AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Trouble in the air - PV

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 68

depuis le : 21/12/2017
age : 26
métier : Soldat dans la légion impériale
statut & orientation : Celib' & pour les femmes


MessageSujet: Trouble in the air - PV   Mer 10 Jan - 16:12


 

 
"Trouble in the air "

 
La compétition a une signification particulière selon les gens. Mais qu’il s’agisse de rivalité amicale ou d’un combat sans merci, le résultat reste le même. Il y a des vainqueurs et des perdants. L’important est de savoir dans quelle bataille on peut s’engager. Parce que... chaque victoire a un prix.

 
 


Je ne m’étais toujours pas faite à l’idée d’avoir un pirate comme géniteur. Non ce n’était tout bonnement pas possible. Ma mère n’avait pas pu me mentir à ce point… Bah il n’y avait rien de mieux pour oublier des idées tordus que de se jeter dans le boulot. Je m’étais réveillée ce matin-là, j’ai pris en vitesse une douche froide et je m’étais rendue au château. Paraitrait qu’il y a plusieurs fugitives en ville. Bien allons les traquer ! Rien de mieux qu’un peu d’action ! J’allais dans l’armurerie du château pour terminer de m’habiller avant de me rendre avec quelques autres soldats au port. Généralement les fugitifs essaient de quitter ou de rentrer à Brise-Air par la mer. Et bien sur, les bateaux de pirates étaient les meilleurs. Ils étaient les plus rapides et surtout c’était des gens sans scrupule qui pour quelques pièces d’or voulaient bien fermer l’œil sur l’identité du voyageur. Je suivis les ordres et prit à droite pour aller questionner les quelques marins qui trainait dans le coin. Avaient-ils vu quelque chose de suspect ? Des bateaux inhabituels ? Après l’interrogatoire obligatoire mais qui ne rapportait rien, je rejoignais les autres membres de la garde qui avait déjà commencé à fouillé un bateau. Mon regard s’attardait sur le nom du bateau et je grimace doucement. Encore un fichu pirate…

A croire qu’il n’y avait donc que ca dans cette ville. Faudrait vraiment faire un ménage… Bon allé au travail, Mereen. Mon regard s’attardait sur un jeune homme. Je m’en approchais. « Eh toi ! Ca fait combien de jours que ce bateau est à quai ? » Je laissais les soldats examiner le navire alors que moi j’attaquais déjà l’autre. Bah oui, j’étais une pile électrique que ne peux pas rester assise.   « Tu t’appelles comment ? » Et bien sur… je me retrouvais encore une fois sur un bateau pirate. Grrr. « Quand est-ce que vous repartez en mer ? Ton capitaine il est ou ? « Probablement dans le bordel comme tous les autres… Raaah  c’était vraiment pas possible qu’Earing soit mon père… On  n’avait rien du tout de commun.


 
Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 47

depuis le : 09/01/2018
age : 23
métier : Pirate
statut & orientation : Homosexuel & Coeur prit


MessageSujet: Re: Trouble in the air - PV   Mer 10 Jan - 17:15

Hebergeur d'image


Cela faisait quelques semaines que le Goldren Scream était rentré dans le port de Brise-Air pour être réparé pendant l’hiver. Alors que le personnel important du navire profitait de la terre-ferme et du Bordel, Kaif, comme d’autres membres de l’équipage, devait continuer à travailler et n’avaient que quelques jours de repos comparé aux autres. Car il fallait continuer à nettoyer les ponts, les cales, et mêmes les canons, tout comme il fallait monter la garde et s’assurer que personne de suspect ne s’approche du navire. Le capitaine Leary leur faisait confiance là dessus, surtout sachant qu’il n’y avait plus rien de précieux à bord. Le Golden Scream reposait tranquillement au port, vidé de tout contenu précieux, attendant de repartir pour de nouvelles aventures. Kaif et les autres pirates qui occupaient les rôles de moussaillons passaient donc la plupart de leur journée à nettoyer le navire de fond en comble, à boire, et à s’amuser autour du port. Ce n’est pas comme si le bateau allait disparaître par magie. Alors même qu’il était encore en train de plaisanter avec les autres moussaillons, tout le monde sembla d’un coup se taire, et Kaif ne tarda pas à comprendre pourquoi en voyant Myrcella arriver droit devant lui, lui posant un tourbillon de questions. Naturellement, les autres pirates s’étaient écartés devant la Légion Impériale, et Kaif aurait sûrement fait de même s’il avait eu le temps de voir qui se tenait à leur côtés : Myrcella Mereen. La personne qu’il avait tenté d’éviter pendant bien longtemps. Depuis qu’il avait été abandonné et vendu par sa propre mère, il s’était dit que les histoires de familles n’avaient rien à lui apporter. Alors, tout comme il n’avait jamais cherché à rentrer en contact avec son père, il voulait rester le plus loin possible de Myrcella. Un peu compliqué lorsqu’on se retrouve face à face avec elle. Non mais franchement, elle avait littéralement foncée vers lui, comme si tous ses efforts n’avaient jamais existés, et que la vie était en train de lui faire un magnifique doigt d’honneur. Le sang du même père coulait dans leurs veines. Pourtant Kaif était devenu pirate, et elle était devenue soldat. Rien qu’avec ça, il était sûr qu’ils n’allaient rien avoir en commun. Déjà, elle n’était pas polie. On ne leur apprenait pas à dire Bonjour dans la Légion Impériale ? Il n’arrivait pas à se dire qu’elle était sa sœur. Enfin, demi-sœur. Une demi-chiante.

Les hommes commencèrent à chercher le navire, ce qui agita un peu tout le monde autour, y compris Kaif. Mais lui était bloqué à devoir répondre à l’interrogatoire de ce petit dictateur en herbe qui avait laissé la politesse à la porte. Depuis combien de temps le bateau est à quai ? « Environ trois semaines… » Si elle voulait jouer au jeu de la rapidité, il comptait bien s’en sortir en lui donnant le moins d’informations possibles. Il ne savait pas ce qu’elle ou ces hommes venaient chercher. Si c’était leur dernier butin, ils pouvaient toujours rêver. Comment il s’appelle ?  « Kaif… » Mais pour le reste, ses ordres étaient clairs, il n’avait pas le droit de parler du Capitaine ou de ses déplacements. Quant au reste il n’était jamais au courant des futurs dates de départ. Kaif savait aussi que ses camarades allaient observer ses faits et gestes, et qu’à la moindre connerie, il devrait en répondre aux officiers supérieurs. Et il avait bien plus peur d’un conseil pirate que des questions de la Légion. Quand est ce qu’ils allaient repartir en mer ? « Je ne sais pas. » Où était le capitaine ? Kaif eut un petit rire parce que ça l’amusait de se répéter et de jouer au con : « Je ne sais pas. » Ah si elle avait pu lire dans son esprit, elle aurait eu une sacré surprise. Il se demandait ce qu’elle avait bien pu avoir comme vie pour choisir cette voie. Elle n’avait en tout cas par l’air enchantée d’être ici. Tentative de l’amadouer avant qu’elle ne le bombarde d’autres questions. « Si tu me dis ce que tu cherches, ça ira peut-être plus vite. » Non parce que bon, Kaif ne comptait pas lui donner des informations sans réfléchir, ce n’était pas la fête, malgré l’alcool qui coulait sans ses veines.

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 68

depuis le : 21/12/2017
age : 26
métier : Soldat dans la légion impériale
statut & orientation : Celib' & pour les femmes


MessageSujet: Re: Trouble in the air - PV   Mer 10 Jan - 19:57



"Trouble in the air "

La compétition a une signification particulière selon les gens. Mais qu’il s’agisse de rivalité amicale ou d’un combat sans merci, le résultat reste le même. Il y a des vainqueurs et des perdants. L’important est de savoir dans quelle bataille on peut s’engager. Parce que... chaque victoire a un prix.




mmm tu ne sais pas grand-chose il me semble… bien sûr qu’il ne voulait rien dire. Il avait probablement peur de perdre sa place sur ce bateau. Pff qui veut maintenant d’une telle vie. j’espère pour toi qu’on trouvera rien d’illégal sur le navire, car vu que ton capitaine n’est pas là… et que tu ne sais pas où il est… c’est toi que je vais devoir arrêter… « Je savais pourtant très bien que cela ne servait à rien d’espérer que ses menaces allaient aboutir à quelque chose. J’osais néanmoins espérer qu’il allait se montrer un peu plus serviable envers la garde impériale. Ce qu’on cherchait ? Je sors une feuille et lui montrait le portrait-robot de deux personnes. tu ne les aurais pas vu trainer quelque part ? sur un bateau par hasard. Ce n’était pas facile de trouver l’identité de deux membres de la confrérie noire, encore moins facile de faire un quelconque dessin de leur visage. Alors pour une fois qu’on avait ces informations, je souhaitais réellement trouver ces personnes et les arrêter pour tous les meurtres qu’ils ont commis. Bien sure faut encore que les gens se montrent coopératif. écoute, ce ne sont pas des pirates alors tu ne trahis personne… J’espérais que cela allait un peu l’aider à s’ouvrir, même si j’avoue que je ne suis pas la personne la plus agréable pour ce genre d’interrogatoires.

Mon regard se tournait vers les autres membres de mon équipe, qui étaient en train de tout fouiller. Pour l’instant il semblait rien y avoir. Puis mon regard scrutait les autres navires et leurs drapeaux. Sans réellement m’en rendre compte j’étais en train de chercher celui-là du capitaine Earing. Mais je ne le voyais nulle part. par hasard, tu ne sais pas si le capitaine Earing compte revenir bientôt ? Mmm je ne savais même pas pourquoi je posais une telle question. Je me fichais bien de lui..enfin je crois… Car visiblement il me trottait malgré tout en tête. Fichu pirate… Qu’il soit maudit.

Code by Sleepy

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 47

depuis le : 09/01/2018
age : 23
métier : Pirate
statut & orientation : Homosexuel & Coeur prit


MessageSujet: Re: Trouble in the air - PV   Mer 10 Jan - 22:05

Kaif était confiant, sachant pertinemment tout ce qui se trouvait sur le navire : quelques restes de vivre, des livres, des sceaux et des brosses pour frotter. Alors il ne montra aucun changement dans son attitude, continuant à répondre bêtement aux questionnements et remarques de sa sœur. « C’est exactement ça. Je ne sais pas grand chose. » Depuis le temps que la Légion Impériale venait les emmerder en fouillant les bateaux, tous les pirates avaient l’habitude de sécuriser tout ce qui pouvait être illégal, et de l’emmener bien loin du port. Personne ne les respectait avec leur grand air supérieur de donneurs de leçons. Elle l’aurait arrêté pour quoi au juste ? Pour être planté là à devoir supporter son interrogatoire? En tout cas, en entendant cette petite menace, il ne put s’empêcher de lâcher un petit « Ouuh. » Façon de dire, ouh, j’ai peur dis donc. Attitude de gamin. Mais c’était sortit tout seul. En réalisant qu’il avait dit ça à voix haute, Kaif se marre mais se calme un peu. Les effets de l’alcool voyez vous, c’est difficile de tenir sa langue. Mais ça ne l’empêche pas de regarder les portraits robots qu’on lui présente.« Hm. Je ne sais pas. » Kaif croise alors le regard de Myrcella qui semble penser qu’il est en train de la prendre pour une imbécile. Compréhensible. Et même s’il n’est pas du genre à dénoncer qui que ce soit, il dit pourtant la vérité. Il lui fait un sourire pour montrer que mine de rien, il est quand même de bonne volonté et ne dit pas ça que pour être insolent. « Ben quoi ? C’est vrai je le jure. » Pirates ou non, ça n’aurait pas changé grand chose. Heureusement, alors qu’il craignait de n’avoir des problèmes à force de répéter qu’il ne savait rien, Myrcella semblait déjà plus intéressée par les autres navires, ou du moins un. Celui du Capitaine... Earing. Pourquoi de tous les pirates, c’était le nom de leur père qui était sortit de sa bouche ? Est-ce qu’elle en savait plus qu’elle n’en avait l’air ? Non, pas possible, elle venait clairement pour une mission officielle qui n’avait rien à voir avec tout ça. Après tout, c’était commun d’entendre parler de tous les capitaines, pas besoin de devenir parano.

« Je ne sais pas… » Et encore un. La pauvre commençait vraiment à lui lancer des regards meurtriers. Mais ça faisait quand même beaucoup trop de coïncidences à la suite pour ne pas piquer un peu son attention. « Mais pourquoi lui ? Pourquoi pas tous les autres ? Tu le connais bien ? » Kaif avait tellement envie de lui faire une blague en lui demandant si c’est sa mère qui voulait le voir. Mais avec tous les hommes de la Légion tout autour, il hésitait fortement à dire quelque chose que d’autres pourraient entendre. Comment résister à la tentation d’en savoir plus ? Kaif aurait aimé pouvoir lire la réponse dans son regard. « Je dis ça parce que je ne pense pas que ce soit le genre à cacher des gens, c’est plutôt un lâche. » Kaif n’avait jamais parlé à son père, il l’avait vu, de loin, plusieurs fois. Mais un homme capable d’abandonner ses enfants ne pouvait être qu’un lâche à ses yeux. Ca aussi, c’était sortit tout seul. Il fallait qu'il fasse attention à ne pas s'attirer des ennuis. Myrcella ne savait pas qui il était, et elle risquait de croire qu'il parlait de quelque chose de suspect à force de faire des sous entendus que lui seul allait pouvoir comprendre. Ce n'était pas le moment de penser à voix haute. D'ailleurs, ou pouvait être le Capitaine Earing? Personne ne l'avait vu depuis quelques temps, et Kaif avait beau se dire qu'il s'en foutais, une petite part de lui s'inquiétait. Il n'avait pas voulu chercher à le rencontrer, et avait gardé cette attitude lorsqu'il avait réalisé que Myrcella était la petite Mereen qu'il avait aperçu il y a bien longtemps. Qu'est ce que ça pouvait bien lui faire d'avoir une famille à son âge, vu que personne n'avait été là quand il en avait besoin? Pourtant, maintenant qu'elle se trouvait là, en face de lui, il sentait qu'il serait frustré plus tard s'il manquait de saisir l'occasion de comprendre ce que ça faisait d'avoir une soeur. Elle devait bien avoir quelque chose en commun avec lui, se disait il en la regardant de haut en bas, cherchant le moindre détail qui pourrait détonner, un trait de caractère, une mimique, quelque chose...

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 68

depuis le : 21/12/2017
age : 26
métier : Soldat dans la légion impériale
statut & orientation : Celib' & pour les femmes


MessageSujet: Re: Trouble in the air - PV   Jeu 11 Jan - 11:57



"Trouble in the air "

La compétition a une signification particulière selon les gens. Mais qu’il s’agisse de rivalité amicale ou d’un combat sans merci, le résultat reste le même. Il y a des vainqueurs et des perdants. L’important est de savoir dans quelle bataille on peut s’engager. Parce que... chaque victoire a un prix.




Raah, c’est qu’il commençait à m’agacer le petit morveux… A se croire plus malin que tout le reste., à se la jouer avec les mêmes phrases : je ne sais pas. Ouais bah, après la troisième « je ne sais pas » autant vous dire qu’il avait perdu tout crédibilité à mes yeux. généralement lorsqu’on montre une photo, les gens répondent par oui ou par non… et non par je ne sais pas. Ce n’était pas une question très difficile pourtant. Est-ce que ces visages lui disaient quelque chose ou ou non ? Rah ces fichus pirates… Même Earing m’aurait donné plus de réponses que ce gamin qui se prenait pour un pirate… D’ailleurs en parlant d’Earing, je n’avais plus entendu parler de lui et son navire n’était visiblement pas sur le quai. Je me demandais bien ou il pouvait être… De plus ne m’avait-il pas dit que si je voulais lui parler, il suffisait de demander après lui… Mouais disons que je n’avais pas vraiment envie de lui donner une quelconque importance. Mais je pouvais bien demander ou était passé son navire sans qu’on se pose des questions non ?

Mmm pourquoi je m’intéressais à Earing ? J’hausse les épaules. Cela ne regarde personne. Surtout que moi-même je me surprenais à me renseigner sur lui… Rah je devrais arrêter, mais c’était plus fort que moi. Pourtant je savais très bien que cela ne pouvait que mal se terminer… mais j’étais tellement bornée et têtue que je pense pouvoir creuser ma propre tombe si je continue de la sorte… c’est moi qui pose les questions. qu’est-ce que cela pouvait bien lui faire que je m’interroge sur Earing ou sur Leary ou encore un autre capitaine ? A la suite de sa remarque j’arques un sourcil, c’est moi ou il ne semble pas vraiment l’apprécier… Il y a plein de mots qui me viennent à l’esprit quand il s’agit du capitaine Leary. Mais lâche n’est surement pas une d’entre elles… Il avait probablement beaucoup de défauts certes. D’ailleurs il ne devait avoir que ça. Mais la lâcheté ? Non il m’avait pas l’air de quelqu’un de lâche. Pas de ce que j’avais pu voir dans la bataille, ni quand on était en train de parler du fait éventuel qu’il soit mon géniteur. Il n’avait montré aucun signe de lâcheté. D’ailleurs je ne comprenais pas comment il pouvait en arriver à une telle conclusion. J’arques un sourcil et examine le jeune pirate en face de moi. tu le connais bien ? Sur quoi te bases tu pour dire que c’est un lâche… je doute fort qu’il y ait des pirates prêtent à suivre un lâche… Les pirates étaient bien des choses, mais pas stupide. Surtout que la règle du plus fort semblait souvent être de mise quand il s’agissait de choisir un capitaine. Je croise les bras sur ma poitrine après avoir rangé les deux portraits robot. mais c’est bien le genre du capitaine Leary… c’est ça tu insinues ?

Code by Sleepy

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 47

depuis le : 09/01/2018
age : 23
métier : Pirate
statut & orientation : Homosexuel & Coeur prit


MessageSujet: Re: Trouble in the air - PV   Jeu 11 Jan - 15:05

Si Myrcella voulait des réponses comme oui ou non, elle allait attendre longtemps, surtout avec des dessins pareils. Les portraits robots ressemblaient à la moitié des personnes de Brise-Air, et n’importe quel fugitif aurait logiquement commencé par changer d’apparence. Mais si c’était son travail de perdre son temps et de faire semblant de faire régner l’autorité, qu’il en soit ainsi. Kaif se ferait un plaisir de l’aider à faire ça, tout en gardant un œil sur ce que les hommes fouillaient. Ces types n’avaient aucune délicatesse dans leurs gestes, et c’était amusant de les voir s’acharner pour rien. Regardant une deuxième fois les dessins en feignant de s'y intéresser, il tenta une deuxième réponse: « Franchement, ça pourrait ressembler à n’importe qui. » Kaif ne pouvait pas s’intéresser à quoique ce soit qui se trouvait sur du papier. Déjà qu’il ne savait pas lire, alors qu’est ce qu’un dessin pouvait bien lui inspirer ? Ce n’était pas son monde. Il avait quand même fait un petit effort pour offrir au moins une réponse tolérable. Après tout, il allait bientôt avoir quelques jours de repos, et n’avait pas envie de les passer enfermés ou coincé avec des hommes de la Légion. Ou pire, sa propre sœur. Il ne regrettait pas de ne pas lui avait parlé avant. Qu’est ce qu’elle avait l’air chiante, avec son air pompeux et autoritaire. Myrcella voulait être la seule à poser des questions, et en plus de ça, elle retournait ses propres questions contre lui. Ca n’allait pas se passer comme ça. Il allait devoir trouver quelque chose pour la troubler. Est-ce qu’elle savait que le Capitaine Earing était le style d’homme qui n’avait jamais assumé ses responsabilités lorsqu’il s’agissait du fruit de ses ébats ? Impossible de deviner. Ca aurait été drôle qu’elle le connaisse sans savoir qu’il était son père, remarque. Ca lui apprendrait peut-être qu’elle n’était pas aussi intelligente qu’elle semblait le croire. Et si elle ne voulait pas le qualifier de lâche, Kaif, lui, n’allait pas se gêner. Myrcella venait de lui retourner la question, savoir si il le connaissait bien. « Non. Mais je n’ai pas besoin de le connaître. Ses actions parlent d’elle mêmes. » Evidemment, Kaif le jugeait uniquement sur ce qu’il représentait pour lui, et pas sur ses aptitudes en tant que pirate. Myrcella elle, devait avoir la vision d’un soldat. D’ailleurs, pourquoi voulait elle le défendre ? « Les pirates suivent n’importe qui tant qu’il a une récompense à la clé… mais comme tu peux le voir, ce n’est pas lui que j’ai choisit de suivre. » Bon, il n’avait pas du tout choisit. C’était le Capitaine d’avant, le père de Avran Leary, qui l’avait racheté il y a bien longtemps. Mais c’était sous le commandement du fils qu’il avait été libéré, et pour ça, il serait éternellement reconnaissant. L’hiver et permettait de mettre des vêtements longs qui cachaient sa cicatrice sur le poignet, là ou jadis, son tatouage d’esclave aurait été visible. Alors inutile de raconter toute sa vie à Myrcella. Surtout qu’elle essayait de lui faire dire que son Capitaine à lui était tout à fait capable de cacher des gens. « Oui ça serait son genre, mais nous étions tous en mer depuis des mois, et nous avons tous mieux à faire que de nous mêler des histoires des autres. Je pense que tu perds ton temps. Mais c’est ta vie.» Si elle voulait perdre de précieuses heures à aller discuter avec quelqu’un d’autre qui se foutait autant d’elle que de ses petits portraits robots, soit. Mais c’était plutôt à Earing qu’elle aurait du diriger sa haine. En tout cas, c’était ce que Kaif avait toujours fait, parce qu’il le blâmait de n’avoir pas été là. D’ailleurs, ça l’énervait que Myrcella puisse dire qu’il n’était pas lâche. Il ne pouvait pas laisser passer ça. Elle le prenait pour quoi au juste, un saint ? « Tu veux vraiment savoir pourquoi Earing est un lâche ? Parce que je pense qu’il n’y a pas d’autre mot pour un homme qui abandonne ses enfants. T’es plutôt bien placée pour le savoir non ? » C’était difficile de garder ce genre d’émotion au fond de soi, surtout que c’était la première fois qu’il se trouvait face à quelqu’un qui aurait pu comprendre. Lisant l’incompréhension dans les yeux de Myrcella alors qu’il venait de lui parler comme si il la connaissait bien, il continua : « Ouai, je sais qui tu es. Tu es la fille Mereen. » Kaif n’allait en théorie pas tarder à découvrir ce qu’elle savait de sa propre identité, et avait dès lors cessé de se préoccuper des autres soldats. Petit sourire. Hé oui, pour quelqu'un qui ne sait pas grand chose, il en sait quand même assez pour réussir à la surprendre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 68

depuis le : 21/12/2017
age : 26
métier : Soldat dans la légion impériale
statut & orientation : Celib' & pour les femmes


MessageSujet: Re: Trouble in the air - PV   Jeu 11 Jan - 16:14



"Trouble in the air "

La compétition a une signification particulière selon les gens. Mais qu’il s’agisse de rivalité amicale ou d’un combat sans merci, le résultat reste le même. Il y a des vainqueurs et des perdants. L’important est de savoir dans quelle bataille on peut s’engager. Parce que... chaque victoire a un prix.



J’ignore comment on en était arrivé à parler d’Iago Earing. Franchement ce n’était même pas un de mes sujets favoris, et pourtant voilà que j’étais en train d’en parler avec un petit pirate de rien du tout. Mais le pire ? c’est que j’avais le sentiment que je devais défendre ce fichu capitaine. Pourtant je me fichais bien de la réputation qu’il pouvait avoir au port, je me fichais bien de lui. Et néanmoins voilà que j’avais cette petite chose en moi qui se devait de le défendre. Je riais aux paroles du jeune homme. Oh non cela se voit que ce n’est pas lui que tu choisis… Ta haine envers lui est aussi grande que l’océan même… Et puis je me fichais bien du pourquoi il détestait tant mon géniteur. Moi non plus je ne l’aimais pas, mais étrangement j’avais ce stupide sentiment de pouvoir être la seule à l’insulter. Les autres n’en avait pas le droit… Mouais c’était vraiment étrange ces sentiments que je pouvais ressentir. Perdre mon temps ? Oui probablement, et j’étais en train de le perdre encore plus à parler d’Earing. Je devrais surement aller sur le navire suivant. Mais voilà que les paroles du pirate m’interpellent.

Ses enfants ? J’arque un sourcil. De quoi est-ce qu’il était en train de me parler ce petit bon à rien ? Et pourquoi j’étais donc si bien placé hein ? Est-ce que ce fichu capitaine n’avait pas su tenir sa langue ? L’avait-il donc crié haut et fort sur le port en disant qu’il avait une fille ? Grrr, je sentais déjà la râge m’envahir doucement, mais j’essayais de me contenir. Chose pas facile si on me connait bien ! Toutes mes félicitations… tu connais mon nom. Comme surement la majorité des gens par ici. Ou est-ce qu’il voulait en venir ? Myrcella Mereen oui c’était moi… Même si ça aurait été plus correcte d’être Myrcella Earing… Beurk… Quelle horreur ça sonne tellement fausse. t’es en train d’insinuer quoi… mon regard allait vers les autres soldats, mais ils semblaient être trop préoccupés par les caisses de marchandise. Néanmoins je décidais quand même de le prendre à part. On ne sait jamais… Car la crainte que ce fichu gamin sache qui était mon vrai père… Ah non je n’aimais pas cette pensée. Jusqu’à maintenant je ne l’avais encore jamais dit à haute voix, et je ne souhaitais pas que d’autres le font avant moi. J’allais tuer Earing si jamais il en avait parlé à quelqu’un. Je l’avais pris par le bras, et l’avait entrainé loin des regards curieux des gens. Crache donc ton venin, vu que visiblement tu en as besoin. Je ne le lâchais pas. Il semblait insinuer quelque chose, et bien qu’il soit homme assez pour dire donc ses paroles à haute voix.


Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 47

depuis le : 09/01/2018
age : 23
métier : Pirate
statut & orientation : Homosexuel & Coeur prit


MessageSujet: Re: Trouble in the air - PV   Jeu 11 Jan - 18:04

C’est sur que Kaif ne pouvait dissimuler la haine qu’il avait pour son père. D’ailleurs, il n’aimait pas entendre son prénom, c’était trop personnel. Il l’appelait toujours par son titre lorsqu’il parlait de lui, même si il se foutait bien de connaître ses exploits. C’était d’ailleurs ironique qu’ils se retrouvent tous les deux pirates sans se connaître. Comme si malgré tous ses efforts pour repousser l’idée d’une famille, Kaif ne pouvait pas y échapper. La preuve. Myrcella, Iago, les deux seuls noms qu’il ne voulait pas entendre n’allaient pas sortir de sa tête si facilement, alors qu’il n’en avait parlé qu’a une seule personne avant aujourd’hui : l’homme qu’il aimait. C’était tellement bizarre de se dire qu’il avait en face de lui quelqu’un dans la même situation, à cause du même type. Même si il refusait de se dire que c’était la même situation, parce qu’elle avait choisit d’être, en apparence, tout le contraire de lui. Sœur. Femme. Soldat. Des mots qu’il prononçait très, très rarement. Myrcella recommença à être hautaine, mais il avait visiblement réussi à réveiller quelque chose d’autre en elle. Le doute. D’un coup, elle regardait les soldats, semblait moins sûre d’elle, et avait compris qu’il essayait d’insinuer quelque chose. Elle semblait vouloir s’assurer que les soldats n’avaient rien entendus. Bingo. Kaif laisse Myrcella l’emmener un peu plus loin, content de ce petit retournement de situation, réfléchissant rapidement à ses prochaines paroles, qui allaient être cruciales. Une fois à l’écart des autres, Myrcella lui demande, avec sa façon peu plaisante habituelle, de s’expliquer. Passant outre les choix de mot qu’elle lui balance, Kaif se décide à aller droit au but. Si le destin les avait foutu là tous les deux, il y avait peut-être une raison qui les dépassait. « Je ne connais pas seulement ton nom, ma mère connaissait ta mère. » Ca c’était juste pour avoir essayé de le rabaisser et de se foutre de lui, comme si tout le monde était censé savoir qui elle était. Quelle prétentieuse. Comme si tous les gens à Brise-Air s’intéressaient à une bande de soldats. « Et je sais que le Capitaine Earing est ton père. »  Son ton était devenu plus sérieux maintenant qu’il venait de cracher le morceau. Il avait tilté dès que Myrcella avait prit l’initiative de le prendre à part. Ca montrait bien qu’elle était déjà au courant et qu’elle ne voulait pas que ça se sache. Compréhensible. Lui non plus n’avait jamais voulu le crier sur les toits.  « C’est aussi le miens »  Boom, révélation. Kaif n’aurait jamais pensé avoir cette discussion un jour. Et rien qu’à penser qu’ils n’étaient sûrement pas les seuls enfants Earing qui se promenaient dans ce monde, il n’avait jamais voulu ouvrir la boite de Pandore : elle serait impossible à refermer. « Alors tu vois, je ne sais peut-être pas grand chose, mais j’en sais plus que toi. »  Kaif n’allait pas manquer une occasion de pouvoir être sarcastique face à un membre de la Légion Impériale. C’était un moment trop précieux, et c’est elle qui avait commencé à lui manquer de respect. « Tu n’as juste pas posé les bonnes questions... soeurette. »  Ah c’était beau la justice, à vouloir courir après ses semblables, quand on ne pouvait même pas comprendre pleinement sa propre histoire. Quand on ne savait même pas où était son père, parce qu’il avait encore une fois choisi de disparaître plutôt que d’assumer ses actes. Maintenant, peut-être qu'elle allait lui parler comme un égal, ou qu'elle allait au moins comprendre pourquoi il avait la haine. Il s'attendait à un flot de question certain, mais il s'attendait tout aussi bien à un déni total. Myrcella avait l'air trop fière pour accepter qu'elle ne connaissait pas tout sur tout à Brise-Air. Comment elle pouvait avoir du sang commun avec lui? Lui qui s'efforçait d'être toujours jovial et d'apporter une énergie positive aux gens autour de lui. Elle était si froide, si autoritaire pour rien, ça ne pouvait pas être le simple fruit de sa formation à la Légion Impériale. A chaque fois qu'il l'avait aperçue, elle était trop dans son rôle, comme si elle préférait cacher tout trait humain et toute sensibilité. Kaif n'aimait pas les gens comme ça. Ca lui rappelait la famille à laquelle il avait appartenu lorsqu'il était esclave. Toujours à vouloir avoir le dernier mot, toujours à vouloir rabaisser les plus faibles, toujours à se servir du pouvoir de la mauvaise manière...

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 68

depuis le : 21/12/2017
age : 26
métier : Soldat dans la légion impériale
statut & orientation : Celib' & pour les femmes


MessageSujet: Re: Trouble in the air - PV   Jeu 11 Jan - 18:57



"Trouble in the air "

La compétition a une signification particulière selon les gens. Mais qu’il s’agisse de rivalité amicale ou d’un combat sans merci, le résultat reste le même. Il y a des vainqueurs et des perdants. L’important est de savoir dans quelle bataille on peut s’engager. Parce que... chaque victoire a un prix.



Ooola. Je lui fis déjà un signe du doigt, comme pour dire non. je t’arrête toute suite. Earing n’est pas mon père mais mon géniteur. Il n’avait que donner un peu de sperme à ma mère et c’était bien tout alors pas de papa. Par contre quand tout à coup il annonçait que lui aussi était un de ces enfants, je le regarde un instant. Je commençais à comprendre pourquoi il le détestait. Et d’un coup je voyais le jeune homme en face de moi d’un autre regard. Si j’avais su comme lui dès le début qui était mon père… c’était donc à cela que j’aurais ressemblé ? A une pirate ? Mmm ma mère avait peut-être bien fait de mentir sur l’identité de mon père…   et il a encore beaucoup de batards qui trainent en ville… ou on est les seuls ?   Rah je ne me fis pas l’idée de savoir que j’avais un père pirate, mais me voilà aussi avec un frère pirate ? Ah je dois être maudit…

Je soupire et observe le gamin qui se prenait tout à coup pour le plus malin… mmm c’est ce qu’on va voir. Earing sait que tu es son fils ? Car moi quand il l’a su, il a été fortement surprit et ne s’attendait pas à avoir une fille… Néanmoins il ne s’est pas prit les jambes à son cou… il a même tenté à sa facon de s’approcher de moi… Mouais comme si cela m’intéressait. Mais vu que j’adore décevoir mes parents, je l’ai envoyé plus au moins se faire voir.. Mais tu devrais essayer. Il va surement être ravi d’avoir un fiston, et pirate en plus. Malgré mon ton sarcastique, j’étais sérieuse. Kaif semblait détester notre père, et je pouvais le comprendre. Mais quelque part je me dis qu’il le détestait justement parce qu’il n’avait pas eu la chance de tisser un quelconque lien. Moi par contre… Bah je ne savais pas trop quoi ressentir ni penser. Depuis combien de temps tu sais qu’on est liés par le sang ? Et pourquoi tu n’es pas venu m’en parler ? Oh je l’aurais surement envoyé en enfer… Mais quand même. Ca me fit bizarre de tout à coup avoir un père et un frère. Moi qui pensait qu’avec la mort de ma mère j’étais toute seule… Bah drôle de surprise.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 47

depuis le : 09/01/2018
age : 23
métier : Pirate
statut & orientation : Homosexuel & Coeur prit


MessageSujet: Re: Trouble in the air - PV   Jeu 11 Jan - 23:06

Kaif ne s’embarrassait pas des mots compliqués. Géniteur, père, c’était la même chose non ? Quelque soit le mot qu’elle voulait utiliser, ça n’allait pas changer les faits. Peut-être qu’ils avaient ça en commun finalement, le fait de vouloir prendre de la distance par tous les moyens possibles. « Ok, géniteur. Si ça t’aide à mieux dormir la nuit… »  Mais contrairement à lui, Myrcella semblait quand même vouloir en savoir plus, Et semblait déjà avoir développé une relation avec le paternel. Alors peut-être que lui aussi allait apprendre quelque chose. Comme par exemple, qu’elle n’avait aucun problème avec le mot bâtard, mais qu’elle avait un problème avec le mot père. Ils n’étaient vraiment pas du même monde. Myrcella voulait savoir s’ils étaient les seuls, et c’était peu probable vu les habitudes de leur géniteur. Ils étaient sûrement des dizaines, et c’est bien pour ça qu’il trouvait que c’était une attitude de lâche de supposer qu’une femme ne pouvait pas tomber enceinte. De ne même pas chercher à savoir ce que ses amantes passées étaient devenues. Le Capitaine Earing n’avait jamais eu l’air préoccupé par autre chose que lui même. C’est du moins l’impression qu’il avait eu en l’observant de loin pendant ces dernières années. Ah Kaif était bien content d’aimer les hommes: au moins, il n’aurait jamais d’enfants surprises. Aucun gosse ne se sentirait abandonné à cause de lui. Jamais. « Je ne connais personne d’autre, mais je suis sûr que nous ne sommes pas les seuls. Il a l’air plutôt volage.»  Trait de personnalité que Kaif n’avait clairement pas hérité. Lui qui n’avait cessé de rechercher la stabilité tout au long de sa vie, il était incapable de passer d’une personne à l’autre sans s’attacher. Myrcella s’ouvrit enfin un peu, lui racontant sa rencontre avec le père, qui semblait étrangement avoir été une expérience positive. Petite jalousie. Elle avait eu la chance d’avoir des belles retrouvailles, visiblement. Mais pour lui, il n’y avait aucune parole ou situation qui pouvait l’amener au pardon. Pas après tout ce qu’il avait vécu. Si son père avait été là, il n’aurait jamais été réduit en esclavage. Il aurait peut-être eu des opportunités, des rêves rien qu’à lui, et un esprit pur, relaxé, au lieu de se méfier de tout le monde. Kaif avait mit des années à se reconstruire, et ce n’était pas juste. Myrcella elle, semblait aller très bien. Et en plus de ça, elle avait été accueillie avec bienveillance. Est-ce qu’il avait raté quelque chose en restant caché tout ce temps ? « Je ne pense pas qu’il connaisse mon existence. Mais je sais qu’il n’était pas dans ma vie quand j’en avais besoin, je ne vois pas pourquoi ça serait important maintenant… »  Kaif ne pensait pas vraiment ce qu’il disait. C’était juste le discours qu’il s’était fait dans sa tête depuis qu’il était petit. Le seul discours qui ne lui brisait pas le cœur. Se dire que c’était trop tard. Il refusait d’être sensible ou compréhensif envers celui qui aurait du être là pour le protéger lorsqu’il était innocent. Kaif eut un petit sourire en entendant Myrcella dire qu’elle l’avait envoyé se faire voir.  « Honnêtement, je pense que je l’aurai frappé. »  Mais les paroles qui allaient suivre changeaient un peu la donne. Il serait ravi d’avoir un fils, vraiment ? Cela lui faisait quand même quelque chose d’entendre ça pour la première fois, même si il ne voulait pas se l’avouer. Il n’avait jamais pensé au fait que le Capitaine pourrait l’accepter, ce n’était pas un mécanisme de pensée qu’il arrivait à avoir. Sa mère lui avait tellement répété qu’il était la pire chose qui lui soit arrivé qu’il avait fini par y croire. Et les années d’abus qui ont suivi n’ont rien fait pour arranger les choses. Kaif était surpris de la gentillesse soudaine que sa sœur semblait avoir. Peut-être qu’elle n’était pas si chiante que ça en fin de compte. Elle semblait même plutôt intelligente. Il ne savait pas quoi répondre à ça, ayant peur de se livrer trop vite. Au fond, il avait peur d’aller confronter son père. Il avait préféré s’imaginer ce qui l’arrangeait plutôt que de risquer d’être rejeté.  « Um… »  Kaif fut un peu perdu dans ses pensées, voyant le monde sous un nouveau jour. Heureusement, Myrcella continuait ses questions, ce qui le sauvait d’une réponse incertaine. Ce coup ci, elle voulait savoir depuis combien de temps il gardait ce secret. Kaif ne pouvait pas vraiment expliquer pourquoi il n’avait jamais essayé de prendre contact avec elle avant ses 19 ans, parce qu’il ne voulait pas que Myrcella apprenne qu’il avait été esclave. Il ne voulait plus être perçu comme faible ou qu’on ait pitié de lui. Mais il pouvait sans problème à avouer pourquoi il était resté silencieux depuis qu’il était libre.  « Je suis au courant depuis environ… um, 15 ans ? »  Il n’était pas doué pour les maths, mais ça devait être dans ces environs. Elle lui pardonnerait sûrement de n’avoir rien pu faire quand il était petit. Et le reste aussi. Après tout, pourquoi un pirate irait discuter avec une membre de la Légion Impériale ? Il ne voulait pas que des rumeurs se fassent et qu’on le soupçonne d’être un informateur. Et qu’est ce qu’ils auraient bien pu se dire ? Ils n’avaient pas grandit ensembles, ils avaient eu des vies complètement opposées, des mères différentes, et clairement, des opportunités différentes. A chaque fois qu’il l’avait observée, de loin, elle semblait impossible à atteindre. Trop bornée, trop fière, trop entêtée à suivre les ordres et à faire régner l’ordre.  « Je ne savais pas quoi te dire ni par où commencer. Et hum, tu n’avais pas l’air très aimable avec les pirates. »  C’était pour plaisanter et détendre un peu l’atmosphère, mais c’était tout de même vrai. Aucun pirate n’a envie de s’approcher d’une femme qui a le droit de vous arrêter. Elle l’aurait sûrement recalé avant même qu’il n’arrive à trop s’approcher. Il la voyait toujours entourée d’autres soldats, et il avait eu une vie trop difficile pour vouloir la compliquer encore plus. Il avait préféré la simplicité de rester à l’écart, en simple observateur. Lui qui avait eu l’habitude d’être un indésirable, il estimait que connaître Myrcella, comme leur père, aurait été une énième déception dont il n’avait pas besoin.  « Je ne voulais pas gâcher ta petite vie parfaite... »  Une fois encore c’était dit sur le ton de la semi plaisanterie. Kaif ne voulait pas l’attaquer ni réellement suggérer qu’elle avait eu une vie parfaite, car il n’en savait rien. C’était sa façon d’exprimer le fait qu’il ne se serait pas sentit à sa place, et qu’il doutait fort être le bienvenu, vu qu’elle avait l’air de détester tous les pirates qui croisaient sa route.

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 68

depuis le : 21/12/2017
age : 26
métier : Soldat dans la légion impériale
statut & orientation : Celib' & pour les femmes


MessageSujet: Re: Trouble in the air - PV   Ven 12 Jan - 7:24



"Trouble in the air "

La compétition a une signification particulière selon les gens. Mais qu’il s’agisse de rivalité amicale ou d’un combat sans merci, le résultat reste le même. Il y a des vainqueurs et des perdants. L’important est de savoir dans quelle bataille on peut s’engager. Parce que... chaque victoire a un prix.



Mmm volage. Oui il avait probablement raison. En tout cas, l’amertume s’entendait dans sa voix. Contrairement à moi, Kaif semblait détester notre père pour manque de présence. Moi c’était plutôt parce que je n’aimais pas ce qu’il représentait. Je ne m’étais pas mal porté sans lui. Et c’était surtout le fait de savoir qui il était qui chamboulait toute ma vie et la façon de voir le monde actuel qui le rendit si difficile. « Mmm je vois, et ta mère ? » C’est bien d’en vouloir à quelqu’un parce qu’il n’avait pas été là pour lui, mais n’avait-il pas parlé de sa mère ? Et puis quelque part il ne fit que se mentir lui-même. Si il se fichait réellement d’Earing il n’en parlerait même pas de cette manière. Mais qui est-ce que j’étais pour lui faire la morale ? « Oh j’a voulu le frapper… mais sur le moment le choc était trop grand pour réellement être maitre de mes gestes." Oui, et puis je n’avais pas été la seule à être surprise dans la situation. Earing avait été aussi surprit que moi de se réaliser que j’étais sa fille… Et au fond je pensais bien avoir raison.. Earing ignorait l’existence de Kaif. Mais ce qui me surprenait réellement c’était le fait qu’il sache pendant tout ce temps le nom de son père, qu’il sait qui il est et qu’il n’a jamais tenté de lui parler.
Malheureusement je fus coupé dans mes pensées par un soldat. Hé Mereen ! On avance! “Je prends ma pause en ville, on se voit après! Le soldat jete un regard sur Kaif avant de sourire.   « Je pensais que tu étais pour les gonzesses. » Je soupire…. Etre femme dans un monde d’hommes n’est pas toujours évident. A se demander parfois pourquoi je suis si autoritaire he. «  C’est toujours le cas. D’ailleurs j’en ai trois qui m’attendent ce soir, si tu veux je t’en offre une vue que tu as du mal à en trouver… » C’est avec le sourire le plus tendre que je voyais le soldat partir avant de me tourner à nouveau vers Kaif. Bon on en était ou lui et moi. Ah oui, le fait qu’il l’ait su pendant tout ce temps. Je souris de plus belle. « Ouais… t’as bien fait. Je t’aurais envoyé te faire voir… » Oui, je n’aurais pas aimé que tout à coup quelqu’un m’annonce être mon demi-frère… Tout comme je n’aimais d’ailleurs toujours pas cette idée. Mais éh, surprise, je n’étais pas la peste pour laquelle je me faisais passer. Oh certes, la garde était toute ma vie. Logique je m’y étais dévoué depuis l’âge de mes 16 ans et depuis la mort de ma mère il n’y avait plus qu’eux… Alors oui, mon métier passait bien avant toute autre distraction.

Et quelque part, j’avais un peu de la pitié pour lui. Oh plutôt de la compassion. Nous étions semblables et pourtant notre situation était bien différente. Il en voulait à Earing de ne pas avoir été là, mais je lui en voulais pour exister tout bonnement. J’enlève la chaine que je portais à mon cou avec la bague qui y était pendu. Cela ne faisait que depuis peu que je savais qu’il appartenait à Earing. « Ouvre ta main. » Je le regarde et soupire. « Je ne mords pas… » Et finalement j’y fus glisser la bague. « Autre fois je pensais qu’elle appartenait à un homme noble, qui défendit la veuve et l’orphelin… » Mouais, mais depuis que la vérité avait éclaté, je ne voyais plus la bague de la même manière. « Tu peux l’avoir… et avant que tu dises quoi ce soit. Tu peux la jeter dans l’eau ou la foutre dans le feu, je m’en fiche… néanmoins si tu lui montres cette bague il va t’écouter et t’auras le temps de lui en mettre une. » Je souris avant d’y ajouter. « De toute manière, pour moi cette bague est devenue le symbole du mensonge…. A chaque fois que je la regarde je me réalise du gros mensonge que ma mère m’a fait gobé pendant toute mon existence.. alors ouais tu me fais plutôt une faveur en la prenant. « Et puis ce qu’il en fit, c’était son affaire.  Mais il avait bien plus de points en commun avec Earing que moi. Ils étaient tous les deux pirates, et si il arrivait à lui parler, quelque chose me disait qu’ils allaient pouvoir s’entendre… Contrairement à moi qui continuerait à détester les pirates.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 47

depuis le : 09/01/2018
age : 23
métier : Pirate
statut & orientation : Homosexuel & Coeur prit


MessageSujet: Re: Trouble in the air - PV   Sam 13 Jan - 22:42

Kaif détestait sa mère bien plus qu’il ne détestait le Capitaine Earing. Contrairement à lui, elle savait que Kaif existait, et elle avait préféré l’abandonner pour vivre sa vie. Encore pire, elle l’avait vendu, comme s’il ne valait rien de plus qu’une poignée de pièces. Et le peu d’années qu’il avait passé avec sa mère avaient été horribles. Pas un seul bon souvenir. Alors, regardant Myrcella, il ne savait pas ce qu’il pouvait lui dire sur sa mère. Peut-être qu’elle était loin d’ici avec une autre famille, et qu’elle était heureuse. Kaif aurait préféré qu’elle soit morte ou qu’elle soit devenue esclave, pour qu’elle souffre autant que lui et qu’elle comprenne que son geste était impardonnable. « Ma mère est partie de Brise-Air il y a longtemps, elle… »  Il hésita à dire qu’elle l’avait vendu en esclavage. Mais ce n’est pas quelque chose qu’on a envie de dire, jamais. Kaif n’était libre que depuis quelques années, tout ça était encore trop récent et difficile à assumer. « Peu importe. Elle n’est pas dans ma vie, et je ne sais pas ou elle est, et je ne veux pas savoir. Et la tienne ?» Un certain regard de tristesse pouvait se lire sur le visage du jeune homme, mais pas parce que sa mère n’était pas dans sa vie. Plutôt parce qu’il savait qu’il n’avait jamais eu de chance, et qu’il aurait préféré que personne ne soit au courant. Faire semblant que le passé n’existait pas, faire semblant qu’il n’avait pas de père, de mère, ou de sœur, ça avait plutôt bien fonctionné jusqu’à présent. Mais Kaif ne put s’empêcher de sourire à Myrcella lorsqu’elle lui dit qu’elle avait tout de même eu envie de taper leur père. Tu m’étonnes qu’elle ait du être sous le choc de découvrir qu’elle était fille de pirate, elle qui semblait tant les détester. L’ironie de la vie. Les soldats semblaient enfin laisser tomber leur recherche au lieu de perdre leur temps. Les autres membres de l’équipage étaient en train de rire en les voyant repartir les mains vides, mais Kaif préférait rester concentré sur sa sœur. C’était bien plus facile que dans son imagination, surtout maintenant qu’il voyait enfin au delà de la façade du bon petit soldat et qu’il réalisait qu’ils avaient bien plus en commun que ce qu’on aurait pu penser. Alors comme ça, d’après son collègue, Myrcella aimait les personnes du même sexe qu’elle. Kaif attendit quelques secondes que les hommes s’éloignent enfin et, trouvant sa réponse très drôle, il se penche un peu vers Myrcella pour ajouter en souriant : « Et bien dans un sens, on a au moins un truc en commun : tu aimes les femmes, j’aime les hommes… » Mais ce n’était pas tout. Ils avaient l’air d’avoir des personnalités proches, bien qu’un peu différentes. Myrcella avait une assurance que lui n’avait pas aussi facilement, elle semblait se sentir à sa place et savoir qui elle était. Kaif était plutôt intéressé par leurs points communs, vu que pour lui, l’intérêt d’avoir une famille, c’était se sentir moins seul. Ou au moins, se sentir compris. Sentiment qu’il commençait à peine à découvrir depuis quelques années. « Fais gaffe je vais finir par me dire qu'on pourrait bien s'entendre.» Un pirate et une membre de la Légion. L'alliance improbable. Mais Myrcella n’était pas si impossible à atteindre que ça, en fin de compte. Sans savoir pourquoi, il sentait un peu cette connexion frère soeur, même s’il n’avait aucun point de référence. Le fait de savoir qu’ils étaient liés par leur père, mais aussi par d’autres choses, c’était plutôt cool. Même plaisant, d'où sa petite plaisanterie. Kaif était encore comme un enfant qui découvrait la vraie vie. Il n’avait jamais fêté son anniversaire, et n’avait jamais eu quoique ce soit qui lui appartenait vraiment, à part quelques vêtements, et encore. Il se contentait en général de récupérer ce qu’on lui donnait. Alors quand Myrcella enleva son collier pour lui donner la bague qui y était attachée, il resta un instant figé, perplexe. Il ne voulait pas tendre sa main de peur qu’elle ne repère sa cicatrice autour du poignet, mais il ne pouvait s’empêcher de regarder la bague qu’elle lui présentait. En tout cas, elle était persuasive, pas étonnant qu’elle ait choisit de rejoindre la Légion. Alors, Kaif fait ce qu’on lui dit, et se retrouve avec ce petit bijou brillant, sans trop savoir quoi faire. Il n’avait jamais eu à accepter un cadeau. Et se dire que ça appartenait à son père, c’était étrange. Comme si on lui passait un héritage, quelque chose qui signifiait beaucoup et qui représentait ses origines. Un petit bout de famille qu’il pouvait serrer dans sa main. Ouvrant la bouche, mais restant muet, il cherchait ses mots. «  Je ne sais pas quoi dire je… merci. » Si pour elle c’était le symbole du mensonge, pour lui, c’était un signe qu’il était peut-être passé à côté de quelque chose. On lui donnait la possibilité de prendre contact avec son père, alors c’était plutôt elle qui lui faisait une faveur. Non, il ne pourrait pas jeter cette bague dans l’eau, malgré toute la haine qu’il avait emmagasinée depuis tout ce temps. Kaif regardait la bague, observant chaque petit détail, se demandant comment Myrcella l’avait récupérée. Sa mère sûrement, d’après ce qu’elle lui disait, elle avait visiblement voulu lui faire croire que son père était quelqu’un de bien. Tout le contraire de ce qu’on lui avait dit. C'était peut-être maladroit de ne rien dire de plus, mais il n'avait aucune notion de quoi dire ou faire dans ce genre de circonstance. Mais il sentait qu'elle était sincère et qu'elle Kaif ne tenait plus à cette bague. Il ne devait pas se sentir coupable d'accepter ce cadeau. Mais une question ne voulait pas quitter son esprit, et il voulait apprendre à connaître sa sœur, alors il se risqua à la poser, tout en tournant la bague dans sa main, avant de reposer son regard sur sa soeur. « Je peux te demander quelque chose ? Pourquoi tu détestes autant les pirates ? » Lui n’aurait jamais pu détester les seules personnes qui avaient vu son potentiel, et qui lui avaient tendu la main. Et bien que Kaif déteste son père pour le principe, il a toujours admiré et respecté sa carrière dans la piraterie. Il se sent proche de lui en ce sens, et ils auraient sûrement eu beaucoup à se dire. Contrairement à Myrcella qui semblait être contre lui pour le métier qu’il avait choisit de faire. Qu’est ce qu’un pirate avait de si terrible au fond ? Pourquoi juger tout le monde au lieu d'apprendre à les connaître? Difficile de ne pas prendre ça personellement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 68

depuis le : 21/12/2017
age : 26
métier : Soldat dans la légion impériale
statut & orientation : Celib' & pour les femmes


MessageSujet: Re: Trouble in the air - PV   Dim 14 Jan - 10:44



"Trouble in the air "

La compétition a une signification particulière selon les gens. Mais qu’il s’agisse de rivalité amicale ou d’un combat sans merci, le résultat reste le même. Il y a des vainqueurs et des perdants. L’important est de savoir dans quelle bataille on peut s’engager. Parce que... chaque victoire a un prix.



“Au moins on ne risque pas de continuer la ligne familiale. » Je souris. Qui l’aurait cru que je pourrais avoir quelque chose en commun avec un pirate ? Mouais… Je voulais pas trop y penser, car cela voudrait peut-être impliqué qu’Earing et moi avions plus en commun que je voulais. Non non, on efface immédiatement cette pensée de mon esprit ! Je ne tardais d’ailleurs pas à donner la bague à Kaif. J’hausse les épaules, il ne devait pas me remercier. Si on avait été une vrai famille, étant le fils, il l’aurait quand même eu. Et puis, comme je m’étais un peu douté, il apprécierait de l’avouer. Il ne voudrait surement pas l’avouer, mais j’étais quasi sure qu’il souhaitait avoir une relation avec Earing… Après tout, il avait beau dire détester Earing, je suis sure que tôt ou tard ces deux allaient finir par se rencontrer et surement par s’entendre. Après tout cela se voyait qu’au fond sa haine n’était que celle d’un enfant. Et si Earing ignorait son existence, comme il avait ignoré la mienne … ca finira par changer la donne dans les yeux de mon demi-frère, j’en étais certaine. « Mmm évite quand même de crier sur les toits qu’on est frère et sœur… je sais toujours pas comment gérer ce sang qui coule dans mes veines. » Oui et surtout tant que je n’étais pas prête à l’assumer, je ne voulais pas que les autres prennent un malin plaisir à me le frotter dans le visage. C’était comme le fait que j’étais homosexuelle, je l’avais accepté quasi depuis toujours. Alors les blagues qu’on pouvait tenté, je m’en fichais bien. J’avais du répondant car j’avais accepté ce que j’étais. Par contre accepter qui était mon père… Non là j’y étais pas encore… du tout.

La question qui tue n’est-ce pas ? Pourquoi je déteste les pirates. J’hausse les épaules. A vrai dire je les détestais depuis si longtemps que j’en avais un peu oublié toutes les raisons. « J’ai grandi dans le château… et j’ai toujours vu la garde impérial défendre Brise-Air, et croyant que mon père en avait été un, m’a surement poussé dans ce chemin. » Oui, cela avait été une de mes plus grandes raisons de les intégrer. Stupide quand on pense à notre famille… « Mais je n’ai jamais aimé les pirates… ils ont toujours été trop abus de leur personne. Ils arrivent de leurs fameux voyages.. adorent raconter les massacres et toutes les femmes et enfants qu’ils ont rabaissés en esclavage… et le pire ? C’est la fierté avec laquelle ces hommes en parlent. » Je secoue la tête. « Comme ci on devait être fière d’avoir tué des hommes, et d’avoir réduit leur femme à être une esclave sexuelle et des enfants qui ne seront que pâté pour les chiens… » Avait-il encore besoin d’avoir plus de raisons ? Je pense qu’il avait compris ce que je n’aimais pas. Même si il y avait des cons partout et que la légion connaissait aussi les hommes stupides et fières, ils n’iront jamais à violer ou à capturer des gens pour les revendre sur le marché des esclaves. « Et toi… pourquoi cette voie ? »

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 47

depuis le : 09/01/2018
age : 23
métier : Pirate
statut & orientation : Homosexuel & Coeur prit


MessageSujet: Re: Trouble in the air - PV   Lun 15 Jan - 23:45

Kaif était bien d’accord, il ne prévoyait pas de continuer la lignée familiale. Il aimait bien les enfants mais n’avait jamais ressenti le besoin d’en avoir à lui. Puis bon, il aurait fallu qu’il couche avec une femme et ça, ça ne risquait pas. C’était bien plus simple de n’avoir aucune attache. « C’est sur… » Non, pas d’enfants à l’horizon, et aucun regrets. Kaif finit par ranger la bague pour ne pas trop penser à ce que ça voulait dire. C’était était une ouverture sur une autre vie, reste à savoir si il comptait l’utiliser. Kaif n’était pas sûr de vouloir être vu comme le fils d’un Capitaine. Ca pouvait lui apporter beaucoup de problèmes. Tout comme c’était mieux que personne ne soit au courant que Myrcella était sa sœur. Evidemment qu’il n’allait pas crier ça sur les toits. Les hommes de son équipage n’auraient pas vu ça d’un bon œil. D’ailleurs, ils étaient en train de le regarder de loin, semblant se demander ce qu’il pouvait bien avoir à dire à une femme de la Légion. Mais tant pis, Kaif n’avait aucun compte à leur rendre maintenant qu’il était libre. La seule personne que ça pouvait concerner, c’était son Capitaine, mais il était compréhensif et n’était pas un risque. C’est pas comme si Kaif avait choisit d’avoir une sœur du mauvais côté. « T’inquiète pas, j’ai aucun intérêt à aller crier ça sur les toits !» Mine de rien, lui aussi avait une réputation à préserver. Myrcella avait autant de mal que lui à accepter qui était leur père, mais si c’est juste parce qu’il était pirate, c’était dommage. C’était ça d’avoir vécu dans un château, on avait trop d’aprioris sur les autres mondes. Kaif aussi en avait eu il y a longtemps. Il avait été impressionné en débarquant parmi des pirates sanguinaires qui semblaient n’avoir aucune limite. Lui aussi avait d’abord retenu leur violence et leur habitude de capturer des futurs esclaves. Mais les années avaient passés, et Kaif avait pu voir d’autres facettes de cet univers. Tous les pirates n’étaient pas mauvais, la preuve. Sans eux, il serait sûrement encore esclave, et sans réel futur. Et quoiqu’il arrive, Kaif n’aurait jamais d’esclaves. Il essayait toujours de leur rendre la vie plus facile et d’éviter les abus. Certes, il ne pouvait pas empêcher  les massacres, mais il arrivait à voir que c’était un mal nécessaire. Les pirates ne faisaient qu’essayer de vivre et de gagner leur vie. Mais Myrcella n’avait pas complètement tort sur son analyse. C’était même assez juste, et difficile de la convaincre du contraire. Oui, les pirates aimaient raconter leurs aventures. Oui, il y avait des abus sexuels, même si Kaif lui, n’aurait jamais fait ça. Il avait tout de même vu des hommes abuser des femmes sans se gêner, et sans pouvoir rien y faire à l’époque. Quand on passe des mois en mer, la dernière chose à faire est de s’interposer quand un homme suit ses pulsions. N’empêche, Myrcella avait du être bien déçue si elle s’était imaginée avoir un père dans la Légion. Mais est-ce qu’elle pensait que le Capitaine Earing était le genre à faire tout ça ? Au fond, même Kaif ne savait pas de quoi son père était capable. Mais il espérait que Myrcella ne pensait pas ça de lui. Jamais Kaif n’aurait touché une femme ou un enfant. Et jamais il n’aurait été fier d’abuser d’un esclave. « Je ne vais pas dire que tu as tort, beaucoup de pirates sont effectivement comme ça. Mais pas moi, et je suis loin d’être une exception...» Certes, il avait fait bien des choses depuis qu’il était pirate. Et beaucoup de choses dont il n’était pas fier. Mais rien de tout ce qu’elle venait de dire. C’était bien joli de vouloir défendre les esclaves et de parler en leur nom, mais Myrcella avait grandit dans un château, alors qu’est ce qu’elle pouvait bien savoir la dessus ? La majorité des futurs esclaves auraient eu de la chance de tomber sur son équipage à lui plutôt qu’un autre. C’était loin d’être les pires. « Et être un pirate ce n’est pas que les massacres et les captures, c’est aussi l’amour de la mer, la camaraderie, la recherche d’aventure et de trésors...» Ah non, il n’allait pas la laisser réduire la piraterie à des bassesses sexuelles et humaines. Tout le monde n'avait pas besoin de violer pour se satisfaire. Kaif savait qu’il n’allait jamais gagner un débat sur le droit de tuer et de piller des navires. Mais peut-être qu’il pouvait lui montrer que tous les pirates n’étaient pas la même personne. Il y avait des personnes cultivées, des grands navigateurs, et des grands guerriers. Et évidemment, comme lui, des anciens esclaves. Si Myrcella pensait que tous les pirates abusaient de leur propriété, il était bien placé pour la faire changer d’avis. « Je sais que je ne peux pas justifier tout le mal qu’on fait, mais je peux te dire que je ne toucherai jamais un esclave, parce que je sais ce que ça fait. » Kaif regarde Myrcella. Hésitation. Elle lui demande pourquoi il a choisit cette voie, et il a bien envie qu’elle comprenne comment il en est arrivé là. Même si c’était ce qu’il voulait éviter d’avoir à dire. « J’étais esclave… » Petit regard gêné. Mais le plus dur était fait. « J’ai été racheté par mon équipage, et contrairement à ce que tu dois te dire… ils ont toujours été respectueux envers moi. Ils m’ont donné ma chance, et ma liberté. » Ah il n’aimait pas qu’on le regarde comme un esclave. L’attitude des gens changeait rapidement en général. Kaif espérait que Myrcella n’allait pas le traiter différemment alors qu’ils commençaient à peine à s’entendre. Mais quitte à parler pour les esclaves, il était mieux placé qu'elle, non? S'il avait vécu tout ça, peut-être que c'était pour pouvoir en témoigner. « Alors on peut dire que je n’ai pas choisit cette voie et que c’est elle qui m’a choisit. » Et il n’avait jamais regretté une seule minute. Tout le monde n’avait pas la chance d’avoir vécu dans un château. Et quand on avait connu l’enfer, n’importe quel bateau pirate était un petit coin de paradis.

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 68

depuis le : 21/12/2017
age : 26
métier : Soldat dans la légion impériale
statut & orientation : Celib' & pour les femmes


MessageSujet: Re: Trouble in the air - PV   Mar 16 Jan - 22:29



"Trouble in the air "

La compétition a une signification particulière selon les gens. Mais qu’il s’agisse de rivalité amicale ou d’un combat sans merci, le résultat reste le même. Il y a des vainqueurs et des perdants. L’important est de savoir dans quelle bataille on peut s’engager. Parce que... chaque victoire a un prix.




Je l’écoute… Voilà qu’il me sortait le même discours qu’Earing… Je souris malicieusement. Tu sais que tu dis les mêmes paroles qu’Earing…. Il était donc bien son fils, et lui ressemblait plus qu’il ne voudrait l’avouer. C’est claire. Néanmoins il n’allait pas réussit à me convaincre. La piraterie n’était pas une bonne chose. Les marins aussi aiment la mer… Les aventuriers et explorateurs aiment aussi les aventures et les trésors…. Pourtant ils ne sont pas des pirates… Car on sait tous les deux bien ce qui fait la différence entre rencontrer un bateau de pirates et un bateau de marins… Oh je comprenais parfaitement qu’il voulait défendre les pirates, mais face à moi c’était peine perdu. Et la camaraderie tu peux la trouver dans bien d’autres métiers aussi… Même dans la garde il y a ce sentiment de camaraderie. »

Néanmoins la suite de son histoire était plutôt surprenant et je ne suis pas quoi dire. D’ailleurs pourquoi est-ce qu’il me disait ça ? Pourquoi se confiait-il à moi ? Je me gratte l’arrière de mon crâne, pas sure que je sache réellement quoi dire dans de tels circonstances. Puis je finis par poser une question plutôt idiote. « Comment se fait-il que tu as été un esclave ? » Est-ce que Earing avait mis en cloque une esclave ? Ça serait vraiment du beau de sa part… Esclave ou pas, je ne voyais pas l’intérêt de changer mon attitude. Pourquoi devrais-je d’ailleurs ? D’un côté néanmoins je pense que je pouvais comprendre pourquoi il était resté avec ceux qui lui ont offert la liberté néanmoins… « Cela ne te cause aucun soucis d’obliger des gens libres à devenir esclaves ? » Est-ce qu’au final ce n’était pas un couteau à double tranchant ? « Et donc le but dans ta vie, c’est de rester pirate et de mourir comme telle ? «


Code by Sleepy

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 47

depuis le : 09/01/2018
age : 23
métier : Pirate
statut & orientation : Homosexuel & Coeur prit


MessageSujet: Re: Trouble in the air - PV   Jeu 18 Jan - 23:42

Et merde. Kaif n’avait aucune envie qu’on le compare à son père, même si Myrcella, à en croire son petit sourire malicieux, avait dit ça pour l’embêter un peu.  « Ouch. »  Pas si surprenant qu’ils aient des arguments similaires sur le sujet. Ah la piraterie. C’était difficile à expliquer à quelqu’un qui n’y était pas. Les mots ne suffiraient jamais à expliquer l’excitation de partir en mer et de devoir passer à l’abordage. Se retrouver dans le chaos des canons et des tempêtes, vivre avec des hommes qui oscillaient constamment entre la vie et la mort, c’était prouver au monde et à lui même qu’il était là, et que sa vie avait enfin un sens. Peu importe si des gens en souffraient. Kaif n’était pas responsable de la piraterie, ça avait toujours existé, et ça existerait toujours. Lui n’était qu’une énième histoire parmi tant d’autres. Myrcella le savait bien et lui parlait d’ailleurs des autres métiers et voies possibles. Prévisible. Ah la Légion, toujours à vouloir faire la morale. Lui n’avait pas été élevé dans un château, il ne pouvait pas se servir de la vision préconçue par le Royaume, de leurs idées bienpensantes et de leur envie d’y faire régner l’ordre. « Comme je l’ai dit, j’ai pas vraiment eu le choix… » C’était facile à dire pour Myrcella. Ce n’est pas elle qui aurait du affronter 40 mecs en même temps, tout ça pour sauver des futurs esclaves dont le sort était scellé. Kaif ne pourrait pas convaincre sa sœur que les pirates étaient des gens bien, parce que ce n’était pas le cas. Alors autant lui refaire la réponse facile. Trop de groupes se disputaient les territoires et le droit de faire à leur guise. Cette lutte, celle des classes sociales, des pirates, des soldats, des nobles, des Amazones… c’était bien plus grand que Myrcella ou Kaif. C’était au delà de leurs points de vue, et bien au delà de leur grade dans la société. Lui avait cette vision qu’avait souvent le petit peuple : c’est déjà bien d’être vivant, de ne pas être dehors en proie au froid et à la famine. Non, Kaif n’avait aucune autre option. Il n’avait pas de famille qui pouvait l’aider, pas d’amis en dehors des pirates. Personne, à part lui même. Et s’il avait voulu fuir ce monde, il n’aurait eu aucun moyen de le faire. Même s’il avait voulu aider un esclave, il n’aurait pas pu. A part en le libérant de ce fléau en lui ôtant la vie. D’expérience pourtant, Kaif savait qu’il fallait choisir de continuer à vivre, de prendre son mal en patience, et d’espérer un jour retrouver la liberté. Car oui, tout le monde naissait libre. Mais malheureusement, tout le monde ne naissait pas avec les mêmes droits. C’est bien à cause des inégalités que les pirates existaient. Après tout, c’était majoritairement des personnes en marge de la société, exclus, oubliés, ou simplement rebelles. C’était le melting pot de tous les reclus. Et c’est bien pour ça que Kaif y avait trouvé ce qu’il cherchait : des gens qui le comprenaient.

Myrcella demande pourquoi il a été esclave. Kaif ne s’était pas ouvert à grand monde la dessus, mais il se sentait maintenant assez à l’aise pour répondre. Elle pouvait le juger sur le fait qu’il soit pirate, soit. L’important, c’est qu’il ne se sentait pas jugé sur le fait d’avoir été esclave. « Ma mère s’est dit qu’elle préférait avoir de l’argent plutôt que d’avoir un fils.» Parce que non, elle n’avait pas fait ça pour son bien à lui, ni pour le sauver de la rue. Elle l’avait fait égoïstement, pour y gagner quelque chose. Elle avait préféré fuir plutôt que d’assumer le fruit de ses ébats avec Earing. Myrcella avait clairement rêver d’être dans la Légion, pensant que c’était le chemin qu’avait choisit leur père. Kaif lui, n’avait jamais pu rêver de quoique ce soit. Alors elle n’allait pas comprendre pourquoi pour lui, avoir finit avec les pirates, ça restait un don du ciel comparé à tout le reste. Il savait aussi que quoiqu’il fasse, rien ne changerait jamais. Alors, à quoi bon ? C’était le cycle de la vie. Les plus forts abusaient des plus faibles. Et tous les débats du monde n’y feraient rien. Nothing is safe. Nothing is real. Oui, ça lui posait des problèmes de voir en miroir ce qu’il avait été. Alors, Kaif restait le plus loin possible des histoires d’esclaves, ou était le premier à se porter volontaire pour leur apporter de la nourriture. Il essayait souvent d’éloigner les dangers jusqu’à ce qu’ils soient vendus. Mais lorsqu’un esclave passe dans les mains de quelqu’un d’autre, ce n’est plus son problème. Et lorsqu’on a passé sa vie à servir les autres, on n’a pas trop de problème à penser un peu à soi. Kaif devait se préserver, et il n’était pas en position d’argumenter auprès de son équipage. Tout comme Myrcella suivait les ordres qu’on lui donnait. Elle avait beau penser faire le bien, elle avait sûrement arrêté et condamné bien des personnes qui ne méritaient pas ça. Comme lui, elle n’était qu’un pion dans les stratégies des autres. « Et toi alors ? Je ne t’ai jamais vu libérer des esclaves.  On ne peut pas changer la façon dont marche le monde, même si je respecte que tu aies envie d'essayer.. j'ai envie de dire, après toi. C'est facile à dire, moins facile à faire. » Et puis Kaif avait juré de rester avec l’équipage du Golden Scream. Revenir sur sa parole, c’était signer son arrêt de mort. Et il ne restait pas pirate par peur de ce qu’on pourrait lui faire, non. Pour une fois, il était là ou il voulait être, et là ou il se sentait bien. Alors quand Myrcella lui demande s’il veut rester pirate toute sa vie et mourir comme tel, la réponse est assez évidente : « Oui. Pourquoi ? Tu as une meilleure idée ? » Il n’avait même pas assez d’argent pour s’acheter un lieu ou vivre, alors qu’est ce qu’elle attendait de lui ? Qu’il lui annonce qu’il rêvait de devenir musicien ? Boulanger ? Officier? Libraire ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 68

depuis le : 21/12/2017
age : 26
métier : Soldat dans la légion impériale
statut & orientation : Celib' & pour les femmes


MessageSujet: Re: Trouble in the air - PV   Ven 19 Jan - 15:24



"Trouble in the air "

La compétition a une signification particulière selon les gens. Mais qu’il s’agisse de rivalité amicale ou d’un combat sans merci, le résultat reste le même. Il y a des vainqueurs et des perdants. L’important est de savoir dans quelle bataille on peut s’engager. Parce que... chaque victoire a un prix.




Non visiblement il n’avait pas eu le choix, c’est triste. Même triste à savoir que c’était sa mère qui l’avait vendu. Je pense que je commençais doucement à mieux comprendre sa haine envers son père. Il n’avait pas su compter sur sa mère alors il a surement du créer cette haine envers sa mère ainsi qu’envers son père qui aurait peut-être pu le sauver de cette vie. Même si je ne m’entendais pas du tout avec ma mère et qu’elle m’avait menti sur le métier de mon père, elle avait quand même été là pour moi. Pour me donner des vêtements, me nourrir… Et j’avais pu faire mes propres choix dans la vie. Contrairement à mon demi-frère. Je suis désolée pour toi… j’ai du mal à comprendre qu’une mère puisse faire ça. Non c’était quelque chose de très difficile à percevoir.

Oh non il n’avait pas eu le choix, ça je l’avais très bien comprit. Quant à moi, je hausse les épaules. « L’esclavage est permis par la couronne, et je suis au service du roi. Alors je ne vais pas intervenir entre un maitre et son esclave. » Non tant que cela ne créait pas le bordel à Brise-Air je ne pouvais pas intervenir. Néanmoins c’était bien différent. Bien qu’il semblait vouloir prétendre la même chose. « Certes tu as raison, aucun de nous deux fait quelque chose. Je ne fais quelque chose. Mais toi tu fais quelque chose. Toi et tous les autres pirates vous capturer et revendre des gens libres en tant qu’esclave… Alors oui, je fais peut-être rien. Mais je préfère mille fois ne rien faire que de savoir qu’un jour un esclave risque de vouloir me trancher la gorge dans mon sommeil car j’aurais capturé ses enfants, sa femme et vendu sur le marché. » Oh je ne voulais pas lui faire peur. Je ne fis qu’observer un fait qui risquait d’arriver. Alors oui, c’est sure que je ne fis rien du tout, mais lui participait à rendre les activités de l’esclavage encore plus répandu. Si j’avais une meilleure idée ? Je hausse les épaules. « T’avais pas le choix, certes. Mais aujourd’hui tu l’as. Tu peux faire tout ce que tu souhaites… Et bien que je comprends qu’être pirate doit être remplit d’aventures… je ne connais aucun pirate qui a réussi à dépasser les soixante ans… » Oh je comprenais tous les jeunes qui rêvaient de cette vie-là. Mais combien de personnes plus mures ne commençaient pas à s’en mordre les doigts ? « A ta place, je commencerais quand même à réfléchir à autre chose… fermier… tiens pourquoi pas la vente des armes ? Ou autre chose… « Oh je ne lui disais pas de le faire toute suite, mais ce n’est jamais mauvais d’avoir un autre plan en tête.

Code by Sleepy

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 47

depuis le : 09/01/2018
age : 23
métier : Pirate
statut & orientation : Homosexuel & Coeur prit


MessageSujet: Re: Trouble in the air - PV   Mer 24 Jan - 6:29

Kaif avait clairement emmagasiné beaucoup de haine envers ceux qui l’avaient mis au monde et qui l’avaient laissé tout seul. Et même s’il pourrait un jour pardonner à Earring, parce qu’il ne connaissait pas son existence, il ne pourrait jamais pardonner à sa mère. Kaif n’avait aucun souvenirs d’une quelconque douceur lorsqu’il pensait à elle. Il se rappelait juste de l’odeur de sueur des hommes qui étaient toujours collés à son corps. L’instinct maternel n’avait jamais été en elle, pour sur. Et peut-être que ça l’avait préservé lui d’être lancé dans le monde du travail jeune, au lieu de finir par faire bien pire pour survivre.  « C’est pas grave, c’était une conne, j’ai rien raté. » Réaction habituelle pour se protéger et se persuader lui même. Mais qu’est ce qu’il pouvait bien dire d’autre ? Il se rappelait à peine de sa mère après tout. Et le peu dont il se souvenait, ça n’aurait pas été plus mal de pouvoir oublier. Kaif avait l’impression de savoir enfin qui il était, et ne voulait plus jamais s’éloigner de ce sentiment. Il voulait laisser le passé là bas, caché au plus profond de lui, et gravé dans son corps. Ah lala. Si Myrcella voulait tant que ça arrêter l’esclavage, c’était au Roi qu’il fallait en parler, pas à lui. Et fallait faire ça avant qu’il en soit un, pas après. Maintenant qu’il était libre, rien n’allait l’empêcher de faire ce qu’il voulait. C’est pour ça qu’il n’allait jamais retourner à un travail ennuyant et répétitif. Certes, la vie sur un bateau était celle de la routine, mais il y avait les histoires, l’alcool et les chansons du soir. Et chaque bataille était unique. C’était vivre une histoire épique et digne d’être racontée. C’était sa revanche d’avoir un petit impact sur le monde, même si Myrcella n’allait pas croire qu’il respectait les esclaves plus que beaucoup. Oui, il participait au problème. Mais quand on voyait les autres hommes de son équipage, n’importe quel esclave aurait rêvé avoir Kaif de son côté. Au moins quand il était là, les esclaves tremblaient moins que d’habitude. Alors s’ils voulaient se rebeller et trancher la gorge à quelqu’un, ça n’allait pas être la sienne. C’était un peu le seul mec de leur côté.  « Je pense que ça ira. Les esclaves m’aiment bien, je suis un des seuls à ne pas essayer de coucher avec. » C’est d’ailleurs pour ça que c’était souvent à lui de s’occuper d’eux. Le capitaine Leary n’aimait pas trop qu’on tripote la marchandise, même si il autorisait quelques déviances pour que les hommes s’amusent et décompressent. Kaif avait dit ça pour plaisanter, mais ça touchait de prêt à la réalité des choses. Tout comme il ne pouvait pas juste lâcher son équipage juste parce qu’il était libre. Au contraire, on lui avait rendu sa liberté pour ne pas avoir à le surveiller, et pour qu’il décide par lui même. Mais le choix était le suivant : rester avec eux, ou rester avec eux. Kaif ne s’imaginait pas non plus qu’il risquait d’être tué si il voulait partir. Mais il ne voulait pas partir. Il avait tout ce qu’il voulait sur ce navire. Une famille, des amis, et un amoureux. Et elle voulait qu’il abandonne ça pour quoi ? Avoir une ferme et travailler encore plus dur ? Hors de question ! Elle ne l’aurait pas avec ses histoires de ‘tu vas mourir jeune’ ou ‘c’est pas bien’.

C’était trop tard pour lui. Le sentiment de communauté serait toujours plus fort que la voie de la raison. « Je préfère mourir jeune et vivre vraiment. Qui as envie d’être vieux dans cette ville de toute façon ? » Il y avait déjà passé beaucoup trop d’années de sa vie, et n’avait jamais pu découvrir les autres terres. Au moins, maintenant, il avait une chance de voyager. Et mourir en combattant c’était bien plus courageux que de mourir vieux et fripé sur un lit. « Commencer à penser à autre chose ? Haha, pourquoi, tu comptes m’arrêter si je reste pirate? » Au moins elle ne pouvait rien lui faire par rapport aux esclaves, parce que c’était autorisé. Et même si ils étaient liés par le sang, il n’était pas assez bête pour admettre quoi que ce soit d’autre. Bien sur, Kaif plaisantait, ils étaient juste deux personnes qui discutaient au port. Mais c’est vrai qu’ils risquaient un jour devoir se retrouver face à face. Heureusement, Kaif n’était pas le style de pirate à provoquer des bastons dans les tavernes, ni à foutre le bordel à Brise-Air. Mais il y aurait toujours ce petit risque qu’elle soit obligée de choisir son engagement envers la couronne. Oh il ne s’attendait pas à ce qu’elle fasse des sacrifices pour lui, sœur ou pas, c’était clair quel choix elle ferait. Mais c’était mignon que Myrcella ait confiance en son potentiel au point de le voir dans des métiers plus conventionnels. Concrètement, Kaif n’était pas assez intelligent pour faire ça. En restant dans cette voie par contre, il avait l’occasion de gagner assez d’argent pour passer ses vieux jours au calme. En admettant qu’il vive jusque là. Etre fermier, ça demandait trop de main d’œuvre, trop de temps, et des années de travail jusqu’à la mort. Dans un sens, c’était pire que d’être sur un navire pirate. Et le commerce, c’était une bonne blague. Il n’y connaissait rien en maths, et n’aurait jamais pu lire ou tenir des registres. Il ne pouvait que sourire, tout le monde voulait le rallier à leur cause. Comme si d’un coup, on pensait qu’il pouvait avoir une petite importance. Mais Kaif voulait juste qu’on le laisse vivre sa vie, car on lui avait dicter quoi en faire pendant trop longtemps.

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 68

depuis le : 21/12/2017
age : 26
métier : Soldat dans la légion impériale
statut & orientation : Celib' & pour les femmes


MessageSujet: Re: Trouble in the air - PV   Jeu 25 Jan - 0:16



"Trouble in the air "

La compétition a une signification particulière selon les gens. Mais qu’il s’agisse de rivalité amicale ou d’un combat sans merci, le résultat reste le même. Il y a des vainqueurs et des perdants. L’important est de savoir dans quelle bataille on peut s’engager. Parce que... chaque victoire a un prix.




A la Remarque de mon demi-frère je levais mon nez dans le ciel. Pff quel remarque. Même si cela devait être la triste réalité d’être esclave, je ne pouvais pas réellement rire avec ses paroles. Mais il était jeune et il ne semblait pas vouloir abandonner ses camarades pirates. AU moins j’aurais essayé ! J’hausse les épaules. Si je comptais l’arrêter. « Que si tu me donnes une raison pour… » Je n’allais pas fermer les yeux si il devait tuer quelqu’un à Brise-Air. Qu’il fait ce qu’il veut en mer ou ailleurs. Mais à Brise-Air il y avait des règles, et j’étais là pour les faire respecter. Et puis il devait bien savoir que je tenais à mon boulot et que c’était bien plus qu’un boulot pour moi. C’était ma vie, cela avait toujours été ma vie. Depuis la mort de ma mère j’avais été seule, et je m’étais encore plus jeté dans mon boulot. Mon unité était devenu une famille, et cette ville était là pour que je la protège. Cela me fit d’ailleurs toujours bizarre de savoir que tout à coup, me voilà avec un demi-frère… Mmm c’était matière à réfléchir. Car même si c’était un petit merdeux de première, je dois dire qu’on avait quand même pas mal de choses en commun. « Alors évite de t’attirer des problèmes quand tu es à Brise-Air. » Je regarde le soleil, il est temps pour moi d’y aller. Les autres allaient se demander quoi. « Je vais te laisser… je suis sure que tes camarades doivent se poser des soucis.. et j’ai encore quelques pirates à aller ennuyer… Au faite… T’es toujours sure que tu n’as pas vu les gens que je cherche ? » Petit sourire espiègle, je pouvais toujours tenter mon coup non ?

J’étais sur le point de partir, lorsque finalement je reviens sur mes pas, je pose un baiser rapide sur sa joue avant de souffler. « Evite les problèmes, petit frère. » Et puis je m’éloigne, tout en souriant. Oui, finalement je commençais à bien aimer le fait de le taquiner. J’aurais peut-être aimé avoir un frère lorsque j’étais plus jeune. Au moins j’aurais eu quelqu’un avec qui me battre.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 47

depuis le : 09/01/2018
age : 23
métier : Pirate
statut & orientation : Homosexuel & Coeur prit


MessageSujet: Re: Trouble in the air - PV   Dim 28 Jan - 15:14

Pour sur, Myrcella n’avait pas besoin de s’inquiéter de ses actions à lui. Oh non, il ne comptait pas lui donner une raison de l’arrêter. Comme tout pirate, il avait apprit à se cacher lorsqu’il le fallait, et à ne rien faire de risqué à Brise- Air. La liberté était bien trop précieuse pour tenter le destin et la Légion. « T’inquiète… » Il n’y avait pas besoin de lui dire d’éviter les problèmes. De toute façon, il n’y avait pas grand chose à faire dans cette ville. Kaif comptait rester bien tranquillement dans son coin en attendant de pouvoir reprendre la mer. Au moins, il semblait avoir fait comprendre à sa chère sœur que rien ne pourrait le convaincre de choisir un autre chemin que celui qui avait été tout tracé pour lui. Puis qu’est ce qu’elle s’imaginait ? Qu’il avait peur de ce qui pourrait lui arriver ? Qu’il allait faire attention juste parce qu’elle le lui disait ? Non. Il ferait ce qu’il veut, et se garderait bien de lui en parler vu qu’elle semblait si attachée à son devoir. On ne pouvait pas faire confiance à grand monde de toute façon, c’était l’ordre normal des choses à Brise-Air. Tout le monde complotait, tout le monde avait ses petits secrets. Et même si ça aurait été cool de se dire qu’il avait une soldat de la Légion de son côté, Kaif savait bien que ça ne risquait pas d’arriver. Myrcella semblait trop têtue, comme lui. Et il ne la connaissait pas encore assez pour savoir si elle était capable d’aller contre les ordres qu’on lui donnait. Après tout, elle ne connaissait sûrement pas le Roi personnellement, aurait-elle vraiment choisie ça au delà de la famille ? Bon, famille était un bien grand mot. Ils avaient leur père en commun, mais n’avaient pas été élevés ensemble. Et même s’ils auraient sûrement été proches, ce scénario semblait moins plausible vu leurs statuts actuels. C’est bien pour ça qu’ils ne pouvaient pas rester éternellement ici à faire connaissance devant tout le monde. Les hommes de la Légion c’était certes éloignés, mais les membres de son équipage restaient non loin, à observer. Et il ne fallait surtout pas éveiller les soupçons. Kaif ne comptait pas leur dire qui elle était, ça serait bien LE truc qui risquait de leur amener des problèmes à tous les deux. Alors il n’allait pas retenir Myrcella, et comptait bien la laisser aller embêter d’autres pirates si ça l’amusait. Lui savait bien que personne ne parlerait et qu’elle ne trouverait jamais ses fugitifs comme ça. Mais bon, qu’elle suive bêtement ses ordres au lieu d’aller chercher l’information là où elle se trouve vraiment. Mais sur le port, la règle était plutôt : Snitches get stitches. Il ne fallait pas jouer les traîtres et parler à l’ennemi. Mais Kaif ne mentait pas et n’avait vraiment aucune idée de qui étaient ces portraits robots, ni d’ou ils se trouvaient. « Haha. Oui, je suis toujours sûr. Je ne sais pas qui c’est. » Et il avait bien envie d’en savoir plus. Mais il comptait bien faire sa petite enquête dans son coin et ne pas en parler à la mauvaise personne. De tous les gens à qui elle montrait les dessins, il n’y en aurait bien un qui saurait de qui il s’agit. Et les fugitifs en question aimeraient sûrement savoir que leurs portraits tournaient en ville. Peut-être qu’il pourrait se rendre utile d’une façon ou d’une autre, histoire de passer le temps. Evidemment, il ne dit rien de tout ça. Myrcella n’aurait pas aimé savoir que la première chose qui lui était passé par la tête, c’était d’aider ceux qu’elle cherchait, et pas l’inverse. Il la laissa donc s’en aller après qu’elle lui ai posé un gentil petit bisou fraternel sur la joue. « Toi aussi, évite les problèmes, grande sœur. » C’était quand même drôle de s’entendre prononcer ce mot. Kaif attendit quelques secondes que Myrcella s’éloigne, s’imaginant quel mensonge il allait raconter à ses camarades puis s’en retourne au navire, le cœur un peu soulagé d’avoir enfin pu parler à cette sœur qu’il avait tant voulu connaître.

*The end

_________________
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Trouble in the air - PV   

Revenir en haut Aller en bas
 
Trouble in the air - PV
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Agoraphobie, phobie sociale: Maladie ou trouble du comportement?
» trouble d'opposition
» TROUBLE AU KATANGA, UNE RÉBELLION COMMANDÉE PAR UNE FEMME
» Trouble du sommeil... à 18 mois ?
» trouble d'opposition

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Don't Cry Mercy :: ✿ don't cry mercy :: Brise-Air :: Le Port-
Sauter vers: