AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The pirate's gospel [Flash-back] | Myrcella

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 73

depuis le : 04/01/2018
age : 48 ans
métier : Ex-fermier et ex-capitaine pirate. Présentement enchaîné, réduit à l'esclavage par une Amazone l'ayant vaincu.
statut & orientation : Célibataire, père d'une flopée de gamins aux quatre coins du pays & hétérosexuel


MessageSujet: The pirate's gospel [Flash-back] | Myrcella    Sam 6 Jan - 13:12

Oh father. Oh daughter.
Yo ho Yo ho, sings the pirate's gospel •••La promesse de l’ivresse l’avait amené à la taverne. Son équipage et lui avaient bien besoin d’une pause. Quand les flots se faisaient trop capricieux, quand la chance s’amenuisait, il était alors temps d’amarrer le navire et de profiter des plaisirs de la terre ferme. Iago se retrouva donc dans une taverne proche du port. Les pieds sur la table, une chope dans la main brandie en l’air tel un trophée, le forban entonnait des chants vulgaires avec ses compagnons. Comment tout bascula ? Iago ne le comprit pas très bien. Peut-être deux pirates jetèrent leur dévolu sur la même courtisane ? Peut-être un loup de mer chipa la pinte d’un autre par mégarde ? Qu’importe. Le carnage s’abattit sur la pauvre taverne en un instant. Les chansons furent remplacées par des injures. Des poings s’envolèrent, s’écrasèrent sur des faces enivrées. Iago bondit sur ses pieds, pas encore assez ivre pour perdre ses réflexes. Trop vite, les poings ne leur suffirent plus. Des lames d’acier scintillèrent à la lumière nocturne.

Le capitaine esquiva une dague, brisa un bras au passage. Son coude s’enfonça dans un nez et son genou percuta un estomac. Deux mains l’attrapèrent, Iago se sentit alors s’envoler. Il fut projeté tel un oisillon sautant du nid. Traversant la pièce, son lourd corps percuta le bois de la porte du fond et il s’écrasa sur le sol dans un bruit sourd. Soudain, la porte s’ouvrit. Puisque le chaos ne régnait pas assez, la garde impériale venait s’en  mêler. Le calme aurait dû revenir face à ces hommes et ces femmes armés. Sauf que les forbans étaient plus énervés que jamais, prêts à en découdre. Bondissant sur les gardes, une véritable cohue débuta. Des tirs, des coups, des incisions. Peu à peu, des corps tombaient sur le plancher et des flaques pourpres s’épanchaient jusqu’à leurs pieds. Iago eut juste le temps de se relever et d’ouvrir la porte qu’un individu frappa violemment une jeune femme au niveau du thorax. Celle-ci fut envoyée droit vers la pièce voisine, propulsée par le coup porté par un pirate ivre. Sans attendre, le capitaine bascula vers l’autre pièce et referma la porte derrière lui.

« Fiou ... ». Soupir de soulagement. Le capitaine se passa une main sur le front, essuyant un peu de sang qui lui coulait du cuir chevelu. Il fit un pas en avant, juste à temps pour éviter le poignard qui vint se planter dans la porte. La pointe d’acier transperça le bois et se retrouva de l’autre côté, à l’endroit exact où se trouvait la tête de Iago une seconde auparavant. Le loup de mer grimaça et se dirigea vers la jeune femme puis lui tendit une main secourable pour l’aider à se relever. « Rien de cassé ? ». Elle était l’ennemi, elle faisait partie de la garde impériale et peut-être aurait-elle des griefs contre lui. Qu’importe. Iago n’allait pas laisser une jeune femme à terre, peut-être blessée, sans au moins tenter de l’aider. Et puis, si jamais elle ne voulait pas de son aide mais voulait l’arrêter ... alors le pirate saurait riposter.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 68

depuis le : 21/12/2017
age : 26
métier : Soldat dans la légion impériale
statut & orientation : Celib' & pour les femmes


MessageSujet: Re: The pirate's gospel [Flash-back] | Myrcella    Sam 6 Jan - 18:18


 

 
"The pirate's gospel "

 
Parce que vivre loin de ses amis et des ses repères, c'est prendre le risque de se perdre.

 
 

En moins de quelques secondes je volais dans les airs. Moi qui ai toujours rêvé de voler, ce n’était pas vraiment ce à quoi je m’étais attendu. D’ailleurs l’atterrissage fut lourd et pénible, pendant quelques secondes j’avais l’impression de ne plus avoir pied sur terre. Je présume que j’ai dû m’évanouir pendant quelques secondes ou alors j’étais trop dans les étoiles pour voir ce qui se passait autour de moi. Revenu à la réalité après plusieurs secondes, j’observais l’homme qui se tenait devant moi. Un pirate sans aucun doute. Méfiante mon regard se posait sur sa main, mais finalement je l’acceptais et me relevais. Non juste un peu secouée D’ailleurs dès que je me retrouvais sur mes deux pieds, mon regard scrutais la pièce dans laquelle on se trouvait. Comment est-ce que je m’étais encore trouvé ici hein ? Et comment est-ce qu’il était là ? Et puis qui est-ce qu’il est ? Rah trop de questions d’un coup.  Mon cerveau finit néanmoins par retrouver son chemin vers les quelques minutes de passé. Bagarre. Intervention et mon vol. Oké, ma mise à jour s’est fait. Je devais y retourner car en entendant les cris et la casse qui se faisait, la bagarre était loin d’être terminé. Je me ruais immédiatement sur la porte, mais j’avais beau la faire bouger de toutes mes forces, elle ne bougeait même pas d’un poil ! Il devait y avoir une table ou une armoire devant, ou la poignée s’était peut-être cassé dans la foulé. On est enfermés ! Mon regard cherchait une échappatoire, une fenêtre ou autre chose… Mais non rien. Je soupire et tourne mon regard sur le pirate. Crier alors que de l’autre côté ils faisaient la fiesta avec les épées et les verres…. Cela ne servait à rien.

Jusqu’à maintenant je n’avais fait que très peu attention à l’homme. Mais maintenant que visiblement je me  retrouvais coincé avec lui, fallait bien que m’interroge un peu sur la personne. bien sûr je présume que vous n’y êtes pour rien dans la bagarre… Les pirates ne sont pas connus pour être des personnes fiables. et que vous êtes un citoyen model ? Le ton sarcastique ne devait pas lui échapper car je ne fis aucun effort. Cela se voyait que c’était un pirate, j’ignorais qui il pouvait bien être. Et perso je m’en fiche. Pirate capitaine… tous les mêmes, tous des problèmes sur deux pieds. Ce n’était pas une grande surprise de devoir passer par la taverne ce soir. J’avais entendu que plusieurs navires étaient arrivés au port. Et qui dit navires, dit pirates, et qui dit pirates dit alcool et fête… et généralement cela se termine dans les cachots pour la plupart d’entre eux. Ca ou alors avec une lame dans la gorge par un de leur camarades de buverie. Les bagarres alcoolisés ne sont rarement justice. je peux au moins savoir le nom de la personne que je compte arrester bien sure dès qu'on sort d'ici. Bah oui, il croyait quoi? Que j'allais gober qu'il n'y était pour rien et tout le tralala qui en suivrait? Il était un pirate, au mauvais endroit. Cela me suffissait pour le mettre en cellule avec ses autres amis. Bien sur... fallait d'abord sortir d'ici.

 
Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 73

depuis le : 04/01/2018
age : 48 ans
métier : Ex-fermier et ex-capitaine pirate. Présentement enchaîné, réduit à l'esclavage par une Amazone l'ayant vaincu.
statut & orientation : Célibataire, père d'une flopée de gamins aux quatre coins du pays & hétérosexuel


MessageSujet: Re: The pirate's gospel [Flash-back] | Myrcella    Sam 6 Jan - 21:29

Oh father. Oh daughter.
Yo ho Yo ho, sings the pirate's gospel ••• De l’autre côté de la porte, la bataille faisait rage. De temps en temps, on entendait un coup de feu. Souvent, des cris de douleur retentissaient. Iago aida la jeune femme à se relever, contre toute attente, elle toléra son coup de main. Visiblement, elle allait bien. Le pirate était content qu’elle n’ait pas quelque chose de grave. Être piégé dans une salle pas bien grande avec une personne agonisante, ce n’était pas le scénario idéal pour sa soirée. Telle une furie, la demoiselle se rua sur la porte. Elle tira sur celle-ci comme un rescapé accroché à un bout de bois flottant. Iago, lui, n’avait aucune envie de retourner là-bas. Pirate dans l’âme, il voyait surtout son avantage avant de voir celui des autres. Et dans cette pièce, à l’abri de tout danger, l’homme se sentait plutôt bien.

« Il semblerait ». Son ton était neutre, dépourvu de la moindre contrariété. Iago ne voyait aucun intérêt à retourner tout de suite là-bas. La plupart des pirates étaient ivres et combattraient jusqu’à la fin. La garde impériale ferait un joli massacre mais ils n’étaient pas comme les forbans. Ils avaient des ordres, des limites. Quand les corps s’amoncèleraient, quand ils verraient leurs amis s’étouffer dans leur sang, ils battraient en retraite et laisseraient les derniers loups de mer s’entretuer. Iago n’avait donc aucune intention de replonger là-dedans. Contrairement à la demoiselle qui paraissait furieuse d’être coincée. Et la voilà qui se tournait vers lui, l’accusant presque d’être en partie en faute dans cette bagarre. Son ton était sarcastique mais le fond de sa pensée était on ne peut plus limpide. Un citoyen modèle ? Lui ? Iago esquissa un sourire. Cependant, il aurait très facile de laisser les jeux de l’esprit à cette candide jeune femme. Elle voulait jouer, ils allaient jouer.

S’asseyant sur un baril, Iago s’arma d’un sourire malicieux. « Et donc parce que je suis un pirate, je suis forcément un citoyen malhonnête et je participe aux émeutes de taverne ... C’est votre point de vue sur moi ? ». L’homme l’invita à se prononcer d’un grand sourire. « Que c’est vilain de juger sans connaître. Si je me permettais de vous rendre la politesse, chétive petite demoiselle, je présumerais que vous êtes faible et que votre manque de puissance physique est rattrapé par un brin d’arrogance et un acharnement particulier ». Le capitaine haussa les sourcils puis pouffa de rire. « Mais bien sûr, je ne suis pas aussi stupide. Vous êtes de la garde impériale après tout ... vous devez forcément cacher bien plus que ce que les apparences ne laissent penser. Il en va peut-être de même pour moi ... ». Adressant un clin d’œil à la belle, il farfouilla distraitement de la main entre les quelques caissettes entreposées. Y trouvant une pomme verte, il la croqua à belles dents.

« Que vous comptez arrêter ? ». L’homme sauta à bas du baril sur lequel il était perché, posa sa pomme et tendit les deux mains vers la jeune femme. Poignets collés l’un contre l’autre, une corde aurait suffis à le maintenir. « Allez-y arrêtez-moi. Mais je crains que vous ne puissiez m’emmener bien loin ». Du regard, il désigna la porte. « Pour vous, ça sera Capitaine Earing. Et à qui ai-je l’honneur ? ». Il se pencha légèrement vers elle et l’étudia du regard. Elle lui semblait vaguement familière. Quelque chose dans ses mimiques lui rappelaient quelqu’un. Ses yeux, la façon dont son nez frétillait quand elle était en colère. Iago haussa les épaules. Des femmes, il en avait connu tant ... impossible de remettre un nom sur un visage.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 68

depuis le : 21/12/2017
age : 26
métier : Soldat dans la légion impériale
statut & orientation : Celib' & pour les femmes


MessageSujet: Re: The pirate's gospel [Flash-back] | Myrcella    Sam 6 Jan - 22:34



"The pirate's gospel "

Parce que vivre loin de ses amis et des ses repères, c'est prendre le risque de se perdre.




Oh bien sur, le pirate était bien ou il se trouvait. Il n’essayait même pas de m’aider. Je lève les yeux au ciel. Bien sur, ils pensent toujours d’abord à leur propre cul. Moi pourtant je voulais me retrouver dans l’action. Je vous ai déjà dit que j’étais née pour ça ? L’action. Petite, je n’ai jamais réussi à rester assise plus que cinq minutes. Rester dans une pièce tranquillement ne serait pas chose facile pour moi. Encore moins en compagnie d’un homme que je détestais déjà…

Je croise mes bras sur ma poitrine et m’adosse contre le mur alors que je l’observe. Sérieusement ? Il allait continuer dans cette direction-là ? Chance pour vous que vous êtes donc moins stupide que vous en avez l’air. Car stupide serait la personne qui pourrait penser avoir le dessus sur la fragile petite personne que je suis. Audacieuse, arrogante, trop sure de soir ? Oui, certes je l’étais. En tout cas c’était ce que je laissais apercevoir autour de moi. Certains pourraient dire que c’est à cause du manque d’une figure paternel. C’est peut-être vrai, ou peut-être que cela ne sont que des foutaises. Une chose est néanmoins certaine… je déteste qu’on me prenne pour une « petite demoiselle » comme il venait de me nommer. Parfois j’aimerais bien donner une raclée à tous ces idiots qui sortent des tels âneries. Mais j’avais appris la discipline et je n’allais pas attaquer pour un rien. Même si ce n’était pas l’envie qui me manquait. parce que vous défendez la veuve et l’orphelin, parce que vous ne brûlez donc pas d’autres navires et ne vendez donc pas tous ceux qui croisent votre navire comme esclaves, et que l’argent dans votre bourse est donc gagné de manière honorable ? Oh mais toutes mes excuses, et moi qui vous prenait pour un vrai pirate… Je lui lançais un sourire malicieux et sarcastique. Franchement oui, je metais tous les pirates dans le même sac. Tout comme je mettrais tous les assassins de la confrérie noire dans le même petit tas. tout comme vous allez bien sur payer pour cette pomme, je n’en doute pas. Je sais… ma mère me le disait bien trop souvent « Myrcella tu devrais apprendre à te taire » Malheureusement je n’obéissais jamais aux ordres de ma pauvre mère. Trop têtue.

Je me détachais du mur lorsqu’il s’approche de moi. Sur mes gardes et prête à sortir ma dague. Je souris néanmoins. j’ai dit que je comptais vous arrêter. Je n’ai nullement préciser quand. Earing… ce nom me disait quelque chose, mais j’essayais pas de chercher plus loin. Des noms de pirates, j’en avais entendu tellement qu’au final je me fichais bien de son nom. Mais j’aimais bien pouvoir mettre un nom sur un visage. « Mereen. Myrcella Mereen. » Je n’avais pas de titre, et je ne voulais pas qu’on m’appelle Lady Myrcella ou tout autre chose qui y ressemble. C’était soit Myrcella ou Mereen. Point barre. Peut-être qu’un jour j’obtiendrais le titre de capitaine ou commandant. Mais pour l’instant mon statut de simple soldat me suffisait amplement. Après tout je ne l’ai jamais fait pour monter en grade, je ne le faisais parce que c’était juste. Et que la justice me coulait dans le sang. Mon père protège les pauvres ou protégeait, et je veux en faire de même. Peut-être est-ce un moyen pour moi d’être proche d’un père que je n’ai jamais eu la chance de connaître ? Je m’éloignais du capitaine. Il sentait l’alcool et puis je n’aimais pas être si proche d’un pirate. Ca me donne l’envie de sortir mon épée, hors cela ne serait pas correcte de ma part.


Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 73

depuis le : 04/01/2018
age : 48 ans
métier : Ex-fermier et ex-capitaine pirate. Présentement enchaîné, réduit à l'esclavage par une Amazone l'ayant vaincu.
statut & orientation : Célibataire, père d'une flopée de gamins aux quatre coins du pays & hétérosexuel


MessageSujet: Re: The pirate's gospel [Flash-back] | Myrcella    Dim 7 Jan - 14:45

Oh father. Oh daughter.
Yo ho Yo ho, sings the pirate's gospel ••• Elle n’avait pas l’air enchanté. Ni d’être là, coincée avec lui, ni de ne pas pouvoir prendre part à la bagarre. Peut-être cachait-elle un côté sanguinaire ? Iago ne sauterait pas trop vite aux conclusions. Lentement, elle s’adossa à un mur et croisa les bras sur la poitrine. Le capitaine ne retint pas son sourire malicieux. Certes, la garde avait de la répartie. Cependant, elle s’avançait énormément. Saurait-elle réellement gérer une confrontation si celle-ci devait survenir ? Le pirate n’avait toutefois pas l’intention de l’attaquer. Pas tant qu’elle n’essaierait pas de le piéger. Aussitôt, elle enchaîna. Iago l’observa d’un regard amusé. La piraterie, ce n’était visiblement pas du tout sa tasse de thé.

Ce qui amusait tout particulièrement Iago, c’était le paradoxe entre elle qui le prenait pour un être sans foi ni loi et le jugement de sa seconde qui, pour sa part, le trouvait souvent trop magnanime. La vie avait une valeur aux yeux de Iago. Il ne tuait pas pour rien ni ne torturait pour le plaisir. D’autres forbans le faisaient et tant mieux pour eux, si cela pouvait les satisfaire ou les émoustiller, qu’à cela ne tienne. Lui, n’en tirait aucun plaisir. Vendait-il au marché aux esclaves ceux qu’il capturait ? Evidemment. Pillait-il des navires marchands ? Diantre que oui ! D’autre part, Iago ne brutalisait aucun des esclaves capturés. Aucune de ces personnes ne recevait de coups ou d’atteintes à leur intimité. De même, le capitaine laissait le plus souvent possible l’opportunité à ses adversaires de choisir : mourir de son épée ou accepter de finir esclave. Un luxe que bien peu de gens offraient à leurs victimes. Autrement dit, Iago était loin d’être admirable mais il n’était pas la pourriture totale qu’elle semblait croire qu’il puisse être.

« Que de jugements hâtifs. Me voilà bien déçu. Selon vous, un « vrai » pirate est donc un brigand sans foi ni loi ? Je vais vous décevoir ma pauvre, la piraterie est bien plus complexe que vous ne semblez le penser. Voyez-vous, il existe des tonnes de pirates. Tout comme il existe des tonnes de jeunes femmes dans votre genre ». Iago lui décrocha un large sourire un brin moqueur. « D’aucun pourrait se targuer qu’une « vraie » femme dans votre genre se devrait de tricoter, de cuisiner et d’enfanter. Or, je ne pense pas que ça soit ce à quoi vous êtes destinées. J’ai tendance à accorder à chaque individu le bénéfice du doute. Trop souvent, les gens sont catégorisés en toute hâte. Il est tellement plus simple de tuer un sale pirate plutôt que d’arracher la vie d’un père de famille luttant pour nourrir ses quatre enfants malades ». Le capitaine haussa les épaules et récupéra sa pomme. « Il y a toujours deux facettes à une histoire. Vous choisissez de ne voir que la première, par simplicité ou couardise. Je préfère voir l’ensemble du tableau ».

Il croqua à nouveau dans la pomme, lançant un regard provocateur à la jeune femme qui venait justement de lui reprocher ce fruit qu’il ne paierait pas. Quand il se leva et lui présenta ses poignets joints, elle n’en fit rien. Plus tard, peut-être. Le loup de mer esquissa un sourire et retourna se percher sur son baril. Après lui avoir demandé son identité, la jeune femme se présenta. Son nom déclencha un souvenir dans l’esprit de Iago. Il se revoyait, bien des années plutôt, rencontrant une femme séduisante mais pourvue d’un certain tempérament. Le pirate réalisa qu’il avait sans doute en face de lui, la fille de cette femme dont il avait un jour exploré le corps gracile. Incapable de résister à la tentation de la taquiner à ce sujet, Iago surenchérit : « J’ai tutoyé une Mereen, autrefois. Une sacré diablesse au tempérament insupportable ». Hochant la tête en silence, il fit tourner la pomme entre ses doigts. Il se souvenait d’elle parmi toutes ses conquêtes car celle-ci avait une particularité ...

« A chaque fois que je venais me coller à elle, je pouvais sentir l’étrange odeur de chien dans ses cheveux et sur sa peau. Plutôt désagréable comme parfum mais j’ai connu pire ». L’homme pouffa de rire et se laissa retomber contre le mur dans son dos.
© 2981 12289 0

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 68

depuis le : 21/12/2017
age : 26
métier : Soldat dans la légion impériale
statut & orientation : Celib' & pour les femmes


MessageSujet: Re: The pirate's gospel [Flash-back] | Myrcella    Dim 7 Jan - 15:20



"The pirate's gospel "

Parce que vivre loin de ses amis et des ses repères, c'est prendre le risque de se perdre.



Bien sur l’ensemble du tableau. Et bien tôt il allait raconter l’histoire de blanche neige et les septs nains… La vie n’est pas aussi compliquée qu’il semblait donner l’impression. Les hommes, les femmes… tout le monde a toujours un choix à faire. On choisit de faire le bon ou le mauvais choix. Et c’est par ces actions-là qu’on est jugé, non pour les raisons qui nous ont amenés à faire un tel choix. et vous allez essayer de me faire croire que la confrérie noire ne tue que ceux qui le méritent… gardez donc vos paroles pour les femmes du bordel. Je suis sure qu’elles doivent fondre devant un pirate au cœur d’or. qu’il garde par pitié ses salades pour lui. Myrcella n’allait pas changer d’avis en écoutant le bavardage d’un homme. Certes il savait défendre sa cause, et puis quoi ? On n’était pas devant un tribunal et pour Myrcella c’était les actions qui comptaient et non les beaux parleurs. Destinée à autre chose ? Je ris. trop aimable de votre part. mais l’avis d’un pirate ne compte pas vraiment. pourquoi est-ce qu’il parlait toujours ? il aimait tant entendre sa voix ? et vous n’avez pas démenti tout ce que j’ai dit… Il tuait, il massacrait et il poussait des innocents à devenir des esclaves. Peu importe les raisons, il le fait et c’était les actions qui comptaient dans mes yeux et dans celui de la loi.

Fatiguée d’être coincé avec un pirate, je tournais ma tête sur les côtés. Je réfléchissais à trouver une manière de sortir d’ici. Je commençais à chercher autour de moi, il devait bien y avoir quelque chose dans cette réserve-autre que des bouteilles et des fruits, qui pourrait m’aider à ouvrir cette fichu porte. Je ne fis que l’écouter à moitié. Il avait donc connu une mereen… bah voyons. Bien pour lui. Qu’est-ce que cela vient faire avec moi hein ? je continuais ma recherche. Ce ne fut que lorsque j’entendis parler des chiens, que je me figeais sur place. Ma main s’était doucement serrer sur une des bouteilles de rhum. Je doute fort que ma mère ait côtoyé un homme telle que lui. Mais je ne pouvais nier le fait qu’il semblait malgré tout la connaitre. Avant même que je me réalise réellement mes actions, mon impulsivité avait déjà pris le dessus et la bouteille de rhum s’envolait dans sa direction. Et croyez-moi, je savais parfaitement viser. Si ses réflexes n’étaient pas assez rapide, nulle doute qu’il l’aurait dans la tronche. on n’insulte pas les morts. Et si vous oser encore dire un mensonge de plus, je jure que je n’hésiterais pas à vous faire ravaler vos mots. J’étais peut-être folle de vouloir m’attaquer à lui. Mais jamais j’avais reculé devant quelque chose ou quelqu’un. Même à l’académie, lorsque j’étais certaine de perdre et de ne ressentir que de la douleur, je fonçais malgré les avertissements que ma tête me donnait. Suicidaire, folle… Je me fichais bien de ce qu’on disait sur moi. Ce que me tue pas me rend plus fort… n’est-ce pas.  Néanmoins je n’aimais pas l’idée que ma mère ait pu rencontrer un type comme lui. D’ailleurs la description qu’il donnait d’elle, n’était pas la même que j’avais en tête pour ma mère. Certes j’ignore comment elle pouvait bien être plus jeune… Mais je l’avais toujours connu docile, obéissant aux règles et autoritaire envers les chiens et moi. Je pouvais difficilement m’imaginer que je tenais un seul trait de mon caractère d’elle, surtout pas le trait qu’elle semblait détester le plus chez moi…

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 73

depuis le : 04/01/2018
age : 48 ans
métier : Ex-fermier et ex-capitaine pirate. Présentement enchaîné, réduit à l'esclavage par une Amazone l'ayant vaincu.
statut & orientation : Célibataire, père d'une flopée de gamins aux quatre coins du pays & hétérosexuel


MessageSujet: Re: The pirate's gospel [Flash-back] | Myrcella    Lun 8 Jan - 17:15


Oh father. Oh daughter.
Yo ho Yo ho, sings the pirate's gospel ••• Impossible. Il n’avait aucun moyen de dialoguer avec cette femme, non, ce mur. Ses jugements étaient gravés dans la pierre et aucune palabre, aucune preuve ne viendrait les faire changer. Qu’importe, Iago se fichait pas mal de l’opinion d’une garde impériale qu’il ne reverrait probablement jamais. La seule chose qui le peinait restait l’endoctrinement opéré par la royauté et perpétré par la société de Brise-Air. « Ne mélangeons pas tout. La Confrérie Noire est encore un autre débat ... ». Dans lequel, ils ne rentreraient pas. S’ils étaient incapables de se mettre d’accord sur le fait qu’un pirate moins pourri que les autres pouvait exister, qu’en serait-il de ces mercenaires reclus dans les montagnes ? Iago soupira en l’entendant argumenter que son avis ne comptait pas à ses yeux et qu’il ne contrait pas ses dires. Dans un geste las de la main, l’homme conclut : « Il vous reste beaucoup de choses à apprendre, jeune fille ». Peut-être ne les apprendrait-elle jamais. Peut-être resterait-elle en sécurité derrière les préceptes inculqués par la garde impériale sans oser jeter un œil sur le reste du monde. Tant mieux, tant pis. Qu’importe.

Iago profita tout de même de son nom pour la taquiner. La dénommée Myrcella réagit cependant avec plus d’impulsivité qu’il ne l’aurait pensé. Une bouteille de rhum vola dans les airs, le capitaine eut juste le temps de plonger sur le côté pour éviter d’être coupé par le verre. L’homme se redressa, un index accusateur pointé vers la demoiselle. Il était peut-être plus patient que les autres forbans mais sa générosité avait des limites. Cependant, elle le coupa en lançant une remarque qui lui fit froncer les sourcils. « Elle est morte ... ». Iago resta perplexe un instant. Il était courant d’entendre la mort d’un pirate ou même d’un garde. Ils vivaient des existences périlleuses. En ce qui concernait les habitants de Brise-Air par contre, la donne était différente. D’autant plus que cette femme travaillait tout de même au château, elle ne devait pas être complètement pauvre. Le pirate se gratta le menton, songeur. « Comment est-elle morte ? ». Il était troublé. Troublé au point de ne même pas relever la menace de la garde.

Oh, le loup de mer n’était pas triste. Il était plutôt surpris. Iago s’attendait à trépasser bien avant cette femme, vu sa vie tumultueuse. Lentement, il traversa la pièce, le regard dans le vide. Cette discussion le replongeait dans le passé, lui ravivait des souvenirs. « La dernière fois que je l’ai vue ... elle avait changé ». Iago haussa les épaules. Il tentait de replacer les évènements dans sa tête mais ceux-ci restaient flous. « Elle était différente, légèrement arrondie. J’ai tout de suite pensé qu’elle s’était fait engrosser ... j’ai même failli croire que c’était mon œuvre. Elle a soutenu qu’elle n’était pas enceinte ». Il parlait à cette jeune femme comme s’il se parlait à lui-même, replongeant dans des souvenirs lointains. « Tout ça remonte à bien longtemps. Plus de vingt-cinq ans désormais ... ». Il soupira à nouveau. La belle époque. Il était jeune, fougueux et ignorait encore tout ce qui lui tomberait sur le coin de la figure plus tard. C’était définitivement le bon temps.
© 2981 12289 0

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 68

depuis le : 21/12/2017
age : 26
métier : Soldat dans la légion impériale
statut & orientation : Celib' & pour les femmes


MessageSujet: Re: The pirate's gospel [Flash-back] | Myrcella    Lun 8 Jan - 18:21



"The pirate's gospel "

Parce que vivre loin de ses amis et des ses repères, c'est prendre le risque de se perdre.




Je souris, il avait réussi à l’esquiver juste à temps. J’applaudissait déjà, me moquant ouvertement de lui. Et je m'étais déjà attendu à ce qu'il vienne à la charge, mais voilà qu’il se stoppa net dans son élan. Visiblement surprit de la mort de ma mère. Vraiment ? Il la connaissait donc réellement ? Mes muscles qui s'étaient déjà préparés pour une éventuelle attaque se détendit et ca fut dans un soupir que je lui répondis. Son cœur.. Du moins c’est ce qu’on suspectais. Pas de signe de poison, ni d’autre blessure. J’ai toujours cru que j’y étais pour quelque chose. Je soupire et tourne le dos au pirate. Si il avait voulu se venger il l’aurait déjà fait. Et il me semblait pas être la personne d’attaquer quelqu’un le dos tourné. Bien qu’avec un pirate on ne sait jamais..   je n’ai été qu’une cause de soucis pour elle,  et je n’ai jamais été celle qu’elle souhaitait que je sois… Je présume qu’au final c’est ça qui a dû la tuer. J’hausse les épaules, jouant sur l’indifférence même si ce n’est qu’une façade. Des regrets ? Peut-être un peu, même si au fond je sais qu’elle et moi, nous étions trop différents pour pouvoir s’entendre. A moins que je me trompais et qu’au fond on se ressemblait plus que je ne l’aurais jamais cru possible ? Ah peu importe, on ne peut pas retourner dans le passé. Je tourne à moitié ma tête vers lui, assez pour que mes yeux puisse l’observer. Pourquoi il me parlait d’elle, comme si ils s’étaient réellement connus ? Je me tus. Pour une fois je n’avais rien à dire. Soyez content car d’habitude j’ai toujours une réplique à donner. Mais je pense que je voulais savoir comment elle était… avant de m’avoir. Même si j’hésitais toujours sur la véracité de l’histoire du pirate. comment quelqu’un qui travaille et vit au château peut faire la rencontre d’un pirate ? J’en oubliais quasi la bouteille de rhum qui je lui avais jeté au visage.

Je pris la longue chaine que je portais au cou, pour jouer avec la bague accroché à cette dernière.  Vous voyez bien le style :  grosse pierre et quelques lettres, qui sont devenus flou avec le temps. Impossible à décrypter – pourtant j’ai essayé plein de fois à savoir ce qu’il pouvait bien être écrit dessus. Et bien trop large pour que je puisse le porter. Dans tous les cas, il s’agissait bien d’une bague fait pour les mains d’un homme. Lorsque la nostalgie me prit, je pouvais empêcher mes doigts à chercher du réconfort dans cette bague. Une des rares choses qui apprenait à mon père… du moins c’est ce que ma mère m’a dit. Je n’avais pas plus d’information sur lui. Je soupire et secoue la tête en entendant le pirate parler des années. plus que vingt-six ans… Car c’est mon âge… Si vous avez réellement rencontrer ma mère cela doit bien être plus que vingt-six… bien plus. Je commençais à me dire que c’était surement une erreur de jeunesse et qu’elle en avait eu honte. Ouais cela devait être surement quelque chose du genre. Une erreur qui se serait effacé avec la venue de mon père. Oui ça doit bien être ça.

Généralement j’évitais soigneusement de parler de ma mère. C’était compliqué. Elle était tout ce que j’avais. On se disputais la plupart du temps, et malgré ça elle restait ma mère et ne plus l’avoir près de moi, ca faisait mal. Cela renforce la solitude. Je bougeais la chaine de ma nuque et observais la bague.   elle était tout ce que j’avais… je n’ai jamais connu mon père… je présume que lui aussi doit être mort. Mon regard se lève tout à coup vers le pirate. J’ai toujours cru que ma mère était la seule à savoir l’identité de mon père mais je m’étais peut-être trompé. Peut-être que le pirate savait avec qui elle était sorti je présume que vous n’êtes pas resté assez longtemps pour savoir avec qui elle sortait par la suite Je m’étais rapproché de lui, lui tendit la chaine avec la bague et pour savoir à qui celle-ci appartenait ?

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 73

depuis le : 04/01/2018
age : 48 ans
métier : Ex-fermier et ex-capitaine pirate. Présentement enchaîné, réduit à l'esclavage par une Amazone l'ayant vaincu.
statut & orientation : Célibataire, père d'une flopée de gamins aux quatre coins du pays & hétérosexuel


MessageSujet: Re: The pirate's gospel [Flash-back] | Myrcella    Mar 9 Jan - 15:30


Oh father. Oh daughter.
Yo ho Yo ho, sings the pirate's gospel ••• C’est qu’elle avait du tempérament, la petite ! Elle n’hésita pas à jeter une bouteille de rhum au visage du pirate. Pourtant, nombreux auraient été les forbans qui se seraient jetés sur elle pour la tuer après un tel affront. Iago était cependant surpris par une autre information. La femme qu’il avait connu était morte. Son cœur avait lâché visiblement. Ses doigts se perdirent dans les poils noirs qui lui poussaient sur le menton et sur les joues. Pensif, le capitaine ne lâcha qu’un simple « hm ». La jeune femme poursuivit. Son commentaire fit relever les yeux de Iago qui la fixa longuement avant de rétorquer sur un ton acerbe : « Arrêtes tes conneries. Elle est morte car la nature l’avait décidé. Et puis je suis sûr qu’elle devait être très fière ... regarde-toi, une vraie petite fierté nationale ». Il y ajouta une petite courbette pour exagérer son propos puis lui lança un regard malicieux. La taquiner était divertissant mais Iago reprit vite une mine sérieuse. Chacun s’absorba dans ses pensées jusqu’à ce qu’elle ne lance à nouveau une remarque qui le fit, cette fois, éclater de rire.

« Il te reste tellement, tellement de choses à apprendre ». Iago secoua la tête, à moitié mort de rire. L’innocence dont pouvait faire preuve la garde impériale avait quelque chose d’attendrissant. Des femmes qui travaillaient au château, le forban en avait connu plus d’une ! De même qu’il avait visité les couches de nombreuses femmes de haut rang social ou de familles dites nobles. Souvent, elles désiraient s’encanailler, expérimenter le goût de l’aventure. Iago n’était alors qu’une distraction dans leur vie bien rangée, bien parfaite. Ce rôle lui convenait. Chacun y trouvait ce qu’il désirait. Le pirate s’autorisa une observation sur le temps. Une conclusion sur sa nostalgie passée. « Euh ... non. Désolé de te décevoir mais ça ne fait pas bien plus que vingt-six ans. Ça doit faire ... ouais, plus ou moins ça, vingt-cinq ou vingt-six ans peut-être ». Il haussa les épaules, indécis.

Et voilà que sans le savoir, Iago avait plongé Myrcella dans la tristesse. Elle tritura un objet, probablement un pendentif. Le pirate ne répliqua rien quand elle évoqua son père mort. Lui-même n’avait jamais connu le sien. Fils d’Amazone, il n’avait jamais connu sa mère non plus. L’homme ne plaisantait pas avec tout ça. C’était une page de son histoire qui resterait à tout jamais vierge et indéchiffrable. Seule Lily la sirène avait pu lui offrir quelques informations précieuses sur ses origines. La belle avait alors su lui expliquer comment était sa mère physiquement, quels traits de caractères ressortaient le plus chez elle. Malheureusement, les Amazones n’étaient pas forcément en contact constant avec les sirènes. Autrement dit, Lily n’avait eu aucun moyen de savoir qui était le père de Iago ou comment tout cela s’était fait.

« Je suis ... navré pour toi ». C’était sincère. Sans tomber dans le mélodrame, Iago était triste pour elle. Si jeune et sans la moindre famille. Sa question suivante le laissa sans voix. Comment lui dire ? Le capitaine n’était même pas resté assez longtemps pour connaître la vie de la mère de Myrcella. Ils s’étaient simplement rencontrés, appréciés et avaient profités de cette bonne entente pour se réchauffer la nuit. S’ils s’étaient revus plus d’une fois, s’ils avaient eu des conversations, Iag aurait bien été incapable de lui dire qui sa mère avait fréquenté à cette époque. Il secoua négativement la tête puis fronça les sourcils en voyant l’objet qu’elle lui montrait. « Ah ça par contre, je sais très bien à qui elle appartient ». Un petit rire lui échappa et il se passa une main dans les cheveux. Cette bague, il la reconnaissait pour tout un tas de raisons. « Cette bague est à moi. Enfin, était, je suppose ».

Iago se souvenait ce bijou. Arraché aux doigts d’un autre pirate, le capitaine le lui avait dérobé d’une façon peu enviable. Sa lame avait simplement sectionné le doigt de l’adversaire et le forban avait pu s’offrir cette bague qu’il convoitait. Cela faisait des années qu’il ne l’avait plus vue. C’était donc là qu’elle était, entre les mains de cette femme. « Pourquoi gardes-tu cette bague sur toi ? ». Iago la fixa longuement, qu’est-ce que tout cela voulait dire ?
© 2981 12289 0

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 68

depuis le : 21/12/2017
age : 26
métier : Soldat dans la légion impériale
statut & orientation : Celib' & pour les femmes


MessageSujet: Re: The pirate's gospel [Flash-back] | Myrcella    Mar 9 Jan - 16:23



"The pirate's gospel "

Parce que vivre loin de ses amis et des ses repères, c'est prendre le risque de se perdre.




Je pouffais de rire je doute qu’on ait connu la même femme… elle souhaitait que je lui donne des petits-enfants et que je me marie au lieu de choisir la voie de mon père. Mais j’avais été qu’une déception après l’autre. Non maman je ne veux pas me marier. Oui maman j’aime les femmes. Non maman je ne veux pas faire le même boulot que toi. Oui, maman je me suis engagée dans la légion… Enfin tout cela appartenait à passer à présent, et je me demandais comment on était arrivés à en parler… C’était sans aucune importance aujourd’hui. Mon regard se releva brièvement vers lui, je cherchais de la moquerie dans son regard mais pour une fois il fut sincère. J’en restais figé sur place, je m’étais pas réellement attendu à ca… C’est peut-etre cette onde de verité dans son regard qui me poussa à lui demander après les origines de la baque. Après tout, on ne sait jamais… Mais la réponse qu’il me donnait était loin de me satisfaire… Elle en était même très loin !

Mon regard restait fixé dans le sien, alors que certains morceaux tombaient à leur place. Hors cela n’était tout bonnement pas possible. Il devait y avoir erreur sur la personne… Ou mensonge. Oui, il devait mentir après tout il était un pirate. Pourtant… j’avais beau avoir plein de défauts, je n’étais pas stupide au point de voir qu’il ne savait vraiment pas ce que cette bague représentait pour moi. Bah ne comptez pas sur moi pour le lui dire ! Je refuse de parler de mon père avec lui. Puis cette histoire ne tenait pas debout. Ma mère n’irait pas me mentir là-dessus. Au contraire si elle me l’aurait dit je ne serais peut-être même pas devenue garde impériale…. Et elle n’avait jamais voulu que je prenne ce chemin * elle aurait peut-être pas non plus voulu te voir prendre celle de la piraterie* Ah tais-toi stupide voix. Je sais réfléchir par moi-même ! Je repris la bague violemment et le remit en sécurité. Non ça ne pouvait pas être le cas ! « Vous mentez ! Cette bague n’est pas votre. Elle appartenait à mon père, qui était garde dans la légion impériale !  » *Pieds sur terre, Myrcella… Cette fois-ci il n’a pas l’air de se moquer de toi.* Pourtant c’est ce que j’aurais voulu. Oui, qu’il commence à rire. Qu’est-ce qu’il attend ? Pourquoi est-ce qu’il ne ris pas et se fiche de ma tête ? Ainsi je peux lui donner un coup de poing dans la gueule et je serais soulagée. Car il était hors de question que l’histoire que mon imagination était en train de créer soit la vérité. Non non et encore non ! pas possible !  Bon maintenant il fallait vraiment que je sorte de cette pièce, elle était en train de me rendre dingue ! Mon cerveau devait manquer d’oxygène… Il devait y avoir une autre raison à tout ça… Ma mère n’aurait pas inventé toute cette histoire… Bon respire Myrcella… respire.

Malgré ca, mon cerveau continuait à tout mettre dans l’ordre. Les 26 ans, son changement, son refus d’avouer qu’elle était enceinte. Si je pouvais réellement me fier aux paroles du pirate… Bah alors j’étais maudite. J’étais fille de pirate. Non impossible. Mon père était quelqu’un de droit, d’honnête, et il servait le bien. Ce n’était pas ce pirate mal-leché avec ce sourire stupide. Ma tête posé contre la porte, j’espérais qu’elle finisse par s’ouvrir mais bien sur je pouvais continuer à rêver. J’ose néanmoins tourner mon regard vers lui. Oh pitié non… il était en train de se créer le même puzzle dans sa tête. « N’y pensez même pas… ce n’est pas possible. Et je ne veux pas en entendre parler. » C’était déjà assez horrible que mes pensées étaient en train de tourner en vrai cauchemar, je ne voulais pas qu’il ajoute d’autres éléments à cette horrible histoire.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 73

depuis le : 04/01/2018
age : 48 ans
métier : Ex-fermier et ex-capitaine pirate. Présentement enchaîné, réduit à l'esclavage par une Amazone l'ayant vaincu.
statut & orientation : Célibataire, père d'une flopée de gamins aux quatre coins du pays & hétérosexuel


MessageSujet: Re: The pirate's gospel [Flash-back] | Myrcella    Mar 9 Jan - 19:45



Oh father. Oh daughter.
Yo ho Yo ho, sings the pirate's gospel ••• Pas étonnant. Beaucoup de gens préféraient s’assurer une descendance plutôt que de voir leur enfant adopter une voie aussi dangereuse que la garde impériale. Malgré tout, cette destinée était largement préférable à celle de la piraterie ou du banditisme. Iago fut surpris de voir réapparaître, là sous ses yeux, un bijou perdu depuis des années. Sa réponse ne sembla pourtant pas du tout satisfaire la jeune femme qui changea d’expression faciale. Peu à peu, le puzzle se complétait. Myrcella l’accusa de fabuler, argumenta que la bague appartenait à son père qui faisait lui-même partie de la légion impériale. Le capitaine resta muet, fixant cet objet. Se pouvait-il qu’il s’agisse d’une autre bague ? Iago plissa les yeux. Aucun doute, c’était la sienne.

La garde parut chamboulée. Elle se détourna de lui et se redirigea vers la porte avant d’y poser la tête. Iago aussi était occupé à effectuer mentalement la même manœuvre qu’elle. Il refaisait le chemin inverse. Les éléments s’emboîtaient parfaitement. Le forban se rappelait les premières fois qu’il avait connu les plaisirs charnels avec cette femme. Il était revenu la voir par la suite bien des mois plus tard, après un énième voyage en mer. C’était là qu’il l’avait trouvée changée. A nouveau, ils avaient expérimentés les plaisirs de l’amour ensemble. Ensuite, il ne l’avait plus revue. Iago posa un regard nouveau sur Myrcella. Était-ce possible ? Pouvait-elle être sa fille ? La même déduction surgit dans l’esprit de la jeune femme qui le défendit d’y penser.

« Tu dois avoir raison. Ce n’est pas possible. Je dois faire erreur ». Il acquiesça, le visage crispé. Mais Iago ne faisait pas erreur et il le savait. Désormais qu’il se concentrait sur les événements, tout lui paraissait d’une logique criarde. Cependant, avait-il le droit d’arracher à cette gamine ses belles songeries ? Elle rêvait à un père faisant partie de la légion impériale, un homme droit, un homme bon et fier dont elle pouvait s’inspirer. Au lieu de quoi, son véritable géniteur était un capitaine pirate. Un forban qu’elle détestait uniquement pour son occupation et avec qui elle ne voulait rien avoir en commun. Iago ne pouvait lui infliger ça car si, comme il en était désormais persuadé, Myrcella était sa fille, alors l’homme désirait le meilleur pour elle. Si cela signifiait la conforter dans ses rêves, soit. « Oublions tout ça. Bon, il est probablement temps d’ouvrir cette fichue porte ».

Désormais, c’était lui qui voulait que ça s’arrête. Iago ne supportait plus le regard de Myrcella. Si elle était sa fille, elle ne voudrait pas de lui comme père. Alors à quoi bon ? Le pirate se dirigea vers la porte et y administra de violents coups de pied. Sa semelle percuta le bois à plusieurs reprises, faisant vibrer la porte dans ses gonds. « ça va s’ouvrir, ça va s’ouvrir ». Il le fallait.

Au fond, Iago aurait dû s’en douter. Cela faisait des années qu’il batifolait, qu’il explorait les corps féminins. C’était même assez étonnant d’imaginer que cette situation ne lui était pas arrivée plus tôt. Le capitaine avait probablement eu de la chance jusqu’à présent car s’il avait des enfants, aucun d’entre eux ne s’était manifesté jusqu’alors. Aujourd’hui, Myrcella apparaissait dans sa vie. Certes, elle ne l’appréciait pas. Cela n’empêchait que désormais qu’il se savait relié à elle, Iago serait contraint de la garder à l’œil. Même de loin. Car elle était sa fille et qu’il se devait de la protéger. Tel était son rôle.
© 2981 12289 0

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 68

depuis le : 21/12/2017
age : 26
métier : Soldat dans la légion impériale
statut & orientation : Celib' & pour les femmes


MessageSujet: Re: The pirate's gospel [Flash-back] | Myrcella    Mar 9 Jan - 22:26



"The pirate's gospel "

Parce que vivre loin de ses amis et des ses repères, c'est prendre le risque de se perdre.




Oui, il se trompait sans aucun doute. Ah non je ne fis que mentir à moi-même, mais je ne voulais surtout pas entendre : Myrcella je suis ton père. C’était la phrase qui tue et que je ne voulais surtout pas entendre de la part d’un pirate. Tout ce dont j’avais jamais pu croire était en train de tomber telle un château de sable que la mer a décidé de prendre avec. Je ne savais pas sur quel pied danser. Ma vie avait toujours été basée sur le fait que mon père était un homme faisant du bien autour de lui. C’était pour cela que j’avais toujours voulu devenir soldat, je voulais lui ressembler. Et de ce fait, je ne pus que me questionner. Et si j’avais su dès le début que mon père était un pirate… Qu’est-ce que j’aurais fait ? Aurais-je toujours voulu membre de la légion impériale ? Rah… c’était bien trop d’informations pour moi. Mais visiblement je n’étais pas la seule à vouloir fuir cette nouvelle réalité. Je ne savais pas si je devais être soulagée ou offensé par l’attitude du pirate. Bah j’étais idiote voilà tout. Je devrais être contente qu’il ne veuille pas me persuader de la vérité, je n’aurais pas supporté un papa poule. Mais d’un autre côté j’avais cette étrange sentiment de ne pas en valoir la peine. Rah bravo Myrcella ! Faut savoir ce que tu veux. Je grimace doucement. Je n’aimais réellement la tournure que cela prenait.

J’observe le pirate essayer à ouvrir cette fichue porte. Bonne idée, depuis le temps que je le demandais… Je m’approche à mon tour pour regarder ou il en était. attend… prends ma dague, ça pourrait peut-être aider à la sortir de ses gonds… Difficile à croire que tout à coup, on s’entraidait pour sortir de cette pièce. Une chose est sure, dès que je suis sortie d’ici, j’allais vider une bouteille de n’importe quoi. Tant qu’elle m’aidait à tout oublier et à faire comme si cette journée n’eut jamais lieu. Je pense que ce n’était pas ce soir que j’allais l’arrêter, étrangement toute envie de le mettre derrière les barreaux avait disparu. La porte finit par céder et c’était quasi avec une pure joie que je me dépêchais de sortir de la pièce. Je n’étais pas claustrophobe mais j’avais visiblement passé trop de temps dans cette pièce avec… lui. Ceux de mon unité était parti et la paix semblait plus au moins être retourné. Je dépose mon épée sur le comptoir. Fin de service pour moi. un verre de ce que vous avez de plus fort… et vous pouvez même laisser la bouteille.

Code by Sleepy

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 73

depuis le : 04/01/2018
age : 48 ans
métier : Ex-fermier et ex-capitaine pirate. Présentement enchaîné, réduit à l'esclavage par une Amazone l'ayant vaincu.
statut & orientation : Célibataire, père d'une flopée de gamins aux quatre coins du pays & hétérosexuel


MessageSujet: Re: The pirate's gospel [Flash-back] | Myrcella    Mer 10 Jan - 17:28

Oh father. Oh daughter.
Yo ho Yo ho, sings the pirate's gospel ••• Son pied s’enfonçait contre le bois brut de la porte mais celui-ci refusait de s’arracher à ses gonds. Iago avait cruellement besoin d’air, d’espace. Tout à coup, cette pièce lui semblait bien étroite. Les déductions allaient bon train dans sa tête et il avait bien l’impression que la vérité était à portée de main. Myrcella était donc sa fille. Drôle de coïncidence. La garde lui proposa sa dague pour tenter de faire avancer la situation. « Bonne idée ». Usant de la lame de l’arme, Iago parvint à fragiliser les fixations de la porte. Un nouveau violent coup de pied avec un peu d’élan et la porte vibrait dans ses gonds avant de céder.

Myrcella n’attendit pas une seconde de plus et se rua vers le comptoir, déposant son arme sur celui-ci. Iago fut moins pressé. Il observa les lieux avec un regard désolé. Plusieurs hommes gisaient, inertes, livides, vidés d’un liquide vital à leur survie. Le pirate en reconnaissait quelques-uns. Heureusement, ils ne faisaient pas partie de son équipage. Malheureusement pour eux, ils étaient au mauvais endroit au mauvais moment. Iago observa Myrcella, accoudée au comptoir. Il aurait pu s’en aller sans demander son reste. Partir comme un voleur. Sauf qu’il en décida autrement.

Sans un mot pour la demoiselle, Iago vint s’asseoir à ses côtés et fit un geste pour faire comprendre au barman qu’il voulait la même chose. Dès qu’il fut servi, le forban vida son verre d’un trait. Lentement, il se tourna vers Myrcella. « Si un jour tu as envie de me voir. Pour me parler ou pour m’insulter si ça peut te faire plaisir ... viens au port et demande le Capitaine Earing ». Le forban ne savait pas du tout si elle le ferait un jour. Peut-être se contenterait-elle d’oublier pour ensuite poursuivre son chemin. En tous les cas, Iago ne voulait pas gâcher l’infime chance qu’ils avaient d’apprendre à se connaître. « Je ne serais peut-être pas toujours là, je pars souvent en mer avec mon équipage mais si je suis dans le coin, je répondrais au plus vite à ton appel ». Iago posa une dernière fois le regard sur elle. « Au revoir Myrcella ». L’homme se dirigea vers la porte. Il trouvait tout cela beaucoup trop formel, beaucoup trop intense. Alors, pour détendre l’atmosphère, il lança avant de s’éclipser : « Et d’ici à ce qu’on se retrouve, essaie de ne pas te faire tuer par ces chiens de pirates ! ». Lançant un regard amusé à sa fille, Iago disparut alors au-dehors.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
messages : 68

depuis le : 21/12/2017
age : 26
métier : Soldat dans la légion impériale
statut & orientation : Celib' & pour les femmes


MessageSujet: Re: The pirate's gospel [Flash-back] | Myrcella    Mer 10 Jan - 17:56



"The pirate's gospel "

Parce que vivre loin de ses amis et des ses repères, c'est prendre le risque de se perdre.




Je ne me retournais même pas dans sa direction. J’aurais dû l’arrêter, le mettre chaos dès le premier mot qu’il avait prononcé. Comme ça je n’aurais pas dû entendre toutes ces conneries pénibles. Je pris une gorgée de mon verre, grimace légèrement. Non parce que c’est fort, mais pour les paroles qu’il me sort. Si jamais j’avais envie de parler ? Ah ! De quoi donc ? On n’avait rien en commun lui et moi. Ce n’était qu’un fichu pirate, de quoi pouvais-je donc parler avec lui ? Néanmoins je me tus. Je n’avais nullement envie de me lancer dans une énième discussion avec lui. Tout ce que je voulais c’était oublier cette soirée. Au plus vite à mon appel hein… Voilà qu’il voulait jouer tout à coup les papa ? Pfff c’était vraiment du n’importe quoi. « Mmm. » Au fond je ne savais pas trop quoi répondre. J’étais mitigé et je ne savais toujours pas quoi penser et encore moins quoi ressentir face à tout ça. Un simple geste de la main en guise d’au revoir devait suffire. Ce ne fut néanmoins en entendant sa dernière phrase que je souris et retourne enfin mon regard vers lui. « Les mauvaises herbes sont difficiles à tuer… »

THE END

Code by Sleepy


Hj : merci pour ce fabuleux rp, j’ai adoré jouer avec toi. <3
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: The pirate's gospel [Flash-back] | Myrcella    

Revenir en haut Aller en bas
 
The pirate's gospel [Flash-back] | Myrcella
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Paul Watson pirate des mers pour combattre les bateaux tueurs de baleines...
» Premium Kit Sigma are back !
» back to mac après dépotage
» FlashVortex toute une panoplie de boutons, menus, bannières, textes en Flash
» Yellow - Limited Pirate Monkey & Treasure Island - Lea [musician]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Don't Cry Mercy :: ✿ don't cry mercy :: Brise-Air :: Le Port-
Sauter vers: