de cruelle… Mais cela ne voulait rien dire. Les années ont passés et je ne la connais pas. Alors peut-être cachait-elle la même cruauté que son frère ainé ? De toute manière j’allais bien vite m’en apercevoir. Ce genre de défauts ne restent pas bien cachés longtemps pour moi. Je rangeais doucement la dague. De toute manière même sans arme j’aurais facilement le dessus sur elle, si il devait lui venir une idée stupide en tête.

_________________

   
I'm here without you. But you're still on my lonely mind.
   

   
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 35

depuis le : 12/01/2018
age : 15 ans
métier : Princesse

MessageSujet: Re: What doesn't kill you (la princesse et la fugitive)   Jeu 25 Jan - 18:44

Le simple constat dit sur un ton si tranquille avait de quoi glacer le sang. Herminie était tombée sur une des ennemies de son père. Pas certaine que cette dernière décide de la laisser en vie. Peut être même que cette femme guettait son passage dans les jardins ? Qu'elle attendait la bonne occasion pour l'occire et/ou la découper en rondelle. Perspective terrifiante pour une jeune fille en fleur !
Herminie se sentit retourner comme une crêpe, et toujours ce couteau pointu sous la gorge. Herminie déglutit tandis que la pénombre dévoilait à peine les traits du visage de la femme tout près d'elle.

"Bonsoir, Madame."

Foutue politesse inculquée jusqu'à la moelle qui lui commandait d'être courtoise même envers une personne prête à la faire passer de vie à trépas. Herminie ferait encore des ronds de jambe à la Mort elle même ! Et peut être était-ce bien le cas, à cet instant.
Et puis, l'improbable qui lui fit hausser les sourcils et lâcher un hoquet de surprise. Pas la tuer ? Et la femme rengainait son arme ! La première pensée d'Herminie fut de gueuler aussi fort qu'elle le pouvait, pire qu'un cor de chasse, pour ameuter tout le Château, mais, une deuxième pensée née de sa curiosité, que sa gouvernante aurait volontiers qualifié d'infernale, stoppa net le cri prêt à jaillir de sa bouche. Et à vrai dire le commentaire sur sa taille, lui fit refermer le clapet aussi sec, et même froncer les sourcils. Cette femme la connaissait ? Enfin, la connaissait vraiment ? D'avant ?

Un rayon de lune tomba, entre deux nuages, éclairer le visage de l'inconnue et Herminie sentit qu'en effet, celui ci n'était pas inconnu. Elle l'avait déjà vu ? Mais où, par la Grande Mer ? Le souvenir voulait remonter à la surface, lentement. C'était quelque chose qu'il fallait à la fois oublier et chérir. Très perturbant. Les traits d'Herminie ne cachaient guère l'expression de ses tourments intérieurs. Puis, une brise souffla sur l'inconnue et le parfum de sa peau, si proche, lui renvoya la réminiscence en pleine face. Ses yeux s'agrandirent sous l'étonnement.

"Viz-nya !"

Elle n'avait jamais été fichue de prononcer son nom correctement. Cela avait toujours été bien trop compliquée pour une si petite enfant. Et à vrai dire, il n'y avait que cela qui comptait à cet instant : les souvenirs heureux d'avant qui la giflaient brusquement en pleine face, avant que son monde ne s'écroule.

"Oh, Viz-nya, je n'arrive pas à y croire ! Tu es en vie !"

Et puis, Herminie, princesse de Brise air, se mit à pleurer. D'abord doucement, puis un peu plus fort. Le réflexe revint. Celui de la jeune enfant perdue. Herminie vint se blottir contre Visenya, bouleversée par ses retrouvailles inattendues.

"Tu m'as tellement manqué ! J'ai tellement espéré que tu reviennes me chercher !"

Et tout ça entre deux sanglots pathétiques. Mais après tout, quoi de plus compréhensible ? Entre une mère folle de son fils aîné au point de ne pas voir son état mental, son père trop occupé à gouverner, un frère fou  à lier que son instinct d'enfant faisait éviter...Sur qui Herminie avait-elle construit un semblant d'affection infantile, hein, je vous le demande ? Evidemment sur la gentille jeune fille qui lui chantait des berceuses, acceptait d'écouter ses babillages d'enfant, et dont la disparition soudaine avait marqué le début des disputes homériques entre ses parents, et toute cette ère de tensions et de meurtres. Dans l'esprit d'Herminie, le retour de Visenya avait un goût de paradis perdu, au moment même qu'elle voyait surgir devant elle de nouvelles difficultés à surmonter.
Qui de fait, ne pouvait comprendre tout cet étalage lacrymal, si peu herminiesque par ailleurs ?
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 128

depuis le : 27/10/2017
age : 32 ans
métier : Assassin
statut & orientation : bisexuelle - celibataire mais coeur prit


MessageSujet: Re: What doesn't kill you (la princesse et la fugitive)   Jeu 25 Jan - 19:41

Je ne pus m’empêcher de sourire. Avec les années qui s’étaient écoulés j’avais même complétement oublié que la princesse n’avait jamais réussi à prononcer mon prénom correctement. Et oui, j’étais belle et bien en vie. Par contre je n’aurais pas cru qu’elle allait réagir d’une telle manière en me voyant. J’aurais cru qu’en tant que fille du roi, ce dernier et surtout les mauvaises langues de cette Cour auraient finis par empoissonner l’esprit de la jeune fille. Et je ne lui en aurais pas voulu. Après tout j’avais tué un membre de sa famille, et cela sans réel explication. Surprise, je restais avec mes mains dans les airs pendant quelques instants, avant de finalement les descendre et d’enlacer la petite. Pendant un long moment je ne disais rien, car à vrai dire je ne savais tout simplement pas quoi dire. Je m’étais attendu à tout sauf cela. D’abord Eve qui m’avait accueilli avec une telle douceur que mon cœur en avait été réchauffé, puis la rencontre de Marek. Et maintenant cette petite nièce qui visiblement était loin de me détester. Oui, j’en fus carrément surprise.  Doucement ma main caressa sa chevelure. Mon dieu qu’est-ce qu’elle avait grandi. C’était presqu’une femme. Et pas sure que je devais être contente pour elle. Devenir femme voulait dire tant de choses dans ce monde…. Surtout en tant que princesse. J’allais m’asseoir sur un banc et ma main dans la sienne, je l’invitais à faire de même. « Et bien… vous voyez je suis finalement revenue…. Comment est-ce que vous allez ? » Ah malgré que j’avais quitté ce monde depuis dix ans, les manières et mon éducation continuaient  à préserver et à se montrer.  

C’était très étrange d’être de retour dans ses lieux. La majorité des gens qui travaillaient ici, étaient probablement des inconnus à mes yeux. J’observais la jeune femme, elle semblait bien se porter. Et elle ne tenait pas du tout de son frère. Elle était toujours aussi sensible qu’avant et tant mieux, c’était ainsi que le monde devait être. Eve était ainsi et Herminie était également ainsi. C’était quelque chose qu’il fallait préserver. Moi je l’avais également été, mais j’avais perdu ce don. J’étais descendu droit dans l’obscurité et je n’en reviendrais jamais. « Ne dites pas à votre père que vous m’avez vu… « Mais devais-je lui dire cela ? Elle devait bien lui en douter. Car je doute fort que le Roi Ronan avait une once de gentillesse envers moi. Pouvais-je lui en vouloir ? Non. Mais quelque part j’ai du mal à croire qu’il n’a jamais vu le vrai visage de son propre fils. Quelque part je me dis qu’il le savait mais qu’il préférait fermer les yeux.


_________________

   
I'm here without you. But you're still on my lonely mind.
   

   
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 35

depuis le : 12/01/2018
age : 15 ans
métier : Princesse

MessageSujet: Re: What doesn't kill you (la princesse et la fugitive)   Ven 26 Jan - 14:35

Herminie renifla encore un peu, avant de sortir un mouchoir brodé et de se tamponner les yeux, délicatement comme seule une vraie dame savait le faire.

"Je vais avoir les yeux d'un lapin qui a la myxomatose !" dit-elle avec un demi-sourire malicieux.

Tout en tenant la main de Visenya, elle vint s'asseoir, elle aussi, le dos bien droit, les jambes repliées sous elle. Très bien dressée à l'évidence. Elle inspira plusieurs fois pour reprendre le contrôle de ses nerfs tout en fermant les yeux. Quand elle les rouvrit, Visenya, vit véritablement la princesse de Brise air devant elle.

"Je vais bien car je le dois. Je sais que tu peux comprendre cela. Tu fus princesse, toi aussi."

Donner le change en permanence car sous le feu des regards curieux, en permanence également. Être toujours coiffée correctement et la mise élégante. Pas un mot plus haut que l'autre mais que l'autorité de votre ton soit incontestable. Et surtout, surtout, même si on marchait sur des charbons ardents, même si une dague invisible vous perforait le cœur, sourire, sourire encore et toujours.
Herminie eut un petit rire ironique.

"Bien sûr que non ! Il te tuerai sans attendre une explication. Il t'en veux toujours, alors qu'au fond, tu nous as tous rendu un fier service. Robert aurait fait un roi déplorable. Il était de nature cruelle."

Non, la propagande n'avait pas eu d'effet sur elle. L'attitude de folie de Robert lui donnait encore des cauchemars. Elle voyait encore le petit chaton gris, son préféré, se faire tordre le cou par son frère. Qui riait de la voir pleurer et hurler...Elle tapait de ses petits poings sur le pourpoint brodé d'or de Robert, et il tenait la pauvre bête plus haut, hors de sa portée, et elle était impuissante...Et Robert lui avait assuré que si elle n'était pas parfaitement obéissante, et si elle soufflait mot de cela à quiconque, non seulement personne ne la croirait et tout le monde dirait qu'elle était bonne à enfermer mais en plus,  il lui arriverait le même sort qu'au petit chat.
Herminie frissonna à ce souvenir.

"Je savais...Je savais qui il était vraiment..."

Herminie regarda Visenya, dans les yeux, calmement. Visenya put y lire une certaine compassion et un ciel sans reproche.

"Ma mère aimait tellement son fils qu'elle ne voulut rien voir. Quand à mon père, il était tellement occupé...Et Robert était assez roublard pour ne montrer que certains traits de son caractère qu'à ceux qui ne pouvaient se dresser contre lui. Comme toi, son épouse...Ou moi, sa petite sœur."

Un fou cruel et un lâche...Voilà quel monarque aurait écopé Brise Air sans Visenya. C'était la stricte vérité. Vérité impossible à dire à Ronan, son père, qui croyait avoir laissé son fils épouser une folle meurtrière. Robert avait eu droit à un magnifique tombeau dans le cimetière royal. Quelle ironie !
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 128

depuis le : 27/10/2017
age : 32 ans
métier : Assassin
statut & orientation : bisexuelle - celibataire mais coeur prit


MessageSujet: Re: What doesn't kill you (la princesse et la fugitive)   Ven 26 Jan - 23:12

“Je ne suis plus à la Cour, et je n’existe plus vraiment… alors ce n’est pas devant moi qu’il faut tenir la tête haute, princesse. » Oh oui, je connaissais fort bien les mœurs et les coutumes de la cour. Et j’étais bien heureuse d’en être débarrassé. Si dans une autre vie j’avais toujours aimé être ici, me vêtir, me coiffer, sourire danser… Aujourd’hui cela ne me manquait plus. Car le gout amère de ma mésaventure avait changé ce monde magnifique en quelque chose d’horrible et d’effroyable. Alors je ne pouvais plus vraiment accepter leurs façons de faire. Bien que je pouvais comprendre qu’elle cache ses réels sentiments. « Je ne suis qu’une ombre qui ne fait que passer… Alors pas besoin de me convaincre que tout est parfait… Dans ce château je doute fort que cela puisse être parfait… » Je regarde autour de moi. Mais nous étions toujours seules. Juste elle et moi. Pendant un long moment je ne disais rien. J’encaissais encore les paroles qu’elle venait de me dire. Oh non que le roi m’en voulait toujours, je m’en étais douté. Il n’allait jamais me pardonner d’avoir tué son héritier. Mais je m’en fiche, je ne voulais pas de son pardon. C’était plutôt le contraire… C’était à lui de s’excuser d’avoir éduqué un tel être ! Par contre ce qui me surprit c’est que de toutes les personnes à la cour, ça fut la petite princesse qui avait vu le véritable visage de son frère. « Comment… Comment avez-vous su ? » Et puis vient l’explication… il n’avait pas hésité à utiliser ses jeux mesquins avec sa petite sœur. J’aurais dû m’en douter. Il s’en prenait toujours aux filles remplit de rêves et de bonté. Je soupire doucement. « Je suis désolée. »

Par contre je ne voulais pas croire que son père ignorait tout. Il devait s’en douter de quelque chose, ou alors il avait fermé les yeux par amour pour son fils. Peu importe, on m’avait jeté dans la gueule du loup et j’avais survécu. Même mieux, je m’étais débarrassé du monstre. Dommage que certains me pensent sanguinaire et folle. « Je doute fortement que votre père ne s’est douté de rien, princesse… De toute manière cela n’a aucune importance. » Non le passé était le passé, je n’étais pas venu ici pour le réanimer. « Alors maintenant, dites-moi… comment allez-vous… réellement cette fois-ci ? » Quinze ans, être princesse et le futur mariage du roi… oh cela ne devait pas être facile à gérer. Ma main serrait doucement la sienne. « Si un jour quelqu’un vous maltraite ou que vous avez peur que cela arrive…. Prévenez-moi… » J’avais du sang sur mes mains, alors autant qu’elle évite d’en avoir sur les siennes. Je savais ce que cela faisait avec l’âme. Il ne fallait pas qu’elle passe par là. Je pouvais très bien m’occuper de chaque personne lui voulant du mal, sans qu’on puisse même soupçonner que c’était moi. Après tout, j’ai été formé pour être un assassin. Et généralement j’opérais dans l’ombre. Et Surtout je voulais éviter qu’elle se trouve marié à un homme qui ne la mérite pas.

_________________

   
I'm here without you. But you're still on my lonely mind.
   

   
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 35

depuis le : 12/01/2018
age : 15 ans
métier : Princesse

MessageSujet: Re: What doesn't kill you (la princesse et la fugitive)   Jeu 1 Fév - 10:21

Herminie regarda Visenya dans les yeux. Pouvait-elle parler vraiment ? Jouer la comédie était presque une seconde nature depuis le temps...

"Tout n'est pas parfait, non... J'ai...j'ai l'impression de marcher sur une corde au dessus de l'abîme et qu'au moindre faux pas..."

Herminie haussa les épaules. Elle ne serait jamais libre du fardeau qui pesait sur ses épaules. Elle le savait et l'acceptait. Elle avait eu des parents royaux, et tout découlait de ce hasard de naissance. Si seulement, elle était née garçon, elle aurait pu avoir une marge de manoeuvre, mais elle était fille et par conséquent vouée à l'obéissance.
Elle eut une ombre de sourire.

"Oh, il ne faut pas, voyons ! Ce qui est passé est passé. Je regrette surtout dans cette lamentable affaire que tu ais été obligée de partir. La vie aurait été plus douce. Heureusement qu'il y a Tante Eve et Oncle Elias..."

Herminie se mordit les lèvres. Avant, il y avait aussi Gauvain. Mais il avait disparu. Herminie ne comprenait pas pourquoi on ne retournait pas toutes les pierres de Brise-Air pour le retrouver. Un an, crénom ! Le seul membre de sa fratrie qu'elle appréciait. C'était quand même pas de bol !

"Je suis inquiète. Père va se remarier. Il veut un héritier légitime. Et je doute qu'on me laissera longtemps traîner dans le château dès que sa jeune épouse aura eu un enfant. Si j'étais pragmatique,
je paierai un herboriste pour avoir une potion contraceptive et en donnerai chaque jour à ma future belle mère. Oui, c'est ce que je devrais faire si j'étais pragmatique et égoïste. Mais je ne suis pas assez forte pour ça. Je te choque ?"


Herminie pinça les lèvres. Ah, des idées, elle n'en manquait pas. Mais cela restait à l'état de chimères mortes nées. Non, Herminie n'irait pas contre la volonté de son père.

"Je pourrais aussi m'en faire une amie, en espérant qu'elle ait assez d'influence sur mon père dans le lit conjugal pour qu'il ne marie pas au plus vite avec un chef de clan vieux et barbare. Cela présuppose de pouvoir lui faire confiance. Et c'est un mot qui a disparu de mon vocabulaire."

Surtout envers les inconnus. Les gens à qui elle aurait confié sa vie était un petit cercle très restreint. Visenya en faisait partie. Herminie ne prenait pas grand risque. Qui croirait une renégate si jamais Visenya s'avisait de raconter ses confidences ? Herminie n'aurait qu'à démentir en prétextant la haine de Visenya vis à vis de la famille royale, c'est tout. Sainte Mer, que tout ces calculs politiciens étaient épuisants...Finalement, serait-ce vraiment un mal d'être exilée ? Si seulement, elle était sûre d'avoir un peu de paix !

"Et toi, racontes moi ! Que deviens-tu ?"
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 128

depuis le : 27/10/2017
age : 32 ans
métier : Assassin
statut & orientation : bisexuelle - celibataire mais coeur prit


MessageSujet: Re: What doesn't kill you (la princesse et la fugitive)   Jeu 1 Fév - 16:10

Ah oui, malheureusement je connaissais que trop bien le sentiment qu’elle pouvait avoir. Néanmoins à l’époque j’avais rêvé de mon prince charmant. J’avais été sous le charme de Robert, il était beau charmant. Je ne pouvais qu’être heureuse de devenir princesse et future reine. Cela me fit bien rire aujourd’hui. Qu’est-ce que je pouvais être stupide et naive à ce moment. Au moins Herminie n’était pas aussi naive que moi. Je l’observais sans rien dire. J’avais envie de lui dire qu’elle avait raison, mais d’un autre côté, je pensais à Eve. Et au final est-ce qu’elle n’avait pas eu un beau mariage ? Visiblement un mari qui l’aime… Et quand je réfléchis à la situation d’Hermi.. Bah elle était la princesse. La seule. Les autres n’étaient que des batards. « Je sais… Ce monde n’est pas aussi facile qu’on puisse le croire de l’extérieur. » Quand au mariage du roi… Ah oui, tout le monde en parlait. Il allait épouser une comtesse venant d’ailleurs. Mais je pouvais comprendre l’inquiétude de la jeune princesse. Mais mise à part s’enfuir et tout perdre, elle n’avait guère le choix de faire face. Si ses paroles me choquaient ? Je souris.   « Non, princesse. Ce qui m’aurait choqué c’était d’entendre des sentences de mort venir de votre bouche… Mais la contraception… Ah non cela ne me choque pas… néanmoins cela vous avance en quoi ? Même si il n’y a pas d’héritier la couronne irait à votre oncle. Et votre père vous mariera de toute manière. » Oh oui, qu’elle ne se berce pas d’illusions.

Moi par contre, ça m’arrangerait énormément si le roi n’avait pas d’héritier. Si Elias devient roi et Eve Reine… peut-être que je pourrais faire pénitence. Peut-être que je pourrais revenir dans ce monde… Mais je chassais rapidement cette idée de ma tête, car cela impliquerait de tuer le couple royal et donc le père d’Herminie… Je l’écoutais parler de sa future belle-mère et hausse les épaules. J’ignore quel genre de femme cela pouvait bien être. Manipulatrice, stupide, hautaine… peut-être même tout ca dans un jolie petit corps. Ou peut-être est-ce que c’était une deuxième Eve ? En tout cas je ne souhaite pas être à sa place. Je ne pourrais supporter le toucher du roi sur ma peau. « Parfois il ne faut pas faire confiance aux autres. Il suffit de trouver un accord. Si tu as quelque chose à lui donner en contre partie ca peut marcher…. Néanmoins faut-il qu’elle ait encore une certaine influence sur votre père… » Difficile de lui donner conseil, j’ignorais tout sur cette comtesse de Lightindale. « Généralement les masques tombent bien vite… et n’oublie pas qu’elle a peut-etre accepté ce mariage… mais c’est ton père qui l’a choisit. Cela reste un mariage de convenance et non d’amour… Alors soit elle se sent piègé et pourra te comprendre, soit elle espère gagner l’amour de ton père… chose ou tu peux l’aider… et en contrepartie elle pourra t’aider à son tour. »

Quand à ma vie, je souris, mais ne répondit pas vraiment. « Ma vie appartient aux ténèbres, princesse. Je survie et j’évite de tomber entre les mains de votre père. » Je n’allais pas lui parler de la confrérie noire, ni de tout ce qui m’était arrivée. Elle ne devait pas entendre ce genre de choses, et puis j’avais pas envie de crier sur les toits que j’étais devenue un assassin formé et quasi diplômé. Si jusqu’ici la meurtrière de son frère n’avait pas su l’effrayer, je ne voulais pas prendre le risque de le faire en dévoilant mon nouveau moi.


_________________

   
I'm here without you. But you're still on my lonely mind.
   

   
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 35

depuis le : 12/01/2018
age : 15 ans
métier : Princesse

MessageSujet: Re: What doesn't kill you (la princesse et la fugitive)   Mar 6 Fév - 22:54

Herminie opina du chef. En effet,  son monde avait une solide façade faite de marbre poli et aussi dur que du granit. Il le fallait... C'était le prix à payer pour dormir dans des draps de lin finement tissés et de ne pas connaître la faim. Elle rejeta une mèche de cheveux qui avait glissé de son chignon et lui tombait sur l'oeil.

" Et je sais qu'il est important que nos payses le croient. Être princesse est une lourde charge. Je m'en rends compte à chaque fois que je sors en ville. Tous ces regards qui pèsent sur moi de tout le poids de leur admiration... "

Et pourtant oui c'était absolument nécessaire.
Des menaces de mort ? Non,  Herminie n'était pas faite de ce bois là,  du moins,  elle ne le pensait pas.

" C'est totalement injuste ! Pourquoi une femme ne pourrait pas régner comme un homme ! "

Herminie posa une main gracile sur sa bouche,  ayant peur à la fois d'avoir trahi son indignation profonde et d'avoir critiqué clairement les coutumes de Brise-Air. Instinctivement,  elle regarda autour d'elle pour vérifier que personne d'autre ne l'avait entendu. Puis,  elle enchaina :

" La comtesse de Lightindale est très belle m'a-t-on dit. Mon père n'a pu qu'admirer ses charmes. Dans ces conditions,  même une sotte est capable de tirer son épingle du jeu. Je n'ai plus qu'à faire profil bas en espérant qu'elle fasse un faux pas ou qu'elle lâche une information compromettante. Personne n'est parfait en ce monde. "

Même pas elle,  princesse de Brise-Air ! Voilà qu'elle allait devoir se rouler dans la duplicité et l'hypocrisie. Mais sa survie était peut-être à ce prix. Avait-elle été seulement innocente ? Si oui,  cela remontait à loin.
Si Visenya espérait qu'Herminie n'allait pas être intriguée,  c'était bien mal connaître l'interfale curiosité de la jeune fille.

" Les ténèbres ? Ta vie est donc si difficile ? J'espérais que tu avais trouvé un peu de bonheur ou du moins,  la paix du coeur. "

Si ce crime qui avait déchiré la famille royale n'avait pas servi à délivrer Visenya,  alors elle aurait mieux fait de rester malheureuse au château. Quitte à pleurer autant que ce soit sur un coussin de soie !
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 128

depuis le : 27/10/2017
age : 32 ans
métier : Assassin
statut & orientation : bisexuelle - celibataire mais coeur prit


MessageSujet: Re: What doesn't kill you (la princesse et la fugitive)   Mar 6 Fév - 23:20

Je souris à ses paroles. « Ah je suis d’accord avec vous princesse. Mais malheureusement j’ai bien peur qu’il y a certaines choses qu’on ne peut pas changer. » Une femme serait bien meilleure à gouverner sur un royaume qu’un homme. Mais la lois était la lois et je suis sure que les gens de Brise-Air n’accepterait pas aussi vite une femme au pouvoir. Herminie parlait de la comtesse et l’assassin en je ne put que se demander si je ne ferait pas mieux d’éliminer le couple royale. Pas de descendance possible, ca serait Elias qui deviendrait roi et Eve Reine… Le royaume s’en sortira très bien et Eve n’obligerait pas Herminie à se marier de si vite. Et peut-etre que je pourrais même demander pardon… Ah stupides pensées… Je ne devais pas penser à ca… et pourtant l’idée ne voulait pas partir de mon cerveau. « Ce n’est pas parce qu’elle est belle que votre père tombera sous ses charmes… Votre mère était belle aussi, néanmoins cela ne l’a pas empêche d’avoir une maitresse. » Personnellement je pense que le Roi Ronan était quelqu’un de très difficile à satisfaire… « quoi qu’il en soit si jamais vous avez besoin de mon aide…. » Je mordillais ma lèvre, comment lui expliquer qu’elle pouvait facilement prendre contact avec moi ? Pouvais-je lui faire confiance ? « Fais entendre dans l’auberge que tu me cherches… Quelqu’un finira par t’entendre et par me passer le message et j’essayerais de venir le plus vite possible. »

La paix du coeur… Ah douce princesse si seulement elle savait. Non malheureusement l’amour semblait être une malédiction pour moi. J’avais retrouvé Korben , mais j’étais certaine de le perdre dès qu’il savait qui j’étais devenue. « J’ai un toit au-dessus de ma tête, j’ai de l’argent et j’ai appris à me défendre et je suis libre…. Mais je resterais pour toujours une ombre. Je ne peux pas me permettre qu’on me reconnait.. Quant à la paix du cœur… non pas vraiment. La paix de l’âme peut-être. » Ah chaque meurtre enlevait une partie de mon âme, au point qu’au finale on ne ressent plus trop les choses. Et quelque part cela faisait du bien de ne plus rien ressentir. Comme si on venait de se shooter avec des plantes hallucinantes. Je pensais être heureuse… mais il a fallu retrouver Korben pour refaire surgir tous ses sentiments perdus… Et il avait fallu voir Eve et son fils pour me rendre compte la vie que je n’aurais jamais et dont j’avais toujours rêvé. Cette partie de moi que j’avais réussi à endormir pendant toutes ces années venait de se réveiller. Et cela fut un réveil pénible. Ma haine envers le roi commençait à nouveau à s’allumer. « Mais vous ne devez pas vous inquiéter pour moi. La vie a décidé d’un autre destin pour moi, et je suis devenue plus forte qu’avant. »

_________________

   
I'm here without you. But you're still on my lonely mind.
   

   
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 35

depuis le : 12/01/2018
age : 15 ans
métier : Princesse

MessageSujet: Re: What doesn't kill you (la princesse et la fugitive)   Mer 14 Mar - 12:04

Visenya avait raison hélas. Mais au moins, elle comprenait la jeune princesse d'une certaine façon. C'était déjà bien plus qu'Herminie recevait dans sa propre famille, si on faisait abstraction d'Eve et Elias.

"Pour l'heure... Tu vas peut être penser que je suis folle d'espérer la lune mais je souhaite que mon père se rende compte, un jour, que je pourrais faire aussi bien qu'un fils. Après tout, la reine des amazones montre bien chaque jour qu'une femme peut gouverner. Non que je veuille en devenir une !"

Son père en ferait une attaque ! Déjà Lyanna y passait ses journées, c'était bien assez ! Herminie ne put retenir une grimace en entendant parler de sa mère. Herminie avait des sentiments mitigés vis à vis de la défunte. Après tout, cette dernière ne l'avait pas suffisamment aimé pour se consoler de la perte de Robert. Elle avait référé la vengeance à l'amour maternel.

"Elle était belle oui, mais sûrement trop possessive et sûre d'elle... Mon père n'est pas le genre d'homme à aimer qu'on l'enferme. Peut être se lassera-t-il de sa comtesse ? Mais elle restera reine, quoiqu'il arrive. Je n'ai pas d'échappatoire !"

La suite fit dresser l'oreille d'Herminie. L'échappatoire, Visenya lui offrait sur un plateau d'argent. Ce n'était qu'une étincelle de possible liberté, mais c'était beaucoup pour la jeune princesse engoncée dans ses différents devoirs. Une porte de sortie...Au cas où sa vie se ferait trop dure, trop irrespirable.

"Merci, Ô merci ! Tu ne peux pas savoir ce que cela signifie pour moi ! Je n'oublierai pas, foi d'Herminie !"

Autant dire qu'elle ferait également son possible, si l'occasion se présentait pour aider Visenya.  Herminie ne savait pas où cette simple promesse pouvait l'embarquer, dans sa naïveté, n'ayant aucune idée évidement de la sombre profession de son ex-belle sœur.
Elle posa une main rassurante sur le bras de Visenya.

"Si jamais, un jour, je deviens Reine,  et quelque soit le pays où le mariage me conduira, tu y seras libre et tu pourras y marcher en plein jour. C'est tout ce que je peux t'offrir."

Visenya ne manquait de rien, à première vue. Elle avait le nécessaire, sauf le bonheur. Mais qui pouvait espérer mieux en ce bas monde ? Il n'y avait qu'Oncle Elias et Tante Eve qui pouvait se targuer d'être heureux en ménage. Peut être était-ce cela que recherchait son père dans ce nouveau mariage en plus d'un fils légitime ? Un peu d'affection ? Cette pensée était particulièrement dérangeante. Herminie ne voulait pas penser à ce que faisait son père dans un lit avec une femme...

"J'espère être forte aussi, un jour. Comme grand-mère ! Je n'ai pas envie de subir mon destin comme une agnelle docile. Le chemin me paraît tellement long..."

Et elle soupira à fendre l'âme.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 128

depuis le : 27/10/2017
age : 32 ans
métier : Assassin
statut & orientation : bisexuelle - celibataire mais coeur prit


MessageSujet: Re: What doesn't kill you (la princesse et la fugitive)   Mer 14 Mar - 22:16

Je ne connaissais pas le roi assez bien pour savoir si un jour il pourrait accepter le fait qu’une femme soit reine de son royaume. Mais je pouvais comprendre l’envie qu’Herminie ressentait. Un homme ou une femme devrait être à égalité… mais pourtant ce n’est pas le cas. La seule chose qu’on puisse espérer c’est de trouver son égal en amour. Quelqu’un qui nous écoute et qui nous traite de la bonne façon. Je l’avais trouvé et pourtant je l’avais en même temps menti et trahi… « Oui… peut-etre qu’un jour il finira par changer les choses… » Mais pour ce qu’il était réellement de mes pensées, je souhaitais la mort au roi. Que son frère prenne sa place. C’était mieux pour tout le monde. Pour le royaume, pour Eve, pour moi, et même pour Herminie car elle n’allait pas être poussés dans les bras d’un homme qu’elle ne voudrait pas. Même si cela voulait dire qu’elle allait se retrouver avec un nouveau membre de sa famille tué…

Je lui souris mais reste silencieuse, car elle ne savait pas ce qu’elle venait de recevoir. Le jour où elle allait avoir besoin de mon aide, était peut-être le jour où quelqu’un trouvera la mort. Car après tout c’était ce que j’étais. Et comme j’avais prévenu Eve que le jour où l’on découvre la vérité sur son aventure et sur la paternité de Marek…. Le jour où elle voudrait que je m’en occupe… je n’étais pas certaine que cela soit une bonne chose. Car il grandira avec des meurtriers…Néanmoins j’avais fait une promesse et je protègerais toujours Eve et son fils. Tout comme je ferais mon possible pour Herminie. Et c’était mieux que cela soit moi qui me salisse les mains, plutôt qu’une autre princesse doive subir le sort que j’ai connue. Je souris en entendant la promesse d’Herminie. Ah j’avais oublié comment c’était d’avoir encore des rêves et des espoirs. « Merci, c’est déjà bien beaucoup… » Je l’observe pendant un long moment avant de dire. « Vous êtes déjà bien plus forte que je l’étais à votre âge… vous avez déjà connu vos lots de malheurs et vous savez comment cerner les gens, chose que je n’ai appris que bien plus tard. » C’était peut-être cela qui avait fini par causer ma perte… Mes rêveries, mon innocence, ma naïveté… si j’avais été plus méfiante peut-être que… ah non cela ne servait à rien de repenser au passé. « Vous devriez rentrer, princesse… On risque de se demander ou vous êtes. » Et moi je devais partir d’ici avant qu’on ne m’attrape.

_________________

   
I'm here without you. But you're still on my lonely mind.
   

   
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 35

depuis le : 12/01/2018
age : 15 ans
métier : Princesse

MessageSujet: Re: What doesn't kill you (la princesse et la fugitive)   Mer 21 Mar - 10:32


Herminie savait qu'il y avait peu de chance que quoi que ce soit change de son vivant. Mais c'était le propre de l'espoir d'être fou et déraisonnable. Et si à quinze ans, on ne pouvait se permettre l'espérance, quand diable pouvait-on se l'autoriser, je vous le demande ! Herminie était un curieux mélange de lucidité propre à sa fonction, et des éclairs de gamineries primesautiers tout à fait compréhensibles. Ceux ci seraient-ils un jour sa perte ? Seul l'avenir le dirait.
Une entente avait été passée entre les deux femmes. Cela rassura Herminie plus qu'elle n'aurait su le dire. Et même un léger apaisement de ses angoisses était bon à prendre.

"Grand Mère disait qu'on ne forge pas une épée à coup de guimauve... Les expériences passées nous aident à grandir et à nous fortifier. Qui sait ce que le destin me réserve ?"

Vaste question qui avait de quoi faire réfléchir la princesse et la maîtresse-assassin. La cloche sonna l'heure du repas du soir, clôturant de fait, ce moment privilégié. Herminie se pencha vers Visenya et la serra fortement contre elle, les larmes lui montant soudainement aux yeux, au moment de se dire au revoir.

"Il ne manquerait plus qu'on croit que j'ai un galant que je vois en secret dans les jardins !" dit-elle sur le ton de la plaisanterie, d'une petite voix étranglée.

Elle s'écarta en reniflant fort peu protocolairement et ajouta, bien plus sérieusement :

"Fais attention à toi, je t'en supplie, et essaye de me donner des nouvelles de temps à autres..."

Herminie savait qu'il ne fallait pas trop en demander. Qu'elle ait déjà pu revoir Visenya tenait du miracle, et que les deux jeunes femmes aient gardé leur affection intacte en était un autre. C'était déjà beaucoup pour une seule soirée.
Elle jeta un dernier regard plein d'amitié sur son ancienne belle soeur, essayant de faire passer ainsi tout ce qu'elle ne pouvait dire à voix haute, par manque de temps. Herminie se leva, épousseta sa robe en un réflexe machinal, plaqua un sourire sur ses lèvres et prit le chemin du château d'un pas résolu. Au bout d'une dizaine de mètres, elle se retourna, mais il n'y avait déjà plus personne sur le banc...Elle serra les lèvres, soupira et remontant ses jupons à pleines mains elle se mit à courir pour rattraper son retard, d'une façon qu'une servante n'aurait pas renié. Herminie se sentait plus libre, étrangement...

(hj : Merci pour ce RP ! La suite promet d'être rock'n'roll !)

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 128

depuis le : 27/10/2017
age : 32 ans
métier : Assassin
statut & orientation : bisexuelle - celibataire mais coeur prit


MessageSujet: Re: What doesn't kill you (la princesse et la fugitive)   Lun 2 Avr - 20:53

THE END

(Merci pour ce RP rigolo à écrire XD)

_________________

   
I'm here without you. But you're still on my lonely mind.
   

   
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: What doesn't kill you (la princesse et la fugitive)   

Revenir en haut Aller en bas
 
What doesn't kill you (la princesse et la fugitive)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Shop] Cute Can Kill (It)
» [Shop] Kiss me Kill me (fr)
» Régles Campagne Kill Team
» Régles Kill Team
» [Shop] Ciali in kawaiiland (It)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Don't Cry Mercy :: ✿ don't cry mercy :: Brise-Air :: Le Chateau-
Sauter vers: