AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Living la vida loca - Amnesia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 38

depuis le : 25/11/2017
age : 27
métier : esclave
statut & orientation : seule et bisexuelle


MessageSujet: Living la vida loca - Amnesia   Sam 6 Jan - 20:09

Il était encore très tôt, le soleil n’était même pas encore lever. Mais moi, je l’étais déjà depuis plusieurs heures. Il y avait des personnes importantes qui allaient venir diner ce soir chez mon maitre. Et il était très important que tout se déroule comme Morton Yarell le souhaitait. Alors depuis 4heures, tous ses esclaves étaient déjà en train de tout préparer pour le diner. J’avais commencé à nettoyer les pommes de terre en attendant de pouvoir aller au marché pour chercher les derniers choses qui manquaient. Finalement je me rafraichissais en vitesse avant de filer au marché. Il était encore tôt et j’étais probablement une des premières acheteurs. Ne sachant pas lire, j’avais mémorisé par cœur la liste et j’arrivais au dernier élément de la liste. Du tissu pour napper la table. Une heure plus tard, c’était avec les mains remplit de courses que j’essayais de me faire un chemin parmi le monde. Car eh oui, une heure plus tard le marché était bondé d’hommes, de femmes et mêmes d’enfants et de chiens. Faire un chemin dans une telle foule n’était pas chose facile, encore moins lorsqu’on n’est qu’une esclave et que les gens se fichent bien de vous basculer ou pas…. Après tous les esclaves n’étaient que des objets, et à force d’être née ainsi j’avais l’habitude que les gens ne me prêtent aucune attention. C’était ça la vie d’esclave !

Mais une chose à laquelle je n’arrive pas à me faire c’est de me retrouver patate à terre. Car et oui, à force d’être petite et fine comme moi… Bah on m’a basculé, j’ai poussé une jeune femme et je me suis retrouvée avec toutes mes sacs autour de moi. Par contre ce n’était pas vraiment mes courses qui m’inquiétaient mais bien la personne qui, à cause de moi se retrouvait elle aussi à terre.

« Toutes mes excuses, je ne voulais pas… J’espère que vous n’avez rien, mademoiselle. »

Je baissais le regard. Une esclave ne pouvait pas fixer quelqu’un de libre droit dans les yeux, ça pourrait être mal prit par la personne. Je m’étais déjà relevée et lui tendit mon aide. J’espérais qu’elle ne m’en voulait pas et qu’elle n’allait pas exiger qu’on me fouette pour ma maladresse.

« Comment est-ce que je peux réparer mon erreur ? »

_________________

(c) LLAM

I'm holding out for a hero 'til the end of the night. He's gotta be strong. And he's gotta be fast. And he's gotta be fresh from the fight
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 24

depuis le : 01/01/2018
age : 19
métier : Maréchal Ferrant
statut & orientation : Bisexuelle et célibataire

Age irl : 19

MessageSujet: Re: Living la vida loca - Amnesia   Lun 8 Jan - 21:50

"Non.. Mademoiselle, tout est de ma faute. Le marché est bondé, je devrais regarder où je met les pieds. Veuillez m'excuser. Laissez moi vous aider à ramasser vos affaires."


Je pris sa douce main, et me releva sans mal en regardant dans ses beaux yeux apeurés, mais elle les baissa dans l'immédiat. Un genou à terre, je ramassais ses courses, en prêtant attention que rien n'était abimer. Tous ses produits avaient été soigneusement choisis, propres, mûrs pour ses fruits et légumes, tout était parfait.
Je lui esquissa un sourire, mon geste était maladroit, et je ne comprenais pas ses paroles. Elle n'avait rien à se reprocher, je suis plus grande qu'elle, c'était à moi de faire attention.
Mais je dois l'avouer que c'est la première fois que je croise le chemin d'une aussi jolie et polie jeune femme.
Cela fait plusieurs années que je vais faire mes courses dans ce marché, je l'y voyait souvent, c'était bien le seul endroit où je l'avais vu d'ailleurs.
Les gens me connaissent car je suis une des meilleures maréchal ferrant de Brise-Air, il m'arrive de m'arrêter en chemin pour saluer quelques clients fidèles, mais elle, il ne me semblait pas l'avoir vu passer devant mon écurie.
Et pourtant, elle m'intriguait. Pourquoi ne croisait t-elle pas mon regard ? Est ce que je lui fais peur ? Je me sentirai bien mal en point si c'était le cas..

"Excusez-moi d'être autant indiscrète mais.. Pourquoi ne vous ai je jamais aperçue hors du marché ?"

_________________


Dernière édition par Amnesia G. Lockheart le Jeu 11 Jan - 12:29, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 38

depuis le : 25/11/2017
age : 27
métier : esclave
statut & orientation : seule et bisexuelle


MessageSujet: Re: Living la vida loca - Amnesia   Mar 9 Jan - 11:09

Je n’avais jamais entendu quelqu’un m’appeler mademoiselle ni me parler avec autant de respect. Comme si j’étais réellement une personne. C’était nouveau pour moi et c’était surtout très étrange. Je secoue déjà la tête lorsqu’elle disait que c’était de sa faute. Non c’était la mienne. C’est toujours celle de l’esclave. Mais je n’allais pas argumenter pour savoir qui était en tort et qui ne l’était pas.

« C’est Shae. Pas de mademoiselle pour moi. »

Oui, je n’allais pas la laisser m’appeler ainsi alors que je n’avais droit à aucun titre, même ceux qu’on utilise que par pure politesse. Je ne voulais pas qu’elle m’aide mais voilà qu’elle s’était déjà mise à genoux pour m’aider.

« Merci.. »

Une fois toutes les courses remises dans les sacs, je me relevais en entendant la question de la jeune femme. J’hausse les épaules. Cela faisait maintenant dix-neuf ans que j’étais au service de Morton, et avant l’âge adulte je n’avais jamais mit les pieds en dehors de la maison. Ce n’est que lorsque j’avais pu prouver que j’étais digne de confiance et que je n’irais jamais m’enfuir que j’avais reçu un peu plus de liberté et que je pouvais me permettre d’aller au marché.

« Je travaille pour Monsieur Morton Yarrell, mademoiselle. C’est rare qu’il me donne d’autres instructions que d’aller chercher ses courses. »

Le nom de mon maitre était connu dans la ville. Je savais que généralement il me suffisait de dire son nom pour que les hommes me laissaient tranquilles. Morton n’avait pas une bonne réputation et puis tout le monde savait qu’il était un des marchands d’esclaves le plus connus de la ville. J’osais néanmoins lever brièvement mon regard sur elle, contrairement à moi qui était plutôt petite, elle était grande.

« Vous êtes sure que je ne vous ai pas fait mal ? »

_________________

(c) LLAM

I'm holding out for a hero 'til the end of the night. He's gotta be strong. And he's gotta be fast. And he's gotta be fresh from the fight
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 24

depuis le : 01/01/2018
age : 19
métier : Maréchal Ferrant
statut & orientation : Bisexuelle et célibataire

Age irl : 19

MessageSujet: Re: Living la vida loca - Amnesia   Jeu 11 Jan - 12:26

J'en suis sûre désormais, cette fille m'intrigue. Pourquoi voulait-elle que je l'appelle par son prénom ? Je n'ai peut être eu peu d'éducation durant mes dix neuf années de vie, mais je sais qu'on n'appelle pas un inconnu par son prénom, et puis, ça la rendait plus jolie et mystérieuse de l'appeler « Mademoiselle ». C'est son choix après tout..
Sa posture me gênait, elle avait l'air recroquevillée, ses yeux ne croisaient qu'une demi seconde les miens, comme si je lui faisait peur.
Elle mit un temps avant de répondre à ma question, c'est alors que j'appris son métier : esclave.

Le nom de Morton Yarrell me faisait frissonner de rage. Je n'aimais pas beaucoup cet homme qui prenait chaque être humain comme son inférieur. Je l'ai souvent vu passer à l'écurie, avec ses beaux chevaux, de toutes les couleurs, bien entretenus, brillants, j'aurai aimer donner un soin pareil à mes bestioles, mais il faut avoir de l'argent et de bons contacts.
J'ai beau prétendre avoir une vie aisée, je ne peux pas me dire riche.

Je ne pouvais imaginer quels genres d'horreurs cette pauvre jeune femme a pu subir durant ces années. Elle avait l'air bien entretenue de vue, je n'aurai jamais deviner qu'elle était une esclave.
J'ai déjà vu des maîtres venir à l'écurie avec leurs esclaves ; ils avaient presque tous l'air mal en point, pas mal nourris ou maltraités, mais la peur se lisait dans leurs yeux, on sentait qu'ils voulaient s'enfuir. Dans ses yeux, je ne voyais rien, à part le respect qu'elle tenait envers moi.

Dans sa vie, elle n'a pas du voir grand-chose à part la place du marché. De mon point de vue, c'est triste… Moi qui suit habituée aux balades dans la forêt, me retirer ma liberté pourrait me tuer. J'avais envie de l'aider, envie de la sortir de son quotidien, de son travail qui la tuait à petit feu, mais je ne savais pas quoi faire. Je ne souhaitais pas lui attirer d'ennui.
Beaucoup de questions trottaient dans ma tête : Quel âge a-t-elle ? Depuis combien de temps est-elle l'esclave de Monsieur Yarrell ? A t-elle des rêves ?
Comment imagine t-elle son avenir ?

« Non, ne vous en faites pas made… Shae. Alors… Vous êtes une esclave... »

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 38

depuis le : 25/11/2017
age : 27
métier : esclave
statut & orientation : seule et bisexuelle


MessageSujet: Re: Living la vida loca - Amnesia   Jeu 11 Jan - 14:29

Vu la manière de se tenir lorsque je prononce le nom de mon maitre, cela se voyait qu’elle le connaissait. De réputation, de nom, ou peut-être qu’elle avait déjà eu la chance (ou malchance) de lui parler. Quoi qu’il en soit, elle semblait le connaitre. Mais cela ne me surprenait qu’à peine.

« Vous semblez connaître mon maitre… »

Oui, et à sa manière de montrer une notion de rage dans ses yeux, je me dis que ce n’était pas un de ses amis. Est-ce que c’était une véritable question? Mon maitre n’avait aucune servante à son service. Nous étions tous que des esclaves. Néanmoins par politesse, je décidais de lui donner quand même une réponse à sa question.

« C’est exact, mademoiselle. Je suis une esclave. »

Je m’attendis à ce que le comportement de la femme en face de moi change. Car à présent qu’elle me savait esclave, elle allait surement changer d’attitude. Moins polie moins gentille. Mais cela ne serait pas grave, j’avais pris l’habitude. Cela pouvait paraitre étrange pour ceux qui ne connaissent pas l’esclavage, mais j’étais née dedans et je m’étais jamais imaginé libre ou en tout cas je n’eus jamais l’idée d’en rêver. Ça serait mal vu de vouloir ou d’oser rêver de quelque chose. Les esclaves ne devaient pas s’attarder sur ce genre de chose. Et j’étais une bonne petite esclave. Je ne m’étais jamais réellement rebeller (sauf lorsque j’étais adolescente… et je l’ai bien regretté amèrement). Néanmoins le temps filait et je devrais rentrer chez moi. Il fallait que les courses soient rangés.

« Veuillez m’excuser, mais je dois rentrer chez moi… Mon maitre va se demander pourquoi cela prend tant de temps… »

Bien que je dois avouer que j’aimais parler avec cette jeune inconnue. Mais c’était mal de ma part. je ne pouvais pas espérer une quelconque amitié avec quelqu’un de libre. Ce n’était parfois déjà pas facile de se faire des amis entre esclaves. Mais alors oser espérer une relation avec quelqu’un de libre ? Ah non c’était de la folie, et je devais bien vite me mettre cette idée hors de ma tête. Cette jeune femme serait stupide de vouloir une amie esclave, ca ne pourrait lui apporter que des ennuies.

_________________

(c) LLAM

I'm holding out for a hero 'til the end of the night. He's gotta be strong. And he's gotta be fast. And he's gotta be fresh from the fight
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 24

depuis le : 01/01/2018
age : 19
métier : Maréchal Ferrant
statut & orientation : Bisexuelle et célibataire

Age irl : 19

MessageSujet: Re: Living la vida loca - Amnesia   Lun 15 Jan - 20:52

Sa voix tremblotait à peine, et était basse. Ça se sentait qu’elle s’en voulait pour quelque chose. Ou alors, elle voulait me montrer un peu de respect. Je n’en restai pas insensible. Je lui lançai un regard plein de compassion.

« Oui, je connais bien votre maître. Il passe souvent à l’écurie avec ses chevaux. Mais, sans vouloir lui manquer de respect, il est quelque peu désagréable. Heureusement qu’il ne vous a pas donner les mêmes airs. »

Malgré le fait qu’elle soit une esclave, cela ne changeait en rien ma vision envers elle. C’est une femme polie, gentille, douce sans sa voix, je n’ai aucune raison de lui en vouloir pour cette bousculade. Le moindre acte engendre beaucoup d’aventures, j’ai vécu comme ça toute ma vie. Une paillette sur l’épaule d’un homme, peut le faire revenir le lendemain dans mon écurie.
Je m’en voulais un peu d’avoir posé cette question, cela pouvait paraître impoli de mon point de vue.

Le fait qu’elle soit en quelque sorte privé de sa liberté me dérangeais au fond de moi. Des projets se firent dans ma tête, et je refusais de la laisser partir.
Quand elle m’annonça qu’elle devait rentrer chez elle, je voulu lui laisser un petit souvenir, un message pour lui dire de revenir me voir.
Je sortis de ma poche une minuscule boite en velours rouge, ornée d’un petit cheval brodé couleur or, contenant des paillettes et une petite carte avec l’adresse de mon écurie dessus.

J’espérai la revoir bientôt, qu’elle passera avec ou sans son maître à l’écurie. J’aimerai lui parler un peu plus, la connaître, peut être que… Je ne sais pas. Ça m’attirera peut-être des ennuis si je tente de lier une amitié avec une esclave, mais qu’importe. Partager ma passion avec une jeune et belle inconnue ne me faisait pas peur.

« Je comprends. Mais avant de partir, prenez ça. » lui dis-je en lui tendant la boîte.

Je la saluai, avec respect, car elle le méritait, et reprit ma route vers le marché. Je n’avais toujours pas acheté la nourriture pour mes chevaux et moi-même. Je ne comptais pas nous laisser mourir de faim ! Loin de là ! Quelques marchands criaient alors que je m’éloignais d’elle, comme si elle se fondait dans la masse. Je jetais quelques regards par-dessus mon épaule, je ne vis pas si elle en faisait de même.

Shae. J’espère qu’on se reverra bientôt.

_________________
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Living la vida loca - Amnesia   

Revenir en haut Aller en bas
 
Living la vida loca - Amnesia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Living Dead Doll ATTENTION ame sensible
» Vend buffet/living BUT
» Information poussette CHICCO Trio Living 2010
» La Luna Loca
» Biberon living world ne coule pas !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Don't Cry Mercy :: ✿ don't cry mercy :: Brise-Air :: Place du Marché-
Sauter vers: