AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'errance est devenu un monde de vie, la guerre un moyen de se nourrir...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 127

depuis le : 07/01/2018
age : 41 ans
métier : mercenaire/vagabond
statut & orientation : hétéro et n'ayant jamais connu de tendres moments.


MessageSujet: L'errance est devenu un monde de vie, la guerre un moyen de se nourrir...   Dim 7 Jan - 20:35


   


   
Ralvek Ironside
Mickey Rourke



   

Bonjour toi qui me lit, moi c'est Benjamin Thompson mais en réalité on m'appelle plutôt Ralvek Ironside. J'ai 41 car je suis né un 7 janvier à Whiteville, Kentucky. D'origine basses extractions je suis mercenaire et vagabond et mon niveau de vie est PAUVRE. Je suis hétéro et célibataire je vis à où mes pas me traine.
   

   
001. 2 mètre 20 pour 145 kilos. Apparence de cauchemars mais cœur d'or. 002. Fais ce qu'on lui dit de faire le plus rapidement possible comme un bon toutou. 003. N'a peur que de perdre un autre être cher, quitte à mourir pour la sauver 004. Il a l'air idiot mais surprend à force de lui parler et de le faire sortir de sa coquille. 005. Gêner en présence des femmes car il a toujours rejeter par celles-ci et n'est guièr à l'aise en milieu sociale. 006. Plusieurs cicatrices sur son corps, ses bras et ses mains causé par ses combats de portier et des types qui ne voulaient qu'avoir la joie d'être celui qui allait battre Frankenstein. 007. Chante et/ou sifflote du country lorsqu'il travaille. 008. Très belle voix profonde et chaude lorsqu'il chante. Sinon ton rocailleux lors d'une discussion normale.
me myself and I. Rapport d’évaluation psychiatrique du docteur Newman pour le condamné à mort Benjamin Thompson :

Benjamin est avant tout un individu profondément sensible et émotif. Il se sent vulnérable et il mobilise constamment ses énergies à prendre des précautions. Il ne peut s'empêcher de réagir d'une façon très émotionnelle à son environnement. Ses sentiments et ses sensations joueront toujours un rôle important dans sa vie, mais c'est à lui de les canaliser, par exemple : de ne les laisser s'exprimer qu'au bon moment. Dans ces conditions, la permanence de ses émotions peut faire sa force, mais elle peut aussi, bien évidemment, être pour lui un handicap. Le patient est incapable de méchanceté. Loué ou calomnié, caressé ou battu, sa réaction est presque toujours ce sourire que des gens pourraient parfois qualifier de stupide ou blasé.

Benjamin déteste le mensonge, la duplicité et il tient à sa réputation d'intégrité et de sincérité comme à la prunelle de ses yeux. Sa tolérance est légendaire. Mais il doit combattre sa naïveté et de sa crédulité excessive. En effet, il est très enclin à prendre pour argent comptant tout ce qu'on lui raconte, l'exposant ainsi à bien des déboires et déceptions. Toute sa vie, il cherche à éviter ou à désamorcer les situations de tension ou de conflit. Il fuit les querelles et les disputes comme la peste. Mais quand Benjamin croit que quelqu’un veut être son ami, il va tout faire pour être le gardien et lui éviter des douleurs physiques ou bien psychologiques. Son instinct de protection est très développé et il couvre du mieux qu'il le peut ses amis codétenus. Bien entendu si cet ami venait à le trahir, le doute va submerger le patient et ce dernier va apprendre de ses erreurs justes à la prochaine fois qu’une nouvelle amitié va éclore. Ce n'est jamais l'homme du changement ou des idées nouvelles. Benjamin s'accroche à ses habitudes ancrées, à ses idées arrêtées une fois pour toutes, à l'échelle des valeurs que lui a inculquée son éducation. D'où sa tendance à se montrer exigeant, voire agressif lorsque quelqu'un conteste ou remet en question son comportement. Il est véritablement une bête de travail. Rien ne peut l’éloigner de son lieu de travail très longtemps. Le patient est un mélange d’action, de détermination et de contemplation. Le travail ne lui fait pas peur et il méprise ceux qui ne pensent pas comme lui. Levé aux aurores, Benjamin est éternellement le premier arrivé et le dernier parti. Mais maintenant que sa famille n’est plus, il est de plus en plus casse-cou et audacieux.  Il aide ceux qui croisent son chemin. Le patient se cherche un rédemption et une occasion de mourir pour rejoindre ses victimes.Selon ce que le patient m'a avouer, il n'a jamais connu l'affection d'une femme et les joies de se faire aimer. Alors qu'on lui attribué des viols, je crois singulièrement qu'il me ment sur sa prétendu virginité. Timide et réservé, il n'a jamais pu faire les premiers pas et les dames ne voulaient pas se faire voir avec ce colosse déformer.

Benjamin est relativement grand, avec de longues jambes puissantes et musclées. Il s'efforce constamment de se dresser de toute sa stature comme s'il résistait à une force invisible qui chercherait à le comprimer ou à l'écraser. Il se déplace et se meut avec lenteur, une lenteur presque étudiée qui exaspérerait les gens pressés ou nerveux. Une puissante et solide ossature, des muscles volumineux et même disproportionnés pour plusieurs rivaux jaloux de sa musculation formidable, des mains géantes et grosses comme des boulets de canons lorsqu'il les ferme pour menacer un être inconscient  cherchant à l'affronter, des doigts de la circonférence de saucisses et des pieds extraordinairement pointés vers l'extérieur et des plus stables. Benjamin a une voix grave et quand il parle il semble mastiquer avec enthousiasme des cailloux. La cage thoracique est bien développée et ce chainon manquant possède un cou aussi large que son crâne et des trapèzes laissant présager une force conséquente dans le haut de ce corps impressionnant. Il dépasse la majorité des gens avec son deux mètres vingt et il fait soupirer de lassitude le pèse-personne avec des chiffres frôlant le 145 kilogrammes.  Cette force de la nature peut se vanter d'avoir une santé de fer et une endurance à tout casser, mais il possède un physique de cauchemar.

Quand les gens s'arrêtent à la première impression, ce mastodonte peut sembler être sorti droit des rêves fous d'un savant ayant perdu le contact avec la réalité. Une tête en forme d'œuf, une dentition irrégulière, une mâchoire carrée et viril, des lèvres minces et presque exsangues, une fossette entre ses deux sourcils, des oreilles décollées, des cheveux châtains rasé d'une main malhabile en brosse et des orbites enfoncées.  Il faut rajouter  un nombre impressionnants de cicatrices sur les mains, les avant-bras et sur les différentes parties de ce corps hallucinant. Chacune de ces anciennes blessures reflète les combats du passé et les souffrances qui ont permis à Benjamin de rester vivant dans ces mondes chaotiques et dangereux. Mais chez les rares personnes dont l'humanité et l'empathie ont su rester intacte, ils peuvent plonger aux travers du regard et contempler ces fenêtres donnant un libre accès à l'âme de cet imposant individu.

Lorsque son humeur initiale change, de la mélancolie ou le blasé vers la sympathie ou la joie, Benjamin à un sourire frappé du sceau de la sincérité. Un sourire pend sur les lèvres du géant et  les yeux, aux reflets dansants faisant penser au bleu si profond d'un océan par temps clair, doux et rempli de compassion s'illumine pour repousser la piètre apparence physique et laisse cours à un changement nouveau.

Avant son habillement c'était des manteau long, jeans et t-shirt. Mais maintenant c'est un armure hétéroclite ramasser au petit bonheur sur les champs de batailles. Plusieurs armes pendent à sa ceinture et son dos. Des trophées à vendre lorsque les conflits se font rares. Un heaume cabossé cachant partiellement son horrible faciès et plusieurs besaces sont accrocher ici et là sur son imposante silhouette. Une paillasse, quelques couvertures et un bric à brac de survie complète l'attirail du golem de chair.


   
Ripclaw Bien le bonjour. Pour l'avatar j'ai penser que Mickey Rourke pouvait être canditat pour passer un peu de temps dans votre univers.La personne débordant de douceur, de candeur et de gentillesse qui m'a indiquer ce lieu est Malvina Hennessy et c'est elle qui m'a fait ce superbe avatar.J'espère que cet être innocent, injustement condamné à la mort et ayant été désigné pour faire parti de l'escouade X est dans les tons de la trame de votre forum!


   
code par kusumitagraph pour don't cry mercy








Irréfléchie, toujours à contre-courant, toujours nuisible, toujours étrangère à ma véritable vocation, mon errance est sans remède.


Benjamin naquit il y a 41 ans de cela dans une salle sombre et lugubre du petit hôpital de Whiteville, Kentucky.  Déjà disproportionné à la naissance, l’enfant fut très tôt la risée de son école. D'une taille et d'un poids supérieur à la normale, il était rejeté par ses compagnons de jeu et déjà plusieurs surnoms d'une méchanceté toute enfantine lui furent attribués. Le monstre, Frankenstein,  la chose, l’affreux et une multitude d'autres qualificatifs lui furent adressé et des fois ils furent repris par les adultes. Les seules doses d'affections qu'il reçut de cette période des plus éprouvantes furent celle de sa grand-mère Abby.  Sa mère détestait son fils et n’appréciait que la bouteille et les drogues dures. Dure réalité la monstrueuse engeance était l’issue d’un viol multiple qui fut produit alors que la femme était inconsciente par une dose massive de stupéfiants. Un homme de passage, après avoir mis de nouveau enceinte la mère de famille complétement déphasé, décida de lever les voiles. Néanmoins un nouveau rayon de soleil du nom d’Amélia arriva dans la vie tumultueuse de Benjamin et le jeune gaillard fit tout en son pouvoir pour les protéger et l’aider à la hauteur de ses maigres ressources. Que ce petit être ait puise avoir amour, jouets et une chance dans la vie à la différence de son niais de frère. Les années scolaires se bousculèrent et les mauvais résultats aussi. Le jeune homme, doté déjà d'une force physique effrayante, n'assimilait aucunement les cours théoriques. Il développa un retard chronique et avec sa mère délinquante qui éprouvait des misères à rejoindre les deux bouts, Benjamin décida de laisser les bancs d’école. Il venait d'atteindre 13 ans à l'époque, mais sa stature colossale lui permettait aisément de mentir sur son âge véritable. Mais les normes du travail de l'État du Kentucky flairèrent vite la grossière usurpation et le colosse dû poursuivre ses études pendant deux ans avant de pouvoir travailler une vingtaine d'heures par semaines. À ses 17 ans, il put enfin laisser les bancs d'étude derrière lui pour se concentrer sur son avenir dans le domaine des labeurs rémunérés. Il engendra deux emplois pendant les six prochaines années. Un travail dans la construction et l'autre dans l'industrie forestière. Ces fonctions ne demandant guère de scolarité, Benjamin apprit ces durs labeurs en étant jumeler avec des vétérans de la profession.

Le jeune homme semblait être né pour travailler de ses mains. Dès qu'il apprenait à faire une manœuvre, une tâche ou un travail, le colosse pouvait le recommencer et il ne se trompait pas. Il fit donc de l'électricité, de la charpenterie, de la maçonnerie, un peu de métallurgie, des différences entre les arbres, la nature et même de petites astuces pour trouver des plantes comestibles et médicinales. Mais comme de raison son bagage de surnom et de quolibets traînaient à sa cheville comme un boulet de prisonnier. Il essaya de se bâtir une carapace, une armure pour le protéger des railleries des gens et tout doucement l'idée qu'il fut un monstre s'installa dans son esprit et le géant fut persuadé d'être une créature honni de tous. Les seuls piliers qu'il pouvait se fier étaient sa grand-mère et sa petite sœur. Dans leur regard, l'imposant homme pouvait ressentir un amour et surtout qu'il était  humain à leur yeux.  Donc il continua à serrer les dents, à rester inerte devant les moqueries et de continuer à travailler. Mais un jour un oncle, un ingénieur à la mine de charbon de Grundy en Virginie, demanda au colosse de changer de branche. Il pouvait devenir mineur et tripler son salaire. L'oncle en question lui proposa de laisser à la petite famille l'usage d'une maisonnette. Cet homme bon voulait aider les Thompson en leur offrant une vie meilleure et Benjamin sourit alors pour une des premières fois avec une telle ardeur que les spectateurs de la scène ne virent que ce sourire et non l'apparence grotesque du colosse.

Benjamin se démena donc dans ce monde obscur qui lui convenait tellement. Sa sœur se maria et elle accoucha à son tour d'une petite princesse du nom de Charlotte. Le couple déménagea dans une ville près de Grundy et le colosse resta avec sa mère dans la petite maisonnette. Comme de raison, il apprit un peu de géologie, l'utilisation de la machinerie lourde, de la mécanique et l'usage d'explosifs. Le géant accomplissait n'importe quelle tâche avec le sourire, se sentant pour la première fois de sa vie dans un milieu que les gens appréciaient sa force et laissaient de côté son physique ingrat. Même qu’avec ce physique des plus monstrueux, le colosse trouva un second travail pour permettre d'arrondir les fins de mois. Benjamin fut portier pendant plusieurs années dans un bar des environs. Comme il avait dû apprendre à se défendre très tôt dans sa vie, il put faire face aux clients émécher et au chercheurs de troubles en tout genre. Il récolta plusieurs cicatrices de par ce passé de violence inutile, mais l'imposant homme continua de le faire pour aider les employés de l'établissement qui l'avait un peu adopter. Grâce au chef des portiers, Benji appris plusieurs techniques de combat et un peu de krav. Mais comme de raison, le hasard est un salaud perfide et il semble qu'il déteste de voir le colosse avoir un semblant de bonheur. Et tout fut chamboulé quand Charlotte eut 16 ans…

Sa mère était morte il y a deux mois de ça et il s'ennuyait énormément de sa sœur et de sa nièce. L'imposant mineur avait bien visité sa sœur quelques reprises depuis, mais il était rendu un électron libre sans aucun atome pour se rattacher. Le personnel du bar était préoccupé par l’arrivé de la chasse  qui allaient attirer du tourisme dans la région et les collègues de Benjamin à la mine planifiaient leur vacances pour leurs familles. Robert savait qu’Amélia et Charlotte, sa petite sœur bien aimée et sa nièce qu'il pourrait transporter des montagnes pour elle, étaient en sécurité avec Paul. L'homme qui avait épousé sa sœur était un flic dont il va savoir les protéger en cas de problème. Donc plus que le temps avançait et que l'imposant mineur se retrouva seul, avec sa tristesse et sa mélancolie, au fond de la mine à frapper à coup redoubler sur son front de salie avec une ardeur tout à fait mécanique.  Un jour, pâle reflet de ceux passés dans un passé autrefois serein, le colosse décida de rejoindre le parc National pour cueillir des ingrédients pour faire son alcool de contrebande.  Dans le même souffle, il pourrait loger chez sa famille tout à côté.  Il passa deux jours avec Charlotte et ensuite le colosse s’était aventurer dans la montagne pour y passer trois jours. Ils se quittèrent et son rayon de soleil lui dit une nouvelle fois qu’elle l’aimait malgré ses 16 ans bien sonné. Mais au milieu de la nuit de la première journée de communion avec la nature, le mastodonte fut réveillé abruptement par un appel sur son cellulaire. La voix basse et aux mots à peine mâcher, combiner par le réveil brutale d’un sommeil de plomb, répondu au combiné.

Benjamin- Allo ?

Une voix paniquée lui parvint. C’était celle de sa douce Charlotte qui semblait près de l’hystérie.


Charlotte- Oncle Nounours… Viens nous aider… Des hommes armés nous on attaquer à la bibliothèque… Je me suis cachée avec mon amie… Mais ils vont nous trouver… Je t’en prie dépêche-toi…


Tout à fait réveiller par la peur retransmit par l’appareil, le cœur du monstre de foire se remplit d’effroi et il laissa sa tente et la majorité de son équipement sur place pour s’habiller et courir vers son véhicule. Il s’en voulait d’avoir quitté sa famille pour aller se perdre dans la nature.

Le trajet entre le parc National et Grundy n’était qu’à une quarantaine petite minutes. Mais le regard bleuté du mastodonte était engloutis par les larmes. Il se devait de voler au secours de la personne qui comptait le plus pour lui, cette lueur de bonté dans la morosité de son existence de lie de l’humanité. La camionnette avalait les kilomètres à toute allure. Bientôt la ville apparut et la bibliothèque où le drame se jouait. Benjamin voulu alors foncer mais il se rappela alors que Charlotte avait parlé d’hommes armés. Le mineur n'avait aucune arme à feu, juste ses outils de constructions et de forage. Mais c'était mieux ainsi, car le massif homme n'avait aucun talent dans le maniement des armes à poudres noires.  Prenant un pied de biche comme arme de fortune le golem de chair gravit les marches vers son destin.

Faisant fi de la plus élémentaire des discrétions, Benjamin entra dans le bâtiment comme un taureau dans l’arène. Paniqué, les yeux exorbiter par la frayeur, le géant gueula le nom de sa nièce dans le silence angoissant de la grande salle. Le cœur labouré de cicatrices d’une vie de rejet battait à tout rompre. Mais une lumière blanchâtre, aveuglante, hébéta totalement le mastodonte. Un déclic d’arme à feu empêcha Benjamin de se ressaisir et de foncer tel un rhinocéros enragé au milieu des hommes présents. La petite voix sanglotant de sa nièce, quémanda qu’il ne bouge plus, fit rendre de marbre le géant hagard. Une autre adolescente, l’amie de Charlotte, était présente.

Les deux femmes en pleurs avaient les poings et pieds lier et soutenu sans ménagements par un duo d’hommes. Deux autres hommes, l’un avec un couteau et l’autre avec le pistolet, menaçait le géant qui dû jeter son arme contondante au sol. Le groupe fut alors escorter vers une maison délabré qui allait devenir le lieu de tant de souffrance pour le colosse difforme. Sans le savoir Benjamin avait fait rager celui au couteau lors d’une soirée au bar dont il était le portier. La crevure avait épié ensuite le mastodonte et son esprit déranger avait monté ce plan. Il voulait sa revanche sur Benjamin tout simplement. Il provoqua, injuria le golem de chair pour débuter la rixe. Mais ce dernier ne fit pas un geste, écoutant les paroles de sa nièce qui avait compris les intentions malveillantes de l’homme. De dépit celui-ci hurla de frustration et fit un arc d’argent vers la jeune adolescente qui sembla tout à coup surprise. Un fleuve écarlate surgit de sa gorge alors que son regard se porta vers son oncle au même moyen que sa vie quittait son corps. Une peur viscérale et primaire, une rage monumentale fit en sorte que Robert, les yeux agrandis par l'adrénaline du terrible choc, fit sortir Benjamin de sa transe. Hurla en plein poumon le nom de celle qu’il aimait par-dessus, il fonça sur l’homme au poignard.  Benjamin frappa à de nombreuses reprises son assaillant de ses poings massifs. Ce dernier tomba dans l’inconscience. Benjamin tomba à genou et prit avec frénésie le corps sans vie de sa nièce. Des cristaux liquides de rage et de peine inondèrent alors son faciès monstrueux. Un autre assaillant en profita pour assommer l’homme difforme qui voulait que rejoindre sa lueur d’espoir. Il se réveilla plus tard par un policier. Les poignets du géant étaient entraver par des serres câbles et la tête lui tournait horriblement. Il sut plus tard l’horrible destin qui avait entendu la survivante. Viol collectif, battue, des sévices dont les images hanteront à jamais l’esprit du géant. Un carnage, démembrer et dont le corps de Charlotte aussi avait subi les frais de cet outrage à un cadavre.

Mais les policiers avaient un suspect sous la main : Benjamin. Les outils du mastodonte, couvert de ses empreintes sanglantes, avaient servis à ces meurtres atroces. Le golem, étant un peu simplet et surtout léthargique par des puissantes drogues injecté par ses tortionnaires, signa des aveux bidon et fut propulser devant le cirque médiatique comme étant un monstre sanguinaire, un violeur pervers et dénuer d’humanité. De plus son apparence jouait contre l’innocence de Benjamin qui clamait maintenant que ce n’était pas lui. Mais les souvenirs étaient flous et il fut condamné à mort. Sa sœur, sa dernière famille, renia Benjamin pour ce qu’il avait fait subir à sa fille. Durant de longues années il resta dans le couloir de la mort à souffrir, pleurer et demander pardon pour des gestes qu’il n’avait pas commis à des esprits que lui seul pouvait voir.

Un jour il fut escorté vers la mort, n’apportant qu’une photo des adolescentes souriantes dans sa botte pour éviter la fouille. Il fut incorporé dans un groupe dénommé escouade X. Un peu simplet, le géant ne comprit rien juste à temps où il franchit une sorte de portail. Comme par magie il se trouva au paradis, dans la nature et pouvant respirer pour la première fois depuis des années le bon air vivifiant. Mais cet instant paradisiaque fut écourter par la nouvelle réalité. Le géant se trouva dans une sorte d’époque féodale, des gens armés comme des chevaliers de son enfance le capturèrent et il fut obligé de servir dans une sorte de bande de mercenaires. Pendant dix ans il dû combattre, vagabonder à la recherche de pitance. Il fut nommé Ralvek par son officier et Ironside par ses compagnons d’armes devant la résilience et la force prodigieuse du géant. Un jour, sous le commandement d’un employeur sadique, le groupe de mercenaire fut oblitérer totalement, sacrifier sur l’autel de la guerre. Ralvek survécut et dut se tourner en vagabond, sorte de paria qui parcoure sans relâche Brise-Air. Mais chaque jour il cherche la rédemption pour des péchés qu’il n’a pas commis. De bonne nature, remplis de sa candeur habituelle, Benjamin devenu Ralvek le vagabond se glissa sans le savoir dans la peau du paladin, du croisé, du templier ou de l’hospitalier qui aide les autres en s’oubliant totalement…


code par kusumitagraph pour don't cry mercy


Dernière édition par Ralvek Ironside le Mer 10 Jan - 3:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 104

depuis le : 02/01/2018
age : 28 ans
métier : Vie de petits larcins
statut & orientation : Hétéro - Célibataire


MessageSujet: Re: L'errance est devenu un monde de vie, la guerre un moyen de se nourrir...   Dim 7 Jan - 20:44

Bienvenue my friend ^^ Heureuse de t'avoir attiré ici Wink Impatiente de pouvoir écrire ici avec toi, courage pour le reste de ta fiche

_________________

To surrender even before fighting is a great proof of cowardice.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 68

depuis le : 21/12/2017
age : 26
métier : Soldat dans la légion impériale
statut & orientation : Celib' & pour les femmes


MessageSujet: Re: L'errance est devenu un monde de vie, la guerre un moyen de se nourrir...   Dim 7 Jan - 21:23

Bienvenue!
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 73

depuis le : 04/01/2018
age : 48 ans
métier : Ex-fermier et ex-capitaine pirate. Présentement enchaîné, réduit à l'esclavage par une Amazone l'ayant vaincu.
statut & orientation : Célibataire, père d'une flopée de gamins aux quatre coins du pays & hétérosexuel


MessageSujet: Re: L'errance est devenu un monde de vie, la guerre un moyen de se nourrir...   Dim 7 Jan - 22:04


Bienvenue Ce personnage a l'air tellement intéressant ! Je vais le suivre de près le bougre
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 72

depuis le : 26/11/2017
age : 35
métier : Pirate
statut & orientation : Hétéro & En couple


MessageSujet: Re: L'errance est devenu un monde de vie, la guerre un moyen de se nourrir...   Lun 8 Jan - 2:55

Welcommeeee !

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 225

depuis le : 25/10/2017
age : 77 ans ( encore jeune pour une sirène)
métier : vendeuse de bijoux
statut & orientation : hetero & celibataire


MessageSujet: Re: L'errance est devenu un monde de vie, la guerre un moyen de se nourrir...   Lun 8 Jan - 19:10

welcome !

_________________
Lily
I'm from the deep blue underworld
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 127

depuis le : 07/01/2018
age : 41 ans
métier : mercenaire/vagabond
statut & orientation : hétéro et n'ayant jamais connu de tendres moments.


MessageSujet: Re: L'errance est devenu un monde de vie, la guerre un moyen de se nourrir...   Mer 10 Jan - 11:18

Merci pour cet accueil. J'espère que ma fiche est dans la norme et je la crois terminée. J'ai ajouter que Ralvek fut dans l'escouade X. Bonne lecture! Smile

_________________

Le vrai vagabond est celui qui évite les chemins tracés.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 225

depuis le : 25/10/2017
age : 77 ans ( encore jeune pour une sirène)
métier : vendeuse de bijoux
statut & orientation : hetero & celibataire


MessageSujet: Re: L'errance est devenu un monde de vie, la guerre un moyen de se nourrir...   Mer 10 Jan - 13:16












Aaah!! j'adore ton personnage . Il nous faudra dans tous les cas un lien! Par contre niveau groupe, je vais te mettre dans celui de Brise-Air si cela ne te dérange pas. Car seule l'équipe XI se retrouve dans le groupe des damnés, nous considérons que tous les autres équipes ont eu le temps de s'intégrer dans le nouveau monde et peuvent donc être ranger dans un autre groupe.
Pour bien démarrer sur le forum

Félicitations tu viens d'être validé et comme tu as pu le constater tu as été réparti dans ton groupe. Tu peux dès à présent recenser ton avatar de manière à ce que les autres sachent quelle bouille tu as choisi et aussi pour éviter qu'un futur membre s'inscrive avec celui que tu as choisi. Ensuite tu peux faire les autres demandes en tout genre (rang, métier, ...) c'est très utile pour savoir qui fait quoi et par la suite savoir où il y a plus de monde que d'autres.

Ca c'était le côté vraiment administratif, après tu peux commencer bien sûr à t'occuper de la partie développement du rp et créer ta fiche de liens afin de te faire des amis ou des ennemis. Afin d'évoluer tu peux aussi créer des scénarios (avatar réservable, plus écrit) ou créer des mini scénarios (avatars non réservable, plus un lien qu'un réel personnage) afin de pouvoir t'aider à te construire sur le forum.

Et bien entendu, le plus important ... tu peux à présent rp! Alors bon jeu parmi nous !!


code par kusumitagraph pour don't cry mercy






_________________
Lily
I'm from the deep blue underworld
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 127

depuis le : 07/01/2018
age : 41 ans
métier : mercenaire/vagabond
statut & orientation : hétéro et n'ayant jamais connu de tendres moments.


MessageSujet: Re: L'errance est devenu un monde de vie, la guerre un moyen de se nourrir...   Mer 10 Jan - 14:06

Merci Lily. Ce sera avec joie et honneur de discuter d'un lien avec toi! Smile

_________________

Le vrai vagabond est celui qui évite les chemins tracés.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 54

depuis le : 12/12/2017
age : 28
métier : Guerisseuse
statut & orientation : célibataire


MessageSujet: Re: L'errance est devenu un monde de vie, la guerre un moyen de se nourrir...   Jeu 11 Jan - 17:41

Bienvenu Ralvek !

_________________
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: L'errance est devenu un monde de vie, la guerre un moyen de se nourrir...   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'errance est devenu un monde de vie, la guerre un moyen de se nourrir...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LE PLUS GRAND NAVIRE DU MONDE
» La guerre du Vietnam
» La Guerre Froide
» master 2 "monde du livre" à aix
» Rejetons les paroles sans valeurs de ce monde éloigné de Dieu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Don't Cry Mercy :: ✿ La gestion du personnage :: Les passeports :: Fiches Validées-
Sauter vers: